• 60 idées fausses sur les migrations décryptées et déconstruites, pour sortir des discours qui laissent croire qu'une politique d'accueil est impossible.

    Dans le contexte particulier de la prochaine campagne présidentielle, les discours d'inquiétude et de crispation, voire de rejet, à l'égard des migrants, réfugiés, exilés et étrangers, risquent d'occuper une large partie de l'espace médiatique. Il est indispensable de répondre à ces discours, ce qui suppose dans un premier temps de les écouter et de les décrypter. C'est ce que cet ouvrage propose de faire : il examine et analyse les préjugés, les représentations fausses et les idées reçues sur les migrations, afin de les déconstruire point par point.
    En réponse aux détracteurs de toute politique d'accueil, mais aussi à tous ceux qui hésitent ou qui s'inquiètent, ce livre propose un tour d'horizon des migrations en mettant à la disposition des lecteurs un très grand nombre d'informations, de chiffres, de données et de faits. Organisé par thématiques et rédigé dans un style très accessible, l'ouvrage s'attache à prendre le contrepied de 60 idées fausses, pour convaincre que l'accueil des exilés est non seulement possible, mais surtout souhaitable.
    Ce livre est réalisé en partenariat avec une vingtaine d'associations et d'organisations impliquées sur la question des migrations.

  • « Le climat sur la Terre a toujours varié » ; « La responsabilité de l'Homme n'est pas démontrée » ; « Les modèles climatiques surestiment le changement climatique » ; « le GIEC est un instrument politique »... Ce sont là des affirmations que l'on entend souvent dans les débats sur le changement climatique. Pour la première fois, un livre s'intéresse à ces questions qui fâchent et y répond, de façon claire, précise et argumentée.

    En distinguant clairement les certitudes scientifiques et les simples hypothèses, le physicien François-Marie Bréon nous donne les moyens d'avoir une opinion éclairée sur le réchauffement climatique, ses causes, ses impacts et les possibilités d'actions.

    Il souligne l'importance des citoyens que nous sommes tous, pour gagner la bataille du climat. Il aborde aussi sans tabou la question du nucléaire, qui est pour certains le mal absolu et pour d'autres la solution miracle au défi climatique.

    Enfin un livre vraiment écologique sur le sujet !

  • Entre les discours selon lesquels l'Afrique ne serait pas « entrée dans l'histoire », ceux qui ne se fondent que sur l'orthodoxie économique opposant Nord développé et Sud qui ne le serait pas, et des visions archaïques bien souvent héritées du passé colonial, le continent africain souffre, en Occident, d'une réputation peu enviable. Une réputation aussi fausse que condescendante et que symbolisait déjà, en son temps, la « négrologie » de Stephen Smith.
    À l'opposé de ces visions étriquées, l'ouvrage d'Anne-Cécile Robert repose sur une connaissance profonde des réalités culturelles, économiques et politiques du continent, comme des regards qui sont portés sur lui.
    En posant ouvertement la question « Et si, à l'inverse des croyances les plus diffuses, il était possible que l'Occident ait besoin de l'Afrique et non le contraire ? », Anne-Cécile Robert inverse le champ d'analyse et permet d'interroger nos propres modèles économiques (en crise depuis des années) et auxquels l'Afrique pourrait fournir des réponses, notamment quant à la transition vers un modèle plus harmonieux dans l'équilibre entre les êtres humains et leur environnement.

  • Le jeûne sans danger pour tous !
    Métabolisme, microbiote, antistress, prévention du déclin cognitif, anti-inflammatoire, prévention cancer : découvrez toutes les bonnes raisons de jeûner que vous soyez candidats à la détox, physique ou émotionnelle. Le livre aborde également toutes les questions et les idées reçues que l'on peut se poser avant un jeûne : la fatigue, la mauvaise haleine, la peur de trop maigrir ou de regrossir trop vite après, l'existence de pathologies, l'après-jeûne, etc.
    Enfin, découvrez des programmes clés en main, avec des recettes (si, si, mais de bouillons et de tisanes !) et des axes spécifiques : détox, antistress, belle peau...
    Nathalie Sacreste est diététicienne, naturopathe, conseillère en fleurs de Bach, réflexologue et fondatrice de la Santé Globale. Elle est également directrice des programmes chez "Jeûner Actif".
    Carole Garnier est journaliste à Top Santé et Vital Food. Elle est l'auteure ou la coauteure de nombreux best-sellers aux éditions Leduc.s.

  • Un problème de santé ? Un mode de vie particulier ? Découvrez la nouvelle collection 100% inédite du Dr Jean-Michel Cohen qui s'adapte à votre situation santé ! Découvrez la nouvelle collection 100% inédite du Dr Jean-Michel Cohen ! Un guide pratique avec de nombreux conseils et des recettes gourmandes qui s'adaptent à votre situation santé ! Que manger lorsqu'on souffre d'hypercholestérolémie ? Quels sont les aliments à éviter, et ceux à privilégier ? Quels petits plats se préparer pour pouvoir manger sainement tout en se faisant plaisir ? Grâce à ce livre, le docteur Jean-Michel Cohen nous éclaire sur ce problème de santé qui touche 1 adulte sur 5 en France, et nous livre des recettes spécialement adaptées aux personnes concernées par le cholestérol. Le livre est composé de 2 parties : - une partie théorique et explicative : qu'est-ce que le choléstérol ? que faut-il savoir sur l'hypercholestérolémie ? quelles habitudes alimentaires adopter pour faire baisser ton taux de cholestérol ? - 50 recettes illustrées et des idées de menus spécialement élaborés pour ceux qui souffrent d'hypercholestérolémie.

  • « Dans vingt ans une bonne partie des églises seront des mosquées. » « L'islam opprime les femmes. » Il est « inadapté a un mode de vie moderne », « incompatible avec les valeurs de la République française. » « Les salafistes sont tous des terroristes. » Les clichés et idées reçues sur l'islam et les musulmans foisonnent, sur fond d'ignorance et de confusion où l'on mélange indistinctement le Coran, la Charia, les cultures et les civilisations dont l'islam a été le vecteur. Or, la religion musulmane ne se résume pas à une pratique rigoriste ni à des groupes intégristes prônant l'instauration d'une société régie par la Charia, ou qui adoptent une lecture figée du Coran et de la Tradition prophétique. L'islam est divers, traversé de tensions. La pratique religieuse des musulmans est variée, leur lecture du Coran très personnelle. Et les nombreux préjugés masquent la réalité de ce que vit l'immense majorité des musulmans qui participent à la société. Statut du Coran, relations avec les pays occidentaux, rapports hommes/femmes, vie quotidienne, place de la religion dans la laïcité, géopolitique, violence... En s'attaquant à plus de quatre-vingts idées fausses, rumeurs, approximations concernant l'islam et les musulmans, Omero Marongiu-Perria propose une parole libre et apaisée, destinée à tous les citoyens qui refusent que cette religion soit stigmatisée. Omero Marongiu-Perria est docteur en sociologie de l'ethnicité et des religions, spécialiste de l'islam français. Il est chercheur associé à l'IPRA (Institut de recherche sur le pluralisme religieux et l'athéisme) et directeur scientifique d'ECLEE (European Center for Leadership & Entrepreneurship Education). Intervenant régulier dans l'émission Islam, diffusée chaque dimanche matin sur France 2, il est l'un des initiateurs du Forum islamo-chrétien de l'Ouest de la France.

  • Le leader du podcast natif déconstruit 150 idées reçues ! Les
    êtres humains possèdent 5 sens... Faux !
    Molière est mort sur scène... Encore faux !
    Cléopâtre était une reine égyptienne... Toujours faux !
    Pour en finir avec les idées reçues, les préjugés, les rumeurs et autres mythes qui nous mènent la vie dure, Louis-Guillaume Kan-Lacas s'adresse aux petits comme aux grands et passe au crible tous les sujets afin de déconstruire les infox d'hier et d'aujourd'hui.
    Reprenant avec humour et simplicité certains des plus gros succès de son réseau de podcasts
    Choses à savoir, il fera trembler vos certitudes tout en développant votre culture générale !

  • Pourquoi les femmes se suicident-elles moins que les hommes ? Les célibataires, plus que les gens mariés ? Les personnes âgées, plus que les jeunes ? Pourquoi, contrairement à une idée reçue, choisit-on de mourir à la belle saison plutôt qu'en hiver ? C'est à ces questions et à quelques autres que tente de répondre Le Suicide (1897), monument de la littérature sociologique, et plus particulièrement le livre II, au cours duquel Durkheim établit une typologie restée célèbre, distinguant les formes de suicides : égoïste, altruiste, anomique ou fataliste.
    Plus encore que l'étude d'un phénomène social, Le Suicide est avant tout la mise en application de principes essentiels tirés de la méthode expérimentale. Utilisant de façon exemplaire l'outil statistique, Durkheim y jette les bases de la science du social.

  • Partant de l'idée qu'il ne peut y avoir de croissance infinie dans un monde fini, la décroissance exige de repenser radicalement notre manière de travailler, de consommer, de vivre ensemble. De plus en plus de personnes se révèlent sensibles à ces nouvelles pratiques, et en particulier celle de la « simplicité volontaire » qui milite pour la fin de la consommation de masse et du gaspillage qui y est associé. Derrière cela, un concept existe que, d'ailleurs, peu d'adeptes de la décroissance connaissent et qui est loin de faire l'unanimité. Assen Slim et Marc Prieto en font l'analyse en dehors de tout discours partisan. N'appartenant pas au mouvement des objecteurs de croissance, contrairement à la plupart des auteurs sur le sujet, ils permettent au lecteur de se forger sa propre opinion sur ce concept de décroissance présenté alternativement comme LA solution ou comme une dangereuse utopie.

  • 1914

    Luciano Canfora

    Et si l'on concevait la tâche de l'historien comme l'enquête d'un Sherlock Holmes ? Si la guerre pouvait être assimilée à un crime, les coupables se dissimulant, des alibis étant invoqués, des innocents désignés du doigt ?
    Dans cet ouvrage - ni « livre édifiant » ni « commémoration » -, Luciano Canfora aborde la guerre non comme un monument, mais comme un événement vivant qu'il s'agirait de retourner dans tous les sens pour comprendre « ce qui s'est vraiment passé ».
    L'enquête menée au fil de ces pages - puisqu'il s'agit bien d'une enquête - se déroule en une vingtaine de courts chapitres, tirés de conférences à la radio publique italienne, à lire d'une traite comme autant de petites histoires. Les idées reçues - surtout celles qui ont cours dans les pays vainqueurs - ne survivent pas à l'examen. La fin ne nous livre pas un unique coupable, mais nous laisse vaccinés contre les reconstructions apologétiques.
    C'est le livre que doit lire qui veut se faire en quelques pages une idée de la multiplicité des causes et des conjonctures qui ont conduit à la Première Guerre mondiale.

  • « L'homoparentalité, c'est l'adoption d'enfants par les homosexuels », « Un enfant a absolument besoin d'un papa et d'une maman », « Les homosexuels ont une vie sexuelle débridée incompatible avec des responsabilités familiales », « Les enfants élevés par des parents homosexuels vivent dans un ghetto » ... L'homoparentalité recouvre des réalités multiples. L'auteure nous invite ici à questionner les représentations sociales de la famille et à combattre des préjugés sexistes ou homophobes.

  • « On adopte un enfant quand on ne peut pas en avoir », « Il existe un marché de l'adoption », « Il faut dire tout de suite à l'enfant qu'il a été adopté », « Il est plus facile d'adopter un enfant quand il est tout jeune », « Les enfants adoptés sont moins équilibrés que les autres », « Les procédures d'adoption sont extrêmement longues et complexes »... L'auteure détaille dans ici les étapes de cette aventure familiale, du désir d'enfant à l'apprentissage du métier de parent, sans oublier qu'au coeur de l'adoption, c'est le destin d'un enfant qui est en jeu.

  • « L'anorexie et la boulimie sont de plus en plus fréquentes », « Cela touche majoritairement les filles », « Les boulimiques sont grosses », « Ces troubles se déclenchent à l'adolescence », « Les anorexiques et les boulimiques refusent leur féminité et refoulent leur sexualité », « Les anorexiques et les boulimiques font vivre un enfer à leur entourage », « On n'en guérit jamais vraiment » ... L'auteur s'est intéressé très tôt aux troubles du comportement alimentaire et met ici son expérience de médecin au service des patients et de leur entourage pour expliquer, au travers de nombreux cas vécus, les origines de ces troubles et faire le point sur les différents traitements.

  • « Les Turcs ont été, tour à tour, des barbares et créateurs d'un grand empire », « L'islamisme menace la laïcité turque », « La Turquie n'a pas sa place dans l'Union européenne », « La République refuse d'assumer l'extermination des Arméniens ottomans », « La Turquie n'est pas une vraie démocratie » ... Candidate à rejoindre l'Union européenne, la Turquie n'en finit pas de diviser et de faire l'actualité. L'auteur fait le point sur ce pays riche en controverses et en idées reçues, loin du « turc barbare » que l'on se figure parfois.

  • Le « genre » véhicule peurs et fantasmes. Mal connu, le mot est aujourd'hui employé à tort et à travers et instrumentalisé politiquement ; ce qui réduit généralement les débats à un florilège d'idées reçues. Il serait ainsi une « mode américaine », une « lubie de féministes » ou encore une « théorie fumeuse », voire dangereuse, cherchant à nier les différences entre les femmes et les hommes et à s'immiscer dans les salles de classe et les têtes des enfants... Face à tant de confusion, il est fondamental d'apporter un éclairage sur ce que le genre est, et sur ce qu'il n'est pas. Car le genre est un concept bien précis et tout à fait sérieux. Il constitue un outil qui a été historiquement mobilisé - et continue de l'être - au coeur des mobilisations féministes relatives aux rapports de pouvoir entre les sexes, servant notamment à mettre à jour la nature sociale des processus qui attribuent à chacune des catégories sexuées des caractéristiques présentées comme naturelles. Les études sur le genre constituent aujourd'hui en France un champ de recherche florissant et dynamique, au sein duquel sont formulées et analysées des questions fondamentales portant sur des sujets aussi variés que le travail, la santé, le langage, la violence, la sexualité ou encore le sport, la famille, la religion, etc. Ces questions, comme les réponses qui peuvent leur être apportées, concernent tout le monde. C'est précisément pour cela qu'il est essentiel de rendre les réflexions sur le genre accessibles au plus grand nombre, au-delà du milieu universitaire où elles sont encore trop souvent confinées.

  • « L'art roman, c'est des églises, encore des églises, toujours des églises », « Le XIIe siècle est la grande époque de l'art roman », « L'art roman reflète une époque angoissée par la fin des temps », « L'architecture romane est maladroite, petite, sombre », « Les cathédrales de lumière, c'est l'art gothique ! », « Au Moyen Âge, il n'y a pas d'artiste »... Souvent qualifié d'austère et de sombre, par opposition au gothique, l'art roman est presque toujours réduit aux « églises romanes ». C'est oublier que cet art fut d'une richesse exceptionnelle, réconciliant l'astronomie et la spiritualité, les sciences de l'homme et les techniques de pointe, l'art et la matière... C'est cette variété que l'auteur nous invite à découvrir ici.

  • De tout temps, l'homme a été avide d'énergie pour satisfaire ses besoins... sans trop utiliser la sienne ! De la maîtrise du feu au Paléolithique à la non-maîtrise du nucléaire à Fukushima, le rapport de l'homme à l'énergie fut toujours placé sous le signe de la domination, économique, sociale ou politique. Or, il est clair aujourd'hui que la course à la puissance énergétique est indissociable du chronomètre de la Terre et de la manière dont les hommes sauront prendre en compte ses limites. Quelles options reste-t-il ? Après le feu et la machine à vapeur, une troisième révolution énergétique semble aujourd'hui inéluctable. Sera-t-elle dans la lignée des précédentes ou à contrecourant ?

  • « On ne peut plus avoir le même métier toute sa vie », « La durée du travail en France est une des plus faibles du monde », « Le droit du travail décourage les patrons d'embaucher. Il faut le réformer », « Les fonctionnaires sont des privilégiés, ils ne savent pas ce que travailler veut dire », « Le travail ne paie plus » ... Les auteures analysent ici les bouleversements qui ont profondément modifié le monde du travail au cours de ces dernières décennies.

  • « Les premiers chrétiens étaient contemporains de Jésus », « Paul est le fondateur du christianisme », « La langue des premiers chrétiens est le latin », « Les premiers chrétiens méprisaient le corps et la sexualité », « Les premiers chrétiens étaient pauvres », « Le christianisme a causé la chute de l'Empire romain » ... Les auteurs nous convient ici à un voyage aux origines de la chrétienté et analysent les nombreux clichés qui ont fait florès au cours des siècles.

  • « Les énergies renouvelables ne peuvent rien contre le changement climatique », « Les énergies renouvelables, c'est le retour à la bougie », « Les éoliennes sont bruyantes et défigurent le paysage », « Les agrocarburants vont causer des famines », « Les énergies renouvelables sont aléatoires » ... L'auteur nous permet de mieux cerner les contraintes scientifiques, mais aussi les enjeux économiques et environnementaux de ces énergies (re)mises au goût du jour.

  • 6 f. - 4 h. - Durée : 1 h 35
    La fête se prépare dans le lotissement. Cette année, cela se passe chez Louisette et Anatole, mais naturellement les voisins participent aux préparatifs. Rachid et Fatima, d''origine tunisienne, ont préparé les pâtisseries et Elvis le rocker s''occupe de l''éclairage du jardin, sous le regard attentif de Germaine, sa mère. Cynthia, la voisine enceinte jusqu'aux dents, ne fait pas grand-chose mais comme dit Rachid : « Même si elle n'a pas inventé le couscous, elle est gentille. » Alors que tout ce joli monde s''active, c'est à ce moment que débarquent les cousins de Neuilly, tombés en panne pas loin de là. Les répliques et les situations hilarantes s''enchaînent sans cesse dans cette comédie dynamique qui, tout en faisant hurler de rire le public, en profite au passage pour faire l''éloge de la différence et de la diversité.

  • Il y a deux siècles, les naturalistes s'emparèrent de la question de l'origine de l'homme, à laquelle seuls les mythes fournissaient jusqu'alors des réponses. Mais la science, après avoir rejeté les traditionnels récits mythiques, a-t-elle véritablement réussi à se libérer de leur influence ? A travers une analyse des principales conceptions de l'anthropogenèse proposées entre le début du xixe siècle et nos jours, Wiktor Stoczkowski montre que les travaux scientifiques, au même titre que les manuels scolaires ou les ouvrages de vulgarisation, perpétuent encore aujourd'hui la trame de croyances séculaires. Si la science rejoint souvent la pensée commune dans ses conclusions, c'est parce que l'une comme l'autre restent tributaires d'un ancien imaginaire où se reflète toute une anthropologie naïve : notre manière simpliste d'expliquer l'évolution biologique de l'Homme, les mécanismes de la Culture et les transformations de la société humaine au fil de l'histoire.

  • « La mémoire est sélective », « Il y a une mémoire de l'intelligence et une mémoire du coeur », « On retient moins facilement un nom propre qu'un nom commun », « Demandez à trois témoins de vous raconter une même scène, vous aurez trois récits différents », «La mémoire est comme un muscle : elle se développe quand on l'exerce », « Notre mémoire s'en va avec nos neurones »... Mêlant dans cet ouvrage explications scientifiques et références culturelles, l'auteur propose ici une approche originale du sujet.

  • « La Bible, c'est la parole de Dieu », « La Bible des chrétiens, c'est l'Évangile », « La Bible est un ensemble de livres disparates », « À Quoumrân, on a retrouvé les manuscrits originaux de la Bible », « La Bible a été censurée par l'Église », « La Bible dit tout et son contraire », « Lire la Bible, volontiers ! mais par où commencer ? » ... Premier livre imprimé, premier livre vendu dans le monde, cadeau par excellence à tous les premiers communiants, la Bible est Le Livre. Mêlant l'érudition et une approche très accessible, Roland Meynet s'attache ici à nous faire découvrir ce livre auquel il est si fréquemment fait référence et dont nous ne connaissons bien souvent que peu de choses.

empty