Éditions de la Sorbonne

  • Les recherches et l'enseignement de Nadine Picaudou (professeur d'histoire des sociétés arabes contemporaines à l'université Paris 1 Panthéon-Sorbonne jusqu'en 2010) offrent un aperçu saisissant des évolutions de l'histoire et du métier des historiens du Proche-Orient contemporain. Les études réunies dans ce volume et écrites à l'occasion de son départ de l'université par des chercheurs de disciplines variées retracent bien plus que le parcours intellectuel d'une historienne du Proche-Orient. Elles mettent en lumière l'apport croissant des sciences sociales, l'influence continue de terrains particuliers et des conflits de la région (Palestine, Liban), l'évolution des thèmes de recherche et celle des questionnements de la société sur l'histoire contemporaine et parfois très actuelle du Proche-Orient (Islam et modernité, place des femmes, formation et rôle de l'armée, printemps arabes). Avec ces études, c'est l'ensemble du Proche-Orient qui est abordé, de la Turquie à l'Arabie Saoudite et du xixe siècle à l'année 2014, dans un souci de dialogue constant entre l'histoire et les sciences sociales et humaines - dialogue qui a caractérisé le travail de Nadine Picaudou.

  • En hommage au très grand historien que fut François-Xavier Guerra (1942- 2002), ce livre réunit dix-huit essais inspirés par son oeuvre et son enseignement sur l'Amérique latine contemporaine. Succédant en 1985 à François Chevalier à I université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, F.-X. Guerra fut internationalement connu comme historien des révolutions hispano-américaines : Révolution mexicaine de 1910, révolutions d'indépendance du début du XIXe siècle, à travers lesquelles il s'est consacré à interroger les paradoxes et les dilemmes de l'avènement de la modernité politique. Il les pensait dans le vaste espace transnational qu'il appelait l'Euro-Amérique, où, avec les hommes et les imprimés, circulent et s'échangent les cultures politiques. A travers discussions historiographiques, bilans méthodologiques et cas concrets, les essais ici rassemblés reprennent à nouveaux frais des questions telles que : les modalités de la transition entre ancien régime et société libérale, qui engagent la définition de la modernité politique, mais invitent aussi bien à réfléchir d'un oeil neuf aux transitions démocratiques de la fin du XXe siècle, le rôle joué par la sphère publique dans les processus de sécularisation ; les conditions de pertinence de l'identification des acteurs dans l'histoire du politique; ou encore, le questionnement du nationalisme à partir de l'espace euro-américain. Des historiens européens et latino-américains, collègues ou anciens élèves de F.-X. Guerra, poursuivent ainsi le dialogue avec cette oeuvre généreuse et féconde qui n'a pas cessé d'irriguer la réflexion des latino-américanistes.

  • La diversité et l'unité du monde de l'Europe centrale s'expriment par l'appartenance à un univers façonné par l'empire des Habsbourg et par le maintien de la multiplicité des langues et des cultures de ses peuples souvent mêlées en un seul individu. Les études réunies ici en sont un témoignage. Elles offrent des approches qui dépassent largement l'histoire stricto sensu en s'intéressant à des problématiques écono­miques, sociales, militaires, politiques et artistiques. Émanant de spécialistes de niveau international, elles couvrent tout l'espace de l'Europe centrale, de la Pologne aux Balkans, de la fin du XVIIIeau XXIesiècle. Certaines s'attachent à des sujets peu connus, d'autres bousculent les idées reçues, nombreuses enfin sont celles qui montrent une dimension comparatiste. Cette variété et ce souci d'originalité ont été voulus afin de rendre hommage à Bernard Michel, professeur émérite à l'université Paris I, titulaire de 1985 à 2000 de la chaire d'histoire de l'Europe centrale contemporaine, et qui a fait des Pays tchèques son domaine de recherche privilégié. Dix-sept collègues et disciples rendent ici hommage à l'historien et au pédagogue. Ils reprennent les principaux apports de Bernard Michel à notre connaissance de la région centre-européenne : l'histoire des identités nationales et des mentalités, la prosopographie, l'intérêt pour les courants artistiques et le mécénat, le comparatisme, sans oublier la présence de la France, si souvent prise pour référence par les hommes politiques et les intellectuels par-delà les vicissitudes des relations internationales.

empty