• Crépuscule

    Juan Branco

    Ce livre s'inscrit dans la tradition littéraire française des réquisitoires politiques. Sous la plume enflammée d'un jeune homme formé pour intégrer les élites mais croyant encore en la République, il dénonce et expose les preuves d'une captation de la démocratie par des oligarques puissants, en faveur d'intérêts de caste. Et comment le président Emmanuel Macron en fut à la fois la créature et l'instrument.
    Le publier est un acte citoyen.

  • FABRICATION DES ÉLITES : UN SCANDALE DÉMOCRATIQUE

    « La République ne vous appartient pas. » Le 9 décembre 2019 Juan Branco ouvre par ces mots son discours dans l'amphithéâtre d'honneur de Polytechnique. Face aux étudiants de la plus prestigieuse école du pays, il se livre à une leçon magistrale sur le dévoiement du système qui vient de les consacrer et donne les clés pour comprendre les finalités d'un système éducatif où les écoles du soi-disant mérite sont créées pour reproduire une logique de domination au profit de quelques-uns. Son appel au sursaut est un plaidoyer pour une idée de la République, abandonnée par leurs aînés.

    Suivi des échanges avec les étudiants, un discours qui s'adresse à tous les Français et fera date sur un système de sélection dont ils sont avant tout victimes.

  • Bernie et sa femme ne se remettent pas de la mort soudaine de leur fils. La douleur, insubmersible, a eu raison de leur histoire. À quelques encablures de là, Sylvain et Élodie jouent de malchance lors des premiers remous du mouvement des gilets jaunes. Dans un accès de panique, cette dernière a mortellement renversé la mère du jeune garagiste, qui devra lui aussi composer avec le deuil. Plus bas dans la vallée, Édith fuit vers l'inconnu. Son compagnon a levé une fois de trop la main sur elle mais le hasard la mènera sur la route de Bernie, ermite devenu sauveur. Dans ce nouveau roman, André Bucher déploie une galerie de personnages, unis dans le chagrin, que le hasard des chemins des Alpes-de-Haute-Provence rassemblera, leur offrant un espoir de guérison, une chance de tordre la douleur.

    André Bucher est né en 1946. Après avoir exercé mille métiers (bûcheron, docker, berger), il s'installe à Montfroc, dans la Drôme, en 1975, où il vit toujours. Il est l'une des voix les plus singulières de la littérature française contemporaine. Tordre la douleur est son dixième roman.

  • Mathilde est travailleuse sociale. Elle voit toute la journée défiler des personnes en difficulté et fait de son mieux pour les aider. Mais quand elle apprend pourquoi ses voisins Mohammed et Nadia sont menacés d'expulsion, elle comprend que les dispositifs légaux seront inutiles et qu'il va falloir se salir les mains.

    Quarante-six ans, ancienne judoka de haut niveau, massive et mutique, Mathilde puise dans son passé ténébreux la volonté d'en découdre, et pourquoi pas de refermer enfin, douze ans plus tard, de douloureuses blessures.

    La place carrée, c'est un quartier populaire dans une ville moyenne de province.
    Mathilde ne dit rien est le premier volet d'une série qui s'intéressera à ses habitants, à leurs parcours, leurs magouilles, leurs espoirs, leurs fantômes.

  • À plusieurs reprises dans Le 1, Daniel Cohen s'est prêté à l'excercice exigeant du grand entretien sur des thèmes économiques et sociaux concernant de nombreux Français. Il a ainsi répondu en profondeur à des questions autour du Smic (Peut-on vivre avec le Smic ?), du chômage (La France a-t-elle choisi le chômage?), du Revenu Universel (Quels problèmes pourrait-il régler ?), ou encore de la dimension économique du mouvement des Gilets jaunes. L'économiste analyse également le rôle toujours majeur et mal régulé de la finance, dans un entretien où il précise pourquoi les risques d'une nouvelle grande crise financière restent importants.

    Daniel Cohen est économiste, directeur du département d'économie de l'École normale supérieure et cofondateur de l'École d'économie de Paris.


  • Le meilleur des slogans de manif du xxie siècle : parce que l'imagination au service de la politique, ça fait des étincelles !

    Que ce soient les Gilets jaunes, les Marches pour le climat, Nous toutes... rien n'arrête plus ces grandes manifestations qui rassemblent la société française autour de slogans souvent décapants !
    Do Ré Mi Fa Sol Lacrymo.
    Enseigner jusqu'à 67 ans, yes we canne...
    La retraite avant l'arthrite.
    Les bronzés ne feront plus de ski.
    Ta planète, tu la veux bleue ou bien cuite ?
    La correspondance entre ta main et mon cul n'est pas assurée.
    Range ton zizi, j'ai pas dit " oui " !

    Retrouvez plus de 150 slogans de manif inoubliables et inoubliés d'hier et d'aujourd'hui.
    Parce que la lutte, c'est classe !

  • Travail, chômage, consommation, décroissance, liens familiaux, vie politique, crise démocratique : et si la doctrine sociale de l'Église apportait des réponses insoupçonnées ? Illustré de cas et de situations concrètes, le traité d'un jeune impertinent préfacé par Adrien Candiard.
    Que faire lorsque aucun candidat à une élection ne nous convient ? Quelle autonomie laisser à ses enfants ? Comment réagir face à des pratiques de mensonge ou de dissimulation ? Qu'est-ce que mourir dans la dignité ? Pourquoi les réunions d'équipe sont-elles parfois inefficaces ? Comment gérer l'argent en couple ? Faut-il accueillir les migrants ? Est-il encore possible d'agir en chrétien dans la société actuelle ?
    À travers un panel d'exemples issus de la vie quotidienne, Thomas Ailleret révèle ici comment la foi chrétienne éclaire d'une même lumière nos engagements en famille, au travail, dans l'économie et dans la société.
    " Le salut en Jésus-Christ ne s'annonce pas aux âmes, mais à des personnes de chair et de sang, menant une vie concrète, concernées par le chômage ou le changement climatique ", rappelle ainsi Adrien Candiard dans sa préface.
    Une précieuse porte d'accès au trésor qu'est la doctrine sociale de l'Église.

  • « Le reporter en chef de Sud Radio dévoile une vérité qui dérangera au
    plus haut point les puissances et les pouvoirs, les "patrons" médiatiques
    et les politiciens comptables de l'effondrement démocratique actuel. »
    Antoine Peillon
    Didier Maïsto Gamin des classes populaires devenu patron de media,
    Didier Maïsto n'a jamais ni oublié ni renié ses origines siciliennes
    pauvres... Il est ce passager clandestin dans les allées du pouvoir,
    ce journaliste à la recherche de la vérité qui enquête
    au coeur de la corruption.
    Ce témoignage est d'abord l'histoire d'une prise de conscience politique.
    C'est surtout un document brûlant, courageux et passionné, riche
    de révélations édifiantes sur des dossiers et scandales d'actualité.

  • « Crépuscule n'était ni un songe, ni la fantasmagorie d'un esprit solitaire - les vidéos de Branco faisaient des millions de vues. »
    Mariel Primois-Bizot

    Récit de la genèse du phénomène d'édition, état des lieux interne de la censure médiatique, plongée intime dans le rapport qu'entretient le jeune avocat avec sa caste, Signé Branco ! raconte et analyse le phénomène qui a fait de Crépuscule un symbole de résistance.

  • Qu'est-ce que le populisme ? D'où vient-il ? Quels sont ses théoriciens ? Que signifie la vague planétaire qui l'incarne ? En 260 notices et entrées et une centaine de contributeurs internationaux, la somme qui manquait sur la question.
    Eu égard aux polémiques qui l'accompagnent et à son omniprésence dans l'espace public, il faut prendre au sérieux la question populiste.
    Mais qu'est-ce que le
    populisme ? Depuis un demisiècle, les auteurs butent sur une définition. Sans doute parce que la réalité renvoie moins à
    un populisme qu'à
    des populismes. D'où le choix assumé du
    pluriel pour rendre compte de la richesse, de l'épaisseur et de la diversité du phénomène : un choix qui explique aussi bien le titre de ce livre que sa forme de dictionnaire.
    Un dictionnaire auquel ont contribué 107 auteurs de 12 nationalités différentes, spécialistes d'histoire, de littérature, de philosophie, de droit public ou de science politique, et qui ne comporte pas moins de 263 notices traitant aussi bien de thèmes que de pays, de partis, de mouvements, d'institutions ou de personnalités - avec pour ambition de permettre au lecteur de cerner plus précisément ce qui est devenu une réalité incontournable de la vie politique contemporaine.
    Eu égard aux polémiques qui l'accompagnent et à son omniprésence dans l'espace public, il faut prendre au sérieux la question populiste.
    Mais qu'est-ce que le
    populisme ? Depuis un demisiècle, les auteurs butent sur une définition. Sans doute parce que la réalité renvoie moins à
    un populisme qu'à
    des populismes. D'où le choix assumé du
    pluriel pour rendre compte de la richesse, de l'épaisseur et de la diversité du phénomène : un choix qui explique aussi bien le titre de ce livre que sa forme de dictionnaire.
    Un dictionnaire auquel ont contribué 107 auteurs de 12 nationalités différentes, spécialistes d'histoire, de littérature, de philosophie, de droit public ou de science politique, et qui ne comporte pas moins de 263 notices traitant aussi bien de thèmes que de pays, de partis, de mouvements, d'institutions ou de personnalités - avec pour ambition de permettre au lecteur de cerner plus précisément ce qui est devenu une réalité incontournable de la vie politique contemporaine.

  • « Ce livre-reportage témoigne de l'enthousiasme soulevé par l'expérience politique de démocratie directe dans les assemblées populaires locales (à Commercy en particulier), et dans les Assemblées des Assemblées de Commercy et Saint-Nazaire, aventure humaine de conversations quotidiennes et de solidarités - ouvrant, dans la difficulté de vivre, des perspectives de bonheur que tous croyaient impossibles. »

  • Les gilets jaunes révèlent la fracture et les écarts de la société française - neuf millions de pauvres contre cinquante-sept milliards de dividendes -, les vies invisibles sur les écrans de nos représentations collectives, les existences à moins de mille euros par mois dans l'absence ou la difficulté de tout...

    Dans des formes très diverses, analyses, nouvelles, poèmes, tribunes, micro-fictions... les écrivains réunis ici, qu'ils décrivent avec empathie des gilets jaunes, leur donnent parole, racontent, s'insurgent ou s'enthousiasment, témoignent de leur solidarité ou de leur proximité avec la France populaire.

  • À travers la vie quotidienne d'une chômeuse de longue durée, réduite aux aides sociales, voici le portrait de la France que personne ne veut voir et qui s'est rendu visible par les " gilets jaunes ". Une plongée dans la banalité de la misère, une confession-vraie portée par une plume sans concession.
    Les chômeurs : on en parle beaucoup, mais ce sont toujours des statistiques, qui montent ou qui descendent. Et l'humain derrière tout cela ? Et la fraternité ? Et la solidarité ?
    Benoît Rayski a voulu rencontrer un de ces oubliés. Il est parti à Caen pour retrouver Julie. Elle venait d'être licenciée et elle lui a ouvert son coeur.
    Les fins de mois difficiles, la scolarité perturbée des enfants, les rendez-vous Pôle Emploi, les centaines de CV envoyés : dans ce livre au plus près du réel, voici une effacée de la terre qui évoque avec sincérité le drame ultramoderne d'une vie inemployée.
    Pour connaître la vraie France d'aujourd'hui.

  • Sarabande

    BILLANCOURT MAX

    Quatre retraités lyonnais ayant fait de belles carrières, financièrement à l'aise, quatre potes, quatre amis aiment les bons repas, les sorties en vélo et la pêche à la ligne. Ils vont rencontrer LES GILETS JAUNES, LA VIOLENCE, LA VENGEANCE, LA POLICE, LA JUSTICE, LES INÉGALITÉS...

    Félix, l'un d'entre eux, va même rencontrer L'AMOUR ! SARABANDE raconte les aventures de ces quatre briscards, un peu décalés, dans la France d'aujourd'hui. ET ÇA FAIT DES ÉTINCELLES !

  • De l'Antiquité jusqu'à aujourd'hui, la démocratie a été associée aux principes de liberté et d'égalité. Pour devenir effectifs et informer la vie politique et sociale, ces principes doivent toutefois s'incarner dans des pratiques et des médiations qui leur donnent corps. La désignation de magistrats par tirage au sort ou l'élection de représentants viennent immédiatement à l'esprit lorsqu'on pense aux démocraties antiques et modernes. Mais les pratiques démocratiques incluent aussi d'autres modes de participation et de consultation, d'éducation, de contrôle ou de contrepoids. Nécessaires à la vie démocratique, ces pratiques sont aussi, par contre, le lieu de sa possible corruption. Aristote explique ainsi en détail, dans les Politiques, comment on peut conduire la démocratie à sa perte ou la vider de sa substance ne serait-ce que par une transformation minime de ses pratiques. De manière générale, la pratique est d'ailleurs dans un lien étroit aux moeurs, c'est donc à travers elle que se déploient et que sont testés, en quelque sorte, l'esprit et l'idéal d'un régime politique.
    C'est ce double aspect des pratiques démocratique - leur nécessité et leur possible corruption - que nous souhaitons explorer tour à tour ou conjointement dans le cycle de conférences de l'année 2019-2020.

empty