• Tout commence par des observations. Ce recueil est le résultat d'une série de sentiments qui traversent l'auteur depuis un certain nombre d'années. Ce dernier part en guerre contre l'amnésie et la banalité des situations quotidiennes en leur conférant une résonance différente. En ce sens, le livre aurait pu être l'oeuvre de n'importe qui, comme il l'affirme lui-même. Sa singularité ? Au début, il disposait d'un appareil photo qui lui permettait de saisir l'instant présent. Une véritable magie s'opérait alors quand l'image s'invitait en lui. Elle se transformait en une évidence car elle permettait d'envisager l'avenir d'un texte avec plus de clarté. Ensuite vient le travail de « ciselage », beaucoup plus délicat car il suppose d'extraire du matériau brut une musique quasi inaudible. Exercice compliqué mais source d'une jouissance inexplicable ! Une fois les textes couchés, ils ne lui appartiennent plus. Sensation étrange et semblable à celle ressentie par une mère qui voit son enfant s'éloigner du nid familial. D'où cette envie de les partager.

  • « Vingt-deux heures sonnent au clocher. Les lampes dégagent une lueur jaunâtre. Une foule dense et disparate En ordre Sans but Marche en silence. Un seul Sans réfléchir Retourne sa démarche Passe en effleurant Glissant entre les espaces. Regard fixe sur l'horizon Fluide. » Nouvelles, portraits, poèmes... L'ouvrage signé M. Dupuy est tout ceci... en même temps qu'il échappe à toute classification. Espace littéraire mouvant et insaisissable, habité par la peinture, l'image de la femme aimée ou encore la musique, "Les Quatre Saisons d'un ange" impose un patchwork de textes, de rythmes et d'ambiance dans lesquels on se glisse, fascinés, quasi enchantés.

  • Dans « Bleu comme un feu », Patrice Desbiens nous offre uniquement de petites pièces, chacune finement ciselée et étincelante comme un vitrail. Avec une économie verbale inversement proportionnelle à l'immensité de sa quête, le poète esquisse les silhouettes fluides d´une femme qu´on épie à travers le kaléidoscope du désir.

empty