• Durant la guerre froide, le bloc occidental, opposé au bloc communiste dont il craignait l'expansionnisme asservissant, était une entité géopolitique cohérente qui menait un combat justifié pour préserver sa liberté.

    Mais aujourd'hui, le concept de monde occidental est-il encore pertinent ? Continuons-nous, avec ou sans Trump, à être guidés par les mêmes valeurs que les Etats-Unis ? L'OTAN a-t-elle pour objectif de nous préserver contre la menace russe ou de l'entretenir artificiellement, afin de maintenir l'Europe dans un état de dépendance à l'égard de Washington ? Par leur comportement hégémonique, les Etats-Unis ne sont-ils pas autant source d'insécurité que de sécurité ?

    Cet ouvrage salutaire appelle à revisiter les liens transatlantiques, historiquement dépassés, mais savamment entretenus par suivisme et par aveuglement. L'élection de Donald Trump à la tête des Etats-Unis en est l'illustration actuelle la plus flagrante : va-t-on saisir cette occasion pour se réinventer ? Les outrances de Trump vont-elles réveiller les Européens ou ces derniers vont-ils demeurer dans un état de somnambulisme stratégique ?

  • Faut-il théoriser pour s'occuper des toxicomanes ? L'auteur s'y est efforcé à partir de sa clinique dans les premiers centres d'accueil et en référence à la psychanalyse.

    À partir de ses lectures, de discussions avec ses collègues, avec Charles Melman et Claude Olievenstein, auprès de qui il a exercé ses fonctions de thérapeute à Marmottan, Patrick Petit dégage une théorie psychanalytique serrée et sérieuse fortement liée à son expérience clinique.

    Ce livre donne des bases fondamentales, toujours clairement amenées, d'une pratique raisonnée et vivante auprès des toxicomanes. Elle engage à poursuivre aujourd'hui l'élaboration de cette clinique difficile, quitte à la transformer au gré des actualités, selon la contemporanéité.

    Textes établis et réunis par Alain Dufour avec Jean-Louis Chassaing et le concours de Jean-Michel Hervieu, Albert Fontaine et Charles Melman.

  • La dépendance amoureuse est une étape naturelle de la relation de couple. Source de bonheur, elle peut aussi être source de souffrance lorsqu'elle s'installe et qu'elle nous enferme dans des liens toxiques. Il est d'autant plus difficile d'en sortir que la dépendance des débuts est forte. En s'appuyant sur des exemples vivants, Hélène Roubeix nous guide sur un chemin de maturité, pour sortir de la fusion et conquérir l'autonomie. Elle décrit les différents types de dépendance, analyse leurs causes et propose une lecture constructive de la passion amoureuse. Solide, accessible et bien écrit, cet ouvrage accompagne le lecteur dans une démarche thérapeutique libératrice. Un propos bienfaisant - Une vision positive - Un ton sensible

  • Une démocratie sans autorité ?

    Alain Eraly

    • Eres
    • 5 Septembre 2019

    De la famille à la politique, la crise de l'autorité touche à peu près tous les responsables dans toutes les institutions. La perte de légitimité du politique et la crise des Gilets jaunes offrent une illustration frappante des raisonnements développés dans cet ouvrage. L'enjeu n'est pas d'apprendre à vivre sans autorité, mais d'engendrer des formes d'autorité plus respectueuses des valeurs de notre temps.

    Pour l'essentiel, la crise de l'autorité est une bonne nouvelle, son érosion engage toute notre modernité et rien ne saurait justifier de faire machine arrière. Il reste que ce déclin affecte en profondeur nos formes de vie et nos institutions. Partout, le besoin d'autorité se fait sentir, mais une autorité au service de la démocratie, du débat public, des droits et des devoirs, de la justice et l'équité, de la transmission des valeurs fondamentales, de la défense du commun contre l'emprise des intérêts privés, de l'adaptation des modes de vie à l'urgence écologique. Tout retour en arrière est proscrit : l'autorité est donc à réinventer.

  • Dans un contexte de médicalisation et de contrôle de la fin de vie, les évolutions législatives engagent à une réflexion nécessaire sur certaines pratiques d'euthanasie ou assimilées. Reconnaître à la personne le droit de refuser un traitement qu'elle estimerait incompatible avec ses valeurs et de décider des conditions de sa mort peut être considéré comme le strict respect de son autonomie.
    Une telle position suscite néanmoins nombre de dilemmes éthiques, notamment lorsqu'il s'agit d'une personne en situation de vulnérabilité. Dans ce contexte, comment s'exerce l'arbitrage d'une décision qui peut aboutir à sa mort anticipée ? Lorsque certaines législations évoquent le « droit à la mort dans la dignité » pour des personnes atteintes de lourds handicaps, de la maladie d'Alzheimer ou de souffrances psychiques, ne renonçons-nous pas à des devoirs de sollicitude et de solidarité à leur égard ?
    Cet ouvrage réunit les meilleures compétences afin d'aborder en profondeur cette délicate question de la demande d'euthanasie. Elle suscite dans bien des circonstances des réponses hâtives ou des procédures révélatrices d'une insuffisance de réflexions à la fois argumentées, prudentes et responsables.

  • Vous avez du mal à dire non ? Vous êtes de ceux qui peuvent ruminer toute une soirée si votre chef vous a fait un quelconque reproche sur votre travail ?

    Dans le monde professionnel, le dépendant actif est parmi ceux qui acceptent tout par peur du confl it, mais surtout, par crainte de ne plus être appréciés. Que vous soyez dépendant actif ou que vous évoluiez aux côtés de l'un d'entre eux, cet ouvrage vous donne les clés pour agir.

    Dans ce livre pratique, très riche en témoignages, vous découvrirez tout ce que la dépendance active induit et comment ces personnes sont perçues par l'entourage professionnel. Mais surtout, Geneviève Krebs, coach et spécialiste du sujet, vous propose des outils et des fi ches pratiques pour vous permettre de travailler sur vous-même, de gagner en prise de conscience, en autonomie, en maturité active, en performance et en mieux-être.

    D'expérience en expérience, vous allez enfin pouvoir vous libérer de ce besoin qui vous mine pour oser avancer sans attendre constamment l'approbation des autres.

  • Comment dépasser les pertes, les renoncements et les deuils qui rendent plus vulnérables, comment continuer de grandir au-delà de l'âge ? Ce livre stimulant nous donne envie de vieillir. Il dégage un message spirituel fort qui correspond à une demande actuelle dans un monde en crise d'identité, en mal de repères et en risque de déshumanisation. Les auteurs dont les travaux novateurs représentent une avancée notoire dans leurs différentes disciplines proposent de regarder autrement la question du vieillissement. Il s'agit de considérer une personne dans sa trajectoire de vie, une personne qui, après 70 ans, a tous les âges à la fois, mais ne perd pas pour autant son statut d'adulte. Loin de la piste marketing du « vieillir jeune », ils proposent des pistes pour vieillir vieux et fiers de l'être, pour avancer en âge dans une mobilité narcissique qui permette de poursuivre une évolution spirituelle, bref pour vieillir en « accord-d'âge ». Un véritable art de vivre se dégage de leurs contributions.

  • "Tu es tout pour moi", "Je n'ai besoin de personne", "Nous ne faisons qu'un", "Etre ensemble est insupportable mais nous quitter est impossible"... Angoisses d'abandon, mécanismes d'isolement ou désir de fusion à l'autre sont divers visages d'un m

  • « Nous avons l'honneur de vous signifier votre admission au sein de l'établissement. » Cette phrase, adressée chaque année à de nombreux adultes en situation de handicap, marque le début d'une authentique aventure humaine. Loin d'être uniquement celle du futur usager, elle convoque de nombreux enjeux pour ses proches ainsi que pour l'institution elle-même et les professionnels qui y exercent.

    Comment construire une pratique favorisant un accompagnement propice au bien-être et à l'épanouissement de chacun ? Quels sont les écueils d'un système institué visant le délicat équilibre entre individualisation et vie en collectivité ?

    Ces questions constituent le coeur de cet ouvrage qui explore différentes facettes de l'aventure institutionnelle dans ses dimensions tant éthiques que cliniques. L'entrée en institution, le quotidien de la dépendance physique et mentale, les projets de vie, le devenir de chacun, la vie affective et sexuelle, les défis institutionnels... Autant de thématiques dont l'abord permettra de dessiner une démarche concrète de concertation éthique au sein des établissements.  

    Les auteurs, psychologues expérimentés dans l'accompagnement des personnes en situation de handicap et de dépendance, développent une approche intégrative mêlant différents courants de la psychologie contemporaine à des considérations éthiques héritées de la philosophie. L'esprit humaniste de leur démarche vise en premier lieu à favoriser un accompagnement institutionnel respectueux de chaque sujet dans sa singularité.

  • La culture occidentale contemporaine imprégnée par l'idéal de la maîtrise et le diktat de la performance perçoit le corps vulnérable comme une tare à bannir, à cacher ou à travestir. L'objectif consiste à ce que l'humanité puisse se libérer de sa vulnérabilité physique, préserver son corps de l'exposition à la souffrance, au vieillissement, à la maladie et, enfin, à la mort grâce à la maîtrise scientifique du vivant. Le transhumanisme du XXIe siècle s'est fait le champion de cette lutte contre la vulnérabilité du corps en prophétisant l'euthanasie de la mort.

    En réaction à cette culture ambiante, le champ de l'éthique dite « de la vulnérabilité » s'est largement développé. Toutefois, il est encore souvent abordé à partir de l'autonomie du sujet en refusant de réfléchir à la dépendance ontologique de l'être humain. La question essentielle de ce livre n'est pas, même si elle est importante, de savoir comment le sujet autonome doit se comporter à l'égard d'une personne en situation de vulnérabilité (comment établir une société capable de l'intégrer). Elle consiste plutôt à se demander si l'être humain en tant que tel - qu'il soit bien-portant ou non - n'est pas fondamentalement vulnérable, et si cette vulnérabilité n'est pas, en dernier ressort, une « grâce ».

  • Une lecture psychanalytique de l'acte éducatif ou de soin à travers la question de la temporalité psychique. à partir de la temporalité psychique, pensée dans sa dimension anthropologique, l'auteur ouvre une perspective de compréhension inédite de problématiques psychologiques contemporaines comme la dépendance psychique, le rapport aux limites et à la loi, les conduites oppositionnelles, les troubles de la parentalité, le rapport aux savoirs et la transmission, etc. De nombreux exemples cliniques viennent illustrer l'analyse psychanalytique de l'acte éducatif ou de soin dans le contexte de ce nouveau malaise dans la civilisation.

  • Se détacher sans se sentir abandonné Une rupture amoureuse, un déménagement, un licenciement, une simple absence ou un retard nous plongent dans une profonde détresse. Nous nous sentons seuls et, parfois sans raison apparente, abandonnés. D'où vient ce sentiment ? Les expériences de séparation anciennes lorsqu'elles ont été mal vécues rendent complexes et douloureuses les étapes importantes ou plus anodines du présent. Face aux changements de vie, la peur de l'abandon réactive les sentiments d'injustice, de deuil et de solitude irrémédiable. Mettre en lumière les manques ou les trop-pleins de notre histoire personnelle nous permet de comprendre nos dépendances affectives et les liens toxiques qu'elles génèrent. La rupture nous dit l'auteur, c'est aussi avancer vers l'autonomie, faire le premier pas vers l'indépendance.

  • Comment regarder autrement ce que l'on nomme démence d'Alzheimer et maladies apparentées? Qu'est-ce que la personne âgée dit lorsque raison et mémoire font défaut ?

    Pour répondre à ces questions, l'auteur interroge les médecins et les biologistes, dont les discours pourtant très en vogue sont pourtant discutés et discutables. Mais aussi des sociologues, des artistes, des poètes et des philosophes, car ils ont des yeux et des oreilles qui voient et entendent ce que les savants ne peuvent sentir. Et surtout, il écoute ceux - ou plutôt celles - qui vivent près des vieux : les infirmières, les aides-soignantes, les animatrices.

    Même quand la mémoire fait défaut, le vieux reste un sujet à part entière qui appréhende le réel en y étant totalement présent, d'où la proposition de l'auteur de remplacer le qualificatif de « dément » par « présent », tel un cadeau donné à tous, riche d'enseignement pour les plus jeunes. En effet, le présent dit bien des choses sur la violence, la religion, l'amour, la politique même.

    L'auteur invite les soignants à considérer les symptômes psychogériatriques comme des signes qui disent l'essentiel et non comme des pathologies à traiter. Les anciens, quand ils n'ont plus ce que nous nommons raison et mémoire, nous invitent à passer sur une autre rive de la vieillesse...

  • De la surprotection aux abus, vivre en huis clos n'est pas sans risque pour les personnes âgées et leur entourage familial. Les auteurs analysent les mécanismes à l'oeuvre, alertent sur les conséquences et ouvrent des pistes pour en sortir. Nombre de personnes âgées vieillissent en huis clos. De la (sur)protection disqualifiante à l'abus véritable, une même logique : situations fermées, verrouillées, où la parole, les actes, voire les pensées de l'un, sont contrôlés plus ou moins fermement par l'autre. Les relations familiales se dégradent, les aides professionnelles sont entravées. Reconnaître, comprendre une situation de huis clos est la première étape décisive avant son ouverture qui n'est jamais simple.

  • Face à l'allongement de la longévité et à l'entrée massive ces prochaines années des baby-boomers dans le grand âge, il est important d'améliorer les savoirs sur les dynamiques de vieillissement. C'est l'ambition de cet ouvrage, porté par des travaux internationaux réunissant sociologues et professionnels de soins. Il développe et enrichit la réflexion autour des expériences du vieillir à partir du concept de déprise. La déprise désigne un travail d'aménagement du parcours de vie qui s'appuie sur une série de tentatives de substitution d'activités ou de relations. Elle suppose une tension entre le sentiment des limites, corporelles et cognitives, et la volonté d'assurer une continuité identitaire mais aussi un désir de s'assurer une présence différente au monde.

    À contrecourant d'approches réductionnistes, âgistes et sexistes, qui ont construit une image négative du vieillissement, les auteurs, canadiens, français, allemands, suisses, rendent compte de ces « arts de faire » qui questionnent l'inscription des aînés dans le temps et l'espace, le rapport à soi et aux autres mais aussi les disparités sociales et genrées. Ce tour d'horizon montre bien la nécessité de considérer les spécificités socioculturelles et politiques dans l'analyse des différentes figures du vieillir.

    Ouvrage publié avec le soutien de la Fondation MUTAC, sous l'égide de la Fondation de l'Avenir.

  • Ce recueil sur l'adolescence est l'occasion d'une étude fondamentale, théorique et clinique, des aléas d'une épreuve à double face - dont la dépendance constitue le fil rouge - et des tentatives d'accompagnement auxquelles elle donne lieu. L'adolescence, avec la flambée pulsionnelle qui l'accompagne, confronte les jeunes à des paradoxes multiples : changer en restant le m ême, se détacher de ses parents tout en maintenant le lien, investir l'autre social tout en investissant sa propre personne... Les auteurs invitent à comprendre et écouter les conduites des adolescents - y compris les conduites addictives - comme modalité particulière de mettre en scène l'épreuve de la dépendance et de la séparation d'avec les parents.

  • N'en déplaise à ses contempteurs, la psychanalyse contemporaine fait preuve de vivacité ! Ces fantaisies de divan en témoignent en nous invitant à un vagabondage littéraire autant que psychanalytique. L'ouvrage se découpe en petits chapitres, chacun introduit par d'improbables pensées consignées par un narrateur au cours de sa psychanalyse. Devenu depuis lui-même analyste, il commente ensuite ces notes en procédant de l'association libre pour lier ensemble des éléments culturels, artistiques, littéraires ou scientifiques sur un thème donné. Au final, ce recueil illustrera la clinique actuelle, ses enjeux narcissiques, ses accointances privilégiées avec le pouvoir et son désir insatiable de soumission.

    Marcel Sanguet est psychologue clinicien, psychanalyste

  • Accompagnez votre proche au quotidien L'un de vos proches est atteint de la maladie d'Alzheimer, l'annonce du diagnostic a bouleversé vos projets, marquant une véritable rupture dans votre vie.

    Durant de longues années, votre proche aura besoin de vous et de nouvelles questions vont se poser tout au long de l'évolution de la maladie :


    Comment voit-il le monde qui l'entoure ?

    Que va devenir la vie sociale et comment la préserver ?

    Faudra-t-il envisager le placement en institution ?


    Personne ne naît "aidant" et il n'y a pas de mode d'emploi pour s'occuper d'un malade. C'est pourquoi ce guide complet décrit avec précision les situations qui vont surgir tout au long de la maladie et les solutions qui vous permettront d'y faire face. Fourmillant de détails pratiques, de témoignages, de conseils utiles, vous y trouverez toutes les informations dont vous aurez besoin pour :


    Comprendre la maladie, connaître son évolution et avoir une relation plus sereine avec votre proche ;

    Savoir comment lui parler... et l'écouter ;

    Organiser votre quotidien et le sien ;

    Gérer ses déambulations, son irritation, son agitation, ses tendances à fuir...

    Prendre soin de vous-même pour mieux assumer votre rôle d'aidant ;

    Trouver des aides pratiques et financières : aides à domicile, associations, centres d'accueil, avantages fiscaux...


    Destiné aux familles et à tous ceux qui accompagnent au quotidien une personne touchée par la maladie d'Alzheimer, ce guide est le fruit de plusieurs années de contact permanent auprès des malades et des familles. Il propose la synthèse entièrement réactualisée des ouvrages parus dans la collection "Guides pratiques de l'aidant Alzheimer".

    Ce guide existe en format papier et électronique (tous supports).

  • Faire l'éloge de l'insuffisance est une autre manière de dire la nécessaire interdépendance des membres de la société et de mettre en évidence les forces insoupçonnées que recèle la vulnérabilité. N'est-ce pas l'insuffisance constitutive de l'être humain qui, en se revendiquant comme telle, permet de fonder le lien social comme une nécessité réciproque de vivre et de travailler ensemble ? Les configurations sociales de vulnérabilité qui concernent les « perdus de vue » de la République sociale - jeunes incasables, familles avec un enfant autiste ou polyhandicapé, un adulte handicapé, ou des parents malades d'Alzheimer - mobilisent des compétences et des savoir-faire le plus souvent ignorés de tous, qui permettent de remplacer pour un temps toutes les aides prévues par le système de protections sociales habituelles.

  • Le cinéma est un langage, structuré par les représentations, les intentions et la créativité de tous ceux qui élaborent ensemble une oeuvre cinématographique.

    Dans le cadre du soin alcoologique, le cinéma peut constituer un médiateur toujours renouvelé de la relation et de la réflexion dans des temps d'élaboration collective - lors d'ateliers ou de séances de groupe de parole - ou à l'occasion d'entretiens individuels. Il contribue à peupler l'imaginaire de la personne en démarche de soin et à étoffer la relation d'aide en favorisant le partage de références culturelles et symboliques, tout en décentrant progressivement l'attention sur ce qui n'est pas le comportement alcoolique.

    Henri Gomez et l'équipe des cinéphiles de l'AREA présentent leur travail autour de fiches d'analyse de films récents ou classiques, regroupées dans des thématiques. A destination des soignants et les personnes en quête de repères et de rêves, cet ouvrage est une incitation indirecte à éprouver et à penser par soi-même, en suspendant le cours des aliénations ordinaires.

    « Ce livre est un outil puissant et attrayant - et ce n'est pas le moindre de ses mérites -  pour aider les équipes soignantes et les psychothérapeutes à changer de regard sur les alcooliques, et aussi sur quelques autres chemins où l'esprit peut s'égarer. C'est en effet la condition pour qu'ils puissent aider leurs patients à changer à leur tour. Le cinéma n'est pas seulement un formidable instrument d'information et de divertissement, il est aussi un support d'échanges, de déculpabilisation et de réaffiliation. » Serge Tisseron

empty