Les petits matins

  • Jusquen 2001, la jurisprudence interdisait de demander réparation pour les actes du « gouvernement illégal de Vichy ». Aussitôt levée cette amnistie de fait, Georges Lipietz le père dAlain Lipietz et son frère Guy S. demandèrent réparation pour leur transfert et leur emprisonnement de Toulouse à Drancy en 1944, dans le cadre de la déportation des Juifs. En 2006, le tribunal administratif de Toulouse condamnait lÉtat et la SNCF. Celle-ci fit appel et, en 2007, la justice administrative se déclarait incompétente Cest cette épopée judiciaire que relate ici Alain Lipietz, ainsi que les remous qui en découlèrent dans lopinion. Occasion douvrir un débat autour de lamnistie et du délai pour demander justice, de la responsabilité dune personne morale et, bien sûr, de la responsabilité propre de la SNCF. Des travaux historiques récents ont en effet mis au jour des archives inédites qui modifient radicalement limage de la SNCF comme « entreprise résistante », et nous appellent à une nouvelle lecture de son rôle dans la Shoah. Autant de questions qui convergent vers cette interrogation essentielle : pourquoi faire justice ?

empty