Publie.net

  • Les amoureux de l´écriture de Jacques Josse ne s´étonneront pas qu´on poursuive avec fidélité la mise en ligne de ces textes pesés, rigoureux, rares.
    D´abord par choix de l´éditeur : affinité grande avec ce qu´on y respire de la mer, et l´échelle à quoi elle nous contraint. Alors, oui, on peut appréhender ce qui tient de la vie et de la mort. Et on saura, justement, que c´est dans cette précision, et cette attention au présent, cet accueil du visage devant soi, de la parole de l´autre.
    Ici, Jacques Josse voyage : il suffit d´un quai. Il y a le mot orient, il y a l´ombre dérangeante de Kerouac, et comment lui et ceux qui l´ont suivi ont imposé à la langue de marcher.
    Il y a toujours ce recueillement : pas de parole, pas de visage, sans savoir ce que vie et mort organisent, dans notre plus immuable théâtre. Justement des mots que Jacques Josse n´emploierait pas.

    FB

empty