Editions Philippe Picquier

  • La vie est douce à Kamakura. Amis et clients se pressent dans la petite papeterie où Hatoko exerce ses talents d'écrivain public. Tendres, drôles ou tragiques, les destins se croisent sous son pinceau.
    Hatoko s'est mariée et découvre, en compagnie de Mitsurô et de sa petite fille, les joies d'être mère au sein de leur famille recomposée : elle enseigne à l'enfant l'art de la calligraphie comme le faisait sa grand-mère et partage avec elle ses recettes des boulettes à l'armoise ou du thé vert fait maison.
    Mais si Hatoko excelle dans l'art difficile d'écrire pour les autres, le moment viendra pour elle d'écrire ce qui brille au fond de son coeur.
    Après La Papeterie Tsubaki se dévoile une fois de plus tout le talent d'Ogawa Ito pour nous révéler les sources invisibles du bonheur.

    Ogawa Ito est née en 1973. Elle chante, écrit des livres pour enfants, des articles pour des magazines de cuisine et de voyage. Son premier roman, Le Restaurant de l'Amour retrouvé, a été adapté au cinéma au Japon et est devenu un best-seller mondial. Il a reçu en France le prix Eugénie Brazier.

    A découvrir également aux Editions Picquier : Le Restaurant de l'Amour retrouvé, Le Ruban, Le Jardin Arc-en-Ciel, La Papeterie Tsubaki.

  • Hatoko a vingt-cinq ans et la voici de retour à Kamakura, dans la petite papeterie que lui a léguée sa grand-mère. Le moment est venu pour elle de faire ses premiers pas comme écrivain public, car cette grand-mère, une femme exigeante et sévère, lui a enseigné l'art difficile d'écrire pour les autres.Le choix des mots, mais aussi la calligraphie, le papier, l'encre, l'enveloppe, le timbre, tout est important dans une lettre. Hatoko répond aux souhaits même les plus surprenants de ceux qui viennent la voir : elle calligraphie des cartes de voeux, rédige un mot de condoléances pour le décès d'un singe, des lettres d'adieu aussi bien que d'amour. A toutes les exigences elle se plie avec bonheur, pour résoudre un conflit, apaiser un chagrin.Et c'est ainsi que, grâce à son talent, la papeterie Tsubaki devient bientôt un lieu de partage avec les autres et le théâtre des réconciliations inattendues.

    Née en 1973, Ogawa Ito a écrit des livres pour enfants, des chansons pour le groupe de musique Fairlife, des textes pour des magazines de cuisine et de voyage, et des romans tous devenus immédiatement des bestsellers au Japon et en passe de le devenir en France.
    A découvrir également aux Editions Philippe Picquier Le Restaurant de L'Amour Retrouvé, Le Ruban et Le Jardin Arc-en-Ciel.

  • Comment parle-t-on d'amour en chinois ?
    A travers les récits de quatre générations de femmes d'une même famille, nous découvrons un témoignage bouleversant sur la vie réservée aux Chinoises par l'Histoire.
    Des unions arrangées pour compatibilité révolutionnaire aux jeunes filles d'aujourd'hui pour qui le mariage n'est plus une fin en soi, ces femmes racontent le sentiment amoureux, l'attente, les souffrances et la perte, la solitude.
    La politique, l'Histoire sont là, mais bien davantage tout ce dont on ne parle pas d'habitude : les secrets qui se transmettent d'une génération à l'autre, les sentiments, les passions, les désirs. Et tout le poids du non-dit, qui brise ici les tabous en se révélant au grand jour.
    Un jeu de miroirs où société chinoise et domaine de l'intime se répondent pour esquisser une histoire amoureuse des femmes chinoises : combien elles ont changé dans leur manière de concevoir les relations sexuelles, les sentiments et la famille, et comment l'amour, envers et contre tout, peut résister et survivre à l'Histoire.

    Xinran est née en 1958. Pendant la révolution culturelle, elle est envoyée dans un orphelinat réservé aux enfants de "chiens à la solde de l'impérialisme". En 1983, elle anime une émission de radio qui l'a rendue célèbre en Chine où elle recueillait sans tabou les confidences des femmes. Son premier livre Chinoises l'a faite connaître dans le monde entier.


    Déjà parus : Chinoises, Funérailles célestes, Baguettes chinoises, Mémoire de Chine, Messages de mères inconnues, L'Enfant Unique.

  • On sait déjà que vivre dans une maison ordonnée influe de manière positive sur tous les aspects de la vie, mais on ignore que le rangement et l'organisation de l'espace intérieur sont une des pratiques les plus importantes du zen : « faire le ménage, c'est faire briller son coeur ». Masuno Shumnyo n'additionne pas les mesures ponctuelles mais amorce chez le lecteur une réflexion durable à travers différentes pensées fondamentales sur le bonheur : découvrir le plaisir de « se faire soi-même bon accueil » ou encore apprendre à se débarrasser des choses inutiles en développant en soi le sentiment de gratitude envers tout ce qui nous entoure - car le choix de la frugalité peut se révéler le plus raffiné des plaisirs.

    Masuno Shumnyo est né en 1953. Il dirige le temple Soto Kenko-ji à Yokohama et occupe la chaire de design paysagiste à la Tama Art University au Japon ainsi qu'à l'University of British Columbia aux USA. Il s'est distingué pour ses jardins contemplatifs d'inspiration zen qui peuvent être admirés dans le monde entier : Tokyo, Berlin, Hong Kong ou encore New York City.

    Masuno Shumnyo a été élu l'une des 100 personnalités japonaises les plus influentes aujourd'hui.

empty