• APEIROGON

    Colum Mccann

    • Belfond
    • 27 Août 2020

    Rentrée littéraire 2020

    Apeirogon, n.m. : figure géométrique au nombre infini de côtés.
    Rami Elhanan est israélien, fils d'un rescapé de la Shoah, ancien soldat de la guerre du Kippour ; Bassam Aramin est palestinien, et n'a connu que la dépossession, la prison et les humiliations.
    Tous deux ont perdu une fille. Abir avait dix ans, Smadar, treize ans.
    Passés le choc, la douleur, les souvenirs, le deuil, il y a l'envie de sauver des vies.
    Eux qui étaient nés pour se haïr décident de raconter leur histoire et de se battre pour la paix.
    Afin de restituer cette tragédie immense, de rendre hommage à l'histoire vraie de cette amitié, Colum McCann nous offre une oeuvre totale à la forme inédite ; une exploration tout à la fois historique, politique, philosophique, religieuse, musicale, cinématographique et géographique d'un conflit infini. Porté par la grâce d'une écriture, flirtant avec la poésie et la non-fiction, un roman protéiforme qui nous engage à comprendre, à échanger et, peut-être, à entrevoir un nouvel avenir.

    1 autre édition :

  • Retour à Killybegs

    Sorj Chalandon

    • Grasset
    • 17 Août 2011

    Maintenant que tout est découvert, ils vont parler à ma place. L'IRA, les Britanniques, ma famille, mes proches, des journalistes que je n'ai même jamais rencontrés. Certains oseront vous expliquer pourquoi et comment j'en suis venu à trahir. Des livres seront peut-être écrits sur moi, et j'enrage. N'écoutez rien de ce qu'ils prétendront. Ne vous fiez pas à mes ennemis, encore moins à mes amis. Détournez-vous de ceux qui diront m'avoir connu. Personne n'a jamais été dans mon ventre, personne. Si je parle aujourd'hui, c'est parce que je suis le seul à pouvoir dire la vérité. Parce qu'après moi, j'espère le silence.Killybegs, le 24 décembre 2006 Tyrone Meehan

  • " Cette nuit, il y aura des affrontements, il y aura des blessés et des morts. Il y aura la volonté farouche d'un peuple de mettre à bas ses dirigeants. "
    Janvier 2011 : après l'immolation de Mohamed Bouazizi, jeune marchand ambulant poussé au désespoir par la misère et l'arbitraire, le peuple tunisien se soulève et " dégage " Ben Ali. C'est le début des " printemps arabes ", et Vanessa Benlazar, grand reporter, est aux premières loges. Derrière la liesse populaire, la jeune Française pressent que cette révolution court le risque d'être noyautée par les islamistes, toujours prompts à profiter d'un vide du pouvoir. Bientôt, la chute de Khadafi, la guerre civile en Syrie et le chaos qui s'installe dans tout le Levant lui donnent raison : un nouveau groupe semble émerger peu à peu des décombres, venu d'Irak pour instaurer un califat dans la région ; un groupe dont la barbarie est sans limite, aux méthodes de recrutement insidieuses et modernes, et qui prône la haine de l'Occident.
    À Toulouse, justement, Laureline Fell, patronne de l'antenne locale de la DCRI tout juste créée par Sarkozy, s'intéresse à un certain Merah, soupçonné de liens avec des entreprises terroristes. Mais les récentes réformes du renseignement français ne lui facilitent pas la tâche. Quand le pire advient, Fell comprend que la France n'est pas armée pour affronter ce nouvel ennemi qui retourne ses propres enfants contre leur pays : d'autres jeunes sont prêts à rejoindre l'État islamique, autant de bombes à retardement que Laureline, avec l'aide de Vanessa, va tenter de désamorcer.
    Avec ce dernier tome, Frédéric Paulin clôt la trilogie Benlazar qui nous mènera de Tunis à Toulouse, de Lunel à Bengazi, dessinant la carte des nouveaux réseaux terroristes qui frapperont Paris en plein coeur au cours de l'année 2015.
    La Guerre est une ruse, premier tome :
    --prix des lecteurs de Quai du polar
    --prix étoile d'or du parisien
    --prix du noir historique du festival de Blois
    --Grand Prix du roman noir du festival du film policier de Beaune 2019
    --Prix Marguerite-Puhl-Demange 2019

  • Dans le Paris d'aujourd'hui, Raphaëlle et Antoine s'aiment, se séparent, se retrouvent... pour mieux se séparer et s'engouffrer dans l'âge adulte. En quête de sens, ils ont du mal à trouver leurs repères.
    Un premier roman d'une grâce absolue. Une écriture éblouissante et sensorielle. La force d'un roman générationnel.
    Ils se sont connus à l'université et aiment se retrouver.
    Le temps est aux discussions intenses et à la fête. Jusqu'au jour où, insidieusement, ils arrivent à ce moment de transition, de bascule entre les études et le monde du travail. De rupture aussi.
    Après la fête saisit cet instant, celui de la fin de l'insouciance, quand les amis s'éloignent et que les premières amours se tarissent. Même celles de Raphaëlle et Antoine.
    Tous deux habitent le quartier de Château-Rouge, à Paris. Elle est issue de la petite bourgeoisie, lui vient de la cité. Elle trouve rapidement du travail quand le chemin se fait pour lui plus épineux...Et la réalité se rappelle soudain à eux. Comment faire alors pour que la vie, toujours, reste une fête ?
    D'une écriture poétique, Lola Nicolle prend le pouls d'une époque, d'un âge aussi et livre un texte fort, générationnel. La grâce de l'amitié n'est jamais loin, celle des livres non plus.
    " Tout était devenu lumineux, fluide. Les nuits semblaient claires et débordaient de sons
    merveilleusement électroniques. Nous allions en club. Nous écoutions de vieilles chansons, celles de Niagara, celles des Rita Mitsouko - lorsque tu entendais Marcia Baila tu te précipitais vers moi : C'est une chanson tellement triste, personne n'écoute jamais les paroles, mais ça parle d'une fille qui a un cancer. Tu le savais ? Et tu me prenais la main pour que nous dansions
    ensemble, comme pour conjurer le sort et éloigner le malheur de la maladie qui rôdait trop souvent autour de ta maison. La scène se répétait à chaque soirée. À mesure que le taux d'alcoolémie augmentait, la playlist se révélait de plus en plus nostalgique. Marcia Baila arrivait toujours au moment de rupture, où, titubant, tu pouvais abandonner ces minuscules émotions dans le puits d'une nuit qui paraissait ne pas trouver sa fin. "

  • Je suis romancier.
    J'invente des histoires. Des intrigues. Des personnages. Et, je l'espère, une langue. Pour dire et questionner le monde, l'humain.
    Il m'est arrivé une mésaventure, qui est une tuile pour le romancier qui partage ma vie : je me suis trouvé un soir parisien de novembre au mauvais endroit au mauvais moment ; donc lui aussi.

    Erwan Larher écrit à la main, ce qui lui laisse peu de temps pour faire autre chose de sa vie.

    Erwan Larher, après avoir travaillé dans l'industrie musicale, a tout quitté pour se consacrer à l'écriture. Après Qu'avez-vous fait de moi ? et Autogénèse(Michalon, 2010, 2012), il a publié L'Abandon du mâle en milieu hostile et Entre toutes les femmes (Plon, 2013, 2015).
    L'Abandon du mâle en milieu hostile a reçu les prix Claude-Chabrol et Louis-Barthou (de l'Académie française). Erwan Larher publie désormais chez Quidam éditeur: Marguerite n'aime pas ses fesses (2016).

  • Dans ce livre, il y a des ruines et des martyrs, des vestiges, des temples, des sanctuaires, des portiques, il y a des tombes, des cercueils, des mausolées, des cimetières, des épitaphes. Il y a des sépultures mythiques et des fosses communes. Il y a des résistants tués, des révoltés abattus, des leaders assassinés, des enfants massacrés, des partisans torturés, des nationalistes pendus. Il y a des rebelles héroïques. il y a des saints, des prophètes, des dieux, des vierges, des archanges, il y a des victimes et des assassins. Il y a aussi des châteaux forts, des citadelles, des basiliques, des mosquées, des dômes, des minarets, des phares, des miradors, des barbelés, des carcasses d'hôtels, des camps, des prisons. Et des détenus, des captifs, des séquestrés. Il y a des condamnés à mort. Il y a des miliciens et des dictateurs, des fédayins et des moudjahidines, une infirmière kamikaze, une miss univers et un prince rouge, des émirs, des pachas, des califes, des patriarches et des poètes. Il y a l'élégance, la classe, le style, la manière, la touche, la griffe, il y a la flamme, la passion, l'idéal, la cause. Il y a Septembre Noir et la bataille de Kerbala, la corniche de Beyrouth et le discours d'Alexandrie, la tête de Jean-Baptiste et celle de l'imam Hussein, la fiancée de Naplouse et l'artificier de la Casbah, la prisonnière de Khyam et la dactylo d'Alger, les Boeings de la Pan Am et l'automobile du Roi d'Irak, le minaret de Jésus et le rocher de Mahomet. il y a aussi un imam disparu, un cheikh caché, un ayatollah inspirant, un mufti éliminé et un mufti ambigu. Il y a des keffiehs, des treillis, des lunettes noires, des turbans, des sahariennes, des drapeaux, des uniformes, des journaux, des slogans. Il y a la plume, le mot, le verbe, l'éloquence, le discours, l'étendard. Il y a des attentats, des enterrements, des processions, des funérailles, des cortèges, des pleurs. Et aussi des colonnes, des chapiteaux, des gisants, des sarcophages. Des tombeaux phéniciens, des cénotaphes sumériens, des nécropoles romaines, des pyramides égyptiennes. Il y a le Saint Sépulcre, le temple de Salomon et le dôme du rocher. Il y a des massacres, des tueries, des boucheries. Il y a des blasts d'explosions. Il y a du sang, des soupirs, des larmes, des lamentations, de la poussière, de la fumée, de la boue, des bris de verre, des décombres, la désolation, la tristesse, l'agonie, le drame, la tragédie, le deuil, les couronnes, les fleurs, les rubans, les chants, les youyous, le paradis. C'est une danse macabre.

    Dans ce livre, il y a un siècle au proche orient.Après Bye Bye Babylone (Denoël 2010) et Ô nuit, ô mes yeux (P.O.L 2015), plusieurs fois réimprimé.

    Ma très grande mélancolie arabe, est le troisième roman graphique de Lamia Ziadé et son deuxième aux éditions P.O.L.

  • Pour qui sait les lire, les motions constituent autant de petits cailloux sur le chemin de la comprhension du monde. Et plus le monde est complexe, plus ces cls de lectures additionnelles et subjectives sont ncessaires. Au lendemain des attentats survenus Paris en janvier 2015, qui ont vu la France et le monde entier submergs par des motions parfois contradictoires, ce livre est plus d'actualit que jamais. partir d'un vaste travail d'observation nourri de mille exemples, d'une connaissance approfondie de multiples pays et cultures, il dcrit l'ordre du monde selon les motions qui le traversent et souvent le dirigent.Car la cartographie des motions du monde a volu de manire trs significative au cours des dernires annes. La peur s'est approfondie, tendue et diversifie. Elle n'est plus seulement l'motion dominante du monde occidental : on la retrouve dsormais sur tous les continents. Comment y faire face ? Comment penser les motions pour les transcender, ou plus simplement pour les comprendre, comprendre l'Autre et, ce faisant, rparer le monde dans lequel nous vivons ?Nouvelle dition

  • Comment un moine peut-il s'intéresser au monde qui l'entoure ? Comment le temps court de l'actualité peut-il rencontrer le temps long du spirituel ? Sans doute en étant libre de tout préjugé et en faisant preuve, avec les personnes qu'il croise et les événements dont il rend compte, d'une inaltérable attention bienveillante.
    Au hasard de ses rencontres ou de ses lectures, au gré des événements qui font la petite et la grande chronique de notre époque, François Cassingena-Trévedy fait part de ses enthousiasmes, de ses réticences, de ses réflexions consignés ces cinq dernières années dans les colonnes de la revue Études. Dans la France marquée par les attentats, mais aussi la victoire des Bleus en Russie, le macronisme puis l'antimacronisme, il pose un regard fraternel mais lucide sur ses contemporains, développant une pensée parfois à contre-courant, souvent là où on ne l'attend pas.

  • Un état d'urgence

    Mathieu Bermann

    Louise, que la politique n'intéresse pas plus que cela, a malgré tout des convictions. Et voilà qu'elle tombe amoureuse d'un garçon, Maxence, qui en a d'autres qu'elle juge inadmissibles : il prétend qu'il votera Front National aux prochaines élections. L'histoire pourrait s'arrêter là, c'est une tentation ; mais aussi bien elle commence à ce moment précis. Jusqu'où peut-on aimer quelqu'un d'autre ?

  • L'Association Française de Chirurgie organise chaque année le congrès qui réunit l'ensemble des praticiens du domaine.

    Cette collection publie pour l'occasion deux monographies suivant les thématiques proposées par le congrès.

    Ces ouvrages proposent ainsi une somme parfaitement actualisée des connaissances sur des sujets les plus variés.

    Ce rapport, issu du 121e Congrès français de chirurgie, a pour objectifs :


    de faire un état des lieux des connaissances et compétences des chirurgiens viscéralistes dans le domaine de la traumatologie en situation d'attentats,

    d'évaluer leurs besoins en formation spécifique,

    de leur fournir un certain nombre d'outils qui leur permettront de mieux se positionner dans l'organisation des soins dans ce type de SSE (Situation Sanitaire Exceptionnelle) et qui les aideront à mieux appréhender certaines situations chirurgicales qui ne leur sont pas familières.


    Les différents aspects de la prise en charge de blessés par attentat seront exposés :


    en premier lieu la typologie des attentats, fonction des agents vulnérants et du nombre de blessés,

    le deuxième aspect, souvent méconnu des chirurgiens, est d'ordre organisationnel : comment doit être gérée la crise au niveau de l'établissement de soins dans lequel nous travaillons ? Quelle est la place de chacun, et notamment du chirurgien ?

    puis les aspects techniques seront exposés, avec bien entendu les particularités de la prise en charge de lésions viscérales, atypiques par leur nombre et leur nature, mais aussi la prise en charge de lésions désormais considérées comme "extraviscérales" dont certaines, par leur gravité et leur évolutivité rapide, doivent être traitées le plus rapidement possible.

  • Le terrorisme suicidaire frappe aujourd'hui aussi bien à Columbine ou Utøya, que dans les rues de Paris. Sa violence multiforme surgit de partout et repousse chaque fois les frontières de l'horreur. Soutenir que ces assassins sont des forcenés ou encore les soldats fous d'une armée ennemie ne suffit plus à comprendre un phénomène aussi effarant. Franco « Bifo » Berardi s'intéresse ici à la psychopathologie, mais aussi aux origines économiques et politiques de ces meurtres de masse de plus en plus fréquents. Il démêle minutieusement l'enchevêtrement de désespoir, de ressentiment, de nihilisme, d'affirmation identitaire et de quête de célébrité qui pousse ces hommes à faucher la vie des autres avant de mettre fin à la leur. En ressort cet examen d'un corps social déchiqueté par le pouvoir absolu du capitalisme, pouvoir qui nous confine à une impasse, entre dépression et violence. Un état des lieux dont il faut prendre acte pour pouvoir à nouveau poser la question « Que faire ? » et chercher, dans la noirceur, d'éventuelles lignes de fuite.


  • Raphaël est un jeune cadre parisien insouciant... jusqu'aux attentats du 13 Novembre. Brutalement, tout lui paraît futile et vain. En plein séminaire professionnel, il décide

    de tout plaquer...

    Après quelques jours d'errance, il fi nit par

  • "Les armes, le sang, les larmes. Mais comment, au coeur même du recueillement, tenter de penser l'événement ? Notre pays, comme notre monde, est en effet en proie à une terreur postmoderne, qui mêle individualisme radical et fondamentalisme global. D'où la difficulté de mener un combat frontal contre un nomadisme djihadiste pratiqué par une jeunesse nihiliste, au moment même où la guerre classique fait place à des états de panique, à des assauts armés destinés à provoquer le chaos et à des opérations de police mondialisées." Nicolas Truong Les contributions d'intellectuels rassemblées dans cet ouvrage proposent une analyse intelligente et précise des événements, de leurs causes et de leurs conséquences, et lancent un appel à l'unité et à la solidarité.
    />

  •     Ravagé par un génocide, convoité par des voisins puissants et prédateurs, mis en coupe réglée par une nomenklatura corrompue, asphyxié par un régime néoféodal, le Cambodge est un pays martyr. Nul ne le sait mieux que Sam Rainsy. Né dans une famille patricienne de Phnom Penh proche du roi Norrodom Sihanouk, le jeune Rainsy connaît l´opulence, puis la déchéance lorsque son père, un homme politique de premier plan, est brutalement limogé et doit passer dans la clandestinité avant de finir assassiné.    Réfugiés à Paris, les Sam vont se résigner à une vie d´immigrés pauvres. Mais jamais ils ne perdront l´espoir ni la dignité. Élève surdoué, Rainsy fera des études brillantes qui lui permettront de devenir un financier de haut vol, spécialiste des fusions-acquisitions dans l´industrie du luxe...    Mais comment se contenter de gagner de l´argent et d´en faire gagner, quand son pays s´enfonce dans la barbarie aux mains d´un régime qui pratique le meurtre de masse ? De l´action humanitaire à Paris en faveur des victimes des Khmers rouges aux campagnes électorales sur le terrain après la chute du régime communiste, Rainsy et sa femme Saumura se lancent dans l´action politique, reprenant ainsi le flambeau de leurs pères respectifs : ceux-ci n´étaient-ils pas cosignataires des accords de Genève sur l´Indochine en 1954 ?     Pour ce couple de Cambodgiens occidentalisés, le retour au pays est rude. Ministre de l´Économie du premier gouvernement de l´après-guerre, Sam Rainsy met de l´ordre dans les finances de l´État, combat la corruption, ce qui lui vaut  un soutien populaire mais aussi de nouvelles inimitiés. Il passe alors dans l´opposition et crée un parti démocrate et libéral,  le PSR, une provocation que ne lui pardonnent pas ses adversaires. Il est la cible de plusieurs attentats qui tuent nombre des ses partisans. Aux agressions, Rainsy oppose un pacifisme d'essence bouddhique et maintient le cap, impavide et inébranlable, à 'image de ces arbres qui poussent dans la pierre des temples d'Angkor.

  • Alors que le World Trade Center n'en finit pas de tomber en fine poussière sur Manhattan, un retoucheur photographique d'un tabloïd de Floride succombe, foudroyé par un mal rapidement identifié, l'anthrax. Dans la foulée, quatre autres victimes en Virginie, à New York et en Nouvelle-Angleterre. Des lettres truffées de poussière mortelle circulent à travers les États-Unis ; l'angoisse paralyse l'Amérique, passe par Bagdad, contamine l'Europe. Pour Darrin Speman, agent du FBI, débute une enquête particulièrement difficile. Celle-ci se perd vite dans l'hystérie collective et la désignation d'un coupable trop évident, avant de s'échouer dans les méandres d'une analyse scientifique indéchiffrable... Inspiré de faits réels, ce roman narre l'une des plus vastes et complexes investigations de l'histoire moderne du FBI. Palpitant.
    />
    John N. Turner est bactériologiste, spécialiste notamment de l'anthrax ou « maladie du charbon ». Il signe ici un brillant premier roman.

  • Vous connaissez razlamoul ?

    Jules Donat

    • Bookelis
    • 4 Novembre 2017

    Quand Jes Cortes, flic épicurien et surfeur, s'intéresse à une guerre entre dealers dans le sud de l'Espagne, il découvre une affaire dangereuse dans laquelle il va jouer sa vie, celles de ses proches et ses vacances qu'il attend avec impatience. Maintenant qu'il dirige une cellule en charge de l'analyse des données informatiques privées, il doit composer avec les humeurs de son équipe et celles de sa hiérarchie qui fluctuent au rythme des contradictions du pouvoir alors que des systèmes sensibles sont piratés et que des ministres sont enlevés.
    Si la capitale lui permet de satisfaire son gout pour la chasse et lui offre son lot de rencontres improbables, il sait compter sur ses talents de passeur de frontières, sur son amour pour Germaine et sa lucidité pour démasquer les coupables, garder une chance de partir en vacances, sauvegarder la paix civile sans céder à la violence qui se déchaine autour de lui.

  • Pour sa première mission avec les Services secrets ­canadiens, Tom Cyr est affecté à l'opération Vox. Cette organisation policière internationale se spécialise dans les enquêtes qui entourent la cybercriminalité. Le détective est chargé ­d'infiltrer la famille du chef de la mafia italienne de Montréal, soupçonné d'opérer une entreprise frauduleuse de minage de cryptomonnaies en plus de se livrer au trafic d'humains et de diamants. Une série d'attaques laisse croire qu'une guerre entre mafias est sur le point d'éclater et que les enfants du caïd pourraient bien être les prochaines victimes.

  • 20 mars 1986, nos deux vies basculent. Allongé sur les débris de verre, les yeux fixes grands ouverts, mon compagnon est dans le coma. Je me lève pour me rapprocher de lui, mais je tombe, mes jambes ne me portent plus. Je suis complètement perdue, j'ai peur. À plat ventre sur ce sol coupant, je rampe pour chercher de l'aide. Mais qu'est-ce qu'il m'arrive ? Que s'est-il passé ? J'entends crier « une bombe... une bombe a explosé ! »
    11 septembre 2001, alors que les tours jumelles s'effondrent, je sens l'armure de ma carapace de survie se fendiller. Ce cataclysme me sort de mon insatiable torpeur. Je me promets de reprendre goût à la vie. Je découvre une spiritualité qui jusque-là ne m'avait jamais effleurée. Je m'extirpe de mon silence intérieur. Un pas après l'autre, je vais à ma rencontre, je me dévoile, je m'assume, je me transforme. Le papillon s'échappe de sa chrysalide. J'ose enfin m'exprimer, sortir du déni qui avait été jusque-là mon compagnon de survie.
    Ce nouveau paradigme m'incite à me rendre heureuse !

  • Les attentats de Paris et celui commis au Parlement d'Ottawa l'an dernier ont lancé un nouvel épisode d'une « guerre au terrorisme » sans fin. Plus que jamais la crainte d'un ennemi de l'intérieur et l'idée d'une incompatibilité civilisationnelle entre l'islam et l'Occident s'en trouvent exacerbées. Dans ce contexte, djihadistes et intégristes du marché ne se reflètent-ils pas l'un l'autre, comme les deux faces d'une même logique destructrice? Le terreau civilisationnel des sociétés - notamment celui de l'islam - n'est-il pas riche de ressources indiquant des voies de sorties de cette impasse? Imprimé avant les attentats du 13 novembre 2015 à Paris, ce dossier offre des clés pour penser ces événements tragiques et les questions de fond qu'ils soulèvent. Ailleurs dans la revue, le carnet de Bernard Émond, la chronique poétique de Natasha Kanapé-Fontaine et, en marge de la COP21, un débat sur l'utilité des grandes conférences climatiques.

  • Ce livre contient dix textes publiés entre 2012 et 2016, la plupart datant de 2015. Ils analysent pourquoi la gauche, l'extrême gauche et une partie du mouvement anarchiste sont aussi désarmées face aux exécutions djihadistes ; pourquoi leurs explications « sociologiques » et leurs discours automatiques sont sans fondement, puisque, dans la famille même des terroristes, l'échec social est loin d'être la règle. Ceux qui ont décidé d'apprendre le maniement des armes, de se doter d'une «culture» politico-religieuse rudimentaire, de recruter des complices et de planifier des attentats ont effectué un choix politique quant aux moyens utilisés et aux objectifs qu'ils se sont fixés. Ce ne sont ni des « loups solitaires » ni des « déséquilibrés ». Le texte principal de ce livre « Dix points de clivage et sources d'interrogations » signale dix questions qui devraient être débattues largement par la gauche si ses militants-autruches voulaient sortir leur tête du sable.

  • Tombouctou aux mains des islamistes. Guerre au Mali. Montée en puissance dAQMI. Au cur denjeux internationaux qui le dépassent, le Sahara est de plus en plus instable : attentats terroristes, trafics darmes ou de drogues, prises dotages, agitent ces vastes étendues que lAlgérie, le Maroc, la Libye, le Mali, la Mauritanie, le Niger et le Tchad se partagent.

    Dans cet ouvrage destiné à un public curieux mais non spécialiste, Bernard Nantet montre à quel point mythes et préjugés ont longtemps caché au monde la réalité de lhistoire de cette partie de lAfrique. Au fil des pages, on comprend comment les Touareg, les Maures, les Toubous, et les autres peuples ont fini par trouver leur place dans ce désert hostile et stérile. On suit aussi missionnaires, soldats, méharistes, pétroliers, ethnologues ou simples touristes qui ont de tout temps sillonné de part en part le plus grand désert du monde, parfois au péril de leur vie.

    De la conquête de Tombouctou à la colonisation par la France, puis la décolonisation, et les bouleversements liés aux révolutions arabes, le Sahara a presque toujours connu guerres et révoltes et engendré conflits et tensions. Son immensité, la richesse de son sous-sol, sa situation, excitent aujourdhui lappétit des États, des firmes occidentales, et des mouvements politico-religieux qui déstabilisent la région. Le Sahara ne peut échapper ni à sa géographie ni à son histoire.

  • Un attentat-suicide, sur l'autoroute, près de Roissy.
    Un linceul de 5 millions de dollars recouvre les corps disloqués sur le bitume.
    Le commissaire Martucci, chef de l'antiterrorisme, fait partie des rescapés.
    Qui était visé ? Quel était le message ?
    La piste des billets de banque conduira Martucci au coeur d'un trafic international de médicaments. Un business plus rentable encore que la drogue.
    Mais quand de faux gentils croient s'enrichir en s'associant à des fanatiques religieux, l'affaire tourne au meurtre de masse.
    Certains n'avaient pas voulu cela.
    Mais quand on choisit de dîner avec le diable, mieux vaut se munir d'une très longue cuillère.
    De Paris à Beyrouth, de la Grèce aux États-Unis, en passant par l'Afrique, une traque haletante vous mènera au coeur des réalités souvent méconnues et angoissantes du terrorisme international.

    L'auteur, Yves Mamou, a accumulé beaucoup d'informations dans le cadre de son métier de reporter au journal Le Monde depuis plus de 20 ans. Quelquefois, dans cette profession particulière, il est plus facile de raconter ce que l'on sait à travers une fiction...
    Une longue cuillère pour le diable est son deuxième roman.

  • Le récit haletant des heures les plus tragiques des attentats de 2015, au coeur du pouvoir exécutif - témoignages inédits de François Hollande, Manuel Valls et Bernard Cazeneuve, entre autres. Entre la tuerie à Charlie Hebdo le 7 janvier et les attentats meurtriers du vendredi 13 novembre 2015 en plein coeur de Paris, la France, sidérée, révoltée, puis rassemblée, a vécu des journées dramatiques et historiques. En première ligne, le pouvoir exécutif. Comment le président de la République, ses principaux ministres, et les chefs de la police et de la gendarmerie ont-ils agi durant ces heures tragiques ? Comment ont-ils géré l'horreur, l'urgence, la peur, les médias, la traque des assassins, les tensions politiques ? Quand et comment les décisions ont-elles été prises ? À partir des témoignages inédits de François Hollande, Manuel Valls, Bernard Cazeneuve, des ministres, des responsables de la police et de la magistrature, et des dirigeants politiques et religieux, nous revivons, heure par heure, le récit haletant de ces journées mémorables.

  • Sortir du Bataclan est un projet né de la volonté de trois amis d'une trentaine d'années souhaitant revenir, raconter et dépasser les événements vécus par les rescapés du Bataclan, mais aussi par toute une génération de Français, le 13 novembre 2015. L'idée est de croiser le témoignage de Charles Nadaud, professeur d'histoire, victime et témoin du Bataclan avec l'analyse et la mise en perspective de son amie Anne- Clémentine, analyste en géopolitique des islamismes. Les réflexions et la coordination de Jean--Baptiste Guégan, professeur-formateur en histoire-ge ´ographie et journaliste, ont enfin permis au rescapé et à l'analyste de faire converger leur récit.

empty