• Pour que Jim, chauffeur Uber de soixante ans, voie la vie du bon côté, que faudrait-il? Une petite cure d'antidépresseurs? Non, c'est plus grave, docteur. De l'argent? Jim en a suffisamment. Au fond, ce qu'il veut, c'est qu'on lui fiche la paix dans ce monde déglingué. Et avoir affaire le moins possible a? son prochain, voire pas du tout. Alors, quand sa nouvelle voisine, flanquée d'un mari militaire et d'un fils de quatre ans, lui adresse la parole, un grain de sable se glisse dans les rouages bien huilés de sa vie solitaire et monotone. De quoi faire exploser son quota de relations sociales...
    En entremêlant les destins de ses personnages dans un roman plein de surprises, Levison donne le meilleur de lui-même, et nous livre sa vision du monde, drôle et désabusée.

  • L'Usine, un gigantesque complexe industriel de la taille d'une ville, s'étend à perte de vue. C'est là qu'une femme et deux hommes, sans liens apparents, vont désormais travailler à des postes pour le moins curieux. L'un d'entre eux est chargé d'étudier des mousses pour végétaliser les toits. Un autre corrige des écrits de toutes sortes dont l'usage reste mystérieux. La dernière, elle, est préposée à la déchiqueteuse de documents. Très vite, la monotonie et l'absence de sens les saisit, mais lorsqu'il faut gagner sa vie, on est prêt à accepter beaucoup de choses... Même si cela implique de voir ce lieu de travail pénétrer chaque strate de son existence ?
    Dans une ambiance kafkaïenne où la réalité perd peu à peu de ses contours, et alors que d'étranges animaux commencent à rôder dans les rues, les trois narrateurs se confrontent de plus en plus à l'emprise de l'Usine. Hiroko Oyamada livre un roman sur l'aliénation au travail où les apparences sont souvent trompeuses.

  • Tous différents mais tous égaux ? Nouv.

    L'égalité, ça veut dire quoi ?Une insulte, c'est une discrimination ?C'est quoi le sexisme ?Comment devient-on raciste ?Racisme, sexisme, xénophobie, homophobie... Cet ouvrage illustré avec humour répond aux questions que les enfants se posent sur les discriminations !

  • Moi, c'est Octave. Avec ma petite soeur, Plume, nous nous sommes inscrits au cours "Enquêtes et filatures";. Drôle d'idée, me direz vous. N'empêche que Mathis et Eliott ont eu la même que nous ! Entre Mathis qui est toujours dans la lune et Eliott qui se prend pour un véritable policier, nos enquêtes risquent d'être amusantes !Yvain, notre professeur, est un ancien agent secret, et un peu détective aussi. Il nous impressionne avec ses nombreuses cicatrices, son oeil de verre, et tous ses conseils de professionnel ! D'ailleurs, notre première enquête ne se fait pas attendre. La Mère Michel, la concierge de l'immeuble du quartier, a perdu son chat ! Qu'est-ce qui a bien pu lui arriver ? Nous voici lancés sur la piste....
    Alors, prêts à ouvrir l'oeil ?!

  • « Le grand maître des apparences, Baltasar Gracián, dit que ce qui ne se voit pas est comme s'il n'était pas. Il n'a sans doute pas livré là, peut-être par prudence, le fond de sa pensée : ce qui ne se perçoit pas n'existe pas. Telle est la thèse en tout cas du présent Traité. »
    Clément Rosset

  • Ils n'auraient pas dû

    Katell Curcio

    Le même jour, cinq amis disparaissent... Tous ont laissé une lettre à leur famille respective dans laquelle ils évoquent une absence d'un an. Quel évènement a pu provoquer ce départ si soudain ? Sans aucune nouvelle, leurs proches s'inquiètent. Mais dix-huit mois plus tard, l'un d'eux réapparaît, victime d'amnésie dissociative. Le détective chargé de l'affaire va se confronter à une personnalité énigmatique. Quelle est la part de vérité ? Que sont devenus les autres ? Ce quatrième roman de Katell Curcio vous plonge dans une histoire où les instincts les plus noirs se dissimulent derrière les apparences les plus anodines. 

  • Mathilde a disparu

    Leno Solveig

    Ou est passee Mathilde ?
    Sa voiture est retrouvee sur le parking de l'entreprise.
    Sa voisine, ses collegues de bureau, ses parents, son ex-compagnon, son amoureux transi, d'autres personnes encore l'ont croisee le jour de sa disparition, mais finalement, qui la connaissait vraiment ? Au fil des temoignages, le policier charge de l'enquete decouvre une jeune femme aux prises avec de redoutables dangers. Parviendra-t-il a la sauver ?
    La course contre la montre est lancee...

    « Disparaitre, c'est parfois le seul moyen pour que les gens s'interessent vraiment a vous. »

  • Dernier coup de fourchette

    Henri Berger

    Vraie fiction et faux polar, ce récit narre les péripéties vécues par un capitaine de police, mobilisé par la recherche de la vérité et, accessoirement, du bonheur. Les relations entre les divers personnages, à Grenoble ou en villégiature dans le Golfe de Gênes, leur permettent de se révéler, jusqu'à un coup de fourchette fatidique. Ses lourdes conséquences entraînent le policier en Bavière, puis à une confrontation fructueuse avec sa mère. Saura-t-il, enfin, la vérité sur son père ?

  • À Belle-de-Nuit, il ne se passe jamais rien d'intéressant. En l'absence de ses amis, Ari trouve ses vacances d'été interminables. Alors quand une nouvelle famille à l'allure bizarre s'installe dans son village, le garçon se prend à rêver. Et si c'étaient des zombies, des loups-garous ou des vampires ? Ari a toujours eu une imagination fertile, mais d'étranges phénomènes ne tardent pas à se produire. Les villageois agissent de façon inquiétante et personne ne paraît s'en soucier. Le jeune garçon se retrouve seul pour déjouer les plans de ces dangereux voisins.

  • Toujours plus d'aventures pour les triplés Mouche !Au collège de Castelroc, la fin de l'année de sixième s'annonce riche en émotions ! Entre l'absence mystérieuse de l'horrible Madame Tribarnek, l'annonce de la participation d'un danseur étoile au spectacle de fin d'année et le sauvetage d'un bébé renardeau, Nina, Lucille et Clément vont vivre à 100 à l'heure... Un roman espiègle et survolté, qui donne le sourire !Une série pétillante, à mettre entre toutes les mains !

  • Le burkini a fait rejouer une longue histoire : celle des corps, des postures et des dévoilements qui conviennent à la saison estivale. C'est cette palpitante histoire que recompose ce livre : celle qui a vu les Français apprendre à vivre l'été avec leur corps pour personnage principal.
    C'est l'histoire de l'été et des corps qui vont avec, allongés, dénudés, offerts au soleil. En France, elle se noue entre 1920 et 1960. Alors s'impose un répertoire proprement estival de gestes et de postures légitimes. Alors les édits changeants de la silhouette, le bronzage, l'horizontalité publique et le périmètre capricieux des dévoilements inventent, à échelle d'hommes et de femmes, de nouveaux savoir-faire et de nouvelles exclusions. Mais ce n'est pas tout. Dans la levée des accoutumances, les corps d'été ont des allures de civilisation suspendue. Ils font exister un pli annuel des rapports au monde, qui sacralise le retour à la simplicité, la variation des expériences et des identités. Cette morale des corps d'été est travaillée de jeux sociaux considérables. De résistances, aussi, et de liesses punitives, qui, oubliées depuis (ou presque), ont pourtant viscéralement tourmenté l'avènement de cette variation saisonnière des manières d'être. Il y a peu, la question du burkini a réactivé ces débats anciens, soulignant de nouveau les tiraillements sociaux qui entourent nos corps.

  • Fractionnés de vies

    Giulia Larigaldie

    Dans un club de course à pied en Haute-Savoie, trois femmes que tout oppose, sont forcées de faire équipe. Pauline : séduisante, avec une existence apparemment légère et facile, a un secret bien gardé qu'elle traîne comme un boulet. Laura, rebelle, n'arrive pas à trancher entre une vie d'aventurière et sa carrière. Pascale, mère au foyer bien rangée, flotte dans la petite bulle de son existence qui est sur le point d'éclater.
    Leurs vies s'entrechoquent.
    Parfois à tâtons, parfois à coups de butoirs, au rythme de leurs foulées, ces trois femmes avancent, chacune à sa façon, souvent maladroitement, mais avec coeur et obstination. À la recherche de leur propre vérité, leur amitié et la course à pied les forceront à dépasser les apparences trompeuses, à grandir et à faire face. Pour dénouer les noeuds de leur existence. Autour d'elles, une galerie de personnages attachants dont Georges, le vieux paysan aveugle, Manon, la petite fille qui rêvait d'être un papillon, Michel, l'entraîneur peu conventionnel... Un hymne à la vie et à ses petits bonheurs ordinaires mais ô combien précieux : l'amour de la nature, le goût de la lecture, la pratique d'un sport et le dépassement de soi. Un hommage à la famille et à l'amitié, avec ses heurts mais aussi ses instants de grâce.

  • Dupés

    Elanne Jesa

    • Bookelis
    • 21 Octobre 2017

    Les héros de ces trois courtes nouvelles sont dupés, par la vie, par les apparences, parfois jusque dans la mort. Méfiance, ce qui paraît n'est pas toujours ce qui est...

  • Cette édition des poèmes de Rino Morin Rossignol, rassemblés sous le titre Le temps des signes, repose sur celles des recueils Les boas ne touchent pas aux lettres d'amour et La rupture des gestes, parus aux Éditions Perce-Neige (1988) et aux Éditions d'Acadie (1994).

    Morin Rossignol fut le témoin de la répression policière contre les gais dans l'Ouest de Montréal, puis de leur migration vers l'Est, dans ce qui allait devenir le Village. Sa poésie emprunte une route parsemée d'écueils - la misère sexuelle, l'abandon, la solitude - dont les plus terrifiants furent l'apparition du sida et l'hécatombe qui s'ensuivit.

    Avec courage et dignité, malgré l'adversité, le poète a sublimé les tensions de cet état d'être-gai dans un monde hétérosexué à la fois menaçant et fascinant. Ses poèmes sont la manifestation littéraire de la résilience dans ce qu'elle a de plus surprenant et de merveilleux.

  • Ernest en a assez d'être toujours puni à la place de Mathis. Son cousin est un expert en mauvais coups. Il est même considéré
    comme un ange alors que c'est un petit démon. Comment faire pour piéger cet imposteur et révéler son vrai visage ?

empty