• Qui sauver ? l'homme ou le chien ? sur la dissolution des frontières entre l'homme et l'animal Nouv.

    Voici enfin le livre accessible et complet que l'on attendait sur la question animale. Clair et bien informé, écrit par un spécialiste de l'éthique, il évite les écueils tant de la propagande que des caricatures journalistiques pour proposer un état des lieux impartial et équilibré sur le problème du statut à accorder aux animaux. Non, tous les défenseurs de la cause animale ne préféreront pas sauver un chien plutôt qu'une personne handicapée. Oui, l'homme se rattache sans contestation possible au règne animal. Mais non, ce n'est pas parce qu'il partage 99 % de ses gènes avec le chimpanzé qu'on peut en déduire qu'il est un singe comme les autres. Et non, considérer qu'il se distingue des autres animaux n'est pas un blanc-seing pour qu'il les maltraite.Mettant au jour les véritables enjeux, parfois vertigineux, de ces questions qui hantent désormais notre actualité, cet ouvrage, tout en faisant montre d'un authentique humanisme, offre au lecteur un bien des plus rares : le moyen de se forger son propre jugement loin des excès manichéens.

  • Le pape François lance, dans cette première encyclique entièrement de sa main, un appel à tous les hommes pour préserver la terre, notre « maison commune ».
    Sensible à « la grandeur, l'urgence et la beauté du défi qui se présente à nous », le pape interpelle les chefs d'Etat aussi bien que les simples citoyens pour délivrer un message fort non seulement sur l'environnement mais sur la place de l'homme au sein de la création.Donnant à l'écologie une résonance profondément humaine, sa réflexion nous tourne vers les liens qui unissent tous les hommes et nous invite à remettre l'économie et la politique, qu'elles soient internationales ou locales, au service de la personne humaine avec une attention toute particulière pour les plus pauvres.
    Un texte magistral sur notre responsabilité commune pour préserver la création et tous ceux qui l'habitent et continuer à nous en réjouir ensemble dans la lignée de Saint François d'Assise.

  • Et si tout n'était qu'une question de liens ? C'est l'hypothèse de laquelle sont partis Damien Deville et Pierre Spielewoy pour élaborer le cheminement théorique et politique de l'écologie relationnelle. Fils de la fin du XXe siècle, les auteurs font partie de cette génération qui a vécu à la fois la diversité du monde et sa destruction précipitée. S'ils formulent une puissante critique de l'uniformisation des territoires et des paysages actuellement à l'oeuvre, c'est pour mieux dynamiter les barrières qui nous empêchent de penser pour et par la diversité, et nous inciter à redécouvrir la complexité du vivant, des individus et des cultures, ferment d'une société empreinte de justice et riche de rencontres. En renouvelant notre façon d'habiter la Terre et en définissant avec justesse la place de l'humanité dans la grande fresque du vivant, l'écologie relationnelle devient une ode à la pluralité et à la solidarité. Elle est le point de départ d'un projet politique qui porte avec fierté des métissages territoriaux par-delà les individus et par-delà l'Occident.
    Ouvrir la voie d'un monde enrichi et fier de ses diversités.

empty