Entreprise, économie & droit

  • Pourquoi la santé, régulièrement qualifiée de « bien public mondial », demeure-t-elle un domaine où les inégalités internationales sont si profondes ? Analyser ce paradoxe constitue l'objectif de cet ouvrage. Au-delà des travaux polémiques ou techniques sur l'accès à la santé, cet essai s'attache d'abord à expliquer les fondements théoriques des biens publics mondiaux et leur application à la santé. Les faiblesses et contradictions de ces fondements théoriques débouchent sur l'ambiguïté de la notion de santé comme bien public mondial et remettent en cause la légitimité de l'agenda de la santé impulsé par les acteurs de l'aide au développement. L'analyse proposée ici se démarque également en étudiant la façon dont les normes internationales ont abouti à des programmes de santé, dits coopératifs, aux effets mitigés sur les terrains africains. Cet ouvrage participe alors aux débats sur le devenir de la santé comme objectif mondial. Il s'inscrit résolument dans une approche d'économie politique de la santé et du développement, étudiant les processus de production de la santé, traversés par des rapports de forces qui n'ont rien à voir avec un quelconque optimum technique. Les acteurs dominants - firmes, organisations internationales, think tanks - façonnent en effet les modes de pensée et les programmes. Ce livre s'adresse aux spécialistes de la santé et du développement mais également aux acteurs de terrain - ONG, professionnels de santé - et aux lecteurs intéressés par la santé comme enjeu de solidarité internationale.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Les enjeux d'une stratégie d'accès rationnel à la connaissance scientifique et technique sont considérables, tant sur le plan culturel que sur le plan économique. La surabondance actuelle de données conduit à des dysfonctionnements, l'accès à la connaissance devenant de plus en plus élitiste et son coût prohibitif - ce qui va à l'encontre des buts poursuivis par l'Université ou par le « réseau ». Le but de cet ouvrage est de s'interroger sur les moyens à mettre en oeuvre d'urgence pour remédier aux distorsions observées actuellement. Il devrait aider les membres des deux communautés complémentaires de la recherche et de la documentation à esquisser les stratégies futures de production et de coopération scientifiques, d'accès aux informations scientifiques, et de communication de la connaissance scientifique et technique. Chercheurs et professionnels de l'information et de la documentation doivent s'allier dès les premières étapes de cette nécessaire révolution des techniques documentaires et des comportements des utilisateurs : c'est ce que tendent à démontrer les contributions rassemblées ici, venues d'horizons très variés de la recherche scientifique.

  • L'information constitue l'une des clés du développement des organisations ; encore faut-il que la rencontre entre les sources ou les réservoirs d'information et leurs utilisateurs potentiels ait lieu au bon moment. Le marketing demeure encore mal connu des milieux de l'information et de la documentation, car souvent réduit à la publicité. Or, le succès d'un service d'information, traditionnel ou électronique, passe impérativement par la connaissance de la spécificité de cette matière qu'est l'information et par le respect de l'ensemble des étapes de la démarche, depuis la détection des attentes de la clientèle cible jusqu'à la mise en oeuvre du mix et la phase d'évaluation. Cet ouvrage, commandé par le ministère de l'Enseignement Supérieur et de la Recherche, décrit séquentiellement les temps forts de la démarche et fait la synthèse des études parues jusqu'à présent dans le domaine. C'est aussi un guide riche en études de cas, en chiffres, en conseils pratiques. Il s'adresse aux étudiants et aux professionnels de l'information comme aux gens du marketing et aux managers des centres de documentation.

empty