Le Cherche-Midi

  • Henri de Rothschild, ou le culte de l'aventure.
    Fin du XIXe siècle. Henri de Rothschild descend d'une dynastie qui s'illustre dans la finance. Pourtant, il renonce à une voie toute tracée - celle de la banque - pour se lancer dans les grandes aventures de son époque : la médecine, les découvertes scientifiques, les courses automobiles, le théâtre aussi. Curieux et passionné, il crée un hôpital, met au point une pommade qui soigne les blessés de la guerre 1914-1918, imagine le chocolat en poudre, monte le Théâtre Pigalle, collectionne les autographes...
    Médecin, inventeur, homme de lettres, mécène, épicurien et entouré de femmes de caractère, il casse les codes de son milieu pour être là où on ne l'attend pas.
    Dans cette biographie inédite et savoureuse, Nadège Forestier rend hommage à ce philanthrope éclairé et méconnu : Henri de Rothschild était un être de génie, visionnaire, original et généreux.

  • " Dans le combat contre la nuit... "En 1936, la musique est partout, se mêle à la foule. De la salle de concert où elle se tenait autrefois, distante et respectée, elle descend dans la rue, les stades, les usines en grève, les cinémas, les fêtes populaires et toutes les manifestations. La musique revendique la place qui lui est due, au premier rang, dans le combat contre la nuit qui s'avance...
    Dans le sillage de Jacques Prévert et du Groupe Octobre, Suzanne Cointe, professeur de piano, fille de général, partage les aventures, les expériences culturelles, les engagements des années d'entre-deux-guerres. La guerre venue, elle occupe un rôle-clé dans le dispositif parisien du réseau d'espionnage soviétique, l'Orchestre rouge. Prise par la Gestapo, elle est guillotinée à la prison de Berlin-Pltzensee. Puis l'oubli s'installe.
    Ce livre dénoue les sources de cet engagement patriotique et culturel. Il restitue la richesse de la vie musicale des années du Front populaire et fait enfin sortir de l'ombre une femme d'exception.
    " Ce que j'aime chez Christian Langeois, c'est son sens du temps historique, gage d'authenticité : il restitue gens et choses avec les caractéristiques de leur époque et de leur parcours personnel dans leur jus, comme disent les antiquaires des objets et des meubles. "
    Gilles Perrault

  • Pour la première fois en français, l'intégrale en six tomes du Cycle d'Oz, l'œuvre culte de L. Frank Baum.
    Le Magicien d'Oz raconte l'histoire de Dorothy, une petite fille qui vit au Kansas chez son oncle et sa tante. Emportée par un cyclone avec son chien Toto, elle se retrouve dans un étrange pays où, avec l'aide de compagnons un peu bizarres – un épouvantail, un homme en fer-blanc et un lion froussard –, elle va affronter non seulement une sorcière particulièrement cruelle, mais aussi des tigres, des singes volants, des loups affamés, une araignée géante...
    Le Merveilleux Pays d'Oz est la suite du Magicien d'Oz. Le lecteur y fait la rencontre de Tip, un jeune garçon contraint de servir la sorcière Mombi et qui finit par s'échapper avec Jack, un drôle de bonhomme en bois à tête de citrouille. Ensemble, ils vont s'aventurer dans une contrée merveilleuse et affronter de nombreuses épreuves.
    Tout le monde connaît Le Magicien d'Oz, d'abord par le roman de L. Frank Baum paru en 1900, puis par le film de Victor Fleming (1939). En revanche, on sait moins que Baum donna une suite aux aventures de Dorothy et de ses compagnons – et quelle suite ! Plus de dix volumes parus entre 1900 et 1919, dont nous commençons la publication inédite et intégrale, illustrée par Stéphane Levallois.

  • Erik Larson raconte avec virtuosité la tragédie du Lusitania, un épisode crucial et trouble de la Première Guerre mondiale.1er mai 1915. Tandis que la Première Guerre mondiale entame son dixième mois, le Lusitania, luxueux paquebot britannique, quitte New York pour rejoindre Liverpool. Près de 2 000 passagers profitent des équipements modernes de ce navire puissant et rapide surnommé " le lévrier des mers ". L'Allemagne a classé en zones de guerre les mers entourant l'Angleterre mais le capitaine, William Thomas Turner, connait les règles interdisant les attaques de bateaux civils. Dans le périmètre du paquebot, à bord du sous-marin allemand U-20, le
    Kapitänleutnant Walther Schwieger décide néanmoins de passer outre ces règles.
    Le 7 mai, les deux vaisseaux progressent vers Liverpool et les pièces du puzzle - notamment l'orgueil, un brouillard fortuit et un secret bien gardé - s'assemblent pour produire l'un des pires désastres de l'histoire.
    Avec un sens de l'intrigue digne des plus grands thrillers, Erik Larson nous embarque dans l'atmosphère suffocante du sous-marin, éclairant d'une lumière inédite ces faits historiques qui contribuèrent à faire entrer les États-Unis dans la Première Guerre mondiale. Nous vivons l'exaltation, la peur, la panique...
    La réalité dépasse toujours la fiction.

  • Sous les ciseaux de la censure.
    L'engagement de L'Humanité contre la guerre colonialiste en Algérie lui valut un déferlement de procès, de censures, de saisies de la part des gouvernements successifs pendant huit ans, quelle que fût leur couleur, de droite ou socialiste. Saisi à 27 reprises, le quotidien fera l'objet de 150 poursuites. La première saisie de L'Humanité remonte au 24 août 1955. Le journaliste, ancien déporté de Buchenwald, est déclaré persona non grata et expulsé d'Algérie. Ceux qui n'ont pas connu cette époque auront du mal à imaginer la frénésie ayant alors saisi les autorités politiques et militaires en place. La cascade de saisies qui s'abattit sur L'Humanité s'accompagna régulièrement d'amendes au montant faramineux. Ainsi, du numéro en date du 7 mars 1961 sorti une nouvelle fois avec une page blanche, marquée en son centre de ce seul mot : " Censuré. " À l'origine de la saisie, un article de Madeleine Riffaud sur les tortures pratiquées à Paris même, en particulier dans les locaux du commissariat de la Goutte-d'Or, dans le XVIIIe arrondissement. Cette boulimie d'interdictions provoque parfois des effets contraires à ceux visés. Ainsi, lorsque L'Humanité est saisi pour la huitième fois, le 30 juillet 1957, pour la publication d'une lettre de l'ancien directeur d'Alger républicain, Henri Alleg, emprisonné et torturé dans l'immeuble d'El-Biar, la censure contribua-t-elle à amplifier l'émotion dans l'opinion. Une page noire de la liberté de la presse en France.

  • Une figure de légende...
    Syndicaliste de premier plan, Henri Krasucki (1924-2003) devient une figure populaire médiatique dans les années 1980. Vingt ans après son remplacement à la tête de la CGT, dix ans après son décès, le personnage prend sa véritable dimension historique. Une certaine tendresse à son égard transparaît aujourd'hui, d'autant qu'avec l'effondrement des pays socialistes, la transformation du monde des salariés, pour beaucoup, l'image de l'ouvrier à casquette de Belleville, amateur de Mozart, est devenue objet d'histoire et de curiosité. Robert Guédiguian dans son film L'Armée du crime, Didier Daeninckx dans son roman Missak en ont fait un héros de légende. Ils ont rappelé ainsi son rôle dirigeant dans la résistance armée des FTP-MOI. Sans conteste, la première partie de sa vie (1924-1945), de jeune émigré juif polonais de Belleville devenu résistant communiste parisien, arrêté, torturé puis déporté à Auschwitz, est essentielle pour comprendre l'intensité, les contradictions d'un homme pleinement engagé dans le XXe siècle. L'accès aux archives de la préfecture de police, du Parti communiste français, de la CGT, de la police politique polonaise comme les entretiens inédits avec des acteurs dont " Krasu " lui-même, rendent possible aujourd'hui d'en dégager une réalité plus complexe, en particulier son rôle dans la prise de distance de la CGT avec le PCF dès 1985. Christian Langeois nous livre ici la biographie vibrante et émouvante d'une personnalité dont les vies construisirent un destin.

  • Un chant d'amour" 1945 : l'Allemagne était effondrée, décapitée, morcelée, dévastée, hagarde, terrorisée. Et c'était du Berlin désormais en ruines qu'était partie la puissance fabuleuse qui avait asservi l'Europe et déferlé jusqu'au Caucase et à l'Égypte. " Ce livre décrit les expériences et les rencontres incroyables d'Edgar Morin dans Berlin, d'abord dans la ville morte de l'été 1945, puis au cours de séjours successifs dans les années 1946, 1950, 1990, 2012 et 2013. Il assiste à la scission d'une ville en deux parties, puis, à partir de chacune d'elles, à la naissance de deux métropoles juxtaposées et opposées relevant de deux systèmes solaires étrangers et ennemis, dont naissent deux nations qui semblent stabilisées à jamais, la RDA et la RFA. Enfin, après la chute du mur, un nouveau Berlin en métamorphose ininterrompue. Voici le récit personnel, subjectif et objectif, de près de soixante-dix ans d'ébranlements et de transformations formidables dans la ville où se sont joués, à diverses reprises, le sort de l'Europe et celui du monde.


  • Roland Dumas sans masque.

    Ces " révélations " de Roland Dumas ne sont ni un livre d'histoire encore moins de mémoires qu'il a déjà rédigés en son temps. L'ouvrage est la mise en perspective d'un exceptionnel parcours politique, qui s'étend sur la seconde moitié du XXe siècle, et de confidences personnelles qui éclairent enfin les zones d'ombres d'un fabuleux destin. Il en dénoue aujourd'hui les apparentes contradictions et en révèle les lignes de force arc-boutées sur un idéal politique et social dont la Justice est le fer de lance.
    Jeune résistant, élevé dans le culte de Blum, devenu ténor du barreau ; farouche antiallemand transfiguré en cheville ouvrière de la construction européenne ; admirateur du de Gaulle historique, reconverti en compagnon de route d'un François Mitterrand son plus ardent détracteur ; grand prêtre des Affaires étrangères pendant neuf ans et dépositaire privilégié des petits secrets de la " mitterrandie " ; cinquième personnage de l'État traîné devant les tribunaux pour des vedettes à forte odeur de pétrole, Roland Dumas raconte, non sans distance ni ironie, les souffrances d'un jeune Werther égaré en politique. À l'heure où un Occident aveugle se rêve encore en maître du monde, où la construction européenne est saisie de hoquets, où la France navigue à vue sans politique étrangère cohérente, Dumas rappelle que sa vérité a toujours été du côté des progressistes, des décolonisateurs et de ceux qui avaient " une certaine idée de la France. "
    Plus Choiseul que Talleyrand, plus chanteur que philosophe, plus bretteur que procureur, plus Casanova que Dom Juan, plus jouisseur que donneur de leçon, il nous conte son étonnante aventure au service d'une France exigeante comme une épouse mais aimante comme une maîtresse.
    En collaboration avec Alain Bouzy, ancien rédacteur en chef à Paris Match, en charge des éditions internationales, qui a créé et animé le magazine de grands reportages Match du Monde. Venu de la presse régionale où il a été éditorialiste politique, il est l'auteur de plusieurs ouvrages d'histoire locale.


  • Danielle Mitterrand mot après mot.

    Altermondialisme, Bièvre, Eau, François, Insomnie, Utopie... Des noms ou des notions qui ont marqué le destin unique de Danielle Mitterrand, une femme libre qui, de la Résistance à aujourd'hui, a mis ses engagements en conformité avec ses convictions.
    Le choix des entrées et leur développement, fruit d'un dialogue approfondi avec Yorgos Archimandritis, témoignent d'une volonté indéfectible de léguer aux générations futures les fondamentaux d'une société plus humaine.
    Cet abécédaire éclaire le parcours de Danielle Mitterrand et dresse ainsi, avec sensibilité et clarté, le portrait d'une des plus grandes personnalités politiques et citoyennes de notre temps.


  • Dans la lignée de Docteur Jivago et de Lawrence d'Arabie, une passionnante saga romanesque prenant pour toile de fond la tragédie du peuple arménien.

    Dans la lignée du Docteur Jivago et de Lawrence d'Arabie, une passionnante saga romanesque ancrée dans la tragédie du peuple arménien.
    1913, Bitlis, ancienne province du royaume d'Arménie, dans l'est de l'Empire ottoman. Kévork et Zevart se jurent leur amour mais doivent se dire adieu. La jeune fille part vivre à Paris car son père souhaite l'éloigner d'un danger qu'il pressent imminent. À peine un an plus tard, des hommes de Constantinople débarquent à Bitlis. Les " Jeunes-Turcs ", qui ont pris le pouvoir, ont donné l'ordre d'arrêter et de déporter des millions d'Arméniens. Kévork et ses proches vont dès lors devenir les victimes d'une traque impitoyable.
    De la déportation dans les camps de Ras ul-Ayn à la prison de Topkapi, en passant par les États-Unis d'Amérique et l'essor de la mafia new-yorkaise, ou encore le Paris des Années folles, cette saga passionnante et follement romanesque raconte sur plusieurs décennies les destins croisés de Zevart et Kévork.
    Premier roman du cinéaste Raffy Shart, Les Enfants de l'oubli est une inoubliable fresque historique qui nous fait traverser le XXe siècle et les continents. Le destin tragique de ses personnages nous plonge dans les tourments de l'histoire contemporaine et nous entraîne au coeur de la tragédie arménienne. Une saga passionnée, inspirée par des faits réels, qui ne laissera aucun lecteur indifférent.

  • 18 juin 1940 - 2015 : 75e anniversaire de l'appel du général de Gaulle !À une époque où la Providence semble avoir déserté le monde, les Français n'attendent plus, comme si souvent dans l'histoire, l'homme providentiel duquel viendrait le salut.
    Mais ils espèrent, consciemment ou non, qu'apparaisse sur la scène l'homme d'État dans lequel ils pourraient placer leur confiance.
    Qu'est-ce qu'un homme d'État ? Le contraire d'un politicien dont tous les actes et toutes les pensées ne sont orientés que vers le seul but de gagner les élections ? Le contraire de l'ambitieux qui ne veut le pouvoir que pour le pouvoir, fût-il dérisoire dès lors qu'il n'est inspiré par aucun grand dessein, animé d'aucun idéal ? Sans doute les deux, mais pas seulement.
    L'histoire du gaullisme, ce qu'a exprimé, écrit et accompli le général de Gaulle, nous en dit quelque chose de plus grand, de plus élevé.
    D'abord d'un point de vue moral - "
    Pour un homme qui s'est donné la charge de conduire la France depuis le désastre et la servitude jusqu'à la victoire et à la liberté, il n'y a pas d'autre "récompense" acceptable que d'y avoir réussi " (lettre à Léon Blum, chef du Gouvernement provisoire, janvier 1947) - mais aussi politique - "
    Le génie du politicien, c'est de contourner l'obstacle " (André Malraux, discours au Palais des Sports de Paris, 15 décembre 1965) -, le général de Gaulle ne chercha jamais à contourner les obstacles réels : en toutes circonstances, il fit face.
    Ce recueil n'a d'autre ambition que de rappeler ce que la fermeté de caractère de l'homme d'État peut accomplir lorsque la civilisation traverse l'une des crises qui, périodiquement, en ébranle les fondements.
    À chacun d'en tirer pour lui-même des leçons pour le présent.
    Textes choisis et présentés par Henri Guaino avec la Fondation Charles de Gaulle.

empty