• Qui, en dehors d'Haïti, a déjà entendu parler de la bataille de Vertières, point d'aboutissement spectaculaire et sanglant de la guerre d'indépendance haïtienne? Qui sait que cet affrontement s'est soldé, en 1803, par l'une des pires défaites napoléoniennes? Que les Noirs s'y réclamaient des idéaux de la Révolution? Ceux qui connaissent cette histoire sont peu nombreux, car la France vaincue s'est employée à effacer les traces de sa déconfiture. Pourtant, cette bataille aurait dû faire date : son issue, désastreuse pour la puissance coloniale française, allait fissurer de manière irrémédiable les assises de l'esclavage.

  • Dans ce 4 e tome de la saga maritime française des Aventures de Gilles Belmonte, on croise Toussaint Louverture à Saint-Domingue, Joséphine de Beauharnais et, bien sûr, le Consul en personne.
    Octobre 1801. Un vent nouveau souffle sur l'Europe. Vainqueur des armées coalisées, conquérant de l'Égypte, Napoléon Bonaparte peut enfin entreprendre son oeuvre de modernisation. La marine, comme les colonies, sources inépuisables de profits, sont l'objet de ses attentions. Car, à Saint-Domingue, un ancien esclave, devenu gouverneur autoproclamé, n'a de cesse de s'affranchir de sa tutelle. À Brest, mais aussi Lorient, Rochefort, Cadix et Toulon, une vaste expédition se prépare sous l'égide des meilleurs amiraux français. Gilles Belmonte, que sa paternité et son amour pour Camille hantent, est en permission à Bordeaux lorsqu'il reçoit l'ordre de rallier l'
    Égalité. Entre le soulèvement d'une population opprimée, un règlement de comptes vieux de dix ans et les menées de la Perfide Albion, notre héros aura fort à faire pour accomplir la mission que lui a confiée Latouche-Tréville.
    Comme dans les précédents opus, rebondissements et personnages hauts en couleur jalonnent cette épopée, portée par son ton fluide et sa précision historique.
    -
    Pour les Trois couleurs : mention de l'Académie de marine 2016 / prix Écume de mer 2018
    -
    Le Trésor des Américains : prix Marine Bravo Zulu 2018
    À propos des Aventures de Gilles Belmonte " Nous tenons notre Forester ! " (Patrick Poivre d'Arvor - Vive les livres)
    " On ouvre les livres de Fabien Clauw comme on prend une place de cinéma. " (Sud-Ouest Dimanche)
    " Pour les lecteurs que son style absorbe littéralement, au point de les intégrer à l'équipage, l'expérience est toujours aussi vivifiante et impressionnante. À découvrir absolument ! (La Provence)
    " De l'aventure ! Et de la pêchue, excitante et exotique ! " (L'Express)

  • Ce texte, qui est la reprise et l'approfondissement de différents travaux (articles, colloques, conférences), peut être lu comme une introduction à la poésie d'Aimé Césaire. Souvent jugés hermétiques, les poèmes de Césaire se montrent à la lumière de cet essai dans ce qu'ils ont de plus déchirant, de plus profondément humain : cette part intime par où les grands textes littéraires nous arrachent, et en même temps, nous ramènent, à nous-mêmes.

  • Ma vie à Saint-Domingue raconte une histoire, des histoires. D'abord celle de Toussaint Louverture, génial stratège et héros de la révolte des esclaves dans l'ancienne colonie française de Saint-Domingue, aujourd'hui République d'Haïti, et que Napoléon fit déporter et emprisonner au fort de Joux où il mourut de froid et de maladie le 7 avril 1802. Celle aussi de ses enfants, Isaac et Placide, qui furent un temps les hôtes de la France (qui les accueillit comme élèves dans son Institution Nationale des Colonies) avant d'y revenir, six ans plus tard, contraints et forcés, assignés à résidence, au moment de l'arrestation de leur père. Celle de Déguénou, le père de Toussaint, capturé en Afrique et vendu comme esclave. Celle d'Aimé-Benjamin Fleuriau parti de La Rochelle et devenu planteur à la Croix-des-Bouquets, près de Port-au-Prince. À tous ces destins et d'autres encore se mêlent les propres souvenirs de l'auteur dans un système de réminiscences qui entrent en résonance avec l'histoire qu'il s'efforce de mettre au jour afin, nous dit-il, de se la réapproprier, comme si on l'en avait préalablement privé. Car si - dans les circonstances dramatiques qui continuent de frapper Haïti - le projecteur a été soudain braqué sur ce pays, son histoire et les liens particuliers qui l'unirent jadis à la France sont encore trop méconnus. De ce manque ressenti est donc né un petit livre qui n'est en rien celui d'un historien mais plutôt celui d'un voyageur curieux qui aurait provisoirement choisi d'explorer le temps plutôt que l'espace.

  • De l'égalité des races humaines appartient au grand mouvement des idées
    anthropologiques, sociologiques, philosophiques, historiques, littéraires et
    morales de la fin du XIXe siècle et restera actuelle tant que le racisme ne sera pas éradiqué de nos sociétés.
    Ghislaine GÉLOIN, professeur

    Au courant littéraire esclavagiste du XVIIIe siècle, succéda celui raciste du XIXe. En réponse, les esclaves firent par les armes Haïti et leurs théoriciens défendirent par les livres la race noire. C'est dans cette continuité que trois hommes haïtiens se sont levés pour combattre les thèses racistes en cours : Hannibal Price, Louis-Joseph Janvier, Anténor Firmin. Ce dernier s'en prendra en 1885 au champion toutes catégories du racisme, Arthur de
    Gobineau, et à son Essai sur l'inégalité des races humaines (1855), dans ce livre au titre visionnaire : De l'égalité des races humaines, un incontournable des 100 classiques de la bibliothèque bicentenaire haïtienne.
    George ANGLADE, géographe et écrivain

  • Ce texte réédité en créole et en français se veut un hommage à Édouard Glissant. La première version de Monsieur Toussaint, écrite en 1959, se présente comme une recomposition générale de l'atmosphère révolutionnaire à Saint-Domingue (la future Haïti) de 1788 à 1803, date de la mort de Toussaint-Louverture au fort de Joux, dans le Jura. Celui-ci avait commandé la révolte des esclaves de l'île et fondé le premier gouvernement noir. Son lieutenant Dessalines proclama l'indépendance de Haïti en 1804.

  • Chantre de la négritude, Aimé Césaire est un maître de la poésie contemporaine, son oeuvre est capitale. Né en Martinique le 26 juin 1913, il est décédé le 17 avril 2008.

    Nègre fondamental, Aimé Césaire a deux patries, sa Martinique natale et la légendaire Haïti. Un séjour de six mois en 1944 au pays de Toussaint Louverture aura suffi à canaliser ses énergies cosmogoniques. Il vivra toute sa vie dans la sublime rencontre de cette terre, belle et magique, où la négritude se mit debout pour la première fois. Son oeuvre, chant ample et poignant, est marquée par cette saison en Haïti. Cet essai rend hommage à Césaire, à sa passion d'Haïti et de son peuple. Magistrale leçon de vie que cette poésie tellurique qui nomme les terres pour qu'elles soient au bout de leur matin gages de leur lumière.

  • L´hiver approche. Après six mois passés en région parisienne, Sylvie, rapatriée sanitaire, n´a qu´une hâte : retourner en Haïti. Enock Dupernier, abandonné par sa fille dans une maison de retraite du Jura, à deux pas du Fort de Joux où mourut Toussaint Louverture, nourrit le même espoir. Au pied des Pyrénées, l´étudiant Aldrin, qui recueille les souvenir d´un vieil écrivain, finit par comprendre que sa place est au pays natal. Tous les trois se retrouveront à Saint Jacques où l´on découvrira quels liens les unissent. Pour leur malheur ou bonheur, ils y croiseront Cacadiable, Dos Corossol, Ti Louloune et le redoutable Toni « blanc-manant ».

  • La première relation "haïtienne"des principaux événements de la guerre d'indépendance, par Louis Boisrond-Tonnerre, secrétaire de Dessalines.

  • Toussaint Louverture est un général de cavalerie né en 1743 à Saint-Domingue. En 1791 il posa la première pierre d'une nation noire indépendante en Haïti.
    Toussaint Louverture c'est aussi le héros de « Tropique du chat ». Un « Cat-ribéen » qui raconte son île d'azur et de jade (La Guadeloupe) à travers ses yeux de chat.
    Blanchette est une petite chatte métropolitaine qui vit sa deuxième vie en gris, et rêve de lapis-lazulis et d'émeraudes.

    Sept mille kilomètres d'océan les séparent. Mais le destin se moque des distances...

    La préface est de Jean-Luc Garréra, dessinateur de BD

  • Alors que Marie et Fabien arrivent à Boston, après avoir transité quelques semaines par l'île de Saint-Domingue, ils font la connaissance d'un groupe de Canadiens qui, habités par un rêve de liberté, ont quitté leurs paroisses pour combattre au côté de Georges Washington. Puis, le couple finit par rejoindre le marquis de La Fayette juste à temps d'ailleurs pour assister à la fameuse bataille de Georgetown, qui scelle l'indépendance des États-Unis. Une fois Fabien remis de ses blessures, il ne leur reste qu'à partir vers le nord, vers cette fameuse et mythique Acadie.

    Or, quand le couple est fait prisonniers par les Iroquois, Fabien est forcé d'épouser la fille d'une des chefs de clans. Mais après maintes péripéties, les deux amoureux s'échappent et réussissent enfin à se rendre à Montréal, où ils rencontrent de nombreux Acadiens toujours en fuite. Le Canada deviendra-t-il leur véritable patrie?

  • En 1773, un groupe d'Acadiens s'installent en France après avoir été chassés de leurs terres par les conquérants anglais. Résidant dans l'un de ces villages créés à cette occasion dans la région du Poitou, les jeunes Fabien et Marie sont remarqués par le

empty