Le Cherche-Midi


  • L'humour involontaire à l'hôpital.

    De toute évidence, le rire efface les peines et les douleurs. Certes, mais peut-on se permettre de rire de nos propres faiblesses face à la maladie et à la mort ? Ce livre relève ce très improbable défi.
    Les confidences sur son quotidien, les coulisses des blocs opératoires, des réanimations ou des services d'urgence, un univers jusqu'à ce jour jamais dévoilé où l'humour est malgré tout omniprésent.
    Des erreurs médicales les plus cocasses aux malades les plus comiques en passant par des histoires d'opérés les plus incroyables, toutes les anecdotes rapportées ici sont pourtant bien réelles. Nous découvrons des personnalités attachantes et d'émouvants moments où la vie ne tient plus qu'à un fil.
    Plus sérieusement, mais toujours d'une plume allègre, sont évoqués sans détour ni langue de bois les problèmes posés par les soins palliatifs, l'euthanasie, les dons d'organes, la chirurgie esthétique, les campagnes de vaccinations massives, etc.
    Mais, au final, avec Jean-Jacques Charbonier le rire, donc la vie, reprend le dessus pour le plus grand bonheur du lecteur.

  • " Un sacré petit taureau râblé qui fonce dans le tas, tête baissée, voilà Patrick Pelloux. Son toril : le service des urgences de l'hôpital Saint-Antoine, à la Bastoche, là où Nini-Peau-de-chien venait faire panser les gnons que lui filait Bibi-la-Crème les soirs de dèche. Les urgences, bien au-delà de la série télévisée qui a supplanté les westerns, c'est le lieu maudit où le malheur se concentre, c'est le morne échantillonnage de la détresse humaine. C'est surtout là que la médecine devient sacrifice et apostolat. Patrick Pelloux, abbé Pierre de la médecine, révolté permanent, s'y fait le champion d'une conception de la pratique médicale qui, emportée par l'irrésistible vague libérale submergeant tout, s'éloigne à grande vitesse de l'idéal si haut proclamé par le serment d'Hippocrate. Ce qui lui vaut d'être poursuivi par le tout-puissant conseil de l'ordre et menacé d'être exclu de la profession. Chaque semaine, dans Charlie Hebdo, ses billets croqués sur le vif nous plongent dans la réalité de ce creuset bouillonnant. C'est souvent cocasse, n'empêche. La vie, quoi. " Cavanna

empty