• En Syrie

    Joseph Kessel

    «La Syrie ? Que savons-nous d'elle ? Avouons-le sans faux orgueil : quelques réminiscences historiques sur les croisades, quelques pages célèbres, les beaux noms de Damas, de Palmyre, de l'Euphrate, voilà tout notre bagage pour une grande et féconde contrée placée sous Mandat français. Mais qui discerne l'importance de ce Mandat ? Qui - à part de très rares spécialistes - pourrait tracer la physionomie politique de ce pays ? Qui expliquerait pourquoi l'on s'y bat et qui se bat ? Ce berceau des civilisations, ce lieu de passage prédestiné, dont la richesse et la beauté ont retenu, sans les mêler, tant de peuples, cette terre où poussent avec une force ardente les croyances et les hérésies, déroute et confond.» Le premier reportage de Joseph Kessel, publié en 1926. Des pages d'une surprenante actualité.

  • Les trois romans de montagne de Frison-Roche sont réunis dans ce volume - genre qui fit sa notoriété. Trois histoires de dépassement de soi, de passion, de fraternité.
    Premier de cordée, écrit et adapté au cinéma pendant la guerre, raconte le combat d'un fils, handicapé par une blessure qui le rend sujet au vertige, décide de suivre les traces paternelles en haute montagne, envers et contre tout.
    La Grande Crevasse (1948) et sa suite, Retour à la montagne (1957), tracent l'histoire d'une jeune fille noble s'affranchissant de l'existence qui lui était promise. Mais l'existence d'une femme de guide n'est pas faite que de cimes... Seul un exploit pourra réhabiliter celle qui est stigmatisée par la communauté montagnarde, et lui octroyer sa reconnaissance.

  • « J'ai découvert l'inconnu d'un monde, étrange dépaysement, à mon arrivée sur la rivière de Saigon après cinquante-cinq jours de traversée ; je n'avais d'yeux que pour les centaines de paillottes sur pilotis, tout au long des berges, l'avancée lente, cérémonieuse, des buffles de la rizière, retenus à la corde par des paysans à chapeaux coniques, pantalons retroussés. J'ai entendu les premières rafales de la guerre à la Pointe des Flâneurs. Des miliciens viets isolés, cachés dans les hautes herbes, tiraient sur le bateau et nous étions sur le pont, comme au spectacle, déjà perdus par cette inconscience qui allait être ma sauvegarde. » Pour la première fois, Jacques Chancel revient sur son itinéraire dans les désordres de l'Indochine.

  • Aujourd'hui encore, malgré les profonds changements de société opérés depuis 40 ans dans de nombreux pays (le travail généralisé des femmes, la possibilité qu'elles ont de maîtriser sexualité et maternité grâce à la légalisation de la contraception et de l'avortement...), on impose à chaque sexe des goûts et des conduites qui ne vont pas de soi, et ce à chaque étape de la vie et dans tous les domaines. La « fabrique » fonctionne toujours, même si elle n'utilise pas les mêmes moules et ne vise pas les mêmes fins qu'autrefois.

  • Dans ce livre de mémoires. Roger Frison-Roche, l'un des grands écrivains-aventuriers du XXe siècle, revient tour à tour sur son enfance passée à flanc de montagne, sur les nombreux exploits sportifs dont il fut le héros, sur les guerres et son engagement dans la Résistance - mais également sur sa prédilection toute particulière pour les voyages extrêmes dont il tirera un amour immodéré pour le Grand Sud algérien comme pour les magiques contrées polaires. Un livre empreint de l'immense respect pour le courage et la dignité humaine qui caractérise toute son oeuvre.

  • Greg a dix-sept ans. Au lycée, il rêve de devenir célèbre et de faire partie d´un groupe, mais il a du mal à communiquer avec les autres, à l´exception de son copain Earl. Tous deux partagent la passion du cinéma et tournent leurs propres films avec deux bouts de ficelle. Aussi, lorsque sa mère le pousse à tenir compagnie à l´une de ses anciennes camarades de classe gravement malade, Greg est tétanisé. Pourtant, grâce au cinéma, une amitié insolite va lier Rachel, Earl et Greg. Entre rires et larmes, un petit bijou à lire absolument !

  • Wave

    Sonali Deraniyagala

    • Kero
    • 28 Août 2014

    " La mousse s'est transformée en vagues. Des vagues qui bondissaient par-dessus le récif, à l'autre bout de la plage. Ça n'était pas normal. La mer ne venait jamais aussi près. Les vagues ne se brisaient pas, elles ne s'affaissaient pas. Plus près. L'eau

  • Après avoir accompagné son mari jusqu'à la fin, une femme témoigne: "Cadeau que de pouvoir garder son parent à domicile et de l'accompagner sereinement jusqu'à son dernier souffle. Cadeau pour les proches qui affrontent ainsi la mort en toute conscience mais sans traumatisme. Cadeau enfin, la relation nouée avec une équipe qui vit et partage avec nous des moments douloureux et des bonheurs à jamais finis." La mort peut être accompagnée. La relation nouée durant l'accompagnement en fin de vie souligne l'intensité d'une existence achevée. Elle enrichit les survivants, proches et accompagnants. Par ce livre important, l'auteur partage les trésors d'humanité qu'elle a découverts pendant des années au contact des patients, de leurs proches et des soignants.

  • Ce petit ouvrage est le résultat désopilant d'un appel lancé par un grand magazine à ses lecteurs pour qu'ils racontent leurs expériences en vol les plus cocasses et les plus délirantes.
    Voici près de deux cents morceaux choisis, qui pourraient bien vous

  • Centrafrique, 1962. Un cyclone s'abat sur la capitale, Bangui. Éclairs, trombes d'eau : c'est dans ce déchaînement des éléments que naît Isabelle Roumeguère. Ce qui lui vaudra le nom de Chipo (« Don du Ciel » en bantou).
    Son père, psychanalyste et confident de Dali, est consul de France ; sa mère, Jacqueline Roumeguère-Eberhardt, est ethnologue. Bercée depuis son plus jeune âge par les tambours gbaya, fiancée à un prince de quatorze ans en Zambie, la fillette va grandir en Afrique. Alors qu'elle n'a que quatre ans, sa mère est adoptée avec ses trois enfants par les Maasai du Kenya. Un peuple aux traditions séculaires, pratiquant la polygamie et l'excision. La fusion est totale. Le couple n'y survivra pas et sa mère tombera amoureuse d'Oka, l'ami de son frère maasai.
    La jeunesse d'Isabelle est alors rythmée par les cérémonies d'initiation et les razzias mortelles. Elle habite dans des cases enfumées et surpeuplées, surveille les troupeaux, apprend à éviter les fauves, jusqu'à ce jour de 1980 où elle rentre en France...

    Couverture : © Picture Contact / akg-images - 4e de couverture : © Patrick Wallet / Le Figaro Magazine

  • L'opération de sauvetage des enfants nécessita le travail de
    plusieurs associations : des organisations juives et chrétiennes, avec
    des éducateurs et des travailleurs sociaux, ont agi pour sauver les
    enfants juifs des griffes des nazis et des collaborateurs français.
    Haya a été sollicitée, pendant des années, pour raconter son histoire, lors des
    commémorations de « la Shoah et de l'héroïsme ». Elle parlait de son enfance,
    de sa famille abandonnée dans la panique du départ en France. Elle racontait
    comment, restée seule avec son frère, elle avait échappé aux poursuites,
    comment elle était parvenue en Palestine sous mandat britannique. Elle a
    construit une nouvelle vie et une famille, au kibboutz Shloukhot.
    Ce livre, écrit du point de vue d'une enfant de douze ans, intéressera
    toutes les générations. Le travail d'écriture a permis à l'auteur
    d'exprimer les sensations et la compréhension d'événements enfouis
    dans la mémoire, et de rendre compte de tout ce qu'elle avait éprouvé
    à cette époque.

  • Cahiers de paris

    Petr Král

    Petr Král est un poète-piéton. Il marche et repère ce que, dans la bousculade moderne, on n'aperçoit pas, une bouche de femme qui avive la marge de la ville, la feuille morte qui aiguillonne une voiture en glissant sur son toit, la mystérieuse zone du plafond qu'on désigne quand on enfile son manteau; il voit la viande qui tourne sur une broche « au milieu du cosmos ».
    Ces carnets qui parcourent quarante ans, de 1968 à 2006, rendent nostalgique d'un Paris qui disparaît progressivement comme la neige qui fond au soleil. Mais ils sont écrits avec un ton réjouissant et irrévérencieux où l'humour le dispute à la poésie. Un livre rare.

  • « À bien y réfléchir, je pense que mon baby blues a commencé avant même la naissance de ma fille.
    Devant un étalage de pommes très exactement.
    À un moment, tu ne sais pas pourquoi, tu commences à te prendre la tête pour des trucs complètement débiles.
    Ce

  • Décembre 1937. Alors que l'armée japonaise se répand furieusement à travers Nankin, massacrant, violant, pillant tout sur son passage, un groupe d'écolières terrifiées se réfugie dans l'église Sainte Marie Madeleine dirigée par le père Engelmann. C'est un territoire officiellement neutre dans la guerre qui oppose la Chine au Japon, mais les soldats ennemis ne semblent pas disposés à respecter les règles du droit international. Les jeunes filles courent un terrible danger, et leur survie devient encore plus incertaine avec l'arrivée de treize prostituées venues du bordel flottant sur la rivière Qinhuai qui cherchent à leur tour refuge dans l'église... Ce beau roman transporte le lecteur dans la Chine des années 30. Habité par de magnifiques personnages, du prêtre austère aux prostituées irrévérencieuses, Fleurs de guerre montre comment la guerre met à l'épreuve nos préjugés et comment l'amour peut naître parmi les décombres.

  • On a tous en mémoire un professeur qui a marqué notre vie d´écolier : une personnalité d´exception, un poète, un tyran... Pour le jeune Philippe Claudel, « un prof, c´était vieux, ça naissait vieux et ça n´avait pas d´existence hors de la salle de classe », jusqu´à cette rentrée de terminale où une jeune professeur de philosophie aux yeux presque mauves vient bousculer ses idées reçues... Pour l´élève de cinquième Magyd Cherfi , c´est grâce à Monsieur Castin, inflexible sur les fautes de prononciation et les subjonctifs imparfaits, qu´il est « devenu quelqu´un », le premier de la cité à passer en seconde, puis le chanteur aux phrases ciselées.
    Quatorze personnes, connues ou moins connues, anciens cancres ou premiers de la classe, sont invitées à se souvenir d´un de leurs professeurs. Ces récits courts, tantôt drôles, tantôt doux-amers et parfois cruels, reconstituent le film de l´école, le film de la vie.

  • Imaginez qu'un soir, votre vie bascule dans l'horreur...

    Céline a 22 ans quand un inconnu fait irruption chez elle et la viole en la menaçant de mort.

    Portée à bout de bras par celui qui deviendra son mari, elle porte plainte. S'ensuit une série d'étapes exténuantes, au cours desquelles elle doit raconter l'agression, se remémorer la scène encore et encore, établir un portrait-robot, se soumettre à des examens médicaux, annoncer son viol à ses proches et continuer à vivre...

    Elle tente de se reconstruire, malgré les angoisses, les phobies envahissantes et la solitude. Puis elle reçoit la nouvelle : l'individu a été interpellé et va être jugé. Elle découvre qu'il a commis une dizaine d'autres viols. Cette révélation est un second traumatisme, tout comme le procès, durant lequel elle doit supporter le regard de son bourreau.

    Aujourd'hui, longtemps après les faits et alors qu'elle est une femme accomplie, Céline Robert a choisi de raconter.

    Rarement un témoignage n'aura décrypté, avec autant de précision et de sobriété, les ravages d'un viol et ses conséquences psychologiques, intimes, familiales et professionnelles. Avec une plume au scalpel et sans aucune complaisance, Céline Robert raconte également, de l'intérieur, le déroulement d'une enquête et d'un procès.

    Un magnifique exemple de courage.

  • "J'ai dix ans, la clef de mon existence... Là où tout bascule, le jour de l'initiation au grade d'adulte. Fini l'enfance, bonjour la traversée du désert. Si ce jour-là j'avais connu l'avenir, j'aurais sans nul doute fui à toutes jambes [...]. Je suis dans la salle de bains en compagnie de maman, qui m'aide à me doucher. [...] Soudain, mon père fait irruption dans la salle de bains. Son regard se porte sur mon bas-ventre et s'interroge. Il s'accroupit, me scrute, fronce les sourcils. Quelque chose ne va pas, je le lis sur son visage. Qu'est-ce qui se passe ? Qu'est-ce que mon père a vu ? À dix ans, je ne sais pas encore à quoi ressemble un garçon ou une fille à cet endroit-là. Bizarrement, ce sont des questions que je ne me pose pas." Dany Salomé est né intersexué. Il raconte dans ce livre son histoire. Princesse au coeur tendre dans les yeux de sa mère, garçon plein d'avenir dans ceux de son père, il retrace son parcours merveilleux et chaotique : l'autorité paternelle écrasante, l'adolescence rebelle, puis l'armée, les passions et les haines, les allers-retours douloureux entre féminin et masculin... vers une unité aujourd'hui retrouvée.

    Avec préfaces d'Ariane Giacobino, médecin généticienne et de Tom Reucher, psychologue clinicien.

  • Cinq discours pour penser libre. Cinq discours percutants qui nous disent que le futur n'est pas une simple prolongation du présent. Il doit se rêver d'abord, et puis se construire. Malcolm X, Martin Luther King, Ernesto Guevara ou Mohandas Gandhi ont, chacun à leur manière, exhorté les foules qui les écoutaient à se saisir de leur destinée. Le cinquième discours constitue une sorte de synthèse de trois expériences politiques : Gandhi en Inde, Mandela en Afrique du Sud et Martin Luther King aux États-Unis. C'est l'écrivaine indienne Arundhati Roy qui tire ce bilan de leurs expériences politiques.Ces cinq discours incontournables, qui font partie de notre héritage, sont autant d'outils pour penser librement le monde actuel et construire notre avenir. Loin du "No Future", ils démontrent à l'inverse que la politique est, plus que jamais, à l'ordre du jour.

  • Le parcours personnel et professionnel de ce Breton, né à Auray en 1935, illustre l´évolution des médias de ces cinquante dernières années - presse, radio et télévision. Les jeunes générations le connaissent surtout pour ses performances auprès d´Antoine de Caunes, de Coluche, des Nuls et des Guignols de l´info, mais il a en fait débuté comme journaliste dans les années 1960.
    Directeur de la rédaction de RTL, animateur des JT de la première chaîne, roi des matinales d´Europe n° 1, il rejoint ensuite la toute jeune chaîne Canal+ en 1985. Il crée alors le mythique Top 50, avant de se lancer dans l´aventure Nulle Part Ailleurs.
    Cette autobiographie offre un éclairage inédit et insolent sur l´histoire et les coulisses de l´information, en même temps qu´une formidable galerie de portraits. Car Philippe Gildas est un inventeur des médias.
    Cet ouvrage est co-écrit avec Gilles Verlant, célèbre biographe de Gainsbourg, qui a longuement collaboré avec Philippe Gildas sur Canal+.

  • Une île entre guerre et paix.0300Très vite, Simon est envoyé à Chausay dans la famille de son oncle Eugène. Dans ce monde à part, isolé de la guerre, l'adolescent devient un îlien et découvre la vie et le métier de marin. Lui qui n'accepte pas la défaite de la France et sa soumission aux Allemands juge parfois durement le positionnement des habitants de l'île. Comment son oncle peut-il détester également les Allemands et les Anglais, à qui il ne pardonne pas d'avoir « massacré » des marins français à Mers El Kébir en 1940 ? Comment peut-il vendre sa pêche aux Allemands qui occupent l'île anglaise de Jersey ?Mais son amitié pour un soldat allemand, rencontré sur l'îlot des Minquiers, bouleverse bientôt ses certitudes et sa vision manichéenne de la guerre, lui apprenant à voir au-delà des apparences, et à préférer la réconciliation à la haine...Dès 11 ans.

  • Aucun roman d´aventure, aucun film à grand spectacle ne peut égaler les récits de ces explorateurs qui tous avaient quelque chose des chevaliers de la quête du Graal. Pour restituer la force et l´élan de leur voyage initiatique, Chantal Edel a réalisé un travail d´anthologie qui dépasse la simple réunion de récits d'exploration. Non seulement, elle a sélectionné les plus beaux témoignages, mais aussi et surtout, elle les a choisis et les présentés pour qu´ensemble ils forment une longue aventure dont le lecteur peut vivre toute les étapes comme s´il en était le héros : les cartes et les bagages, la marche à travers la savane écrasée de soleil, le bivouac autour d'un feu, la rencontre avec les chefs africains et les chasseurs d'esclaves, les rivières en crues et les murailles de terre, les échos de la brousse, les vagues immenses des troupeaux de gnous... Les sources du Nil ou l'Aventure absolue.

  • 0300Pour briser ce tabou entretenu par l'ensemble de la société autour du suicide, "J'accuse !" aborde de front ce problème majeur de santé publique. Des témoignages nombreux et complémentaires (de jeunes ayant tenté de se suicider, de parents, de proches...), un axe original et une réflexion sur la violence sociale et notre incapacité, parfois, à vivre dans l'harmonie.

  • Ce livre est un médicament 100% naturel pour se relever, réapprendre à vivre et être heureux.

    Clay Newman (l'auteur) a tenté de se suicider le jour de ses 24 ans, dans un motel pourri, en avalant 24 comprimés de Valium. Un par année de vie pathétique. Issue logique puisque les médecins lui avaient diagnostiqué une "tendance dépressive aigüe" génétique. En effet, avant lui, son père et son grand-père s'étaient suicidés.
    Sauf qu'une fois ses pastilles ingurgitées, il a ressenti comme un déclic, une puissante envie de commencer à vivre. Ironie du sort. Il s'est donc fait vomir et a souhaité tout de suite nettoyé son désastre. Mais rien près de lui ne le lui permettait. Ayant fini par trouvé un très vieux livre, il en a arraché quelques pages pour s'en servir de torchon improvisé. L'une d'elle est restée collée aux carreaux de la salle de bain, comprenant pour seule phrase une dédicace: "Tu crois au destin? Ce livre a été écrit pour toi." Ce livre, c'était un livre de Sénèque. Et il a changé la vie de Clay Newman qui, 32 ans plus tard, a écrit Le Prozac de Sénèque, dans lequel il donne les clés pour se relever et apprendre à vivre, sans passer par la case médicaments.

  • Un enfant juif polonais survivant de la Shoah est une exception et son parcours va de pair. Ainsi Henri, né à Demblin en 1933, a connu l´invasion nazie, les persécutions, la première déportation des Juifs de sa ville dont sa soeur et son frère sont victimes, le ghetto de Varsovie, puis la disparition de son père convoqué à la Kommandantur et la seconde déportation à laquelle il se soustrait de justesse. Il n´échappe pourtant pas au camp de travail de Demblin, à celui de Czestochowa où il est déporté avec son grand-père, et au camp de concentration de Buchenwald. Enfin, il vit la libération au camp-ghetto de Terezin, au terme d´un transport de trois semaines auquel son aïeul chéri ne survit pas.

    Après guerre, Henri, rétabli du typhus, retrouve sa mère avec qui il parvient à quitter la Pologne communiste pour Paris.

    Ce n´est que 50 ans plus tard qu´il accepte, pour ses petits-enfants, de raconter sa « guerre ». Le résultat est un cahier d´écolier manuscrit, bouleversant, où il retrace, avec un style poignant de sincérité, ce qu´il a vu et ressenti à hauteur de l´enfant qu´il était. Sans éluder les blancs de sa mémoire, il donne des flashs, analyse ce qu´il ressent, ce qu´il comprend et ce qui lui échappe parce qu´il est un enfant.

    Un témoignage probe, d´une force unique.

empty