Atramenta

  • Être une baby-boomer : cela fait-il inévitablement de vous une ennemie de la nature, indifférente à votre impact sur l'environnement ?
    Ce livre vous emmène, de rencontre en rencontre, dans une déambulation. À travers des histoires d'animaux, toutes vécues, il vous propose de réfléchir ensemble à ce qui est essentiel : ce qui lie les humains à la nature n'est pas qu'une affaire de statistiques pour mesurer une biodiversité en déclin mais c'est surtout une question d'identité.

  • Arrete d'y penser !

    Isaac Ambre

    Il était une fois Testostéronien et la psychopathe des symptômes de grossesse qui rêvaient d'un subtil mélange d'eux deux. Faire un bébé ? Facile !
    Mais au bout d'un an d'essais infructueux (avec en prime 4799 tests de grossesse périmés, 6765 tests d'ovulation usés et 77654 positions miracles supposées féconder l'Ovule sacré), le bébé tant désiré n'était toujours pas là... La faute à la cigogne dyspraxique ?
    Nous voilà alors propulsés au Pays des Miracles Alternatifs (mieux connu sous le nom de Procréation Médicalement Assistée) avec ses célèbres montagnes russes, ses piqûres fatidiques et ses rendez-vous imprévisibles avec la partouze scientifique. Bienvenue dans l'univers impitoyable de la PMA (comme dans Dallas !).
    Alors qu'autour de nous les Fécondées illico pondent sans retenue, sans y penser (le remède ultime pour tomber enceinte !) et portent la vie rien qu'en claquant des orteils (fertiles bien sûr). C'est bien connu : les orteils sont des membres très fertiles, sauf les miens...



    Ambre Isaac est dyspraxique : elle se perd partout (comme la foutue cigogne).


    Elle est passée à deux reprises par les aléas de la PMA.


    Son pseudonyme est un hommage à « son petit deuxième », un bébé espéré si fort mais jamais né et qui aurait porté Ambre ou Isaac comme prénom.


    Ce témoignage relate son premier voyage au Pays des Miracles Alternatifs. Celui qui lui a permis d'être maman.

  • Dans ce récit inspiré, l'auteur partage affectueusement ses expériences de médiumnité et d'éveil et livre un témoignage poignant évoquant tour à tour des fragments de vie insolites, un cheminement spirituel profond, des expériences humaines tantôt douloureuses tantôt lumineuses en lien direct avec l'au-delà et une assistance divine, toujours aimante, qui ne lui a jamais fait défaut.

    Après ces révélations soudaines, j'étais devenu un volcan en éruption ! Je voulais bousculer les gens afin de les réveiller d'autant plus que je constatais avec amertume que la majorité de mes contemporains ignoraient tout de leur véritable nature ! Pendant un certain temps, je me suis engagé dans des débats interminables, essayant de partager ce que j'avais découvert, mais à chaque fois je me heurtais à la raillerie ou à l'incrédulité. Au-delà de l'expérimentation ordinaire, personne ne voulait rien entendre ! Pour l'immense majorité, seule la vie matérielle était digne d'intérêt ! Aussi, malgré tous mes efforts, je connus des échecs cuisants y compris auprès de proches... Comment des gens pourtant éduqués en arrivaient à des conclusions aussi lapidaires qui niaient catégoriquement la réalité de l'esprit ?


    Selon toute évidence, je ne pouvais pas changer le monde puisqu'il appartenait à chacun de se responsabiliser et pour ce qui me concerne, je ne pouvais m'empêcher de réexaminer avec sévérité mes agissements passés ! Mais même ainsi, je n'avais pas encore pris toute la mesure de ce que j'avais fait...

    1 autre édition :

  • Ce roman est l'histoire de Sergio, mon copain d'enfance, venu comme moi s'enraciner en France parce que certains événements en avaient voulu ainsi. Malgré l'amour de sa famille et l'amitié de notre petite bande, il n'a jamais su conduire sa vie comme il l'aurait pu. Il avait presque tout pour réussir, ce petit presque lui a cruellement manqué. Sa vie s'est terminée un jour sur les trottoirs lyonnais.
    J'ai voulu écrire ce livre à la première personne, parce que l'hommage rendu à Serge n'aurait pas eu, sinon, la même charge affective.
    En composant ces pages, je me suis mis dans la peau du personnage, comme un acteur dans un film ou dans une pièce de théâtre. Dans ce récit je suis Sergio, Sergio le Sicilien.
    Bien entendu cet ouvrage est un roman, les personnages sont tous fictifs. Toute ressemblance avec des personnages existants ou ayant existé ne serait que pure coïncidence. À moins que certains pans de ma vie et de mon vécu ne se soient glissés dans ce récit.
    Et que, finalement, certains des personnages décrits dans cet ouvrage ont peut-être existé. Ont sans doute existé. Comme Sylvie, ma fille, ma chérie, et sa trop courte histoire, comme Colette et Monique, mes premiers amours, Colette décédée prématurément de maladie il y a quelques années, avant que je ne retrouve sa trace, Monique qui a mis fin à ses jours du haut des Galeries Lafayette à Lyon. Colette et Monique c'est du vécu. Depuis j'ai retrouvé les deux enfants de Monique, Natacha et son frère, la maman de Colette et Monique, le mari de Colette, Jacques Morel, que j'ai retrouvé à Lyon et que je revois souvent. Nous avons d'ailleurs effectué un pèlerinage avec Jacques et les enfants de Monique dans cette fameuse rue du Plat à Lyon. J'ai regretté à ce moment-là l'absence de Colette. Du vécu comme cette bande de franco-siciliens avec J.Claude Prat, dit Kiki, J.Claude Faivre, Marcel Treffort, Daniel Romans, décédé prématurément, Marie-Madeleine Merlin, ma conscrite, Michélino, Michou.... Ma bande de copains. Je relate aussi la période avec mon ex épouse, Chantal, Pascale dans cet ouvrage, une mauvaise expérience, un mauvais souvenir.
    Oui, cet ouvrage est un mélange de fiction et de vécu. C'est bien une histoire sur un copain disparu, un copain décédé dans la solitude, que je voulais raconter... Mais au fil des lignes mon vécu est venu s'intégrer dans cet ouvrage. Pourquoi ? J'en avais sans doute besoin car depuis le décès de Sylvie, ma fille, je ne vis pas bien, je n'ai pas encore fait mon deuil. Suis-je soulagé ? Non. Le décès d'un enfant ne s'efface pas, Sylvie est toujours près de moi, je la vois grandir, elle a 52 ans le 19 juin 2020. Mais elle n'est plus là pour souffler les bougies...
    Je vous souhaite une bonne lecture.

  • Ouvrage collectif sous la direction de Carole Blancot et de Patrick Gaspardo.
    Avec les contributions de : Jean-Marc Barféty, Vincent Berthelot, Carole Blancot, Daniel Clémentine, Patrick Gaspardo, François Geuze, Bernard Just, Anne Lebarbenchon, Aline Scouarnec, Claire-Marie de Vulliod.
    Avec les témoignages de : Michaël Custers (NGA Human Resources), Sophie Darracq (Banque de France), Amiral Olivier Lajous (Olivier Lajous Conseil), Philippe Lamblin (Groupe Avril), Stéphane Pistono (Sanofi).
    Études de cas : TechnipFMC - Tenova - Une entreprise leader du secteur papetier.
    Résumé : Cet ouvrage retrace, en première partie, les évolutions techniques, fonctionnelles et légales dont les SIRH (Systèmes d'Information en Ressources Humaines) ont fait l'objet au cours des vingt dernières années. Dans une deuxième partie, il aborde la façon dont les services RH ont évolué au sein des entreprises, de la fin des années 90 à nos jours. Une prospective sur les fonctions RH et SIRH est proposée aux lecteurs (Cloud, Big Data RH, dialogue social, de l'hyperconnectivité à la déconnexion).

  • Au péril de leur vie, refusant l'esclavage nazi, des milliers de Français prisonniers du IIIe Reich, se sont évadés des camps allemands.
    Pour lutter contre les forces d'occupation et s'opposer au régime de Vichy collaborateur de l'ennemi, certains ont rejoint les combats de la Résistance.
    Avec courage et détermination, jusqu'en mai 1945, ils ont lutté contre la barbarie et défendu résolument la liberté.
    Avec fierté, ils ont sauvé l'honneur français. Ces héros anonymes ont fait eux aussi l'Histoire.
    Mon père était de ceux-là.
    Ce témoignage qui raconte sa traversée aventureuse des années sombres est un morceau de mémoire.

  • Au début de mon pèlerinage, on m'a souvent demandé ce qui m'était passé par la tête pour m'aventurer sur le chemin de Compostelle au coeur de l'automne. Tout en soulignant au passage que je n'y gagnais rien : les refuges seraient fermés, il ferait diablement froid et je n'y rencontrerais personne. On eut même le culot de me rafraîchir la mémoire avec l'histoire des Pyrénées enneigées et son cortège d'humains perdus... De quoi m'arrêter dans ma folle entreprise ! Mais, c'était oublier que le pèlerin obéit à des lois qui n'ont rien de rationnel. Un pèlerin part lorsque quelque chose le pousse à partir et qu'il ne voit aucune autre possibilité. Il se moque comme d'une guigne du calendrier ou des commérages. Il part, un point c'est tout.
    Je suis partie un 4 novembre, un point c'est tout. J'ai traversé l'automne, l'hiver, et je ne regrette rien.
    Oui, c'est vrai, les Pyrénées étaient blanches et je me suis perdue. Car la neige avait recouvert toutes les balises. Un véritable casse-tête... J'ai eu peur, j'ai eu froid, mais je ne regrette rien. J'ai finalement trouvé ma route.
    Oui, c'est vrai, presque tous les refuges étaient fermés. J'ai eu peur, j'ai eu froid, très froid, mais je ne regrette rien. J'ai dormi dans des endroits improbables : chapelle, garage, théâtre... Il y avait toujours des portes qui s'ouvraient. De la véritable magie.
    Oui, c'est vrai, il a fait très froid. Il a grêlé, il a neigé. Un peu, et même parfois beaucoup. Dans les Pyrénées, sur le Cebreiro, dans les plaines arides du nord de l'Espagne... Noël en continu. J'ai eu froid, mais je ne regrette rien. Il y avait toujours quelqu'un pour réchauffer le corps et le coeur.
    Oui, c'est vrai, il n'y avait personne. Mais pour embellir son monde, il ne suffit pas d'une tripotée de gens. Un seul ami peut égayer vos journées. Des amis, il y en avait. Il y eut d'abord mon bourdon pour qui je me pris d'affection et qui ne me quittait jamais. Il y eut mon inestimable Patricia qui venait à pied de Belgique, toute seule. Celle que je rencontrai un jour où je n'attendais plus personne, celle qui partagea mon chemin jusqu'au bout. Une amie pour la vie. Il y eut Ben Hur, l'énigmatique et drôle de brésilien qui possédait un passeport de templier... Un ami pour la vie aussi. Il y eut des compagnons de route à 4 pattes. Le temps d'une étape. Qui les guidait ? Qu'est-ce qui les motivait ? Sûrement pas le contenu de ma besace, maigre pitance, qui ne semblait pas les intéresser.
    Oui, tout ça, c'est vrai. Et ils oublièrent de me parler des grands moments de solitude qui me donnèrent à réfléchir, des souffrances physiques qui me freinèrent dans mon élan, des attaques que je dus affronter. Des dents canines acérées par exemple.
    Ils oublièrent aussi de me parler du merveilleux qui se manifesta à tout-va sur le chemin, comme si tous mes désirs les plus secrets avaient été entendus. Mais par qui ? Par quoi ?
    Tout cela ne fut pas un rêve. Parfois avec le temps qui passe, j'ai l'impression que mon imagination féconde arrondit les angles, ou bien que j'ai vécu dans une autre dimension. Pourtant, elles sont là. Les photos, témoignage de ce pan de mon histoire. Aussi palpables que le fut ma réalité du chemin de Saint-Jacques.
    Alors, je vous le dis : n'hésitez pas, n'hésitez plus. Pas à pas, on va toujours très loin.
    Suivez-moi dans mon aventure.
    Ou encore mieux. Et si vous suiviez votre propre chemin ?

  • Sans retenue

    Rika

    Ce livre est une lettre dans laquelle je m'adresse à une personne qui a impacté ma vie, je m'exprime quant à notre relation, quant à notre passé commun mais surtout je fais part de mon ressenti vis-à-vis de cet individu qui m'est très cher et ce, sans retenue.

  • Enfin, il était là...

    Morgane H

    "Je me réfugie dans tes yeux...
    Tout mon Amour..."

    Histoire de vie un peu particulière d'une maman solo, écorchée, à la recherche de l'épanouissement personnel, et qui par tous les signes de la vie, l'univers, se laisse porter par ses ressentis, jusqu'à la rencontre de cet homme...

  • Chronique du confinement, rédigée au jour le jour, du 15 mars au 11 mai 2020, cet ouvrage est le "journal de bord" d'une famille avec de jeunes enfants, pour garder la mémoire du vécu, du ressenti, avec les doutes, les peurs, les espoirs, au long de cette période troublée qu'a été cette obligation de confinement pour cause de pandémie.
    À ce jour, l'épidémie de Covid19 continue de sévir en différents pays, elle est à peine contenue en France et l'avenir n'est pas certain.
    Cette chronique est un témoignage sur le vif, avec ses a priori et ses contradictions, pour que les jeunes enfants d'aujourd'hui, plus tard lorsqu'ils seront devenus adultes, comprennent ce qui leur a été imposé.

  • Patron ou voyou ?

    Levouillout Franck

    C´est l´histoire et le témoignage d´un patron de PME Française, qui dirige l´entreprise depuis 10 ans et qui se trouve finalement en redressement judiciaire. Il raconte le terrible engrenage jusqu´à liquidation : échec du dialogue social, plan de sauvegarde raté, grèves dans l´usine, audiences au tribunal, intervention des politiques et syndicats, perspective d´une SCOP, salariés mis au chômage, etc. Les sujets ne sont pas réjouissants mais la lecture est facile et l´on découvre la vie et les réflexions d´un patron qui vit ce que l´on qualifie en France « d´échec ».
    Si cet essai a été écrit par un auteur qui publie sous pseudonyme, c´est parce qu´il dénonce, avec des propos plutôt acerbes et souvent acides, l´intervention d´acteurs extérieurs dans une opération de sauvetage d´une entreprise qui, dans un contexte de redressement judiciaire, s´en trouve perturbée.
    Ainsi, pour les besoins de ce livre, l´inspecteur du travail est surnommé Monsieur Tronsoneuze, l´avocat de la « TGC » a pour sobriquet Marcel Duvent, le député-maire d´Apidon est incarné par Philippe Leriche, Eddy Jacques est le sénateur de la Meuse Atlantique, le maire d´Ortibrousse s´appelle Marius Dupré, la préfète de la Meuse Atlantique est baptisée Marcelle Gouadat, etc.
    Dans la 5ème partie intitulée « Ce que le système pourrait améliorer pour sauvegarder ses entreprises en difficulté », le lecteur trouvera des propositions et pistes de réflexion pour faciliter le déroulement des procédures collectives, limiter la création de nouveaux chercheurs d´emploi, optimiser la gestion des dettes de l´entreprise (obligation et délai de remboursement...) et, redéfinir le périmètre de la relation avec les syndicats.

empty