• De Montaigne à Bergson, en passant par Spinoza, Nietzsche et Tolstoï, voici dans les textes, introduite et commentée, la grande odyssée de la raison moderne partie d'Europe à la conquête du monde. Un ouvrage indispensable à l'heure où les catastrophes réveillent le spectre des mythes et des violences.
    " Je ne suis pas superstitieux : cela porte malheur. " Absurde, la boutade d'Alphonse Allais ? Pas si sûr. Il n'y a pas de définition claire et sûre de la superstition. Mais il existe une multitude de discours destinés à la détruire, la combattre et la disqualifier.
    D'où cette anthologie sans égale qui, dressant l'histoire et la géographie du mot, établit un panorama complet de la culture globalisée. Qui, de la Renaissance à aujourd'hui, en passant par la Réforme, les Lumières, le Romantisme, la Belle-époque, dessine un tableau exhaustif de la modernité conquérante. Qui, de l'Europe à tous les continents, établit une recension détaillée de la confrontation des civilisations.
    Une anthologie qui, entre descriptions et caricatures, critiques et injures, découvertes et préjugés, enrôle à son service Montaigne, Spinoza, Descartes, Bayle, Kant, Bergson et Nietzsche, mais aussi Luther, Goethe, Sand et Hugo, et encore les écrivains voyageurs, scientifiques ou polémistes, non sans réserver quelques surprises dont Frazer, l'anthropologue défenseur des " sauvages " et de leurs " crédulités ".
    Avec, au bout du compte, une belle leçon éthique : si l'on veut aller au-devant de l'autre dans sa différence, alors faut-il se faire une raison de sa croyance.
    Une somme indispensable, un plaisir de lecture.

  • Les Étrusques: une civilisation rayonnante. L'une des trois plus puissantes en Méditerranée au VIe siècle avant notre ère, avec la Grèce et Carthage, à l'heure où Rome balbultie. Moins mystérieuse qu'on se plaît à le dire, mais fascinante avec ses ombres qu'illumine peu à peu un art subtil et spontané.
    Un peuple qui crie son goût de la vie et dont la culture raffinée, aux sources de la civilisation italienne, donne une haute idée du génie humain.

    Jean-Noël Robert, latiniste et historien de Rome, a publié aux éditions Les Belles Lettres une quinzaine d'ouvrages sur l'histoire des mentalités dans l'Antiquité romaine, parmi lesquels Les Plaisirs à Rome (1986, nlle édition 2005), Rome la gloire et la liberté (2008), Les Romains et la mode (2011) ou L'Empire des loisirs (Signet, 2011). Il dirige en outre la collection « Realia » et celle des « Guides Belles lettres des civilisations » dans laquelle il a signé deux volumes, Rome et Les Étrusques.

  • LA SEULE BIOGRAPHIE DE STEVIE WONDER DISPONIBLE EN LANGUE FRANÇAISE ! Un panorama de toute la vie et la carrière de Stevie Wonder, avec un zoom sur les années porteuses d'albums considérés comme « classiques ». Un accent mis sur la musique, sans négliger pour autant la vie intime et les engagements politiques de l'artiste. Depuis une dizaine d'années, Frédéric ADRIAN écrit sur les musiques populaires afro-américaines (de la soul au blues en passant par le gospel et le funk) dans différents magazines français et anglo-saxons. Il est l'auteur de Marvin Gaye et Stevie Wonder.


  • Au temps de Voltaire comme aujourd'hui, la religion est fondamentalement liée à la conscience humaine. Or, il est essentiel de distinguer en elle ce qui relève de l'idéologie, de la politique, de la superstition. Identifier ce qui encourage l'obscurantisme, alimente la division, le repli sur soi, permet de mieux cerner ce qui exhorte au bon sens, à l'ouverture, à la générosité, la compassion, l'empathie et à plus d'humanité.


    Jorel François invite ici le lecteur à relire quelques textes du Maître de Ferney, éclairants pour notre histoire contemporaine, où la religion redevient source de grands défis.

  • Après la mort violente du baron Raoul de Hurlebosque, son fils Philippe est atteint d'un mal étrange. Tous y voient la marque du diable. La jeune Morgane, avec sa tache de naissance au front, est un coupable tout désigné. Arrêtée par l'inquisiteur Henri Niger, torturée, Morgane avoue un crime qu'elle n'a pas commis. Tandis qu'elle attend la mort, un mystérieux sauveur la délivre. Mais elle va devoir honorer le pacte conclu...
    L'auteur entraîne le lecteur dans une véritable enquête policière au coeur du XVe siècle où la recherche de vérité se heurte aux superstitions et à l'ignorance.
    La fin du Moyen Âge est pour l'Europe chrétienne le temps de la malepeur du Diable, des bûchers et des chasses aux sorcières. Le Signe du Diable offre une immersion saisissante dans cet âge tourmenté et prompt à l'exaltation de l'irrationnel. Loin des codes traditionnels du roman historique, ce récit se place dans la veine des grands thrillers médiévaux : l'Histoire s'érige en scène de théâtre pour laisser se jouer une aventure inédite.

  •  Against a background of frenzied land speculation where all sorts of dirty tricks are par for the course, who of Abbot Nian and Kharm the Medium will emerge as the Lord of the Land?




    The increasingly heated competition between the main protagonists of Snakes and The Medium  offers a disturbing insight into the pains of the Thai countryside in the 1990s.
      By the winner of the Year 2000 SEA Write Award for his novel on cloning, Immortal.

     

  • Le thème que nous abordons dans cette petite recherche répugne quelquefois. En ce qui nous concerne, il s'agit d'une tentative de vulgarisation de la nébuleuse. Certains considèrent la sorcellerie comme un faux problème ; quand d'autres la classent purement et simplement parmi les croyances superstitieuses sans fondement. Pourtant, le porteur de la Bonne Nouvelle du Salut en Jésus Christ ne peut, à notre avis, ignorer ce phénomène qui persiste chez bon nombre de nos concitoyens. Et parmi eux, il y en a qui se disent pastoralistes ou chrétiens. Ne sied-il pas alors de se demander si ce phénomène n'est pas situé au niveau de la force vitale la plus profonde, tant la quasi-totalité de leur vie semble se jouer dans le monde de l'interaction des forces occultes ? Pour nous, la prise au sérieux de l'anthropologie chrétienne peut peut-être venir à bout de la sorcellerie. Par ailleurs, ne faudrait-il même pas, à un moment donné, chercher à pactiser avec la nébuleuse actuelle, pour y soutirer des positivités qu'elle renfermerait en vue d'un développement humain intégral ?

  • L'onzième volume des Registres du Consistoire de Genève, qui date de 1556, révèle la consolidation du pouvoir de Calvin et du Consistoire après la défaite des Enfants de Genève, ainsi que l'intensification de la discipline à Genève avec un nombre sans précédent d'actions contre la paresse et l'usure. En 1556, Calvin et le Consistoire déclarent en effet la guerre au blasphème, comme le démontre le grand nombre de personnes convoquées pour cela, alors que le Petit Conseil double la peine pour le crime de fornication, de trois à six jours de prison. Un signe indiscutable de l'augmentation du pouvoir du Consistoire est le fait qu'en juin il reçoit le droit de faire prêter serment aux témoins. Pour encourager la sobriété et décourager la débauche, Calvin réitère sa demande, sans beaucoup de succès, à fermer les tavernes à Genève. Inquiet au sujet de la connaissance des Genevois de la foi réformée, le Consistoire, pour la première fois depuis une décennie, demande à nouveau aux gens convoqués de réciter le Notre Père et le Crédo. Seulement dans ce volume et dans le suivant l'on trouve des actions contre une pratique « superstitieuse » particulière : se procurer de l'eau d'une fontaine située dans le Pays de Vaud dans le but d'effectuer des cures miraculeuses.

empty