Littérature générale

  • Le Temps est venu est l'avant-dernier épisode de la chronique des Clifton, une saga captivante menée par " un conteur de la trempe d'Alexandre Dumas " (New York Times). Le roman s'ouvre sur un procès opposant Emma Clifton, présidente de la célèbre compagnie Barrington et son ennemie de toujours, Lady Virginia. Lady Virginia semble pouvoir convaincre les jurés et la cour, mais c'est sans compter la publication dans la presse d'une mystérieuse lettre. Elle est signée du Major Fisher qui l'a écrite avant de mettre fin à ses jours. Si la lettre innocente Emma Clifton, elle se révèle dévastatrice pour Giles Barrington, son frère, déjà tourmentés par d'autres affaires. Harry Clifton se dresse seul, quant à lui, face à l'Empire soviétique, plus que jamais déterminé à libérer le dissident russe Babakov du goulag de Sibérie dans lequel il est enfermé suite à la publication de son livre sur Staline. Giles est sur le point de tout quitter pour tenter de retrouver Karin, la jeune femme à l'identité mystérieuse dont il est tombé amoureux à Berlin. La tension est à son comble alors qu'il ne sait pas si il peut lui faire confiance. Est-elle une espionne de l'Est engagée pour lui soutirer des informations ou la jeune femme honnête et amoureuse qu'elle prétend être ? Sebastian Clifton, quant à lui, est plongé dans un profond désarroi quand il tombe sous le charme de Priya, une jolie Indienne qui se destine à un mariage arrangé... L'amour, l'intégrité et l'honneur viendront-ils à bout de la perfidie et de l'injustice ? Un page-turner qui nous emmènera, hors des frontières de l'Angleterre, en Allemagne de l'est, Italie, Russie, Inde et Nigéria.

  • Possession

    Antonia Susan Byatt

    La destinée du jeune chercheur Roland Michell paraît étrangement liée à celle du poète victorien Randolph Henry Ash, dont il est un des plus grands spécialistes. Le jour où, d'un livre poussiéreux, il exhume deux lettres d'amour de l'illustre écrivain adressées à une inconnue, cette découverte bouleverse le cours de ses travaux... et de sa vie. Sur les traces d'Ash, le jeu de piste est ouvert : documents volés, amours clandestines, suicide romantique peuplent l'aventure qui dépasse bientôt le simple cadre d'une recherche universitaire.
    Couronné en 1990 par le prestigieux Booker Prize, adapté en 2002 au cinéma par Neil LaBute avec Gwyneth Paltrow et Aaron Eckhart, Possession est un récit haletant, subtil mélange d'érudition, de romance et de suspense, qui a été traduit dans de nombreux pays et a rencontré un succès mondial.
     
    Possession est un tour de force. The New York Times.

  • Anarchiste tory, c'est-à-dire anarchiste conservateur, c'est ainsi que George Orwell se présentait parfois, lorsqu'il était invité à se définir politiquement. Mais suffit-il qu'une position politique soit inclassable pour être incohérente ? Cet essai s'efforce précisément d'établir qu'il est possible d'être 'un des analystes les plus lucides de l'oppression totalitaire sans renoncer en rien à la critique radicale de l'ordre capitaliste ; que l'on peut être à la fois un défenseur intransigeant de l'égalité sans souscrire aux illusions « progressistes » et « modernistes » au nom desquelles s'accomplit désormais la destruction du monde. En établissant la cohérence réelle de cette pensée supposée inclassable, cet essai met en évidence quelques-unes des conditions de cette indispensable critique moderne de la modernité, dont George Orwell est le plus négligé des précurseurs.
    « Orwell, anarchiste tory constitue la plus incisive des introductions à la pensée politique de l'écrivain et sa meilleure actualisation. » Le Monde

  • Nous partageons malgré nous avec les totalitarismes le rêve utopique d'une sociabilité pure, d'une société intégrale et sans histoire, dans les deux sens du terme.
    Jamais les sociétés ne se montrèrent moins violentes et plus dociles, et jamais pourtant la tranquillité, et la police qui la garantit, ne furent à ce point désirées. Le totalitarisme s'assignait pour but de produire un corps social intégral, parfaitement soudé, saturé de coutures, c'est-à-dire une société sans sujets, sans conflit ni diversité, immédiatement mobilisable dans son intégralité. Or, c'est à certains égards ce même but que la société de contrôle à laquelle nous consentons quotidiennement est tentée, en vertu de sa structure propre, de poursuivre.
    De quelle anormalité nous sommes-nous accommodés ? Quelle est la bizarrerie de notre normalité ? Quel sera l'inouï sous lequel les temps futurs, s'il y en a, percevront les temps actuels ?

  • Une série de portraits satiriques tirés de l'émission quotidienne Nulle part ailleurs, sur Canal plus.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Cet humoriste tente de percer le secret de la vie privée et amoureuse des hommes politiques.

  • Ce livre est le fruit d'une enquête de plusieurs mois menée au coeur d'une ville tombée aux mains du Front national : Toulon.L'auteur, à partir de nombreux témoignages inédits, nous fait comprendre les causes de l'ascension du Front national dans cette ville, dévoile ses réseaux en tout genre, politiques, économique ou mafieux..., met à jour les facettes d'une cité du Var marquée par les scandales, la corruption et les mises en garde à vue.Virginie Martin n'essaie pas seulement d'élucider le «mystère» toulonnais dans le contexte varois, de l'assassinat de Yann Piat et de Jean-Claude Poulet-Dachary, au rôle joué par Maurice Arreckx, ses dauphins et ses concurrents. Elle met en perspective une victoire patiemment préparée par le travail d'un parti politique, le Front national, qui a fait de Toulon, avec d'autres villes, un «laboratoire» pour expérimenter ses idées. La compréhension de cette expérience est indispensable à celle de l'enracinement du Front national en France.

  • Le principal protagoniste de l'affaire du Carrefour du développement raconte les coulisses de la République corrompue par l'argent, les abus de pouvoir, le secret et le népotisme.

  • Dresse le bilan de deux décennies de relations entre le président français et les juifs.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Autant qu'une interrogation sur la biographie du personnage, ce livre analyse comment et pourquoi, dans l'actuelle conjoncture soviétique, Boris Eltsine est devenu cette incarnation du Russe tel que le veulent la mémoire collective et les exigences de l'histoire qui s'écrit.

  • Au travers des affaires de l'ère Mitterrand, le récit du pouvoir politico-militaire en France, avec des révélations sur les hommes et les opérations. L'auteur est journaliste à Libération.

  • Une enquête approfondie qui révèle les arcanes d'un système construit autour de la volonté et de l'ambition d'un homme, incarnation d'une nouvelle génération politique forgée par le marketing et qui a remplacé la confrontation d'idées par une stratégie de communication tous azimuts.

  • Economie effondrée, vie politique enlisée, société déboussolée, nations plus que jamais divisées. L'auteur s'efforce, une fois mesurée l'ampleur de la décomposition, de repérer les atouts qui surnagent.

  • Entré aux Jeunesses communistes en 1956, Claude Llabres a gravi tous les échelons du PCF jusqu'au comité central, où il est élu en 1976 et d'où il démissionne en 1987, avant d'en être exclu : le récit de trente années de vie à l'intérieur du PCF.

  • Après le succès de $$Tous nuls$$, Pierre Pellissier récidive et dresse un portrait sans complaisance de notre société et de ses travers : l'inégalité triomphante, un tissu social en loques, des privilèges arrogants.

  • A travers le décorticage d'une quinzaine de lieux communs concernant des réalités comme l'exclusion, le chômage, la monnaie, l'Europe, etc., les auteurs, juristes, économistes, sociologues ou hauts fonctionnaires, apportent leur contribution à une tâche essentielle : débloquer le débat politique, économique et social, et faire circuler les idées.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

  • Les échecs de l'État industriel et gestionnaire sont désormais connus. Les vieilles, et les moins vieilles, recettes étatiques pour sortir la France de la crise ont fait faillite. La reprise de la croissance, le développement industriel, l'amélioration de l'emploi et du bien-être des Français passent par un retrait de l'État sous les multiples formes que son intervention a prises : aussi bien les entreprises nationalisées que la politique industrielle ou les services publics dits d'intérêt général qui ne font, souvent, que masquer des intérêts corporatistes. Ni utopie ni catalogue de promesses ou de y'a qu'à, ce livre montre, à partir d'une analyse des modes de privatisation pratiqués dans le monde, ce que pourrait être le processus de dénationalisation des entreprises françaises, et quelle déréglementation devraient connaître nos systèmes de santé, de retraite et d'éducation pour devenir plus efficaces et plus justes. Désétatiser n'est pas seulement un slogan, mais la pierre angulaire de toute politique économique et sociale future. Le vrai changement que les Français attendent, suppose qu'une nouvelle ligne de démarcation soit tracée entre la société civile et l'État.

  • La politique n'est pas ce que vous croyez. À suivre les méandres des affrontements politiques au gré des sollicitations de l'actualité, on court le risque de la réduire à quelques petites phrases plus ou moins assassines, à des tactiques médiocres, à des discours convenus. Certes, la politique n'ignore pas les batailles, et la polémique n'est pas le moindre des outils du combat démocratique. Mais, à privilégier sans cesse la politique spectacle, on en vient à masquer la réalité. Celle d'une France qui se transforme en profondeur, et dont les gouvernements de gauche ont, depuis 1981, libéré les énergies. La France des années 80 connaît un formidable bouleversement social et culturel. Ces mutations s'appuient sur toutes sortes de consensus partiels, qui dépassent les clivages traditionnels. Ils témoignent de la capacité de certaines valeurs historiques de la gauche, à rassembler la société tout entière autour d'une même ambition. Je vois, dans cette libération des énergies, dans cette émergence de consensus entre les différents acteurs de notre pays, une chance à ne pas manquer pour le renouvellement du débat politique.

  • Israël est-il coupable ? Serait-ce, enfin, vrai ? À peine l'armée israélienne avait-elle pénétré au Liban que les mots de génocide et d'holocauste couraient dans les médias, alors que la guerre du Liban, commencée il y a plus de six ans, avait déjà fait près de cent mille victimes dans l'indifférence presque complète de la conscience universelle. À peine les massacres commis dans les camps palestiniens de Sabra et de Chatila étaient-ils découverts, qu'une véritable instruction pour complicité de crime de guerre s'ouvrait dans le monde entier contre Israël. Pourquoi un tel empressement ? Pourquoi de telles outrances ? Propos d'irresponsables isolés ? Désinformation concertée ? Assiste-t-on, sous le couvert d'un antisionisme virulent, à une renaissance de l'antisémitisme ? Telles sont quelques-unes des questions brûlantes qui ont provoqué ce livre. Il était urgent que les faits - tous les faits dans leur passionnante et irremplaçable logique - soient soumis au travail de restitution et d'intelligence qu'Annie Kriegel accomplit ici en historienne rompue à la recherche et à la confrontation des données. À la lumière, notamment, des nombreux et étonnants documents palestiniens saisis au Liban, l'événement s'éclaire et prend son sens : le rôle de l'O.L.P. comme centre du terrorisme international lié au mouvement communiste ; l'ambiguïté constante de la politique française au Proche-Orient ; enfin, et surtout, l'apparente passivité de l'URSS. Au-delà du drame local, aussi déchirant soit-il, Annie Kriegel replace l'affrontement israélo-palestinien et la guerre du Liban dans leur dimension véritable et essentielle : celle du conflit Est-Ouest qui commande notre destin.

  • La France anticipe sur son calendrier politique. Elle cesse de vivre à l'heure du socialisme. Ses débats, ses inquiétudes la portent au-delà du présent, au-delà de l'échec, après la gauche. Il ne s'agit pas d'une évasion, mais d'un projet qui s'impose, sous le règne légitime des apparences. Le socialisme, en prenant le pouvoir, s'est cru en mesure de résoudre, par des choix idéologiques, les problèmes d'une nation avancée. Il n'a répondu qu'à ses propres questions : comme s'il avait cessé d'être notre contemporain, au moment même où il se croyait en mesure d'arbitrer nos destinées. L'avenir se dessine ailleurs. Quelque chose d'autre s'ébauche sous nos yeux - pour peu que nous sachions deviner et voir - dans les remous de la crise, en dépit des désordres et du mensonge, une autre France est en train de naître. L'expérience du socialisme appelle une forme nouvelle d'action politique, plus proche des évènements comme des citoyens, accordée aux rigueurs du réel : à l'opposition de saisir sa chance, en prenant l'initiative de la vérité.

  • Cet ouvrage est une réédition numérique d'un livre paru au XXe siècle, désormais indisponible dans son format d'origine.

empty