Les Editions de Londres

  • « Du Contrat social » est un ouvrage de philosophie politique de Jean-Jacques Rousseau publié en 1762. L´idée centrale de l´ouvrage, c´est que les citoyens d´un Etat doivent s´unir pour se protéger et assurer leur liberté. Le contrat social, les liens unissant les citoyens entre eux, n´obéit donc pas à un droit naturel, mais est une convention, que tous doivent respecter pour que la société puisse fonctionner. Le livre fut interdit en France à sa sortie et valut à Rousseau des poursuites. Avec L´esprit des Lois de Montesquieu, Du Contrat social est le plus grand livre de philosophie politique des Lumières. Ce livre sera un ouvrage de référence pendant la Révolution française. Le texte reprend l´édition de Michel Rey de 1762 dont nous avons modernisé l´orthographe.

  • « Je conçois dans l'espèce humaine deux sortes d'inégalité, l'une, que j'appelle naturelle ou physique, parce qu'elle est établie par la nature, et qui consiste dans la différence des âges, de la santé, des forces du corps et des qualités de l'esprit, ou de l'âme, l'autre, qu'on peut appeler inégalité morale, ou politique, parce qu'elle dépend d'une sorte de convention, et qu'elle est établie, ou du moins autorisée, par le consentement des hommes. Celle-ci consiste dans les différents privilèges, dont quelques-uns jouissent, au préjudice des autres ; comme d'être plus riches, plus honorés, plus puissants qu'eux, ou même de s'en faire obéir. » Dans ce discours à portée réaliste, Rousseau nous livre ici ses idées : il n'est pas question comme le dénoncera Voltaire de retomber à quatre pattes, ni de retrouver un état de nature perdu à jamais, mais d'éclaircir l'enchaînement progressif qui vit un homme né libre être bientôt partout dans les fers.

  • « Les Confessions » de [Jean-Jacques Rousseau furent publiées après sa mort en 1782 pour les six premiers livres et 1789 pour les six suivants. Dans les Confessions, Rousseau raconte les évènements de sa vie, mais il raconte surtout ses sentiments. Il n´hésite pas à raconter ses fautes et ses travers, mais il cherche toujours à les justifier. Comme Montaigne au début des Essais, Rousseau présente les Confessions comme l´étude d´un seul sujet, lui-même : « Je veux montrer à mes semblables un homme dans toute la vérité de la nature, et cet homme, ce sera moi. » « Je me suis montré tel que je fus : méprisable et vil quand je l´ai été ; bon, généreux, sublime, quand je l´ai été. »

  • Les « Lettres d´Abélard et Héloïse » ont été échangées entre Pierre Abélard, philosophe et théologien, et Héloïse d´Argenteuil, intellectuelle, vers 1130, douze ans après qu´ils aient eu une liaison amoureuse qui fit un scandale, alors qu´ils sont chacun retirés dans un monastère. Rousseau s´inspirera de ce texte du Moyen-Âge pour La Nouvelle Héloïse. Notre édition reprend la traduction réputée de Paul Lacroix, plus connu sous le nom du bibliophile Jacob, faite rigoureusement à partir du texte latin du manuscrit retrouvé dans la bibliothèque de François d´Amboise. Nous avons modernisé l´orthographe pour en faciliter la lecture. Les Lettres d´Abélard et Héloïse sont un des plus grands textes du Moyen-Âge, et ont fortement inspiré le roman épistolaire.

empty