• Cette étude parut à Vienne, en 1923, dans les Monumenta talmudica, ouvrage savant et oecuménique prestigieux. L'auteur y aborde, de manière très didactique, la difficile question du statut des rêves dans le Talmud. Son mérite est d'avoir montré, à travers les textes, combien la société juive, même pharisienne, a été poreuse au monde antique, à ses superstitions, à sa culture. Les maîtres du Talmud n'ont nullement rejeté le savoir gréco-romain?; ils en ont pris acte et l'ont traité (Aristote, Hérodote, Plutarque et Artémidore, l'auteur de l'Onirologie, sont notamment cités dans l'ouvrage). Ils ne se sont guère non plus montrés insensibles aux croyances populaires de la culture environnante. Ils en ont intégré les formes disparates dans leurs discours, qui témoignent aussi de la diversité des jugements propre à la tradition orale du judaïsme. Né en 1884 en Galicie, Alexander Kristianpoller est issu d'une famille de rabbins cultivés. Il suivit à Vienne l'enseignement secondaire du lycée puis entra au séminaire rabbinique. Inscrit par ailleurs à l'université, il obtint un doctorat en philosophie. à l'automne 1942, après que la bibliothèque où il travaillait fut fermée, lui et son épouse sont acheminés vers la région de Minsk. À leur arrivée, ils sont assassinés, avec tous les Juifs du convoi, dans une forêt proche de la ville.

  • Temps du repos, des récits, de la sexualité, de l'ivresse et des plaisirs, la nuit est propice aux embuscades, aux conspirations, aux crimes, à la magie et aux initiations ésotériques. Elle dissimule les méfaits, mais révèle ce que le jour cache: le cosmos, les rêves et les cauchemars. On lui doit des savoirs essentiels à l'humanité comme l'astronomie, les calendriers, la météorologie, l'astrologie, ainsi que la science des rêves auxquels les Anciens attribuaient une valeur thérapeutique et oraculaire.
    En plus de 120 textes, ce voyage au bout de la nuit antique explore la vie, les pratiques, le savoir et l'imaginaire nocturnes des Anciens. Il permet en retour de penser notre rapport au sommeil, à l'univers, au sacré, à la mort, mais aussi d'affronter nos parts d'ombre et d'en mesurer la fécondité.
    Virginie Leroux est maître de conférences en littérature et civilisation latines à l'Université de Reims et membre junior de l'Institut Universitaire de France. Elle a édité les Juvenilia de l'humaniste Marc-Antoine de Muret (2009), dirigé un recueil d'articles sur La mythologie classique dans la littérature néo-latine (2011) et co-dirigé deux volumes collectifs sur les visages contradictoires du sommeil (Camenae, 5, 2008) et sur ses enjeux médicaux et philosophiques (2014).

  • L'Encyclopédie des rêves, à la manière des Mille et une Nuits, entrelace les fils d'une histoire d'amour et d'une intrigue policière. Elle dévoile des arcanes essentiels pour comprendre les songes.
    Chaque page, illustrée en couleur - avec des vignettes de bandes dessinées, collages d'artistes, tableaux, photographies - fait rêver.

    Initiatique. Érotique. Onirique.

  • Comprendre et décrypter les symboles qui vous entourent!
    Notre univers quotidien est saturé de symboles : un sémiologue sommeille en chacun de nous par la force des choses, dans la mesure où nous sommes, tous et chaque jour, aux prises avec des symboles qui nous touchent plus ou moins, que l'on soit fascinés par les rêves, l'astrologie, la littérature médiévale, les herbiers, la franc-maçonnerie, l'horoscope ou encore les grandes marques... Bref, nous sommes tous confrontés aux signes que produisent nos civilisations !
    Le propos consiste à sortir du jargon pour mettre en évidence les différents niveaux de lecture des symboles : littérale, philosophique, ésotérique, etc. L'ouvrage retrace l'histoire et les théories des symboles présents dans les religions, les arts, les sciences et la société humaine en général.
    Que ce voyage au coeur des emblèmes, de la mythologie, des insignes, des blasons et des marques aide à mieux les comprendre, mais surtout à les apprécier et à les utiliser avec encore plus d'assurance et de savoir.

  • « C'est ici un livre de bonne foi, lecteur et non un fatras "de coq à l'âne", pour paraphraser Montaigne.
    Cet ouvrage inspiré par l'inconscient peut paraître irrationnel, mais il n'est ni frivole ni vain. Il est le témoin de multiples et riches échanges que j'ai eus au fil des années avec les patients qui sont entrés dans mon cabinet.
    Je n'ai fait que rapporter, reprendre les chemins antiques pratiqués par l'illus- tre Rabelais, les surréalistes, les psychanalystes, nombre de poètes.
    Il est possible d'analyser un rêve dans tous les sens, chaque mot peut être porteur de signifiants hermétiques et chaque lettre représenter un opérateur dans la Psyché; c'est pourquoi les rêves comme les hiéroglyphes sont une langue universelle.
    L'inconscient apparaît comme la face cachée de nous-mêmes, où règne préci- sément le coq à l'âne, un ensemble d'images apparemment dénuées de sens. » Les réflexions d'un grand humaniste et grand scientifique sur la vie, la mort, les rêves et l'in- conscient, mais aussi sur les quatre éléments fondamentaux de la matière.

empty