• Publié en 1576, Le Discours de la servitude volontaire est l'oeuvre d'un jeune auteur de dix-huit ans. Ce texte (ô combien actuel !) analyse les rapports maître-esclave qui régissent le monde et reposent sur la peur, la complaisance, la flagornerie et l'humiliation de soi-même. Leçon politique mais aussi leçon éthique et morale, La Boétie nous invite à la révolte contre toute oppression, toute exploitation, toute corruption, bref contre l'armature même du pouvoir.Traduction en français moderne par Séverine Auffret

  • Le Talon de fer (The Iron Heel, 1908) appartient au patrimoine littéraire mondial. Francis Lacassin le désignait comme un « classique de la révolte ». Dans ce récit d'anticipation publié durant la période la plus créative de sa vie (soit juste avant Martin Eden), Jack London imagine la société future : révolte ouvrière, grève générale et... impitoyable répression.

    Roman socialiste à thèse, récit d'amour (la narratrice Avis Everhard relate la geste de son compagnon Ernest Everhard, un double de Jack London), ce texte a été lu comme une préfiguration de la société capitaliste poussée à sa forme extrême : le fascisme.

    Jack London (1876-1916), est l'auteur d'une oeuvre immense dont Libertalia retraduit tout le volet social.

  • En finir avec les gougnafiers

    (un essai engagé sur la société actuelle)
    TEST : Êtes-vous un "gens honnête" ou un "gougnafier" ?

    1. Le boulanger vous rend trop de monnaie. Le lui dites-vous ? Oui (1 point) - Non (0 point)
    2. Le parking est complet. Prenez-vous la place réservée aux handicapés ? Oui (0 point) - Non (1 point)
    3. Vous jetez un déchet au sol, mais vous ratez la poubelle et le détritus tombe au sol. Le ramassez-vous ? Oui (1 point) - Non (0 point)
    4. Un touriste vous demande son chemin. Prétendez-vous ne pas être du quartier ? Oui (0 point) - Non (1 point)
    5. Vous êtes en vacances, mais l'odeur de purin de la ferme voisine vous irrite les narines à toute heure du jour et de la nuit. Portez-vous plainte au commissariat ? Oui (0 point) - Non (1 point)
    Vous avez entre 4 et 5 points : Vous êtes un·e champion·ne de l'honnêteté et ce livre est fait pour vous ! Mais avez-vous vraiment répondu honnêtement à ce test ? Si la réponse est non, vous rétrogradez illico au statut de gougnafier, non mais !
    Entre 2 et 3 points : Vous êtes quelqu'un d'honnête, mais il y a un risque de basculer gougnafier. Lisez vite ce livre, il vous aidera à rester du bon côté !
    Entre 0 et 1 point : Vous êtes un vrai gougnafier (mais peut-être l'ignoriez-vous). Puisse ce livre vous éclairer (après tout, il doit bien rester un fond d'honnêteté en vous) !

  • Angleterre, an I. Après la Gaule, l'Empire romain entend se rendre maître de l'île de Bretagne. Pourtant la révolte gronde parmi les Celtes, avec à leur tête Boudicca, la chef du clan icène. Qui est cette reine qui va raser Londres et faire trembler l'empire des aigles jusqu'à Rome ? À la fois amante, mère et guerrière mais avant tout femme libre au destin tragique, Boudicca est la biographie historique et onirique de celle qui incarne aujourd'hui encore la révolte. Après Royaume de vent et de colères, premier roman très remarqué qui a reçu le prix Elbakin.net 2015, Jean-Laurent Del Socorro fait son retour avec une héroïne symbole d'insoumission... « Il n'y a pas de honte à renoncer car seuls les dieux ne connaissent pas la peur. Je ne vous jugerai pas. Je vous pose simplement la question : serez-vous, aujourd'hui, à mes côtés ? »

  • Après la disparition d´Ambre dans la cuve où les Bâtisseurs avaient emprisonné le Dévoreur, le cataclysme a gagné la surface. Une torche blanche fulgurante transperce à présent la carapace du Glacier et pointe vers les étoiles.
    Déplacements de populations, course poursuite entre scientifiques et miliciens... sur Gemma, le chaos règne.
    Alors que les rescapés de l´équipe Archéa se réfugient auprès des indépendantistes, Ambre revient à elle, veillée par le Dieu Sombre. Malgré ses efforts, ses tentatives de communication avec son sauveur tournent court et la colère l´envahit.
    Pourtant, seul le Dieu Sombre sait.
      Gardien des cycles, tu es la mémoire et l´oubli.
    Tu ouvres et tu choisis, Le lieu comme le destin.
    À toi le un et le multiple, Tu es l´Ouvreur des Chemins...
      Ainsi veut le mythe.

  • Dernier roman de Laurence Suhner, Origines est la conclusion du tryptique Quantika.
    QuanTika aborde le rapport de l'homme face à la science et aux mythes cosmogoniques.

  • Trente après les massacres de la place Tiananmen, des auteurs chinois et français utilisent les armes de la fiction pour mieux approcher ce drame, et sa place dans notre mémoire collective.
    Des photographies inédites, prises sur place par Vincent Hein en 1989, scandent leurs textes.
    Avec la participation de :
    Bei Dao - Aodren Buart - Brigitte Duzan - Stéphane Fière - Vincent Hein - Sébastien Lapaque - Liu Xiaobo - Michaël Ping - Alain Sevestre - Arnaud Viviant - Xue Yiwei

  • Chair interdite, le sexe des femmes attise le désir autant que la haine, la convoitise autant que la peur. Neuf femmes
    haïtiennes, urbaines, contemporaines et jeunes tentent de dire les maux/mots tracés au scalpel dans le corps des femmes.
    Yanick Lahens

    Nous sommes ensemble, Écorchées vivantes, nues ; nous léchons, debout, nos blessures. Saleté, petitesse, actes
    manqués, drames faciles, bourreaux oubliés, rapports de corps et d'oppression, prostitution déclarée, attentat sur nos chairs et nos esprits jusqu'à voir en nous rien que des objets de désir.
    Martine Fidèle

  • Seize ans se sont écoulés... Le joug impérial s'est appesanti sur les mondes, avec son cortège de croix-de-feu et de miradors à pensées. Dans l'ombre du pouvoir, le sénéchal Harkot poursuit l'oeuvre obscure d'Hyponéros. Quel espoir reste-t-il ? Faut-il se raccrocher à des mythes ? celui des guerriers du silence qui échappent à l'inquisition mentale et voyagent sur les pensées recouvre-t-il encore une réalité ? C'est afin de rencontrer ces êtres légendaires qu'un garçon de huit ans, Jek At-Skin, entreprend un voyage improbable vers Terra Mater, la planète des origines.

  • Sous l'action des Scaythes effaceurs, l'humanité s'abîme peu à peu dans le néant. Son dernier espoir repose sur les guerriers du silence, ces êtres légendaires qui voyagent sur les pensées. Ils devront être douze. Douze à pénétrer dans les annales inddiques. Douze à unir leurs forces pour défier la lointaine citadelle Hyponéros. Mais douze disséminés à travers les mondes, pourchassés et persécutés, douze qui s'ignorent eux-mêmes pour la plupart. Pendant ce temps, Tixu Oty, arrivé sur un astre mort du centre de la galaxie, pénètre dans les arcanes de l'Hyponéros...

  • La mutine

    Michel Herland





    La Mutine, petite île des tropiques, fait face à une grève générale. Les syndicats soutenus par la majorité de la population réclament une hausse du niveau de vie tandis que les patrons s'inquiètent pour leurs profits. Chaque camp manoeuvre afin de se mettre l'État français dans la poche. Pendant ce temps, les indépendantistes avancent leurs pions...
    Michel, professeur de philosophie venu de Métropole, assiste à ce cirque avec consternation. Lui continue de faire cours tout en coulant des jours heureux avec Belle, une Créole à la sensualité torride, artiste-peintre à ses heures. Face aux tensions sociales qui s'exacerbent, au racisme qui se réveille, l'enseignant prône les vertus de la raison. Mais le destin de l'une de ses élèves, fille de l'un des grands Blancs de l'île, va basculer jusqu'au meurtre...
    La Mutine est une fresque haute en couleur aux allures de roman policier et aux accents de pamphlet politique. S'inspirant du conflit social qui paralysa la Martinique et la Guadeloupe en 2009, Michel Herland fabrique une fable édifiante sur ces territoires insulaires où la température monte plus facilement qu'ailleurs.

    [Michel Herland, essayiste et romancier, est un grand amoureux et fin connaisseur de l'outre-mer français. Il y a effectué l'essentiel de sa carrière d'universitaire et d'économiste (vice-recteur de Nouvelle-Calédonie, professeur à l'Université des Antilles). Né en 1945 à Toulouse, il vit depuis une vingtaine d'années en Martinique, où il se consacre désormais à l'écriture.]



  • Je suis à fleur de peau. Par une morsure cruelle je suis l'écorchée . Je vis une métamorphose éternelle. Comme une brûlure à jamais apaisée je n'ai de répit, que dans tes caresses je n'ai de repos, que dans tes bras. Dans nos yeux, il y avait la tendresse d'un bleu qui m'a donné l'éclat. Éphémère rencontre, un instant absolu, Enfin exister, j'y ai cru. Depuis, éternelle blessée, je refuse d'être sage. Dans le jardin abandonné, je suis la fleur fragile. mais toi, tu ne vois que l'herbe sauvage mais toi, tu ne vois qu'un terrain hostile. sensuel duel, issue fatale et cruelle, un myosotis bleu dans l'herbe sauvage de ton absence, de ton silence, J'ai la rage.

  • Éda et Théo avaient tout pour être heureux. Des gamins comme les autres, qui jouaient à se faire peur en se racontant des histoires au pied du grand châtaignier. Un jour pourtant, Éda disparaît sans laisser de traces. Et tout le monde oublia l'arbre, Éda et ses rêves étranges. Tous, sauf Théo... Commence alors pour lui l'expérience du doute, l'adolescence puis l'âge adulte. Mais de l'autre côté des mondes, prisonnière de la cellule 222 du Centre de tests génétiques de l'Empire, Éda vit encore et lutte, chaque matin, pour un fol espoir : retrouver Théo et lui confier sa dernière histoire, celle de sa survie... Salomé Vienne nous entraîne aux confins des mondes, là où l'impossible et le merveilleux se rencontrent pour forger un récit hypnotique.


  • Les ennemis de Providence sortent de l'ombre. L'un après l'autre, les masques tombent. L'impensable se produit, un premier immortel est tué. Sur Terre, l'humanité est frappée à son tour. La lune est arrachée de son orbite. Les émissaires du conseil des Raaha se lancent à la recherche du solitaire, mais n'est-il pas trop tard pour éviter une guerre totale ?

  • Nous proposons simultanément deux textes majeurs de Marivaux, mais beaucoup, beaucoup trop méconnus. Pourquoi, parce que révolutionnaires avant l'heure, instables, malsains ?
    Parce que, dans ces deux pièces brûlots, écrites et jouées à 20 ans d'intervalle, en 1725 et 1744, Marivaux, le roi du travestissement, des fausses apparences, le funambule des jeux de dialogue, prend pour thème l'ordre social lui-même, et la domination d'un homme sur un autre homme.
    Pour chaque texte, une idée de départ renversante : dès leur naissance, deux garçons et deux filles ont été élevés dans des murs, sans aucun contact avec l'humanité. Le Prince vient assister au lâcher des fauves : on les met en présence, on les confronte à un miroir - ce qui fonde notre humanité part-il d'un principe naturel ? Et s'ils réinventent nos perversions, cela les justifie-t-elle ? Voilà pour La Dispute, dont Koltès a fait l'exergue à son Solitude dans les Champs de Coton. Ou bien, voici des naufragés dans une île où les maîtres deviennent esclaves, et les esclaves, maîtres. C'est une république, mais on ne peut s'enfuir. Comment chacun va-t-il se glisser dans la peau du rôle contraire à ce que le destin lui avait assigné ? Voilà pour L'Île aux esclaves.
    Marchandises dangereuses, manipulation de l'être humain : mais on est sur la scène de théâtre, c'est Arlequin, à la fois naïf et rusé, avec le grain de méchanceté qu'il faut. Trop osé pour Louis XV : par un ultime artifice rhétorique, qu'il affectionne, Marivaux fera bien rentrer tout son dispositif dans l'ordre, avant de ranger.
    Il me semblait important de proposer ensemble ces deux singularités majeures, ces prouesses de la langue, mais ces deux laboratoires à cru de la nature humaine. Un prodige - on est quelques-uns à le savoir, on le met en partage.

    FB

  • Reconstruire

    Rodolphe Gapany

    Ensemble, portons notre attention, avec un esprit critique, sur l'ébauche de solutions alternatives réalistes proposées par des femmes et des hommes courageux, remplis d'espoir. En collaboration avec ces précurseurs, nous allons reprendre en main notre destin. Notre planète est de plus en plus polluée, violente, anxiogène, au bord de l'autodestruction. Je vous propose donc d'examiner les solutions émanant de personnalités et également de micro-sociétés humaines libres de parole, qui n'ont d'autre intérêt que celui du bien-être de l'humanité. Leur message vise avant-tout à favoriser le respect de l'individu et à cheminer résolument vers l'harmonie du monde du vivant. Le succès repose sur l'adoption de voies spirituelles épurées de toutes croyances sectaires, de toute idéologie. Il s'agit pour l'humanité de s´affranchir du tout minéral pour aller intelligemment vers le vivant, graduellement. Il est possible ou même probable que les pénuries à venir nous aideront à faire les bons choix, sans recourir à d'autres pressions que celles de la raison. La protection de l'environnement ne sera plus une doctrine, et encore moins un parti politique, mais un choix de (sur)vie de la société humaine renaissante.
    Ah ! Comme tout semble simple, clair, évident... Mais nous devons individuellement démontrer une grande force morale pour vaincre la peur du changement, savamment entretenue par les lobbys de tout poil ! Les conditions de vie actuelles sont, pour certains, semblables à celles qui ont provoqué la Révolution Française. La pauvreté croissante, la précarité menaçante, et en même temps, l'augmentation indécente de la richesse de quelques personnes, ce sont des réalités. Mais selon le point de vue auquel j'adhère sans réserve, pas besoin de menaces, encore moins de raisons de faire couler le sang : Face au mouvement massif des citoyens décidés à Reconstruire, les puissants abdiqueront sans heurts. On peut mâter une révolte, pas un tsunami !

  • Sur L´Île morte, August accomplit le rêve de son père : construire une tour de sept étages. Sur le continent, son frère Henrik organise l´insurrection. Entre les deux frères, une lutte sourde mais aussi Julie, la femme d´August, et Carl, l´ouvrier... Tandis que la révolte gronde et que la tour s´élève, les sentiments et les êtres vont faire eux aussi leur révolution.

  • Femme de robe

    Michèle Dassas

    « Robe sur robe ne vaut », voilà comment un grand nombre de ses confrères avocats accueillirent la prestation de la première femme à avoir plaidé. Les railleries, le mépris traduisaient l'angoisse des hommes de voir des représentantes du sexe dit faible, accéder à des fonctions qui leur étaient jusqu'alors exclusivement réservées. Combien avait-elle dû se battre, Jeanne Chauvin, avant de pouvoir enfin prêter serment, trois ans après avoir essuyé un humiliant refus, alors qu'elle était pourtant munie de tous les diplômes nécessaires ! Femme de robe retrace le parcours de cette femme remarquable, ses combats, son humanité, ses espoirs. Aux côtés d'une mère d'exception et d'un frère, aussi déterminé qu'elle, qui fut député de Seine-et-Marne, et secrétaire du Grand Orient, Jeanne laisse le souvenir d'une femme digne, résolue, charismatique, une pionnière éprise d'équité. Mais Femme de robe est aussi un roman qui, au-delà des faits historiques, ressuscite une Jeanne plus intime, avec ses passions et sa sensibilité toute féminine.

  • Récit de l'arrestation de Jacob lors des cambriolages d'Abbeville

  • Le métis Joachim O'Bomsawin devient directeur des travaux publics à L'Avenir, une cité-État qui ne roule pas sur l'or et qui doit faire face à des cohortes de réfugiés provenant des Zones tribales du sud profond. Très tôt, O'Bom doit cumuler d'autres postes vacants comme celui de chef de police par intérim puisque le tenant en titre est mort dans des circonstances inquiétantes.

    C'est l'été. O'Bom doit se rendre dans le quartier du Bec-du-Canard, car un de ses hommes, Redmond, manque à l'appel : il a été tué dans la riche propriété de l'artiste Ferréolle Husk. Pas de traces d'effraction, pas de vol, pas de mobile, pas d'indices. Deux fillettes ont cependant aperçu une femme en bikini, un bonnet sur la tête, remonter le fleuve Saint-François en kayak, à l'heure du crime.

    En outre, la responsable des archives et des objets perdus retrouve un vieux rapport qui jetterait un peu de lumière sur un double meurtre survenu voilà une quarantaine d'années. Ces victimes, qu'on a torturées avant de mettre le feu à la maison, sont les parents de la
    gouverneure Boisvert.

    La finale réserve de mauvaises surprises quand O'Bom et son adjointe N'guyen se rendent au fameux cimetière abénakis, là où transite la drogue. O'Bom est blessé et N'guyen doit assurer la relève au pied levé. La table est mise pour que bientôt déferle la cinquième saison. La folle saison.

    Qui ne parlait pas comme les autres est un roman à forte teneur sociale : la révolte gronde dans le ghetto et des luttes de pouvoir déchirent les cités-États. Servi par une bonne dose d'humour involontaire, ce roman met en scène des personnages attachants. Tous les ingrédients se trouvent réunis pour faire de ce roman hybride un thriller dont on se souviendra longtemps.

  • 1 an plus tard - 28.02.22 Nouv.

    Voici « Un nouveau départ », une courte nouvelle d'Alice Babin, inscrite dans la série « 1 an plus tard ». Alice Babin est l'auteure de « Vendeurs de rêves ».
    « 1 an plus tard » est une série de courtes nouvelles, de différents auteurs, conçues pour imaginer demain, le « monde d'après », et différenciées par des dates fictives et en réaction avec l'actualité au moment de l'écriture.
    Diffusées régulièrement et gratuitement, exclusivement en numérique (et sans DRM, comme d'habitude), ces écrits défendent la liberté d'expression et rappellent que la culture et la littérature de l'imaginaire ne sont pas « non essentielles ».

  • 1 an plus tard - 13.02.22 Nouv.

    Voici « La grand-mère », une courte nouvelle de Lionel Cruzille, inscrite dans la série « 1 an plus tard ». Lionel Cruzille est, entre autre l'auteur de « 2048 », « Sorciers » et « Le Concile de Merlin ».
    « 1 an plus tard » est une série de courtes nouvelles, de différents auteurs, conçues pour imaginer demain, le « monde d'après », et différenciées par des dates fictives et en réaction avec l'actualité au moment de l'écriture.
    Diffusées régulièrement et gratuitement, exclusivement en numérique (et sans DRM, comme d'habitude), ces écrits défendent la liberté d'expression et rappellent que la culture et la littérature de l'imaginaire ne sont pas « non essentielles ».

  • 1 an plus tard - 12.02.22 Nouv.

    Voici « L'extinction de la lignée » et « La manifestation », deux courtes nouvelles de Damien Guirand, inscrites dans la série « 1 an plus tard ». Damien Guirand est également l'auteur de « Géolab » et « Chroniques d'une terreur programmée ».
    « 1 an plus tard » est une série de courtes nouvelles, de différents auteurs, conçues pour imaginer demain, le « monde d'après », et différenciées par des dates fictives et en réaction avec l'actualité au moment de l'écriture.
    Diffusées régulièrement et gratuitement, exclusivement en numérique (et sans DRM, comme d'habitude), ces écrits défendent la liberté d'expression et rappellent que la culture et la littérature de l'imaginaire ne sont pas « non essentielles ».

empty