Littérature générale

  • Aotea

    Paul Moracchini

    2010. Un manoir néozélandais abrite trois amis le temps d'un été - Justin, Bradley et Joshua, des hommes à la personnalité très différente mais unis par la passion de la pêche.
    Pourtant Bradley vient d'assassiner son ex-compagne Cassandra lors d'une dispute au sujet de leur fils. Pendant tout l'été, il va entretenir le mystère en utilisant différents stratagèmes afin de laisser croire qu'elle est encore en vie. L'avis de recherche lancé par la police plane sur le manoir comme une malédiction. Cette atmosphère finit par corrompre l'esprit soudé qui liait initialement les trois hommes. Chacun va alors s'enfoncer dans ses névroses personnelles...
    Comme dans La Fuite, premier roman de l'auteur, le rapport direct à la nature transpire à chaque ligne. Nature qui façonne les destins croisés de personnages désenchantés, les fait vivre ou les détruit. Auteur-compositeur-interprète de profession, Paul Moracchini vit entre la Corse et Nice.

  • La scène se passe dans les années 1930, au plus profond de vastes et sombres forêts, au bord d'un lac où les villageois rythment leur temps en y pêchant des gardons : tradition locale, devenue un rite et le sujet de conversations enflammées.
    C'est cette vie paisible que commence à mener le jeune Miroslaw-Moïse, qui pêche entre son père et son oncle, sur l'appontement. Mais un jour, l'apparition d'un colosse aquatique au milieu des petits poissons bouleverse la vie de la communauté.
    À partir de cet instant, sur les rives du lac, la vie ne sera plus jamais la même.

    Avec une kyrielle de personnages truculents, Gérard Pussey nous plonge dans les décors naturels des récits de Brautigan, sur lesquels plane l'esprit de Mark Twain.

  • Ça arrivait très très rarement

    Une fille dans ton appartement

    « C'est quoi ces poissons dans ta baignoire ? »


    Au prisme d'une passion pour la pêche, Christophe Esnault compose un poème dont chaque facette est un souvenir esquissé, un instant miroitant comme ces prises capturées, rejetées ou enfuies. Car ce que ces fréquentations de mares, de rivières et d'étangs font remonter à la surface, c'est tout un paysage d'enfance puis d'adolescence, accompagnant peu à peu l'éveil du désir amoureux et bornant un monde champêtre souvent prodigue mais parfois fruste ou trop étroit pour les rêves de l'enfant poisson-chat.

  • Une vie peut tenir en une phrase mais pas en cent cinquante pages : il n'est évidemment pas question ici d'autobiographie, exercice auquel, de toute façon, tout en moi se refuse ; dans ce petit livre il n'est pas question non plus, à y bien repenser, de profession de foi. Pour la relation de ces quelques souvenirs parfois discrètement romancés, je me suis appliqué à la vérité et à la simplicité, et j'espère être parvenu à un peu de profondeur en flânant ainsi entre le proche et le lointain, le simple et le complexe, sans jamais trop m'éloigner de ces sources de vie que célèbre merveilleusement G.M. Hopkins dans son poème "Inversnaid" : « Qu'arriverait-il au monde s'il se voyait ravir / L'humide et le sauvage ? Qu'ils nous soient donc laissés, / Oh ! qu'ils nous soient laissés, le sauvage et l'humide, / Que vivent encor longtemps herbes folles et lieux sauvages. » Le problème des fins et des moyens de la littérature est peut-être moins compliqué qu'on a bien voulu le faire entendre, et si en refermant ce petit bouquin on se dit simplement : « J'ai passé un moment heureux, un moment paisible », mon but sera atteint.

  • Le roman de l'écrivain brestois Henri Queffélec (1910-1992), Tempête sur Douarnenez « dont l'action se situe plusieurs années avant la guerre de 1939 », constitue à la fois un document historique relativement bien daté et un tableau animé d'une ville et de ses habitants qui ne vivent que par et pour la pêche. Le Douarnenez de cette époque, ce sont encore « les coiffes, les sabots, les parapluies, les bérets et les mâts. Et toutes ces grosses pierres verdies par les algues, ces quais et ces digues. Et ces persiennes... ». C'est aussi la foi, naïve mais profonde, qui fend les vagues à bord de l'Archange Gabriel, du Notre-Dame des Flots ou du Saint-Joseph. C'est bien sûr, toujours, « le silencieux crachin breton, monotone et doux comme la neige, et qui tombe indéfiniment du même ciel gris sur une terre immobile » .
    Les noms des débits de boissons évoquent toutes sortes de pêche et de fonds marins : A la sardine fraîche rappelle la spécialité fameuse de Douarnenez, A la descente des langoustiers signale que certains posent des casiers et que Camaret n'est pas loin, Chez les gars de Mauritanie prouve que les grands thoniers font des prises jusque sur les côtes de l'Afrique, Au marin breton transforme toute la Bretagne en drapeau qui claque au vent... Et Aux gars de la Marine symbolise la période : la célèbre chanson qui glorifie les « cols bleus » et les « loups de mer » date de 1931 : ils rapportent à Douarnenez des idées inconnues, héritées de leur expérience au loin, qui inquiètent sa communauté d'origine. Car le Douarnenez de l'entre-deux-guerres, c'est aussi la conscience communiste qui s'enracine : face à « l'exploitation de l'homme par l'homme », c'est-à-dire des pêcheurs par les usiniers. Parmi les bateaux, on relève le Gracchus Babeuf, le Mutin, le Fouquier-Tinville. Certains rêvent déjà d'une « Internationale de la mer »... (extrait de l'Avant-propos d'Eric Auphan, président de l'Assoc. des Amis d'Henri Queffélec).

  • L'astrologie nous attire, parce qu'elle parle de nous. Elle est réponse dans les jours sombres et source d'espoir pour le futur. Un peu de magie pour nous rappeler que nos vies sont meublées d'impondérable, un peu de sorcellerie pour tenter d'agir sur les forces qui nous échappent.

    Zodiaque présente douze fictions, récits et textes inclassables écrits par une sélection d'autrices parmi les plus pertinentes de la littérature actuelle et de la relève.

    À lire aussi:
    Mélopée B. Montminy (Gémeaux),
    Marjolaine Beauchamp (Cancer),
    Zéa Beaulieu-April (Bélier),
    Pascale Bérubé (Lion),
    MP Boisvert (Vierge),
    Clara Dupuis-Morency (Verseau),
    Nadia Essadiqi aka La Bronze (Scorpion),
    Ariane Lessard (Balance),
    Catherine Mavrikakis (Capricorne),
    Anne Martine Parent (Poissons),
    Chloé Savoie-Bernard (Taureau) et
    Maude Veilleux (Sagittaire).

  • Une tranche de vie. Émouvante.
    Une plume. Talentueuse.
    Une mémoire. Celle d'un pt'it gars de la Marine.
    Une aventure. Maritime et humaine, elle embarquera le lecteur...
    L'auteur, Pascal Dupont, raconte sa vie "d'arpète", d'apprenti, dans laquelle se reconnaîtront les anciens élèves de l'école de Saint-Mandrier, qui a formé des milliers d'apprentis- mécaniciens de la Flotte.
    Départ dans la vie adulte d'un jeune adolescent qui s'engage à 16 ans, dans la Marine Nationale. Après ses classes, où il devient mécanicien de Service Général, il signe un engagement de 5 ans.
    Affecté sur un escorteur d'escadre, il embarque à Toulon où il naviguera pendant plus de trois ans. La dernière année, il la passera à la base aéronavale de Hyères.
    Entre ces deux dates, ce sont ses épreuves, ses défis, ses expériences, ses confrontations, ses amis, ses joies, ses peines, ses peurs, ses troubles, son courage, qui forgeront en lui un homme prêt à affronter le reste de sa vie.
    Ce livre est la suite du premier tome d'Une Vie d'Arpète, mais ce tome 2 peut-être lu sans avoir lu le tome 1.

  • Zodiaque

    Lessard Ariane

    Zodiaque présente douze fictions, récits et textes inclassables écrits par une sélection d'autrices parmi les plus pertinentes de la littérature actuelle et de la relève.

    On la partage, on l'utilise en filtre Instagram, on la commente et on se la réapproprie malgré ses connotations commerciales, ésotériques, voire quétaines, l'astrologie nous attire, parce qu'elle parle de nous. Elle est réponse dans les jours sombres et source d'espoir pour le futur. Un peu de magie pour nous rappeler que nos vies sont meublées d'impondérable, un peu de sorcellerie pour tenter d'agir sur les forces qui nous échappent.

    Avec des textes de
    Mélopée B. Montminy (Gémeaux),
    Marjolaine Beauchamp (Cancer),
    Zéa Beaulieu-April (Bélier),
    Pascale Bérubé (Lion),
    MP Boisvert (Vierge),
    Clara Dupuis-Morency (Verseau),
    Nadia Essadiqi aka La Bronze (Scorpion),
    Ariane Lessard (Balance),
    Catherine Mavrikakis (Capricorne),
    Anne Martine Parent (Poissons),
    Chloé Savoie-Bernard (Taureau) et
    Maude Veilleux (Sagittaire).

  • Il est un moyen puissant pour insuffler détermination et courage à ses enfants, lorsque les temps sont durs et les ressources limitées : la parole. L'auteur évoque avec infiniment de respect la conviction et la force de sa mère qui l'ont porté, lui, à se dépasser. Par le verbe, le simple verbe, elle a permis à son enfant de réaliser ses rêves.
    Serge Brice Ngodjou partage les anecdotes de son enfance gabonaise, dominée par une figure maternelle charismatique. Son récit est un hommage à cette mère courage qui lui a offert le plus beau des cadeaux : la confiance en soi.

  • En promenade à cheval, sur le plateau de Pen-Houarn, Mademoiselle Andrée, fille du comte de Trescalan, entend son chien hurler. Elle se rapproche et aperçoit un pêcheur en train de mettre une volée au fidèle, mais belliqueux canidé, sous prétexte qu'il s'est attaqué au corniaud de l'inconnu.
    Mademoiselle de Trescalan ne supporte pas qu'un vil manant touche à son cher animal et prend le jeune homme de haut. Mais elle se trouve déconcertée quand celui-ci, maître de ses nerfs, fait preuve d'une attitude, d'un langage et d'un charisme démontrant une certaine éducation et, surtout, un sacré caractère.
    Dans le pays, l'individu est connu sous le sobriquet de Pen-Houarn. Ce surnom lui va d'autant mieux qu'il lui vient de la bicoque achetée sur le plateau du même nom et du fait que Pen-Houarn signifie « Tête de fer ».
    Mais qui peut bien être cet étrange marin vivant avec un vieillard centenaire et n'ayant pour seul moyen de subsistance que la pêche ?

  • Alors que Stan KIPPER, le célèbre « roi des détectives » américain installé en France, s'apprête à partir en congé pour taquiner le goujon, il reçoit un courrier émanant de la fille d'un professeur qu'il a bien connu quand il habitait encore à New York.
    La lettre résonne comme un appel au secours, la jeune femme ressentant que des choses étranges se déroulent dans le château de la famille de son époux depuis le décès de celui-ci lors d'un accident de chasse.
    Elle l'invite pour le week-end afin qu'il juge par lui-même.
    La bâtisse se situant sur les rives de la Dordogne, Stan KIPPER pense profiter du voyage pour faire d'une pierre deux coups : rassurer sa « cliente » et aller à la pêche.
    Mais une fois sur place, force lui est de constater que la détente au bord de l'eau attendra : la comtesse vient d'être retrouvée morte dans son laboratoire de développement de photos...

  • - 67%

    Après la disparition de son père, marin pêcheur confirmé, au large des côtes Normandes, Cloé Lebon a besoin de comprendre. Qu'a-t-il bien pu se passer cette nuit-là, alors qu'il faisait si beau ? Petit à petit le doute s'installe avec ce sentiment confus mais obsédant qu'on lui cache quelque chose.
    D'Honfleur aux îles Marquises, en passant par l'Irlande, voyage initiatique, la jeune fille est en quête d'une réponse.

    Christelle Angano est née en 1967. Après avoir passé une partie de son enfance en Éthiopie, elle est revenue poursuivre ses études dans sa région d'origine, la Normandie. Aujourd'hui, elle réside à Douvres-la-Délivrande où elle enseigne le français en collège. Auteur de plusieurs textes, poèmes et romans, Le Cabanon jaune est son septième ouvrage.


    Du même auteur aux éditions de la Rémanence : De vous à moi

empty