• La Guerre du feu
    Rosny Aîné

    Texte intégral. Cet ouvrage a fait l'objet d'un véritable travail en vue d'une édition numérique. Un travail typographique le rend facile et agréable à lire.

    La Guerre du feu est un roman écrit par J.-H. Rosny aîné et paru pour la première fois en France en 1911. Il remporta un gros succès et a suscité de nombreuses adaptations.
    L'auteur situe son roman au coeur de la Préhistoire, soit environ cent mille ans dans le passé. Depuis des générations, la vie de la tribu des Oulhamrs s'est organisée autour du feu. Mais s'ils savent conserver les braises et attiser les flammes, ils sont en revanche incapables d'allumer le feu. Un jour, au cours d'un affrontement sauvage avec une tribu ennemie, les cages où brûlait le Feu, source de vie, sont détruites. C'est la catastrophe. Vaincu, le clan fuit en proie au froid et à la nuit. En désespoir de cause, le chef Faouhm promet sa nièce Gammla ainsi que le bâton du commandement au guerrier qui rapportera le feu à la tribu. Source : http://fr.wikipedia.org/wiki/La_Guerre_du_feu_(roman)

    Retrouvez l'ensemble de nos collections sur http://www.culturecommune.com/

  • L'outil en pierre est, dans la plupart des cas, le seul témoin de la présence des hommes dans les temps reculés du Paléolithique. Notre connaissance des hommes anciens s'appuie donc essentiellement sur ces fragiles vestiges qui ont traversé le temps. L'homme du XXIe siècle, est souvent démuni face au mystère de leur fabrication, de leur emploi et même des motivations de l'artisan. Pourtant, dès les débuts du siècle dernier, les chercheurs ont élaboré des stratégies pour caractériser ces outils et échafauder des hypothèses pour cerner leur utilisation. Ces approches, à cause de leur lexique spécialisé, étaient par définition affaires de professionnels. Le présent ouvrage s'est fixé pour objectif premier de s'adresser à deux types de lecteurs : - à l'étudiant qui suit un cursus universitaire archéologique et qui trouvera au fil des pages un complément pratique aux enseignements. - à tous ceux qui, au cours d'une visite dans un musée, restent interloqués face aux vitrines, si énigmatiques, des objets en pierre. Ce livre, par son format et sa conception, sera un compagnon érudit et pratique. Il est essentiellement centré sur l'outil en pierre, c'est pourquoi les renseignements donnés sur les climats anciens, les datations et les productions artistiques le sont à titre indicatif. À qui sait l'observer et le questionner, l'outil en pierre est riche d'enseignements. Il traduit un projet de conception et d'utilisation de la part d'un homme qui, s'il est loin dans le temps, nous apparaît proche dans sa démarche et sa motivation à faire de la pierre brute un outil de sa vie quotidienne. Plus largement, l'outil trace les limites des territoires investis et mérite d'être regardé comme le témoin privilégié d'échanges culturels entre groupes sociaux. Au fil des pages, le lecteur découvrira que derrière l'approche technique se cache l'homme, héros principal porteur de culture. La connaissance de l'enchaînement des cultures paléolithiques aide à la perception mentale de la construction du temps. En ce sens l'outil dépasse largement sa seule réalité matérielle.

  • La très longue histoire de l'homme avant l'écriture a laissé des traces nombreuses dans le sous-sol de la Touraine comme à sa surface. Le silex, le grès, les perrons, mais aussi d'autres roches comme l'argile, la craie, toutes très abondantes dans la province, ont été, avec l'os et le bois (végétal ou animal), les principales matières premières que les hommes ont su recueillir, exploiter et utiliser pour assurer leur survie même pendant les épisodes climatiques les plus défavorables. Depuis Homo erectus, chasseur de rennes et de chevaux jusqu'à Homo sapiens qui devient agriculteur et éleveur au Néolithique, toutes les grandes civilisations ont laissé des marques de leurs passages : bifaces enfouis dans les limons des plateaux ou dans les alluvions des rivières, outils sur lames retrouvés à l'occasion des travaux agricoles ou lors de fouilles dans les rares abris naturels que la craie tuffeau a laissé subsister, nucléus livre de beurre et grandes lames découvertes exceptionnellement après le passage de la charrue, amas d'éclats soigneusement dégagés dans le cadre de fouilles programmées ou de sauvetages urgents parce que l'exploitation de la sablière ou le passage de l'autoroute ne peuvent pas attendre. Les outils préhistoriques de la Touraine sont marqués par un gigantisme dû à l'extraordinaire taille et qualité des rognons et dalles de silexque la nature a mis à la disposition des hommes qui passaient par là. À l'extrême fin du Néolithique, dans le sud du Lochois, ils ont su exploiter cette ressource naturelle d'une manière particulièrement ingénieuse pour fabriquer des produits qui étaient alors convoités par beaucoup en Europe de l'ouest : les longues lames, objets de prestige, ont été retrouvées un peu partout, dans les habitats où elles ont servi de couteaux mais aussi dans les tombeaux comme témoins de l'importance sociale de leur ancien détenteur. Cette deuxième édition de « La Préhistoire en Touraine » a été complètement revue et augmentée d'un certain nombre de sites qui ont été découverts et fouillés depuis la parution de la première édition, il y a dix ans.

empty