• "Traverser l'Antarctique, c'était mon rêve d'enfant. J'ai décidé d'affronter cette immensité blanche en empruntant un itinéraire jamais exploré, le plus long que l'on puisse envisager : 5 100km d'une trace presque rectiligne, avec, devant moi, la solitude, les champs de crevasses, les tempêtes de neige, les températures glaciales.
    Cette traversée m'obligera, je le sais, à battre des records de vitesse pour ne pas être englouti par l'hiver. On me prédit l'enfer, une course contre la mort. Après trois semaines de bateau pour rejoindre le continent au milieu des icebergs, je plante fermement mes bâtons dans la glace, mes skis bien parallèles, un traîneau de 256kg fixé aux épaules.
    L'espace d'un instant, mon coeur se serre. Comme un début de vague à l'âme. Je repense alors à Cathy, ma femme, qui, avant de rejoindre les étoiles, m'avait soufflé : " Vis pour moi, Mike, vis pour nous deux. " Je ne me retournerai plus. Je regarderai devant. Armé de mon seul ski-kite et de mes mollets, je suis loin d'imaginer l'épreuve qui m'attend."
    Mike HornLe 7février 2017, à 22 h 50, Mike Horn, seul et sans assistance, achève sa traversée de l'Antarctique. 5 100km en 57 jours dans des conditions extrêmes qui l'ont poussé au bout de sa résistance. Un incroyable combat contre les éléments qui fait de cet aventurier de 51 ans le plus grand explorateur des temps modernes.

  • " Je contemple l'immensité devant moi et suis saisi par cette pensée : je vais être seul au milieu de ce gigantesque désert pendant les sept prochaines semaines. C'est vertigineux. Ça me prend aux tripes. " Le 24 novembre 2018, Matthieu Tordeur entame un voyage de cinquante et un jours en Antarctique. Hostile, inhabité, le Continent blanc se livrera à lui au prix d'efforts inestimables, accomplis dans la plus grande solitude. Dans ce récit, l'aventurier raconte ses moments d'angoisse et de doute, mais aussi d'étonnement et de grâce. Jusqu'à nous dévoiler quel fut son véritable chemin : du pôle Sud au " pôle intérieur ", ou comment, pour survivre, il est devenu " polaire ".

  • Comment les Gwich'in, une société de chasseurs-cueilleurs athapascans du nord-est de l'Alaska, parviennent-ils à se défendre face à l'Occident et à ses crises ? La beauté de cet ouvrage, servi par un style d'écriture subtil et rapide, et l'émotion qu'il procure, viennent de la stupéfiante présence de l'auteur, restée deux ans sur le terrain, constamment attentive à ce qui lui arrive, à ce qu'elle ressent, à ce qu'elle comprend ou non.
    C'est l'hiver et la température avoisine les moins quarante degrés. Les yeux levés vers les aurores boréales qui animent le ciel arctique, nous écoutons. Le chasseur commence à siffler dans leur direction. C'est un son continu, aigu mais contenu, qui résonne dans le silence de la nuit polaire. Qui appelles-tu ? Elles, les aurores, et ceux qui transitent avec elles, les esprits des disparus, des hommes, des animaux, des plantes, qui courent sur un ciel glacial dans les explosions de couleurs.
    Qui sont ces hommes qui se nomment eux-mêmes les Gwich'in et peuplent les forêts subarctiques ? Sont-ils encore de fiers guerriers qui poursuivent les caribous jusque sur l'échine arctique de la Terre, ou ressemblent-ils plutôt à des humains dévastés par la colonisation occidentale qui titubent dans les rues verglacées des villes du Nord sous les effets de l'alcool ? Et que dire du territoire qu'ils habitent, l'Alaska contemporaine ? Cette terre demeure-t-elle fidèle aux images de nature sublime et préservée qui peuplent nos esprits d'Occidentaux, ou disparaît-elle face aux réalités énergétiques, politiques et économiques qui la transforment en un champ de bataille jonché de mines à ciel ouvert et d'exploitations pétrolières ?
    À l'heure du réchauffement climatique, aucun de ces clivages ne subsiste. Les mutations écologiques du Grand Nord sont telles qu'elles brouillent le sens commun et balayent toutes les tentatives de stabilisation, de normalisation et d'administration des écosystèmes arctiques et de leurs habitants. Loin de toute folklorisation indigéniste et de tout manifeste écologiste, ce livre s'attache à retranscrire les réalités des hommes qui parlent encore à l'ombre des arbres et sous le sceau de leur secret. Les âmes sauvages de l'Alaska sont celles qui se meuvent dans les plis d'un monde en révolution, et qui font de la métamorphose continuelle des choses et de l'incertitude des êtres un mode d'existence à part entière.

  • Qu'y a-t-il autour du pôle Sud ? Rien, si l'on en croit les cartes, en ce début de XXe siècle... Ce serait le dernier territoire inconnu, laissé vacant par les expéditions inabouties de Dumont d'Urville. Le grand blanc. Soit tout un monde à découvrir, à étudier comme à défier, pour l'intrépide Jean-Baptiste Charcot.
    Le 31 du mois d'août 1903, le
    Français quitte donc les côtes du Havre, direction l'inexploré. À bord de cet excellent trois-mâts, une poignée de scientifiques s'élancent à l'assaut des glaces, résolus à en arracher pied à pied tous les mystères, au péril de leur vie...

  • Après leur voyage dans le Grand Sud, en 2006, Isabelle Autissier et Erik Orsenna ont exploré le Grand Nord, cette région du monde où, dans un contexte de réchauffement climatique, les richesses naturelles, les routes commerciales et les gigantesques ports en construction aiguisent les appétits, tandis que la faune en est la première victime. À trois reprises, ils sont partis dans ces froides contrées. Ils ont suivi la route maritime du Nord, qui permet de relier l'Atlantique au Pacifique en longeant les côtes de la Sibérie, et qui est aujourd'hui le plus court chemin navigable entre l'Europe et l'Asie. Un passage forcément très convoité... Ils retracent ici les aventures de ceux qui ont ouvert ce passage au cours des siècles, ils expliquent les enjeux géopolitiques, économiques et écologiques de cette partie du monde et nous rappelle que notre avenir se joue aussi au pôle Nord.

  • La grande course

    Nicolas Vanier

    • Xo
    • 29 Octobre 2015

    " Il fait - 40°C et il est 11 heures.
    Encore six minutes, et c'est à nous.
    -; Du calme, les chiens !
    Il va falloir maîtriser cette incroyable énergie,
    celle de quatorze boules de muscles... "
    Nicolas Vanier lâche son attelage. Devant lui, un défi immense : la Yukon Quest, la course de traîneau à chiens la plus difficile au monde. 1 600 kilomètres entre le Canada et l'Alaska, le long de la route de la ruée vers l'or. Des températures glaciales qui dépassent les - 50 degrés. Des vents qui vous renversent au premier relâchement. Un parcours accidenté exténuant.
    Avec ses chiens, Miwook, Burka, Quest..., la fusion est totale. Très vite, pourtant, Nicolas Vanier, épuisé par le froid et l'absence de sommeil, doit aussi se séparer de cinq de ses compagnons. il pense même abandonner. Mais sa rage est plus forte !
    Onze jours plus tard, l'aventurier entre dans le cercle très fermé des plus grands " mushers " du monde.
    Cet exploit, Nicolas Vanier le dédie à ses chiens, les vrais héros, selon lui, de cette aventure extrême.
    Après
    L'Odyssée blanche (1998),
    L'Odyssée sibérienne (2005) et
    Avec mes chiens, L'Odyssée sauvage (2014), Nicolas Vanier revient avec un grand récit d'aventure.

  • " Voilà, j'arrive dans un pays où les vaches se déguisent en chèvres, où l'on vend des flingues à la supérette, où l'on prend l'avion avec des guêtres. Un panneau indique Paris à 4 h 25 et le pôle Nord à 3 h 15. " Le ton est donné. Nouvel invité de la collection Démarches, l'auteur de Touriste s'attaque au Grand Nord, et nous embarque dans un Arctique tragi-comique.
    Une immersion polaire tout en finesse par un écrivain-voyageur au ton unique.
    Ni aventurier, ni ethnologue, ni sportif, ce " Touriste " faussement candide relate un périple au Groenland où l'on croise des chasseurs de baleine et des aurores boréales, des pêcheurs énervés et des dealers fanfarons, des doux rêveurs et surtout des icebergs. Beaucoup d'icebergs.
    En ville, devant les glaciers ou sur les flots, les rencontres incongrues et les panoramas grandioses invitent à la réflexion. Le Groenland est une des destinations les plus prisées des français, et en même temps une des plus mystérieuses. Julien Blanc-Gras est sans conteste un guide remarquable : il nous livre ici une vision de ce pays à la fois pleine d'humour, de sensibilité, et de connaissance.

  • Une plume magnifique au service d'une épopée aussi bien visuelle que romanesque : l'Antarctique comme vous ne l'avez jamais lu !
    Une ligne. Une ligne plus sombre. Une ligne au-dessus de la banquise comme un trait de pinceau sur une aquarelle. Elle se précise maintenant, vaste, large, occupant tout mon champ de vision, barre l'horizon. Elle grandit. C'est une frange de teinte parme bien délimitée qui sépare la mer où nous voguons du ciel où nagent les nuages... Janvier 1840. Après deux ans et demi de périple dans les mers du Sud, Jules Dumont d'Urville découvre la terre Adélie. Pour la première fois, des hommes foulent le sol de l'Antarctique et apportent la preuve qu'il s'agit d'un continent. Sur le pont de la corvette
    L'Astrolabe, dans le vent glacial, entouré d'icebergs, Dumont d'Urville pense à sa femme Adèle et, dans un geste romantique, choisit de donner son prénom à cette nouvelle terre, une des dernières encore inconnues de la planète.
    Janvier 2017. Dans le sillage de cette histoire d'amour, le journaliste Michel Izard embarque sur le brise-glace
    L'Astrolabe qui prend la même route, arrive exactement au même endroit pour ravitailler la base française en Antarctique, la station Dumont-d'Urville, où se côtoient marins, boulangers, mécaniciens et chercheurs du bout du monde.
    Adélie, mon amour : deux récits parallèles qui çà et là s'entrecroisent. L'exploit des voiliers de 1840 guidés par la seule intuition de leur capitaine et le voyage présent du navire polaire qui, 177 ans plus tard, demeure une expédition à l'assaut de la banquise.

  • Errances

    Olivier Remaud

    Le récit d'une vie, celle d'un Ulysse des Temps modernes. Vitus Bering mena, au début du XVIII e siècle, deux expéditions titanesques pour découvir les confins de l'empire russe en Sibérie, vérifier si les continents américain et eurasiatique sont reliés, et trouver un passage pour rejoindre l'Inde et la Chine à travers l'océan Arctique.
    Jamais un marin n'avait autant marché que lui.
    Des côtes danoises du Jutland à la péninsule du Kamtchatka, il devait unir la terre et l'eau sur une même carte du monde.
    Il arpenta les steppes et les forêts de la Tartarie, franchit ses monts et ses vallées, descendit ses rivières. Il atteignit la pointe nord de l'Extrême-Orient, traversa la partie septentrionale de l'océan Pacifique et vit la Grande Montagne sur les rivages de l'Amérique. Avec les vents contraires, les complications du pouvoir et la pensée du retour. Jusqu'au naufrage.
    Le récit des tribulations de Vitus Bering (1681-1741), explorateur danois et capitaine qui mena, au tournant du siècle des Lumières, des expéditions titanesques vers les confins de la Sibérie et même au-delà, vers l'Alaska.
    Olivier Remaud raconte l'odyssée de ce grand marin que rien n'ennuyait plus que les rivalités politiques et les spéculations des cartographes. Il décrit les choix et les doutes d'un homme de plein vent, né voyageur, qui vécut comme un nomade avant d'échouer sur une île. Une vie dans laquelle une femme d'action, son épouse Anna, joua un rôle majeur. Entre Ulysse et Gulliver, un portrait intime qui se lit comme un roman d'aventures.

  • - 44%

    Vingt ans après Le Port de la Mer de Glace, roman déjanté qui a révolutionné la littérature alpine, les mêmes personnages se retrouvent au Groenland pour de nouvelles aventures désopilantes.
    Où l'on retrouve les héros imbibés du
    Port de la Mer de Glace au retour de leur ascension picaresque du pic des Drus. L'Amiral, Fernando, Tobby, votre serviteur et un petit nouveau, " La Bévote " accompagné de ses trois coqs. Les voici embarqués - au sens propre - dans une histoire de mer et de glace tout aussi barrée. Mal barrée - toujours au sens propre - serait d'ailleurs plus juste...
    Extrait :
    " La corne de brume de la Marie-Rose avait émis un cri étranglé, un peu comme un klaxon de vieux tacot, puis s'était prostrée dans le plus grand silence.
    - Avec ce brouillard, faudrait pas qu'on aille se faire couper en deux par un chalutier, avait dit l'Amiral. Faites du bruit !
    La Bévote alla se poster à l'avant du bateau avec ses tam-tams, Fernando à l'arrière avec deux couvercles de faitout en guise de cymbales. Tobby s'empressa de se joindre au concert, coursant les coqs sur le pont en aboyant, lesquels protestèrent par des claquements d'ailes et des cris ulcérés. De son côté, Gérard, dès qu'il sentait un peu de mou dans l'orchestre, entamait La Paimpolaise à pleins poumons...
    La nuit était tombée depuis longtemps quand le brouillard commença à se dissiper. Gérard prit le premier quart :
    - Tu me remplaces à quatre heures, dit-il au Portos.
    Au petit matin, La Bévote et moi buvions tranquillement le café, quand Fernando passa sa tête dans le carré en nous demandant :
    - C'est normal que le soleil se lève à l'ouest ? "

  • La fascinante aventure d'une femme au courage et à la ténacité hors du commun, reconnue tardivement comme " héroïne de l'Arctique ". Avec une préface d'Isabelle Autissier.
    En 1923, l'explorateur canadien Vilhjalmur Stefansson envoie quatre jeunes hommes en Arctique. L'objectif : coloniser Wrangel, une île désolée, aux confins de l'Amérique et de la Russie.
    Pour compléter l'équipe, il embauche une Inuite de vingt-trois ans, mère célibataire d'un enfant malade, qui voit là l'unique moyen de soigner correctement son fils. Ada Blackjack aura pour rôle de cuisiner et de rav-auder les vêtements ainsi que le matériel des explorateurs - rôle essentiel dans ces contrées glaciales.
    Mais une fois sur l'île, la situation vire au cauchemar : la nourriture manque et le froid se fait plus assassin que jamais. Les plus confiants se mettent à douter, les plus vigoureux s'affaiblissent. Bientôt, ils se retrouvent à deux. Puis la jeune femme Ada sera seule. Abandonnée. Comment va-t-elle pou-voir survivre dans un environnement aussi hostile ?
    La vérité, enfin, sur le destin d'une extraordinaire Robinson Crusoé au féminin, qui inspira nombre d'aventuriers, dont Isabelle Autissier, dont le bateau porte le nom.

  • Sous l'histoire officielle de la conquête du pôle Nord se cachent beaucoup d'affaires étouffées, de drames effacés, d'enjeux économiques ou stratégiques maquillés.
    Bien connue, croit-on, est l'histoire de la conquête du pôle Nord. Et pourtant... Le mot même est ambigu : conquête géographique ou conquête guerrière ? Les étapes de la progression des conquérants méritent un examen critique, auquel se livre ici Dominique Le Brun, spécialiste d'histoire et de littérature maritimes.
    On découvre ainsi que les noms qui ornent les cartes de l'océan Arctique ne sont pas toujours ceux des hommes qui ont réellement agi - celui de Barents, par exemple, cache celui du Français Balthazar de Moucheron. On apprend qu'un mythe soigneusement entretenu, celui de " la mer libre du pôle ", a poussé les Etats à investir dans des expéditions coûteuses et mortelles. On s'étonne des prolongements de la querelle à la fois politique, financière et idéologique (voire raciale) qui opposait et continue d'opposer les partisans des deux expéditions Cook et Peary. On comprend que les exploits arctiques de l'Etat soviétique naissant étaient destinés, en fait, à ouvrir la route des goulags... Et l'on en arrive à constater que, aujourd'hui, près de 50% des territoires arctiques sont limitrophes de la Russie de Vladimir Poutine.
    Une longue histoire dont on se demande parfois si elle n'est pas la chronique d'une catastrophe annoncée.

  • Comment mon ordinateur sait-il tout sur tout ? D'où viennent les bulles de mon soda ? Pourquoi l'eau durcit les oeufs et ramollit les pâtes ? Pourquoi on ne sent pas la Terre tourner ?Gravité, énergies, Internet, réactions chimiques, lois de l'Univers... ce livre explique simplement les phénomènes scientifiques que nous rencontrons tous dans notre vie quotidienne. Écrit par Marie J. Guillet, journaliste multimédia et enseignante.

  • Un monde sépare l'excentrique patron du New Herald Tribune, James Gordon Benett Jr et le capitaine George De Long, militaire et patriote. Pourtant une expédition va les rassembler : celle, terrifiante, de l' USS Jeannette au pôle Nord. À la fin du XIXe siècle nombreux étaient ceux obsédés par l'une des dernières zones non cartographiées du globe : le pôle Nord. James Gordon Bennett, patron du
    New York Herald, qui avait attiré l'attention en envoyant Stanley chercher Livingstone en Afrique pour le compte de son journal, lance une expédition pour atteindre ce dernier. Pour se faire, il confie son commandement au jeune officier de marine, George Washington De Long.
    Le 8 juillet 1879, L
    'USS Jeannette quitte San Francisco, avec 33 hommes à son bord, sous le regard d'une foule en transe, contaminée par la fièvre arctique.
    Une fois passée les comptoirs d'Alaska, puis le détroit de Béring, le bateau est pris dans les glaces et dérive. Au bout de deux ans d'un voyage éprouvant, la coque se brise et l'équipage est contraint d'abandonner le navire. Seuls sur la banquise, avec de maigres maigres ressources, les naufragés entament une longue marche dans l'enfer gelé de l'une des zones les plus isolées au monde.
    Avec rebondissements et ressorts dignes d'un thriller, voici un "roman vrai", envoûtant, mêlant héroïsme et détermination.
    Avec habileté, les chapitres alternent entre la vie mondaine new yorkaise de la fin du XIXe siècle, écrit dans un style flamboyant, et l'horreur de la survie sur la banquise, dans un style pudique où l'auteur manie parfaitement la litote. Très documenté, le récit décrit parfaitement le quotidien des hommes, la vie des indigènes qui accueilleront l'une des trois équipes.
    L'auteur s'est ausi appuyé sur la correspondance entre George De Long et sa femme Emma, femme forte et importante de ce livre, dont il publie des extraits.


  • Une jeune femme à qui tout réussit change radicalement de vie à la mort de son père et part pour un voyage initiatique au coeur de la nature sauvage en Alaska et en Sibérie. Une aventure exaltante à la découverte de l'inconnu : soi-même.

    À l'aube de ses 30 ans, Linda possède tout pour être heureuse : un mari dévoué, une carrière prometteuse, une situation confortable. Quand son père meurt, elle prend conscience que cette existence agréable ne correspond pas à ce qu'elle est. Ce constat sans appel la pousse à changer radicalement de vie. Elle divorce, abandonne sa carrière et garde, pour unique boussole, ses rêves de voyage au coeur d'une nature sauvage.
    Elle part, seule, aux confins de la Sibérie, au Kamtchatka, et partage le quotidien de nomades éleveurs de rennes. Son périple est ponctué de rencontres chaleureuses ou incongrues, de longues marches dans l'immensité glacée, d'échanges simples et authentiques. Un voyage initiatique à la découverte de ce grand inconnu : soi-même. Un hymne à la nature et à la vie.

  • - Quel est le rôle des océans dans le climat de la Terre ?
    - Pourquoi la mer monte-t-elle ?
    - Quelles sont les espèces marines en danger ?
    - Comment réduire les pollutions terrestres ?
    - Pourquoi faut-il protéger les requins ?Découvre l'essentiel pour comprendre l'importance des océans et les menaces qui pèsent sur eux, mais aussi les actions des hommes et les solutions qu'ils inventent afin de mieux les protéger. Car pour continuer demain à profiter des richesses de la mer, s'y baigner, manger du poisson, c'est aujourd'hui qu'il faut agir !Au fil des pages, tu pourras apprendre les gestes écolos à faire au quotidien, pour devenir un véritable citoyen des océans.

  • Si vous vous êtes déjà demandé d'où vient l'expression « ce n'est pas la mer à boire », si on peut faire du fromage avec du lait de baleine et pourquoi on donne la vitesse d'un bateau en noeuds, ou bien si ces questions ne vous sont jamais venues à l'esprit mais qu'elles viennent de titiller votre curiosité, alors ce livre est fait pour vous !Découvrez des anecdotes marines au travers de 150 questions insolites réparties en cinq thèmes : faune et flore, les hommes et la mer, géographie et lieux étonnants, sciences et médecine, écologie et préservation de la nature.Bientôt, la mer n'aura plus aucun secret pour vous !

  • Éric, le géophysicien, et France, l'artiste, ont fait de leurs rêves d'explorations polaires une réalité. Avec leurs deux petites filles, Léonie et Aurore, ils concilient passion du voyage, expérimentations scientifiques, création artistique et vie de famille à bord du voilier polaire Vagabond. Après avoir réussi, en 2002, une première mondiale en effectuant le passage du Nord-Est en une seule saison, puis la première circumnavigation intégrale de l'Arctique sur deux étés consécutifs, ils ont élu domicile à l'entrée d'un fjord au nord du Canada. Vagabond est devenu un support logistique unique en son genre, qui accueille scientifiques, sportifs, artistes et écrivains. Cette vie, relatée dans ce livre, est une ode aux valeurs oubliées : l'humilité devant la nature, la solidarité, les échanges simples et authentiques, et l'hospitalité. Il aborde également les questions relatives à l'écologie, notamment celle du dérèglement climatique, pour lesquelles les régions polaires constituent un observatoire privilégié.

  • Pour les 5/5, le temps des turbulences est arrivé... Dans la chaleur morne de l'été, les liens entre Titus, Far, Merlin, Tom et John, passionnés par les sports de rue, se resserrent au fur et à mesure qu'ils apprennent à se connaître. Et chacun se trouve en proie à des tourments très personnels. John, en particulier, est inquiet. La puberté approche, son corps change, la fille qu'il ne veut pas être se manifeste chaque jour un peu plus...
    Parallèlement, tous continuent à vouloir combattre les corrompus de ce monde. C'est alors que le mentor de la bande, Lip, le frère de Tom, leur propose une nouvelle opération Robin des bois. Cette fois, pourtant, tout ne se passe pas comme prévu. Au sein du groupe, une trahison vient semer le doute et fissurer leur belle unité.
    Les 5/5 réussiront-ils à surmonter cette épreuve ?
    Leur amitié survivra-t-elle à ces premières turbulences ?
    Anne Plichota et Cendrine Wolf sont les auteures de la série à succès Oksa Pollock. Dans cette nouvelle série trépidante, elles abordent des thèmes qui leur sont chers : l'identité, la tolérance, la fraternité, la relation aux autres.

  • Pour toutes les petites filles, des histoires de fées, de sorcières, de sortilèges et de baguettes magiques, à lire sur les genoux de ses parents.

  • Il est un système d'équilibre des forces, une homéostasie de la Terre : Gaïa. Elle établit un ordre dans les éboulis du Grand Nord, dont les roches datent de l'Ordovicien. C'est une découverte majeure que Jean Malaurie va faire en jeune naturaliste lors de deux expéditions glaciologiques françaises sur l'inlandsis du Groenland (1948-1949), puis en solitaire (1950-1951) à Thulé, dans le nord-ouest du Groenland. Les éboulis ordoviciens de plus de 400 millions d'années ont une « personnalité géomorphologique ». Ainsi, pour appréhender l'évolution de la Terre, les changements de climats, il convient d'en étudier les différentes étapes : ce sera l'objet de sa thèse d'État en géographie physique. Aux côtés des Inuit, Jean Malaurie, jeune apprenti méditant, est à l'écoute de leur « pensée sauvage ». Il découvre la place centrale que tiennent la pierre et son « esprit intime » dans leurs réflexions mythiques, écho de ses propres recherches géocryologiques. Débute alors un long questionnement sur la dialectique de l'environnement et du chamanisme dont cet ouvrage présente la genèse. Ce premier tome d'une série de quatre volumes consacrés à ses travaux scientifiques rassemble les recherches fondamentales de Jean Malaurie en géomorphologie, géocryologie et cryopédologie. En géophilosophe - selon la formule de Gilles Deleuze -, l'auteur revient sur ses propres découvertes scientifiques. On découvre les prémisses d'une pensée bachelardienne, à la recherche des énergies vitales de la pierre, au fondement de la vie sur Terre. Formé par l'esprit de raison géographique, le chercheur s'attache aux forces obscures de l'inconscient, l'irrationnel, inspiré par le socle rocheux et son énergie.

  • L'Antarctique, confondue avec l'Atlantide dans un même fantasme, a fait rêver à en mourir. L'histoire d'une quête autant que d'une découverte, en ce qu'elle a eu d'irrationnel et de grandiose. Les géographes grecs l'avaient imaginé il y a déjà plus de deux mille ans : on appelait alors Antichtone cette terre mystérieuse qui devait équilibrer la masse des continents de l'hémisphère Nord. Elle disparut des esprits au Moyen Age mais resurgit lorsque, au XVIe siècle, les premiers navigateurs qui se risquèrent dans les hautes latitudes sud dirent avoir aperçu une terre immense. Depuis, les aventuriers n'ont jamais cessé de la chercher - quitte à en perdre la raison ou la vie. Certains parlèrent d'un éden aussi vaste que l'Amérique, et des fortunes furent englouties dans l'espoir d'en coloniser les rives bénies. Ainsi furent découverts l'Australie, l'île de Pâques, et des archipels dénudés qui, chacun, livraient leurs lots de drames et de déceptions. Quand l'Antarctique, enfin, apparut devant la proue des navires, continent de glace et de nuit, les rêves ne s'évanouirent pas pour autant. Rêves ou cauchemars délirants, comme cette base souterraine nazie où Hitler aurait survécu quelque part sous les monts Mühlig-Hofmann. Dominique Le Brun retrace - récits de voyages à l'appui - les illusions et la réalité de cette longue recherche dont les héros témoignaient d'une obstination surhumaine. Extraits des récits de voyage de Kerguelen, Cook, Dumont d'Urville, Amundsen, Schakleton, entre autres.

  • Un destin passé dans l'ombre de deux des explorateurs les plus mythiques de leur temps, Fridtjof Nansen et Roald Amundsen : telle devait être la vie de Hjalmar Johansen, jeune Norvégien au coeur sensible, loyal et d'un courage à toute épreuve. Alors qu'il a 26 ans, Nansen l'engage pour l'expédition du Fram (1893-1896) à la conquête du pôle Nord et en fera son « second » pour l'ultime tentative : trois ans de voyage, de périls, de solitude et de souffrances. Plus tard, c'est Amundsen qui s'appuiera un temps sur lui avant de l'exclure du premier cercle.
    Il admirait le premier, malgré son caractère implacable, et haïssait le second. Mais avec les deux, il manqua de mourir. Et de retour chez lui, il se sentit abandonné, jusqu'à son suicide en 1913. Messner se glisse ici dans la peau de ce héros injustement oublié pour lui rendre une voix : grâce à lui, au fil des pages, Johansen dépeint des épopées aujourd'hui d'un autre temps et met en lumière le caractère de ses « chefs », tant admirés et redoutés, qui contribuèrent, malgré tout, à donner un sens à sa vie.

  • Le chant du Grand Nord

    Nicolas Vanier

    • Xo
    • 12 Janvier 2017

    Dans les neiges du Grand Nord canadien, au début du XIXe siècle, Ohio, quinze ans, mis au ban de son village pour ne pas avoir respecté les traditions ancestrales, part droit devant lui. C'est l'un des plus habiles chasseurs de son clan, les Nahannis, les Indiens protégés par le Grand Esprit du caribou. Ohio poursuit une chimère : il y a longtemps, sa mère a guidé d'étranges hommes blancs dans la montagne gelée. Ohio veut retrouver leur chef, Cooper, son père. C'est un jeune homme fier et courageux, sûr de sa valeur, qui se lance seul à l'assaut des terribles montagnes Rocheuses, avec pour tout équipage ses chiens qui veillent sur lui. Au cours de son voyage qui le mène toujours plus loin vers l'est, Ohio tombe éperdument amoureux d'une Indienne éprise de vie sauvage, Mayoké. Avec elle, il rêve de vivre en paix parmi les siens. Mais, au-delà des montagnes, il découvre une réalité qu'il ne connaît pas : la violence et la barbarie ; un pays ravagé par la guerre, où les Indiens, enrôlés par les Blancs, s'arrachent les territoires de chasse et meurent de maladies inconnues. Ohio, fils d'une Indienne et d'un Blanc, trait d'union entre ces deux cultures, saura-t-il protéger son peuple de la destruction qui le guette ? Avec ce grand roman d'aventures à la Jack London, Nicolas Vanier nous entraîne à la rencontre d'une civilisation en train de mourir, ce monde des Indiens et des trappeurs du XIXe siècle où l'homme vivait en harmonie avec la nature.

empty