• Qu'est-ce que le cante jondo ? García Lorca, infatigable passeur de l'Andalousie profonde, tâche d'y répondre dans une conférence mémorable. La siguiriya gitane constitue le modèle fondamental du cante jondo, qui désigne les plus ancestrales chansons du répertoire andalou.

    La force lumineuse du propos de García Lorca tient dans sa capacité à ne pas voir dans le cante jondo une curiosité folklorique mais bien une authentique manifestation de la plus pure poésie : une poésie anonyme et populaire, forgée au fil des siècles. L'Andalousie se révèle un véritable magma lyrique, où les vers des poètes espagnols bouillonnent dans le même creuset que les poètes persans et arabes.

    García Lorca réussit ainsi le tour de force de proposer une véritable leçon d'histoire, de musique, et de poésie.

    Né en Andalousie en 1899, Federico García Lorca est sans conteste le plus grand poète espagnol contemporain. Il étudie le Droit et les Lettres à l'université de Grenade. Installé à Madrid, il côtoie Dalí, Buñuel... Il ne devient célèbre qu'en 1927, avec la publication des Complaintes gitanes. Il rejoint Grenade au début de la guerre civile. Bien qu'exempt de toute action politique, il est fusillé, probablement à cause de ses critiques envers les gardes civils de Franco.

  • - Nasr Eddin, peux-tu me prêter ta corde à linge ? vient lui demander un autre de ses voisins. Ma femme va faire une grande lessive.


    - Tu n´as vraiment pas de chance, répond le Hodja sans même lui jeter un regard. Je viens juste de m´en servir pour mettre à sécher de la farine.


    - Par Allah ! Tu prétends faire sécher de la farine sur une corde à linge ? Et tu veux que je te croie ?


    - Tu n´es qu´un ignorant. Tu ne sais pas encore que lorsqu´on n´a pas envie de prêter sa corde à linge, on est capable de faire sécher n´importe quoi dessus ?


    Ou comment de l´absurde faire surgir la vérité, tirer du rire le plus sûr des enseignements et libérer par l´idiot la parole de tous... Forte de plus de cinq cents fabliaux composés entre les XIIIe et XVe siècles et mettant en scène le maître Nasr Eddin, cette édition est le fruit de vingt ans de travail : un classique à garder à portée de la main.


    Édition établie par Jean-Louis Maunoury

  • J'ai pardonné

    Fouad Hassoun

    • Mame
    • 23 Octobre 2020

    A 17 ans, Fouad Hassoun est victime d'un terrible attentat au Liban, au cours duquel il perd la vue. Pour ce jeune homme brillant, fierté de sa famille et promis au plus bel avenir, c'est le noir complet, le désespoir, la colère. Pendant des années, il se reconstruit, soutenu par l'amour de sa famille, mais garde dans le coeur un désir profond de vengeance. C'est alors que l'impensable se produit : confronté au poseur de la bombe qui a bouleversé sa vie, sa rage disparaît. Il pardonne. Commence alors pour Fouad Hassoun un chemin de conversion et de grâces, dont il témoignera à de nombreuses reprises. Dans ce livre, il livre un témoignage inédit sur toutes ces années, sur la force et la grandeur du pardon, du plus impensable aux petits pardons de chaque jour, qui ne sont pas les plus faciles. Un récit magnifique, d'une profondeur spirituelle rare, qui nous pousse à nous interroger sur l'essentiel de notre vie, sur la vérité de nos rapports humains, sur la foi que nous avons en l'homme et en la réalité de la grâce de Dieu.

  • Édition préparée et présentée par Jean-Louis Maunoury- Qui a tué et dépecé mon mouton ? s'écrie-t-il furieux.- C'est moi, maître, répond Hussein.- Alors tu seras dépecé à ton tour en enfer ! Qui l'a fait cuire ?- C'est moi, maître, répond Nasîmî.- Alors tu cuiras en enfer ! Et toi, Nasr Eddin, qu'as-tu fait ?- Moi, maître, j'ai seulement ri en les regardant.- Eh bien, toi alors, tu riras jusqu'à la fin des temps.Où nous retrouvons, toujours sur son âne juché, Nasr Eddin Hodja, personnage de légende issu du folklore arabo-musulman, pour de nouvelles aventures. Complément des Sublimes Paroles et Idioties, dans le respect de la tradition populaire, Jean-Louis Maunoury restitue ici toute la saveur et l'irrévérence d'historiettes tour à tour morales, absurdes ou coquines composées entre les XIIIe et XVe siècles.Héros légendaire qui aurait vécu en Turquie au XIIIe siècle, Nasr Eddin Hodja est célèbre dans tout le monde musulman comme l'incarnation même de l'irrévérence.

  • Syrie, an 900.Un étranger à cheval traverse nonchalamment le souk al-Kibir de Damas. Soudain, sa main tombe sur le bras du jeune garçon qui tente de s'emparer de la bourse qui bat le flanc de sa monture.Ainsi débute la quête du prince Ahmed revenu sur sa terre d'origine avec le fol espoir de retrouver sa femme et son fils qu'il a été contraint d'abandonner dix années auparavant pour suivre son seigneur réfugié à Cordoue.Annie Messina entremêle les histoires avec la maîtrise du conteur oriental. Elle nous tient en haleine telle Shéhérazade captivant le Sultan durant mille et une nuits.

    Après Le Myrte et la Rose paru aux Éditions Viviane Hamy en 1992, - devenu depuis un véritable classique de la littérature italienne -, découvrez Le Palmier de Rusafa, qui démontre une nouvelle fois l'immense talent d'Annie Messina et sa profonde connaissance de la civilisation arabe.

    Sicilienne, fille d'un consul général à Alexandrie, elle passa plus de vingt ans en Égypte avant de s'installer à Rome. Son attrait pour les contes orientaux lui vient de son enfance.

  • Texte choisis, traduits de l'égyptien ancien et annotés par Gaston Maspero. Dans ce volume, Gaston Maspero nous offre un florilège de textes prouvant que les anciens Égyptiens avaient déjà à leur époque exploré les différents genres de la fiction littéraire : contes fantastiques, complots politiques, ...

  • Le plaisir après la peine

    Anonyme



    Si les Mille et Une Nuits n'ont jamais cessé d'avoir leur place sur les tables des libraires, l'ouvrage que vous tenez entre vos mains et qui en reprend le procédé en surprendra plus d'un par sa verve revendicatrice, et ses résonances féministes.
    François Pétis de La Croix, contemporain d'Antoine Galland, sut mieux que tout autre voir les qualités de ce volume raffiné puisqu'il en fit la matrice de son livre Les Mille et Un Jours, longtemps donné comme une traduction du persan.
    Le Plaisir après la peine est parvenu jusqu'à nous grâce à de nombreux manuscrits fort complets datant du XVe siècle.

  • Jeanne, François et leur cousin Louis visitent le château de Beynac quand ils se retrouvent soudainement projetés au Japon, à l'époque de saint François-Xavier. Quand ce dernier est menacé par un grave complot, les cousins décident de tout faire pour sauver leur ami jésuite. Mais l'ennemi rôde... Les cousins parviendront-ils à mener à bien leur mission ?Une formidable aventure au pays du Soleil-Levant !

  • Depuis Ptolémée et pendant près de deux mille ans, voyageurs et géographes tentèrent en vain de résoudre l'énigme du Grand Fleuve. Marchands d'esclaves et trafiquants avaient eu beau remonter son cours sur près de cinq mille kilomètres, nul n'avait pu leur dire où il prenait sa source. Au début du XIXe siècle, ...

  • « Sachez, prince, que j'ai près d'ici une demeure comparable au paradis terrestre. Ce lieu porte le nom des Neuf-loges ; et le monde n'a rien qui lui soit préférable. Venez-y passer quelques instants ; ce séjour deviendra encore plus glorieux par votre présence. » Une telle invitation peut-elle se refuser ? Découvrir ces Neufs-loges, c'est pousser la porte du merveilleux et des légendes. Digne des Mille et Une Nuits - ce conte est issu de la même tradition littéraire -, cette curiosité a été retrouvée au début du XIXe siècle par le baron Daniel Lescallier qui le traduisit en français. Rédigé en persan à la charnière des XVe et XVIe siècles, dans l'actuelle Asie centrale, Neh Manzer dévoile les charmes, la légèreté et la fantaisie de l'Orient.

  • Des mille et une histoires que j'ai pu conter, aucune n'est aussi fabuleuse que celle que je m'apprête à te narrer.
    On y voyage de cités mortes en jardins luxuriants, de royaumes en déserts et de geôles en palais. On y croise djinns et ghûls, sultans et dragons, reines et démons, et les lignées maudites s'y affrontent autant que les passions se déchaînent. Vois-tu, elle recèle en son coeur une bien plus unique distinction. Cette histoire d'amour et de mort est vraie : je l'ai vécue. Parole de Shéhérazade.

    Mathieu Rivero est un jeune auteur lyonnais, dont Or et nuit marque l'entrée en fantasy par la porte de l'inspiration orientale à la Mille et une nuits, dont il constitue une suite. Les récits s'y mêlent, les destins aussi, des voleurs et des princes, des royaumes et des sortilèges, des complots et des combats : la magie et le suspense sont au rendez-vous.

  • Noor se sent aussi sèche que les feuilles flétries qui collent à ses semelles, que son puits déserté par l'eau. Elle s'alimente le moins possible, ne fait plus de feu pour chasser le froid accumulé sous sa peau, s'attache à ne rien modifier autour d'elle. Ils viendront accompagnés d'enfants et de chiens teigneux qui s'en prendront à sa chèvre utile pour le repas traditionnel prévu d'avance. Ils mangeront après avoir lancé les sept premières pierres appelées les salvatrices. Sept, répète-t-elle en s'aidant de ses doigts. Sept, comme les jours de la semaine, comme les cailloux qui fixent le toit de la réserve. Sept pierres pour fêler sa tête comme une grenade mûrie au soleil de l'été. Dans un village aux portes du désert, Noor attend son châtiment : coupable d'adultère et condamnée par une fatwa, elle doit être lapidée. Sur la place, les pierres sont déjà prêtes. Noor n'imagine pas pouvoir se soustraire à la justice et aux traditions ancestrales : elle doit payer pour sa faute. C'est compter sans l'intervention de l'étrangère, une Française au service d'une mission humanitaire qui, pour la sauver, déploiera des trésors d'énergie et de volonté... Formidable conteuse, Vénus Khoury-Ghata brosse les portraits de femmes au destin tragique, déchirées entre le respect de la tradition, l'aspiration à la liberté et le droit à l'amour et au plaisir.

  • Présentation par Alexandra Strauss Grand maître du noir passé tardivement à la couleur, l'oeuvre d'Odilon Redon nous est familière, mais si le dessin restait son domaine de prédilection, il n'en était pas moins grand amateur de musique et de littérature. Dans son recueil de pensées intimes À soi-même, il mentionne régulièrement ses lectures ainsi que les expositions qu'il a visitées ou encore les concerts auxquels il a assisté. Curieux de ses contemporains, il était féru de classiques. Proche de Huysmans et de Mallarmé, peut-être s'est-il rêvé écrivain... C'est ainsi qu'il composa les dix contes proposés ici et qui forment un extraordinaire pendant à son oeuvre graphique. L'auteur ne les a pas retravaillés dans l'idée d'une publication... mais les ombres de Théophile Gautier, Villiers de L'Isle-Adam ou encore Edgar Allan Poe ne sont pas loin. Odilon Redon (1840-1916) est un peintre symboliste et un remarquable coloriste tout autant qu'un grand maître du noir, précurseur du surréalisme et de la non-figuration. En 2011, les Galeries nationales du Grand Palais ont remis en lumière son oeuvre.

  • T.E. Lawrence est une des figures les plus charismatiques de la Première Guerre mondiale. Jeune archéologue anglais, il prend les armes contre les Turcs pendant la révolte arabe de 1916-1918 ; c'est cette période légendaire qu'il décrit dans une autobiographie mondialement connue, Les Sept Piliers de la sagesse. Mais les aventures de Lawrence au Moyen-Orient avaient commencé bien avant la guerre : ce sont ses premiers contacts avec le monde arabe, ses voyages émerveillés, et ses fouilles archéologiques que nous fait découvrir Anthony Sattin dans cette passionnante biographie.
    En 1914, T.E. Lawrence avait brûlé la première version des Sept Piliers de la sagesse, pour écrire celle que nous connaissons aujourd'hui. Anthony Sattin révèle ici ce que Lawrence a cherché à cacher : la vérité de sa naissance, sa relation difficile avec une mère dominatrice, sa profonde affection pour un garçon arabe, son extraordinaire voyage en Syrie et en Palestine, sur fond de conflits en Libye et dans les Balkans, et enfin les raisons personnelles qui lui ont fait abandonner ses études pour devenir archéologue puis espion.

  • Le célèbre guerrier et poète Antar, auteur d'un des Mu'allaqât, héros de ce roman, avait demandé en mariage sa cousine Abla. Son oncle Malec la lui promit mais, voulant se soustraire à une alliance avec le fils d'une esclave abyssinienne, il l'entraîna dans toute une série d'aventures périlleuses. Antar, conjuguant bravoure et héroïsme, triompha, bien sûr. Voilà donc l'argument de départ de ce roman composé au XIIe siècle, profondément remanié au XVe, dont la forme évolue avec le temps au gré des conteurs, à la manière des Mille et Une Nuits. Cette Odyssée arabe est mise au premier rang de la littérature héroïque. Elle n'est pas sans évoquer les romans de chevalerie qui jouissaient d'une forte audience à la même période en Occident. En France, c'est Alphonse de Lamartine, qui le premier, adapta des passages de ce roman dans son Voyage en Orient (1835). De multiples extraits seront traduits tout au long du XIXe siècle, dont cette très belle version de Marcel Devic parue en 1864. traduit de l'arabe et adapté par Marcel Devic Illustrations d'Étienne Dinet

  • Voici un livre placé sous le signe des Mille et Une Nuits ; toutefois, les dix soirées malheureuses auxquelles assistera le lecteur relèveront davantage d'un genre aujourd'hui oublié, le « miroir des princes », que d'un fantastique échevelé. L'auteur dépeint dans ce volume tout un ensemble de situations cocasses et édifiantes qui composent une sorte de parcours initiatique. Ces histoires raviront tous les amateurs d'une certaine libre pensée et irrévérence qui sont la marque d'un esprit tant mis à mal aujourd'hui. Mohammed al-Mahdi est né au Caire en 1737. Il occupe de hautes fonctions dans l'administration. Esprit brillant, atypique, bibliophile à ses heures, il ne laissa qu'un seul manuscrit. Il meurt en 1815. Publié en langue française en 1829, ce livre n'a jamais été réédité depuis.

  • Trente-cinq ans avant T. E. Lawrence, une femme audacieuse et passionnée, Anna Blunt, se risque dans l'immensité de sable du centre de l'Arabie, véritable terra incognita aux yeux de l'Occident. La violence des éléments, l'absence de points d'eau, l'incertitude des pistes, ...

  • Matrice occultée à la source des Amants de Byzance, ce roman publié deux ans après la mort de Mika Waltari, composé dès les années cinquante, a été comparé à sa sortie à L´OEuvre au Noir de Marguerite Yourcenar. Au XVe siècle, Johannes, jeune théologien malmené par la brutalité de son temps, tenaillé entre la chair et l´esprit, entre l´Orient et l´Occident, s´engage dans l´armée chrétienne qui veut sauver Byzance des Turcs. Tombé entre les mains du sultan ennemi, puis entre celles de son fils, futur conquérant de Constantinople, le jeune homme est le témoin de la fin d´un monde, tandis que s´annonce une ère nouvelle assujettie à une violence jusqu´alors inconnue...

    « Un roman historique au sommet du genre. » Jean-Maurice de Montremy. Lire.

    Né le 19 septembre 1908 à Helsinki, fils d´un pasteur luthérien et formé à la théologie, Mika Waltari est l´auteur de romans, nouvelles, pièces de théâtre et scénarios. Il fut aussi traducteur et écrivit des centaines d´articles pour les journaux. Traduit en quarante langues, il est l´écrivain le plus prolifique et le plus célèbre de la littérature finlandaise. Il est par ailleurs considéré par le quotidien Le Monde comme « le maître absolu du roman historique », genre dans lequel il développe un pessimisme teinté de mélancolie. Érudit scrupuleux habité par un étrange esprit d´insoumission - on l´a souvent comparé à Marguerite Yourcenar -, il avoua n´avoir exploré les méandres du passé que pour pouvoir éclairer, avec un maximum de distance désillusionnée, les incompréhensibles soubresauts de l´aventure humaine - et particulièrement ceux de son siècle. Mika Waltari publia en 1945 Sinouhé l´Égyptien, vaste fresque épique ayant la Méditerranée antique pour arrière-plan. Il est mort le 26 août 1979.

  • Ce qui a fait naître l'émerveillement des premiers penseurs grecs, c'est qu'il y a quelque chose plutôt que rien, et c'est là ce qui a donné le coup d'envoi à cette pensée de l'être qui s'est développée de Parménide à Aristote et qui constitue le fondement de la philosophie occidentale. On trouve cependant, déjà dans la pensée grecque, une dénégation de la possibilité d'un discours sur l'être, d'abord chez Gorgias, contemporain de Socrate, puis chez le fondateur de l'école sceptique, Pyrrhon. Et à l'époque même où Parménide écrivait son poème, une pensée de la vacuité et du néant commençait à se développer en Orient dans le cadre du bouddhisme, laquelle met profondément en question la notion même d'ontologie. Or c'est précisément cette pensée du rien qui resurgit en Occident à la fin de l'âge classique, avec ce premier philosophe véritablement moderne qu'est Kant, dans son Essai sur les grandeurs négatives et cette « Table du Rien » qui, dans La Critique de la raison pure, clôt l'Analytique transcendantale. Et c'est le concept de négativité qui va former chez Hegel la matrice même de la pensée dialectique, alors que celui du néant constituera le coeur de la critique du nihilisme qu'entreprendra Nietzsche, avant de redevenir, avec le Heidegger de Qu'est-ce que la métaphysique ?, avec le Sartre de L'Être et le néant, et avec le dernier Merleau-Ponty, auteur de ce livre inachevé qu'est Le Visible et l'Invisible, un thème fondamental de la pensée de l'apparaître.
    Une telle pensée du néant et de la négation traversant la frontière qui sépare l'Orient de l'Occident, il s'agira donc, en prenant comme référence majeure la pensée heideggérienne, d'en interroger les diverses figures, d'abord chez Gorgias et Pyrrhon, puis chez Nagarjuna, le plus grand penseur du bouddhisme indien (II-IIIe siècle) et chez Nishida (1870-1945), représentant fameux de l'école de Kyoto et du bouddhisme zen, avant d'en venir à l'idéalisme allemand avec Kant et Hegel, à la question du nihilisme européen avec Schopenhauer, Nietzsche et Heidegger, puis à la phénoménologie avec Husserl, Sartre, Merleau-Ponty et Maldiney.
    Françoise Dastur, professeur honoraire de philosophie, a enseigné dans les Universités de Paris-I, Paris-12 et Nice-Sophia Antipolis. Son travail porte sur la philosophie allemande et la phénoménologie. Elle est présidente honoraire de l'École Française de Daseinsanalyse dont elle fut l'un des membres fondateurs.

  • « Dégager la lecture du Coran de son appareil juridique et cultuel, revenir à une approche poétique et spirituelle, tel est le sens de cette nouvelle traduction. Confisqué par une exégèse dogmatique ou, pire, par "des aînés barbus et enturbannés qui tuent", le Coran doit pouvoir se lire, selon Youssef Seddik, comme l'Odyssée, comme les livres de Julien Gracq ou de Maurice Blanchot, de Heidegger ou de Derrida. Youssef Seddik resitue son travail dans une interrogation sur l'acte de lire qui interpelle tous les amoureux de la chose écrite, bien au-delà de la question du Coran. » Catherine Bédarida, Le Monde « Cet ouvrage novateur de Youssef Seddik place la réflexion sur l'islam bien au-delà des mesquineries ressassées par l'actualité médiatique : il stimule la réflexion, ouvre des perspectives et conduit à repenser la place que devrait tenir la culture musulmane dans l'héritage européen. » Gilbert Grandguillaume, La Quinzaine littéraire Youssef Seddik, philosophe et anthropologue, helléniste et arabisant, a publié de nombreux ouvrages, dont, chez le même éditeur,

  • Percheron T.1 ; odalisque

    Fiona Mcintosh

    Le Zar de Percheron vient de mourir. Le jeune Boaz, fils de sa favorite, monte sur le trône. Ambitieuse et calculatrice, sa mère fait éliminer tous ses rivaux et entreprend de constituer un nouveau harem. Ana, l´odalisque, découvre un monde où elle ne manquera de rien, sauf de liberté. Elle n´a d´autres amis que Lazar, l´Éperon de Percheron, un homme très secret mais si séduisant, et Pez, un nain apparemment fou. En tentant de s´évader, elle déclenche une série d´événements dramatiques...« si vous aimez les histoires rythmées qui vous surprennent et vous emportent, les livres de Fiona McIntosh sont faits pour vous. » Robin Hobb

  • « Alors comme ça, faquin, il paraît que tu veux me donner des ordres ! Alors comme ça, coquin, tu défonces ma porte et celle de la maison du Seigneur et tu viens au beau milieu de la nuit déranger mes prières ! Mais qui es-tu, fol moucheron, pour ainsi venir en armes dans la maison de Dieu ? Je vais te faire passer le goût de la violence, moi, je vais t'apprendre l'amour du prochain même si, pour cela, je dois y passer ma vie et user le cuir de mes sandales à te botter ce qui te sert pour t'asseoir ! »Retrouvez les aventures du père Sixte, moine haut en couleurs, de Louis, son petit protégé, du valeureux capitaine Éric Deluys et de la vile Henriette pour la conquête du Royaume du Lys.

  • Au tout début du XVIe siècle, Nicandre de Corcyre, copiste grec de Venise, se fait admettre dans la suite d'un diplomate envoyé vers Istanbul par Charles Quint. Au retour de l'ambassade, il décide de prolonger son voyage dans les pays occidentaux. Parti d'Italie avec les négociateurs, il remonte jusqu'en Allemagne, rejoint Charles Quint, puis continue seul vers l'Angleterre, où il rencontre une compagnie de mercenaires grecs. Il les accompagne dans leurs guerres en France, puis retourne à Venise.

  • Je viens de damas

    Marieke Aucante

    À Damas, un soir de printemps, à l'heure où les roses exhalent leur parfum, une famille d'artisans de la soie est égorgée parce que chrétienne. Pour répondre à l'ultime demande de leur maman, les deux survivants une adolescente de quinze ans et son petit frère qui n'a jamais parlé partent dans l'espoir de rejoindre l'Angleterre. Une marche longue et semée d'embûches les conduit à faire face à des drames et à des instants de lumière. Grâce aux mystères de la rencontre, ils partagent plusieurs jours de leur vie avec les combattantes kurdes, une bénévole de Lampedusa, une Arménienne à Nice, des migrants dans la Jungle de Calais, une Asiatique à Paris...
    Yasmine et Elias avancent sur les chemins du monde à la recherche d'une seconde « maman ». Rien ne leur sera impossible parce qu'ils sont habités par le courage.
    Ce livre est une quête humaniste bouleversante entre conte philosophique oriental et modernité occidentale.

empty