Editions de l'Aube

  • Plus de 200 millions de femmes sont excisées dans le monde. 44 millions d'entre elles ont moins de 15 ans. En France, on en compterait 60.000, et 500.000 au sein de l'UE. Même si cette pratique barbare est interdite dans la majorité des pays, elle se pratique encore au nom de traditions obscures qui condamnent les femmes à la soumission sans plaisir physique. 4 millions de femmes sont vendues chaque année à des proxénètes, des marchands d'esclaves ou des maris. Les deux tiers des 900 millions d'analphabètes de notre planète sont des femmes. Plus de 30% des femmes sont confrontées à des violences conjugales, et une femme perd la vie chaque minute en accouchant. Ghada Hatem-Gantzer n'a jamais accepté cette terrible comptabilité de l'outrage et de la violence.

    Ghada Hatem-Gantzer est une gynécologue-obstétricienne franco-libanaise. En 2016, elle a fondé la Maison des Femmes à Saint-Denis, première structure en France à offrir une prise en charge globale des femmes victimes de violences.

  • Daniel Herrero est fort de ses racines occitanes et de ses souvenirs de Méditerranée. Un espace pour lui illimité, ouvert sur le monde, dont il retrouve les traces et les parfums, les enseignements et les antagonismes au fil de ses nombreux voyages - souvent dans des conditions spartiates. Un livre de témoignages et de réflexions fortes sur cette Mare nostrum qui est, pour lui, celle de tous les hommes. Barbe blanche et cheveux ceints d'un bandana rouge, ce personnage haut en couleur a gardé une passion pour le verbe au moins égale à celle qu'il nourrit pour l'Ovalie. Celui qui se qualifie de « nomade sédentaire de la Méditerranée » nous fait ­partager ses vagabondages et ses références dans un ouvrage accompagné de dessins qu'il a réalisés au cours de ces voyages et qu'il montre ici pour la première fois. Un texte brut et fort. Daniel Herrero, ancien joueur de rugby devenu entraîneur, est aujour­d'hui conférencier et consultant. José Lenzini, qui l'interroge, fut long­temps correspondant du Monde et de La Tribune.

  • Spécialiste de géopolitique dans cette zone en conflit permanent, l'amiral Jean-François Coustillière nous donne les clés des situations passée et à venir.
    La Méditerranée, aujourd'hui, est un théâtre où se jouent dans une inextricable et inquiétante confusion conflits religieux, armés, politiques, et drames environne­mentaux, démographiques et économiques. Révélant l'envers du décor, Jean-François Coustillière, dans un dialogue remarquablement intelligent avec José Lenzini, éclaire les motifs et les stratégies des acteurs, zoome sur les détails (par quel tour de passe-passe l'Arabie saoudite devient-elle une démocratie fréquen­table ?), élargit le champ aux puissances internationales qui, bien qu'éloignées, tiennent à protéger leurs intérêts en Méditerranée (Russie, USA). Il scrute sous la même lumière crue les rôles de la France et des pays européens, loin d'être innocents et aux diplomaties emplies de contradictions.
    Le tableau serait désespérant si l'auteur ne montrait, grâce à sa fine connaissance du sujet, que d'autres scénarios sont possibles... à condition que se manifeste une volonté de s'y engager.

    Jean-François Coustillière, né à Bizerte (Tunisie), a exercé sur le théâtre opérationnel aéronaval de Méditerranée ou du Proche et Moyen-Orient. Il quitte la Marine en 2005 et crée le cabinet JFC Conseil dédié aux questions méditerranéennes. Il préside l'association Euromed-IHEDN (Institut des hautes études de la défense nationale).

  • «?On trouvera dans ces pages des éclairages passionnants et érudits sur le Coran et ses dévoiements par le soi-disant imam Al-Baghdadi, sur le sens du texte sacré des musulmans, ses interprétations, les luttes dont il fut l'objet au viie?siècle entre les modernes et les obscurantistes, avec ce constat amer sans cesse renouvelé?: les progressistes perdirent la bataille, laissant prospérer une vision rétrograde du legs spirituel de Mahomet. Les attentats terroristes en France, comme les exactions de Daech en Irak et en Syrie, ont ­inspiré à Tahar Ben Jelloun des textes puissants, tantôt remplis de colère et d'émotion, tantôt écrits au scalpel froid d'une pensée rationnelle aux prises avec l'irrationnel.»
    Éric Fottorino,
    Directeur de l'hebdomadaire Le 1

    /> Romancier, poète et essayiste, Tahar Ben Jelloun est un observateur attentif du monde arabe. Il est depuis 2008 membre de l'académie Goncourt, institution qui avait distingué son roman, La nuit sacrée (Seuil) en 1987.

  • Boris Cyrulnik et Boualem Sansal revisitent les périodes de fracture qui s'étendent de l'hégémonie ottomane sur la Méditerranée orientale à la conquête du Royaume arabe de Grenade par les Espagnols, de la découverte des routes océaniques vers les Amériques à l'époque moderne et aux ambitions coloniales. Ils abordent les antagonismes entre une chrétienté défendue par l'Espagne et l'Islam ottoman expansionniste qui perdurent jusqu'à nos jours avec les nombreuses falsifications de l'histoire qui ne favorisent pas les rapprochements.
    Quant au terrorisme, il continuera même si la paix est là, au besoin il inventera une cause de rechange, concluent les deux interlocuteurs. Et pourtant... ! Comme ce livre en témoigne un dialogue reste possible entre les deux rives au milieu du fracas des armes.

    Boris Cyrulnik est un psychiatre et psychanalyste français. Il a publié de très nombreux ouvrages, principalement chez Odile Jacob.
    Boualem Sansal est un écrivain algérien. Il a reçu en 2015 le Grand prix de l'Académie française pour son roman 2084 : la fin du monde (Gallimard).
    Cet entretien a été mené par le journaliste José Lenzini.

  • Des femmes, des enfants, des familles entières se noient tous les jours en Méditerranée... le plus grand cimetière marin de la planète. Des jeunes élevés dans nos quartiers nous tirent dessus, ou partent faire la guerre en Syrie et en Irak, en Libye avec Daech. Ici, les peurs montent - l'extrême droite progresse - et poussent au populisme jusqu'à Londres, Moscou et Washington. En même temps, pour voir une grande mosquée, il faut aller jusqu'à Paris alors qu'il y a plusieurs millions de Français musulmans. Et on ne parle des quartiers que lorsque des voyous s'entretuent ou attaquent une voiture de police. Terrorisme, Brexit, Donald Trump... et après ? Quand va-t-on enfin regarder la situation en face, cesser les grandes incantations républicaines pour remettre à plat un vivre-ensemble en crise ? Quand va-t-on valoriser une France multiple comme une chance au coeur de la mondialisation, saisir les enjeux de l'Afrique au xxie

  • Comment penser la Méditerranée?? Un monde de parfums, de couleurs, d'échanges et de rencontres?? Un ensemble de sociétés qui présentent un air de famille?? Mais c'est aussi un univers de conflits et de haine. Comment passe-t-on de la coexistence bienveillante à l'affrontement sanglant?? Chaque groupe se définit ici dans un jeu de miroirs avec ses voisins. Et ce sont ce jeu et ces différences qui permettent de parler d'un «?monde méditerranéen?». Aussi, rappeler les pratiques de mixité, les épisodes heureux de coexistence, les valeurs partagées d'une rive à l'autre, ne doit pas masquer la vigueur des antagonismes, car les deux forment un tout insécable.
    Une voie pour les adoucir, peut-être les surmonter, est de prendre conscience de leur relativité. Ce voyage en Méditerranée, dans l'espace et dans le temps, invite à ce pas de côté...

    Christian Bromberger est professeur émérite d'ethnologie à l'université d'Aix-Marseille, membre senior de l'Institut universitaire de France (chaire d'ethnologie générale), il a dirigé l'Institut français de recherche en Iran. Il est l'auteur de plusieurs ouvrages.

empty