Le Cherche-Midi

  • C'est un fait historique qui sert de base à ce roman : en 1875, mille femmes blanches, souvent issues de classes défavorisées ou de maisons de fous, sont "offertes" en mariage à mille guerriers indiens. En partant de cet odieux marchandage, Jim Fergus a écrit un roman, vu du côté des femmes. Leur découverte d'un peuple aux coutumes subtiles est étonnante. Eloquente aussi, parce qu'elle dénonce les graves écarts du gouvernement américain vis-à-vis de ceux qu'il considérait comme des sauvages. A lire avant qu'il ne devienne un film.

  • À la mort de sa mère, Brett Bohlinger pense qu´elle va tout naturellement hériter de l´empire de cosmétique familial dans lequel elle travaille. Mais, à sa grande surprise, le testament maternel confie les rênes de la société à sa belle soeur. Et pour tout héritage, Brett ne reçoit qu´un vieux papier jauni et chiffonné, récupéré en secret par sa mère dans sa poubelle, vingt ans plus tôt : la liste des choses qu´elle voulait vivre, rédigée lorsqu´elle avait 14 ans. Ainsi, elle n´a pas été oubliée par le testament, mais rien ne lui reviendra si, au bout d´un an, elle n´a pas accompli ses rêves d´adolescence.



    Le problème, c´est que la Brett d´aujourd´hui n´a plus rien à voir avec la jeune fille de l´époque, et que ses rêves d´adulte sont bien différents. Enseigner ? Elle n´a aucune envie d´abandonner son salaire confortable et ses stock options pour aller batailler avec des enfants rebelles dans une salle de classe. Avoir un bébé ? Cela fait longtemps qu´elle y a renoncé, et de toute façons Andrew, son petit ami avocat, n´en veut pas. Entamer une vraie relation avec un père trop distant ? Les circonstances ne s´y prêtent guère. Tomber amoureuse ? C´est déjà fait, grâce à Andrew, à moins que....



    Malgré tout, Brett va devoir quitter sa cage dorée pour tenter de relever le défi. Et elle est bien loin d´imaginer ce qui l´attend.




    Menée tambour battant, cette comédie romantique sur les rêves de jeunesse, les illusions perdues et la possibilité de refaire sa vie, se lit d´une traite. Publié en avant première en France, le premier roman de Lori Nelson Spielman, dont les droits d´adaptation cinématographique ont été achetés par la Fox, sera bientôt traduit dans plus de 25 langues.

  • Marie-Blanche

    Jim Fergus

    1995, région des grands Lacs. Jim Fergus rend visite à sa grand-mère, Renée, 96 ans. Fille d´aristocrates français désargentés, mariée trois fois, celle-ci a eu un destin hors du commun, qui l´a menée à travers le siècle de son petit village natal de Bourgogne aux États-Unis, en passant par les sables de l´Égypte. Froide et tyrannique, elle a également brisé la vie de sa famille, en particulier celle de sa propre fille, Marie Blanche, la mère de Jim. Pour essayer de la comprendre, et peut-être de la pardonner, celui-ci va tenter de retracer son parcours.

    En parallèle, à travers le journal intime de Marie Blanche, l´écrivain nous fait entrer dans l´intimité de sa mère. Internée en 1966 dans un asile de Lausanne, celle-ci se souvient de sa vie, commencée comme un conte de fée, et qui s´achève dans un drame.

    Jim Fergus s´inspire ici de son histoire personnelle pour nous offrir une saga familiale bouleversante. À la façon de Dalva de Jim Harrison, il inscrit l´intime dans l´Histoire et nous offre d´inoubliables portraits de femmes dans la tourmente. On retrouve surtout dans cette fresque, qui s'étend sur un siècle et trois continents, toute la puissance romanesque de l´auteur deMille Femmes blanchesassociée à une force d´émotion rare, qui font de ce livre le chef d´oeuvre de son auteur.

  • Mon Amérique

    Jim Fergus

    Après Espaces Sauvages, Jim Fergus nous raconte ici six années de "pérégrinations par monts et par vaux' à travers les États-Unis. De la beauté grandiose et désolée des paysages de l'Utah aux terres sauvages du Nebraska, en passant par quelques savoureux récits de pêche à la mouche dans les rivières de l'Ouest, il évoque une Amérique à la fois mythique et terriblement concrète. Célébrant ainsi la nature, la pêche, la chasse, les animaux sauvages ou domestiques, l'amitié, la culture indienne, ou encore la cuisine, il nous livre les secrets d'un véritable art de vivre, qu'il partage volontiers avec des écrivains comme Jim Harrison ou Thomas McGuane.On retrouve dans ces histoires itinérantes, classées par saisons, tout le talent de conteur et toute l'humanité de l'auteur de Mille Femmes Blanches et de Marie Blanche.

  • Birmingham, USA. Ex-Miss Alabama. Maggie Fortenberry a pris une grande décision. Après avoir pesé le pour et le contre, elle a décidé de mettre fin à ses jours. Elle n'est ni malade, ni déprimée, elle a un travail plutôt agréable dans une petite agence immobilière locale, mais elle a, malgré tout, trouvé seize bonnes raisons d'en finir, la principale étant peut-être qu'à 60 ans, elle pense avoir connu le meilleur de la vie. Continuer, pour aller vers quoi ? Maggie a donc arrêté la date de sa mort et se consacre désormais méticuleusement à en régler les derniers détails, en tenant à jour la liste des dernières choses à faire avant de disparaître.
    Mais peu de temps avant de passer à l'acte, Maggie est invitée par une de ses collègues, Brenda, à un spectacle de derviches tourneurs. Le trouble est jeté dans son esprit. La représentation est dans six jours, elle peut bien attendre six jours encore avant de mourir, ne serait-ce que pour faire plaisir à Brenda. Loin est-elle de se douter combien ces six jours seront riches en surprises, en secrets dévoilés et en événements imprévus qui vont lui montrer que la vie a beaucoup plus à lui offrir qu'elle ne le pense.
    Après Beignets de Tomates vertes, Fannie Flagg nous donne un nouveau roman au charme fou, peuplé de personnages plus attachants les uns que les autres - Brenda, ses problèmes de poids et ses ambitions politiques, Ethel, la patronne de l'agence immobilière qui, âgée de 88 ans, ne veut pas passer la main, etc. Le sort de cette petite communauté de femmes, et celui de Maggie en particulier, sont le prétexte à une lecture aussi émouvante que désopilante, qui ne cessera de vous faire passer du rire aux larmes.

  • Gains

    Richard Powers

    À travers l´aventure de Clare Inc., une petite entreprise familiale américaine de savon créée en 1830 à Boston et devenue au fil des années une multinationale de la chimie, Richard Powers retrace un siècle et demi de capitalisme, évoquant au passage la mentalité des premiers pionniers, l´évolution du syndicalisme, du management, de la publicité et de la communication.



    En parallèle, il nous entraîne dans la vie de Laura Brodey, mère de deux enfants, travaillant dans l´immobilier à Lacewood, Illinois, ville dont le destin est marqué par la présence des usines de Clare Inc.. L´existence de Laura et celle de la multinationale vont bientôt converger d´une façon inattendue.





    Avec ce dialogue entre une personne morale et une personne physique, Richard Powers interroge une nouvelle fois la modernité. Il s´intéresse aussi ici à l´influence du libéralisme sur l´environnement, la vie quotidienne et les destins individuels. Faisant à la fois preuve d´une vision globale et d´une puissance d´émotion rare, il s´attache aux conséquences, heureuses et malheureuses, du développement de la société de consommation sur les individus, aux gains et aux pertes, au prix à payer.


    «À la fois subtil, provocateur et d´une rare puissance littéraire, Richard Powers nous lance un avertissement de façon beaucoup plus efficace que quiconque depuis très longtemps : Consommateurs, méfiez-vous ! » Rick Moody

  • Tchécoslovaquie, fin des années 1920. Liesel tombe amoureuse de Viktor Landauer, héritier d´une riche famille juive. Les deux jeunes gens, qui fréquentent la haute société des années folles rêvent d´une maison moderne. C´est à Venise qu´ils vont rencontrer l´homme capable de mener à bien ce projet, Rainer von Abt, un architecte adepte de Loos, de Mondrian, du Corbusier. Celui-ci va imaginer pour eux un palais de verre, une oeuvre d´art entièrement conçue autour des transparences et de la lumière. Plus qu´une maison, c´est un véritable acte de foi dans le siècle nouveau où, les jeunes mariés n´en doutent pas, l´art, la science, la démocratie, sauront venir à bout des ténèbres. Mais les espoirs du jeune couple, comme ceux de toute une société, ne vont pas tarder àêtre mis à mal par les aléas de la vie conjugale et de l´Histoire, l´Occupation nazie puis soviétique de l´Europe centrale venant bouleverser la donne de nombreuses années durant.


    À travers les aventures d´un couple, de leur famille et de leur maison, Simon Mawer dresse un portrait fascinant de six décennies de l´Histoire européenne. Y mêlant l´intime avec une maestria incomparable, il nous offre un grand roman d´amour et une réflexion inédite sur le sort des individus pris dans la tourmente des temps.

  • Fin des années 1980, DeKalb, Illinois. Eddie Hobson, Ailene, et leurs quatre enfants, ont toujours formé un clan très soudé. Mais lorsque Eddie est frappé par une étrange maladie, la mécanique familiale se dérègle et les secrets de ce père pas comme les autres font peu à peu surface. Pourquoi ce professeur d'Histoire charismatique a-t-il élevé ses enfants, aujourd'hui adultes, dans l'amour de la culture, du divertissement des énigmes et des jeux d'esprits, en les tenant toujours éloignés des réalités de leur temps ? Et quelle est cette longue histoire qu'il élabore depuis près de trois décennies derrière une porte close ? Alors qu'Eddie s'est enfui de l'hôpital pour une destination inconnue, le plus jeune de ses fils, Eddie Jr, part à sa recherche. Petit à petit, l'histoire du père se dévoile et avec elle, c'est tout le XXe siècle qui défile, de l'exposition universelle de New York en 1939 aux essais nucléaires de Los Alamos, en passant par un projet grandiose de Walt Disney, destiné à entretenir l'optimisme des populations durant la Seconde Guerre mondiale.



    Dans cet éblouissant roman polyphonique, Richard Powers s'intéresse à l'industrie du divertissement, de Hollywood à Disneyland, et questionne notre besoin d'évasion. Il nous montre, à la lumière d'un demi-siècle d'une histoire passionnante, comment ce qui nous édifie, que ce soit la famille ou la culture, nous emprisonne également.

  • Enon

    Paul Harding

    " La plupart des hommes de ma famille font de leurs épouses des veuves, et de leurs enfants des orphelins. Je suis l'exception. Ma fille unique, Kate, est morte renversée par une voiture alors qu'elle rentrait de la plage à bicyclette, un après-midi de septembre, il y a un an. Elle avait 13 ans. Ma femme Susan et moi nous sommes séparés peu de temps après. " Ainsi commence Enon, du nom de la petite bourgade de Nouvelle-Angleterre où Charlie Crosby, percuté de plein fouet par le deuil le plus douloureux qui se puisse imaginer, va entamer une longue descente aux enfers qui le mènera aux confins de la folie. Seul au monde après la mort de sa fille et le départ de sa femme, Charlie fait figure de " dernier homme ", aux prises avec la solitude absolue, la violence du chagrin, et le peuple des fantômes qui ne cessent de l'assaillir : celui de sa fille, dont l'existence trop brève se reconstitue à travers le prisme fragmenté de ses souvenirs chaotiques, embrumés par les médicaments auxquels il ne tarde pas à se retrouver dangereusement dépendant, mais aussi celui de tous les autres morts d'Enon, endormis sous la terre du petit cimetière paroissial que hante obstinément Charlie, errant nuit et jour à la recherche d'une impossible délivrance.
    Porté par une écriture somptueuse, tour à tour lyrique et brutale, qui magnifie l'effroi de la mort en une ode bouleversante à la vie et à l'éternité des paysages d'élection, Enon confirme de manière magistrale que Paul Harding fait partie des nouveaux grands auteurs de la littérature américaine contemporaine.

  • Cuba, fin des années cinquante. Si la région d´Oriente est la plus pauvre du pays, c´est néanmoins un paradis pour un petit nombre d´exilés américains qui, aveugles à la misère alentour, y règnent en maîtres absolus. C´est le cas de la famille Sites, dont la société exploite de vastes étendues de cannes à sucre. Peu préoccupés par la guérilla contre le gouvernement de Batista que mènent dans les montages les deux fils d´un riche propriétaire terrien, Fidel et Raul Castro, les Sites sentent cependant souffler le vent de l´Histoire le jour où leur fils Del rejoint les rebelles. Ils sont néanmoins encore loin de réaliser que c´est à la fin de leur monde, et de leur mode de vie privilégié, qu´ils sont en train d´assister.


    Avec ce roman choral à la construction éblouissante, émaillé de fulgurances, d´humour et de nostalgie, Rachel Kushner nous fait partager, sans manichéisme aucun, le point de vue des exilés américains, des rebelles, et de tous les acteurs qui ont été partie prenante de la révolution cubaine. Elle entremêle avec une justesse impressionnante l´intime et le politique, la grande et les petites histoires, celle de la famille Sites, mais aussi de Rachel K., une danseuse de La Havane qui se sert de sa séduction naturelle comme d´une arme au service de la rébellion, de La Mazières, un Français au passé trouble, ou encore des frères Castro. Elle explore ainsi les multiples facettes d´une réalité beaucoup plus subjective, riche et romanesque, que celle dépeinte par les livres d´histoire. Et nous livre, pour finir, une irrésistible saga saluée par une critique unanime.



    « Des critiques, toutes très élogieuses, d´un « Télex de Cuba » sont en train de tomber les unes après les autres et elles sont largement méritées. Ce premier roman de Rachel Kushner est un véritable délice de la première à la dernière page. »The Washington Post « Rachel Kushner s´intéresse aux relations entre les classes, les individus, les nations, et nous offre un magnifique roman qui se lit comme un thriller et qui nous donne à comprendre avec une rare intelligence les causes d´une révolution ». The New York Times

  • Mexique, début du XXe siècle. Juan Mendez, un jeune chef indien, révolté par les conditions de vie inhumaines des péons qui travaillent dans les plantations d'acajou pour de riches propriétaires terriens, décide de lever une armée. Une armée de pauvres, de paysans illettrés, en haillons, affamés, qui, en dépit de leur faiblesse, vont aller de petites victoires en petites victoires, prenant d'abord quelques fermes, avant de marcher, toujours plus nombreux, sur des villes de plus en plus importantes. Cette révolte inquiète bientôt le pouvoir central du dictateur Porfirio Diaz qui va envoyer les troupes gouvernementales à l'assaut du " général de la jungle " et de son armée de péons.

    On retrouve dans ce roman inédit de Traven, écrit en 1937, toute l'humanité et le talent de l'auteur. Jamais manichéen, il restitue avec une grâce inouïe toute la complexité de son sujet, n'ignorant aucun aspect de cette révolte, profondément inspirée de l'aventure d'Emiliano Zapata : sens de l'histoire, mouvements sociaux, culture indienne, dictature, racisme, esclavage par dettes, corruption du pouvoir, etc. Surtout, Traven montre une égale compassion pour les opprimés et pour les oppresseurs, tous victimes finalement des mêmes mécanismes de domination, au-delà desquels il excelle à mettre en relief l'humanité meurtrie.

  • « Imaginez une représentation du "Ring" de Wagner orchestré par Sam Peckinpah sur un livret composé par J.R.R. Tolkien, avec interludes musicaux d´Aaron Copland, et vous aurez une petite idée de l´ambition de ce roman étourdissant. »The New York Times Book Nous sommes au dixième siècle de notre ère. Venus de Suède, de Norvège ou d´Islande, une longue lignée de rois vikings s´apprête à franchir les océans de glace qui les séparent d´une terre mythique : le Vinland, sésame de la gloire et de tous les fantasmes dont l´Amérique sera le nom. Cinq cents ans avant Colomb, Erik le Rouge, Leif le Chanceux, Freydis Eiriksdottir et quelques autres seront ainsi les véritables premiers « inventeurs » du Nouveau Monde. Quittant l´Europe nordique aux vieux parapets peuplés de monstres et de dieux du froid, ils toucheront à ce pays de cocagne, terre de lait, de miel et de légendes, avant d´en être chassés par ses habitants natifs, les redoutables indiens Skrælings...



    De cette odyssée grandiose, la mémoire et les mythes ont été conservés dans l´un des documents les plus prodigieux de notre littérature : les Sagas islandaises. C´est à ce monument que s´attaque William T. Vollmann dans ce roman non moins monumental. L´auteur de La Famille Royale, des Fusils et du Livre des Violences, depuis longtemps hanté par les origines héroïques et sanglantes de l´Amérique, ne pouvait pas rester sans se lancer à la conquête de cette mythologie - mais en la transfigurant au gré de ses propres obsessions, avec la facétie, la folie des grandeurs et le génie littéraire qu´on lui connaît. La Tunique de glace est ainsi un opéra de bruit et de fureur, une ode somptueuse et barbare à la splendeur des paysages arctiques et à la geste de nos ancêtres vikings, où dans un joyeux tohu-bohu se mélangent mythologie nordique, fantasmagorie historique, récit de voyage et d´aventures, contes inuits et pastorale américaine...





    Après Les Fusils, le cherche midi poursuit ici, dans sa collection Lot 49, la publication en langue française du cycle romanesque en sept volumes, "Seven Dreams" de William T. Vollmann. Ce cycle en cours d´écriture - quatre titres sont déjà parus à ce jour - se veut une histoire symbolique de la découverte du continent nord-américain.

  • « On pense à Ian McEwan pour la force d´émotion. C´est un livre qui emporte tout sur son passage. » The Guardian « Un thriller psychologique aussi douloureux qu´envoûtant. Dans une prose qui relève souvent d´une véritable poésie, Frank Delaney nous offre un des romans les plus puissants qu´il nous ait été donné de lire. C´est un livre qu´on n´oubliera jamais. » The Times Londres. Michael Newman a repris son activité d´architecte quand il apprend la mort violente, dans des circonstances étranges, de son ami et client Anthony Safft. Nomméà sa grande surprise exécuteur testamentaire de celui-ci, Michael vient passer quelques jours chez Philippe, le neveu d´Anthony, près d´Oradour-sur-Glane. À la fois fasciné et horrifié par l´histoire du village, il apprend qu´Anthony menait depuis longtemps de mystérieuses recherches en passe d´aboutir sur la période nazie et ses secrets les plus sombres. C´est le début d´un long périple pour Michael qui, toujours hanté par les atrocités commises durant la Seconde Guerre mondiale, va mener une investigation qui le conduira à affronter, au péril de sa vie, des manifestations bien plus contemporaines et effrayantes du fascisme.

    Après Les Enfants de la nuit, nous retrouvons ici Michael Newman, personnage d´une humanité et d´une complexité rare dans le monde du thriller. C´est à nouveau dans l´Histoire et ses tourments que Franck Delaney a trouvé les racines d´une intrigue passionnante, aux retournements multiples, servie par un style d´une rare puissance d´émotion.

  • Chrysis

    Jim Fergus

    Après Mille femmes blanches et Marie Blanche, Jim Fergus s'inspire à nouveau de faits réels pour nous offrir le portrait d'une femme exceptionnelle, prise dans la tourmente des Années folles.


    Paris, 1925. Gabrielle « Chrysis » Jungbluth, âgée de 18 ans, entre à l'atelier de peinture des élèves femmes de l'École des beaux-arts pour travailler sous la direction de Jacques Ferdinand Humbert, qui fut le professeur de Georges Braque. Exigeant, colérique, cet octogénaire, qui règne depuis un quart de siècle sur la seule école de peinture ouverte aux femmes, va vite réaliser que Chrysis n'est pas une élève ordinaire. Précoce, ardente et véritablement talentueuse, cet esprit libre et rebelle bouscule son milieu social et un monde de l'art où les hommes ont tous les privilèges. Elle va bientôt se perdre dans des plaisirs désinvoltes et devenir l'une des figures de la vie nocturne et émancipée du Montparnasse des Années folles. C'est là qu'elle va rencontrer Bogey Lambert, cow-boy américain sorti de la Légion étrangère, et vivre un amour fou.

    Lié à l'oeuvre de Chrysis Jungbluth par une histoire personnelle qu'il nous conte en préambule, Jim Fergus a romancé ici plusieurs années de la vie de cette héroïne passionnée et passionnante, à une époque unique de l'histoire du XXe siècle, où tout semblait permis.

  • Toyer

    Gardner Mckay

    « Les amateurs de serial killers vont adorer ! »New York times Los Angeles est la proie d´un monstre très particulier. Un homme qui ne viole ni ne tue les femmes mais leur réserve un sort peut-être pire encore : il les séduit, les kidnappe, joue avec elle, puis les abandonne à l´état de mort cérébrale.

    Neurologue, Maud Garance est en charge des neuf victimes de celui que la presse a surnommé Toyer. Bouleversée par le sort de ces femmes, elle accepte la proposition que lui fait Sara Smith, une jeune journaliste ambitieuse : s´adresser directement au coupable par voie de presse.

    C´est le début d´une relation très particulière, par médias interposés, entre Maud et Toyer, qui bien vite passionne un lectorat avide de sensations. Grisé par une célébrité grandissante, Toyer commettra-t-il le faux pas qui permettra de l´identifier ? Alors que dans l´ombre, Maud et Sarah continuent d´enquêter, elles ne tardent pas à réaliser que leur mystérieux interlocuteur est beaucoup plus proches d´elles qu´elles ne le croyaient.

    Avec ce thriller très stylisé qui ne laisse pas une minute de répit au lecteur, Gardner McKay nous offre avec un art magistral de l´intrigue et du suspense une réflexion passionnante sur les relations entre le mal, la société et les médias.

  • Zazen

    Vanessa Veselka

    Dans une Amérique parallèle au bord de l'explosion, Della, jeune paléontologue éprouvée par la vie, cherche refuge dans d'étranges activités : elle collectionne des photos d'immolations célèbres, joue avec des rats morts, déclenche de fausses alertes à la bombe. La réalité se met à imiter ses fictions le jour où un attentat frappe le centre commercial voisin. La ville s´enfonce alors peu à peu dans un climat de violence urbaine et de répression policière, et Della décide de rejoindre un groupuscule radical, avec pour seule perspective, l´enfer sur terre.

    Écrit dans une langue nerveuse et inventive qui rappelle à certains moments Thomas Pynchon, à la fois drôle, poignant et formidablement actuel, Zazen brosse le portrait d´une Amérique obsédée par les attentats et la désinformation, en nous offrant une vision dynamitée et fantasmagorique du monde tel qu´il est peut-être déjà. D´abord publié sous forme électronique, le roman a très vite conquis un large public, imposant son auteur comme l'une des voix les plus prometteuses et les plus originales de sa génération. Zazen a obtenu en 2012 le prestigieux prix PEN/Robert W. Bingham Prize.

  • 16 juillet 1945 : cette date marque un tournant dans l´histoire de notre planète. C´est en effet ce jour là que la première bombe atomique est testée à Los Alamos, au Nouveau Mexique. Et c´est au moment précis de l´explosion que trois des principaux scientifiques responsables du projet, Robert Oppenheimer, Leo Szilard, et Enrico Fermi sont mystérieusement « transportés » en 2006, à Santa Fe.
    Recueillis par Ann, une bibliothécaire, et son mari Ben, les trois savant déboussolés vont devoir s´adapter tant bien que mal à leur nouvelle vie, à ce monde que leurs actes ont radicalement changé. Après avoir appris l´horreur engendrée par leur création (Hiroshima...), et les funestes conséquences de celle-ci, ils ne tarderont pas à entreprendre, des États-Unis au Japon, une croisade pacifiste visant au désarmement total. Entre l´armée et les scientifiques qui voit leur « apparition » d´un mauvais oeil, les groupes religieux qui assimilent leur présence à une prophétie biblique, et une société médiatique qu´il faut apprendre à manipuler, nos trois larrons vont avoir fort à faire.
    À partir de cette hypothèse surréaliste, Lydia Millet nous livre avec ce roman désopilant et d´une imagination réjouissante une remarquable analyse des liens qu´entretiennent science, politique et religion dans l´Amérique d´aujourd´hui, et l´effort permanent de ces trois domaines pour diriger nos vie. En reine des dialogues et des situations absurdes, l´auteur, à l´instar d´un Richard Powers, sait combiner vertige de la science et subtilité de l´intrigue comme peu d´autres écrivains. On pense à Murakami et à Don DeLillo, autant qu´à Twain et Vonnegut.

  • 1994, Californie du sud. Hal Lindley, modeste fonctionnaire, sent que sa vie lui échappe. Sa vie conjugale, en particulier. Sa femme, Susan, pourra-t-elle se contenter longtemps d'un homme comme lui, sans horizons ni matériel ni spirituel ? Ne va-t-elle pas bientôt lui préférer son collègue de bureau, Robert, un jeune loup aux dents longues ? Dans une tentative désespérée de changer la donne, Hal prend le pari fou de quitter un temps son existence désespérément normale pour partir à la recherche de T., le patron de Susan, mystérieusement disparu dans la jungle du Belize. Mais à vouloir ainsi dépasser ses propres limites pour regagner son respect et celui des autres, Hal ne réalise pas encore à quel point, en quittant la civilisation, il se met en danger.

    Après Comment rêvent les morts, Lydia Millet se demande quelles ressources nous possédons encore pour dépasser nos vies conventionnelles, paralysées, en quête de sens. À la fois satire sociale, comédie noire et drame psychologique, ce voyage au coeur des ténèbres d'un américain moyen du début de ce siècle en pleine recherche existentielle, qui évoque J.M. Coetzee et Paul Auster, a été salué, lors de sa sortie aux États-Unis, par une critique unanime.

  • Écrivain génial ou pathétique plumitif ? La vie et l'oeuvre de Phoebus K. Dank, auteur obèse, obsessionnel et d'une imagination sans limites ont toujours suscité controverses et débats enflammés. Sa mort mystérieuse et violente n'a pas clos la polémique qui se rejoue dans les pages de l'ouvrage que lui consacrent William Boswell et Owen Hirt, critiques partiaux et frères ennemis. Le premier est un spécialiste reconnu de l'oeuvre dankienne, il a été son ami et son plus grand admirateur ; le second, fortement suspecté de l'avoir assassiné, a une opinion assez exécrable de Dank et de ses écrits. Dans leur encyclopédie raisonnée des livres et nouvelles de l'écrivain, les deux spécialistes s'affrontent, chacun livrant sa vision de l'oeuvre et sa version des faits, entre aveuglement éperdu et mépris souverain. Bien vite cependant, les apparences vont s'avérer trompeuses et le lecteur n'aura d'autre choix que de jouer les détectives pour tenter de percer le secret de la mort de Dank - et de sa vie.

    Tour à tour faux guide dédié à un auteur imaginaire, véritable hommage à la littérature de genre, critique acerbe du milieu littéraire et enquête policière, le roman de Christopher Miller est un jeu de piste farceur et fascinant. Hilarant, extrêmement intelligent et d'une écriture diabolique, ce roman est un voyage sans concession dans les arcanes de la création et les galaxies truquées de l'imagination.

  • En 1932, au coeur des territoires vierges de la Sierra Madre, un chasseur de pumas fait une bien étrange capture : celle de la Nina Bronca, jeune femme appartenant à l'une des dernières tribus apaches vivant à l'état " sauvage " dans les montagnes. Exposée aux yeux de tous comme une bête de foire, ligotée à moitié nue sur le sol glacial d'une cellule, elle ne souhaite plus qu'une seule et unique chose : se laisser mourir. C'est compter sans l'aide miraculeuse de Ned Giles, apprenti photographe qui, accompagné d'une courageuse anthropologue, d'un étudiant dandy et de deux éclaireurs indiens, va braver la mort et les dangers afin de ramener l'envoûtante sauvageonne parmi les siens. Au risque de croiser le chemin du terrifiant Indio juan, redoutable chef apache dont la barbarie n'a d'égale que sa monstrueuse difformité physique... " Un superbe roman. " Philippe Lemaire - Le Parisien / Aujourd'hui en France

  • Hanmouth, côte ouest de l´Angleterre. Une petite ville de bord de mer à la vie douce, sans aspérités, où, selon la formule consacrée, « personne n´a rien à craindre, puisque personne n´a rien à cacher ». Le jour où Shannon, une petite fille des quartiers défavorisés, disparaît mystérieusement, les journalistes qui envahissent la place commencent à menacer la vie privée des habitants.

    Mais celle-ci ne l´était-elle pas déjà ? Un bref aperçu de la situation révèle vite que tous sont déjà, et depuis longtemps, sous surveillance. Les parents espionnent les adolescents ; les voisins s´épient les uns les autres ; les amis, les professeurs, les commerçants, tout le monde est à l´affût. Entre médias, caméras de surveillance et autres smartphones, il est devenu impossible aujourd´hui de vivre sans témoins, garder un secret semble devenu mission impossible. Et des secrets, à Hanmouth, tout le monde en a : adultère, sexualité débridée, drogue... des vices qui, privés, pourraient être inoffensifs mais qui, lorsqu´ils sont mis en place publique, peuvent devenir meurtriers.

    Alors que les recherches pour retrouver Shannon s´intensifient, la paranoïa va s´accroître, jusqu´à un dénouement parfaitement inattendu.


    Avec cette formidable comédie noire, roman choral qui n´est pas sans évoquer les meilleurs séries d´HBO, Philip Hensher se fait le miroir non seulement d'un pays, mais d'une époque tout entière. Menant de front une intrigue palpitante, une galerie de personnages inoubliables et une réflexion tragi-comique sur l´érosion des libertés individuelles et collectives, il nous offre un portrait au vitriol de la société moderne, à la fois très lucide, très sombre et remarquablement drôle. Moraliste sans concession, satiriste impitoyable et conteur à l'habileté diabolique, il confirme avec ce roman jubilatoire sa place, aux côtés de Ian McEwan et Jonathan Coe, parmi les plus grands romanciers britanniques contemporains

  • Wheeler Burden vit à San Francisco en 1988. Aussi a-t-il peu de raisons de se retrouver, un beau matin, à Vienne en 1897. C'est pourtant ce qui lui arrive, d'une façon totalement inexplicable. Se demandant s'il n'est pas devenu fou, l'idée judicieuse lui

empty