• Growing up in the home of a cruel aunt and a harsh charity school, Jane Eyre, an orphaned young woman, accepts employment as a governess at Thornfield Hall and soon finds herself in love with her employer, the enigmatic Rochester. Reprint. 17,500 first printing.

  • Le livre de la jongle

    Stéphane de Groodt

    • Plon
    • 5 Novembre 2015

    Amoureux de la langue française et jongleur de mots, Stéphane De Groodt revisite à sa manière, drôle et absurde, les expressions de notre langue. Un ouvrage inédit dans la droite ligne de ses best-sellers, Voyages en absurdie et Retour en absurdie.Amoureux de la langue française et jongleur de mots, Stéphane De Groodt revisite à sa manière, drôle et absurde, les expressions de notre langue. Un ouvrage inédit dans la droite ligne de ses best-sellers,
    Voyages en absurdie et
    Retour en absurdie.
    Dernier carat
    " Il est dit que c'est le dernier carat parlé qu'aura raison. "
    C'est Byzance !
    " Non, c'est Istanbul. Indique qu'il serait grand temps de mettre à jour votre GPS. "
    Sur un coin de table
    " Expression que nous devons aux chevaliers de la Table ronde. "
    Dessins de Raphaël Cruyt

  • Parles-tu chocolat ?

    Cas Lester


    Un roman à découvrir dans une édition spécialement adaptée aux lecteurs dyslexiques.

    La vraie langue de l'amitié est le chocolat !
    Quand Nadima, une nouvelle élève, arrive dans son école, Jaz est ravie. Elle a enfin quelqu'un à côté de qui s'asseoir en classe. Le seul problème est que Nadima ne parle pas un mot d'anglais. Mais Jaz n'est pas du genre à se laisser abattre. Elle trouve vite comment briser la glace : grâce à quelques carrés de chocolat ! Ainsi commence une belle amitié. Celle-ci ne sera pas épargnée par les épreuves, mais elle sera pleine de rires, d'aventures... et de quelques tonnes de chocolat !
    "J'adore ce livre !" - Jacqueline Wilson

  • Toute l'orthographe dans votre poche ! Règles de grammaire (accord du participe passé, etc.), conjugaisons et mots difficiles : tous les points de vigilance à retenir pour ne plus faire de fautes !

  • « Derrière moi, une querelle s'éternise, un bébé hurle, le wagon tressaute, ses roues grondent, les trains qui nous croisent vrombissent, mais, pour moi, le bruit s'est tu. »
    Mikhaïl Chichkine, qui s'était donné pour mission d'adapter le modernisme « à la Joyce » aux lettres russes, se révèle ici au lecteur dans une simplicité et une intimité nouvelles. Qu'il évoque les relations entre la Suisse et la Russie, l'importance du mot ou le destin de l'écrivain, ses textes sont émaillés de détails biographiques qui leur confèrent la saveur toute personnelle du souvenir. Le texte sur Robert Walser, auquel il voue une grande admiration, est un chef-d'oeuvre : c'est, selon Paul Nizon, l'hommage éblouissant d'un écrivain à un autre écrivain.
    /> Une enfance soviétique, une jeunesse rebelle, la haine de la violence ordinaire, l'appel de la littérature, l'exil, qui lui fit craindre de perdre sa langue maternelle, puis le rapprocha de « sa » langue d'écrivain et de la littérature russe : on trouve, dans ce recueil, le « code » de tous les livres de Mikhaïl Chichkine, ses sources d'inspiration autant que ses obsessions.
    Né en Russie en 1961, Mikhaïl Chichkine a suivi des études d'anglais et d'allemand à l'École normale supérieure de Moscou. Il s'installe en Suisse en 1995. En 2000, il obtient le Booker Prize russe pour son roman La Prise d'Izmaïl (Fayard, 2003), qui le place d'emblée au premier rang des auteurs russes contemporains. Il a aussi publié Dans les pas de Byron et Tolstoï (Noir sur Blanc, 2005), prix du Meilleur Livre étranger (catégorie essais) ; La Suisse russe (Fayard, 2007), et Le Cheveu de Vénus (Fayard, 2007), qui a reçu les prix Bolchaïa Kniga et National Best-Seller 2006. Son roman Deux heures moins dix (Noir sur Blanc, 2012) est un best-seller en Russie et a été récompensé par le prix Bolchaïa Kniga 2011.

  • Alain Rey raconte les mots qui ont bouleversé la société française depuis les années 1960 jusqu'à nos jours ! Disco, drone, internet, minijupe, OGM, RTT, zapper... Revivez les temps forts de la vie nationale et internationale, les évolutions sociales, scientifiques et culturelles qui ont marqué notre époque. Avec la préface d'Éric Fottorino.
    Revivez, par le fil des mots, le temps de toutes les révolutions (culturelle, morale, sexuelle, artistique, scientifique, technologique), et tous les moments forts qui ont fait battre le coeur de la société française des années 1960 à nos jours. Les développements de l'aérospatiale, l'époque contestataire de Mai 68, la décolonisation, sans oublier les premières virées en camping-car, la musique disco, les pattes d'ef, la légalisation de l'IVG, l'avènement d'Internet et du numérique, le passage à l'euro...
    Comme on feuillette un album de photos de famille, plongez dans ce livre qui retrace l'arrivée de " nos " mots, ceux de nos parents, ceux de nos enfants, comme autant de tranches de vie et de mémoire pour chaque génération.
    200 mots pris dans de nombreux domaines, du sport à la cuisine, de l'informatique à la télé, présentés par une équipe d'observateurs et d'observatrices à l'affût, animée par Bérengère Baucher, sous la direction d'Alain Rey.

  • « N'oublie pas le.... » : Le problème de Timéo est d'avoir perdu le dernier mot de cette phrase. Sa mère l'a prononcée ce matin mais un bâillement a empêché le petit garçon d'en entendre la fin.



    Timéo décide donc de se rendre au bureau des mots perdus, dans la maison des choses perdues. Là-bas, on lui attribue un chasseur de jeux de mots pour l'aider dans sa drôle de quête.

  • Un petit guide d'orthographe à mettre en toutes les mains ! Ce petit guide d'orthographe pour les Nuls vous invite à vous réconcilier avec les accents, à former le féminin et le pluriel des noms et adjectifs (détrompez-vous, ce n'est pas si facile !), à connaître les règles d'accord du participe passé et à revoir l'écriture des chiffres et des nombres. De quoi devenir un cador en orthographe !

  • Nous passons trois ans de notre vie aux toilettes, à raison de 2 min 33 en moyenne à chaque « séjour ». Et si vous en profitiez pour rafraîchir votre espagnol ? Ici, pas de leçons de grammaire barbantes mais des textes à trous, des rébus, des jeux et des références au cinéma, à la télévision et à la chanson ! Près de 100 tests rigolos, avec leur corrigé, pour réviser : La conjugaison (et jongler avec les temps) Le vocabulaire (pour avoir du répondant) Les expressions indispensables (celles qui vous sortent de n'importe quelle situation) La géographie et l'histoire (pour briller en société) Aux toilettes, la collection d'apprentissage des langues de référence, + de 150 000 exemplaires vendus.

  • Un petit guide pour conjuguer avec aisance ! Voici un petit guide pour les Nuls à mettre entre toutes les mains : notre langue est faite, hélas trois fois hélas, d'exceptions : découvrez tous les verbes modèles pour vous sortir de toutes les conjugaisons délicates !

  • Le Secret

    Wilkie Collins

    En cette nuit d'août 1829, sur la côte déchiquetée des Cornouailles, la résidence d'été des Treverton n'est plus que silence et ténèbres. Le manoir tout entier est suspendu aux battements du coeur de la maîtresse de maison, qui rend bientôt son dernier souffle, laissant derrière elle un époux désespéré, une fillette en pleurs - Rosamond - et beaucoup de questions sans réponses.
    Que contient, par exemple, cette mystérieuse lettre confiée par Mrs Treverton à sa femme de chambre Sarah, à charge pour elle de la remettre à son mari après sa mort ? Et quel terrible secret Sarah préfère-t-elle dissimuler dans la demeure familiale avant de s'éclipser, s'opposant ainsi aux dernières volontés de la défunte ? Avant de fuir le manoir, Sarah laisse toutefois une lettre pour Mr Treverton, dans laquelle elle admet l'existence d'un secret... sans en dévoiler la teneur. Secret suffisamment effroyable pour que, des années plus tard, la domestique brise le silence afin d'empêcher Rosamond Treverton de retourner sur les lieux de son enfance en quête de vérité, au risque d'y perdre son âme...

  • Ce livre n'est pas un essai réservé à un cercle restreint d'intellectuels. Nous l'avons écrit pour vous, parents, grands-parents, enseignants, citoyens curieux du XXI e siècle qui aimez que l'on parle avec précision et que l'on pense avec intégrité. Nous

  • " Dictionnaire est inspiré par l'amour des langues, qui est peut-être un des aspects de l'amour des gens".0300 « Comme tout dictionnaire, celui-ci ne requiert pas de lecture d´un bout à l´autre : il est inspiré par l'amour des langues, qui est peut-être un des aspects de l'amour des gens. »0300 « Comme tout dictionnaire, celui-ci ne requiert pas de lecture d´un bout à l´autre : il est inspiré par l'amour des langues, qui est peut-être un des aspects de l'amour des gens. »

  • Quand on aime, on donne sans compter..., et quand on sait que plus des deux tiers du vocabulaire anglais vient du français ou du latin, que le mushroom anglais est en fait le mousseron français assaisonné à la mode anglaise et que le bol français est à l'origine le bowl anglais prononcé à la française, on comprend alors qu'entre ces deux langues, c'est une véritable histoire d'amour qui a commencé il y a plusieurs siècles... et qui dure.
    Bien sûr, les peuples ont connu tour à tour une guerre de Cent Ans ou une Entente cordiale, mais les langues, de leur côté, ont constamment mêlé leurs mots pour donner parfois naissance à des "faux amis", voire bien souvent aussi à de nombreux "bons amis" : il y en a plus de trois mille dont la forme graphique est parfaitement identique dans les deux langues parmi lesquels anecdote, caricature, garage, horizon, jaguar, moustache, silicone, structure, unique...
    C'est l'histoire peu commune de deux langues voisines et néanmoins amies qu'Henriette Walter conte ici en parallèle, au fil de multiples traversées de la Manche dans les deux sens, interrompues par un grand voyage à la conquête du Nouveau Monde. En revivant cette aventure sentimentale au pays des mots, ponctuée d'une foule d'exemples, de jeux insolites et de piquantes anecdotes, on découvre que l'érudition n'est pas forcément ennuyeuse, et que l'on peut apprendre tout en s'amusant.
    Et honni soit qui mal y pense.

  • En quelques années, l´idée philosophique et politique d´autonomie s´est imposée dans le monde du travail et de la formation. De mode de rapport au monde ou de gouvernement de la cité, elle est devenue simple item dans les référentiels de compétences professionnelles, critère de gestion des ressources humaines et condition d´accès à l´emploi. Cet ouvrage présente l´analyse d´une expérience d´autoformation à l´université qui a placé l´autonomie au centre de son projet sans la réduire à une prescription normative ni à un outil de management. Exceptionnel par son ampleur et sa durée, le dispositif des Centres de ressources en langues mis en place à Strasbourg, est le seul jusqu´ici à avoir proposé aux étudiants, pendant quinze ans et à grande échelle, d´apprendre des langues par une démarche individualisée d´autonomisation. Huit chercheurs ont analysé la genèse du dispositif, sa structure, son fonctionnement, ses usages par les acteurs et son évolution dans le temps. Les résultats dépassent largement le propos initial. Ils ne décrivent pas seulement les voies, exigences et conditions de réussite d´une formation à l´étude autonome. Ils montrent le rôle déterminant des dimensions personnelles (cognitives, socio-affectives, motivationnelles) dans les réponses individuelles et collectives aux sollicitations des technologies et des dispositifs. Ce travail révèle les enjeux et dilemmes qu´implique la mise en oeuvre du principe d´autonomie dans des institutions organisées selon d´autres valeurs. Il apporte aussi une explication au malaise et aux tensions sociales suscitées par la prescription d´autonomie quand, prenant la forme pathogène d´injonctions paradoxales, elle interdit aux individus toute possibilité de l´exercer.

  • David est un accro de la mythologie grecque depuis qu'il est adolescent, qu'il en a commencé la lecture et découvert ce monde étrange et fantastique. A présent qu'il est professeur d'histoire, il décide de raconter cet univers à ses lycéens. Mais voilà, rien ne se passe tout à fait comme il l'avait prévu.

  • Résumé
    Le chant explose, navigue les territoires et les corps. Le poème hurle l'amour, casse les digues, roule d'écho en écho. «Je n'ai pas grand conseil à donner. J'aime aimer, de toutes mes forces. »

    Extrait
    Ô ma belle ma rapaillée
    Ma forte au bois givré
    Ma cascadeuse ma rieuse
    Je pense à toi dans ma cabane Je pense à toi dans ma nuit
    Je t'écris des mots d'amoune Parce que t'écrire c'est t'embrasser Et quand je te reverrai
    Le plus doux des soirs
    J'aurai des iris dans la voix
    Et un pieu dans le coeur

    Extrait du prologue
    Hymne à l'amoune s'est écrit en l'espace de sept ou huit années, petit à petit, au fil de plusieurs soirées de performance poétique ou de slam. J'ai songé composer ces textes spécialement pour déplacer de l'air, lorsque je voulais que la matière poétique swingue plus. Ce sont mes états d'âme concernant la femme, et plusieurs femmes de ma vie : des amies, des amoureuses qui m'ont donné la principale impulsion à ces écrivages.

    Écho de presse
    « Parfois charmeur, romantique et même ironique, Jean Désy nous livre un recueil de poésie rempli d'originalité où sa relation avec les femmes est mise à l'honneur. Grand voyageur dans l'âme, il nous transporte à travers plusieurs paysages québécois qu'il décrit avec beaucoup de tendresse. »
    Émilie Bolduc, Les Libraires

    L'auteur
    Poète, nomade, voyageur et vagabond, Jean Désy vit autour de Québec, il reste toujours en partance pour les îles, les toundras et les taïgas.

    « J'écris pour rester au diapason d'un monde avec lequel je me sens fréquemment en harmonie. »

  • En choisissant de consacrer sa thèse à l'apport de la littérature francophone dans la formation des élèves issus d'autres espaces linguistiques et culturels, Luc Collès a opéré un double et spectaculaire passage des frontières : le professeur de langue maternelle devenait professeur de FLE, et l'amateur d'analyses structurales n'avait plus d'yeux désormais que pour la manière dont les différences culturelles modelaient non seulement le langage et la littérature, mais aussi toutes nos relations et toutes les dimensions de l'action humaine. Les cinq parties qui composent cet ouvrage résument bien la diversité du parcours foisonnant de ce jeteur de ponts en mettant en évidence les thèmes majeurs qui l'ont mobilisé au long de sa carrière et à propos desquels il a fait oeuvre de fondateur : l'enseignement de la littérature, la didactique du FLE et de l'interculturel, la promotion de la francophonie, la littérature migrante et l'interrogation sur les enjeux de la transmission du fait religieux dans le contexte des sociétés multiculturelles.

  • De 1850 à 1914, les médecins constituent l'écriture des déviants en un objet de vérité.
    En lisant les écritures ordinaires, ils découvrent des objets inquiétants : des écrits qui échappent à leurs grilles de lecture, des signes graphiques qui semblent témoigner du caractère anormal de leur scripteur et enfin des gestes graphiques qui révèlent des pathologies jusqu'alors inconnues. On entreprend de décrypter les écrits des déviants pour identifier leurs caractéristiques. On tente de repérer, dans la graphie, des signes indiquant le degré de normalité du scripteur.
    On observe le geste graphique afin d'isoler des pathologies propres au mécanisme de l'écriture. Les médecins font entrer l'écriture au laboratoire. On y photographie le produit graphique et on éprouve sa conformité par des substances chimiques. Enfin, devant l'engouement pour la graphologie, la médecine s'efforce de clarifier les grilles de lecture graphologique.
    Ce savoir induit plusieurs modifications dans la société du tournant du siècle : l'expertise est repensée, l'enseignement de l'écriture est renouvelé et sa pratique professionnelle modifiée. à partir d'événements comme le récit de la visite d'un patient à l'hôpital ou la description de l'invention d'une machine, cet essai, le premier livre de son auteur, initialement publié en 1998 aux Empêcheurs de penser en rond cherche, à montrer comment et pourquoi la médecine s'est saisie de l'écriture pour opérer un nouveau partage entre le bien et le mal, le vrai et le faux, le naturel et l'artificiel, le normal et le pathologique.

  • Le premier volume de l'Histoire grecque de Gustave Glotz couvre la période depuis les origines jusqu'aux guerres médiques.

  • Le quatrième et dernier volume de l'Histoire grecque initiée par Gustave Glotz. Il vient clore cette somme en traitant de l'empire d'Alexandre le Grand.

  • « " Pitchipoï " un nom étrange qui sonnait mal à nos oreilles, nous juifs provençaux bercés dès notre enfance par le patois méridional de Mémé Cohen dont le mari était aconier, un métier typiquement marseillais, avec sa barque de ravitaillement destiné au

  • Ce recueil d'hommage s'intitule Variations sur la question langagière et comporte six textes de René Jongen écrits et publiés entre 1980 et 1999 ainsi que deux textes inédits. Les deux premiers de ces articles s'inscrivent dans la perspective de la linguistique cognitive et traitent de la métaphore et de la métonymie. Les deux suivants s'inscrivent dans une perspective glossologique. Suivent ensuite deux articles consacrés à l'oeuvre peint de René Magritte, dont le second établit des parallélismes entre l'art de peindre de René Magritte et l'écriture de Francis Ponge, tandis que parmi les deux derniers, l'un aborde l'écriture littéraire de Raymond Roussel et l'autre s'attache à une lecture implicite de l'Innommable de Beckett.

  • Le colloque international sur la violence dans les mondes de l'Antiquité dite classique réuni des historiens soucieux d'explorer des domaines différents mais complémentaires. Leur préoccupation a été d'abord de comprendre quelle était la représentation de la violence dans les sociétés grecque et romaine grâce à une analyse des discours produits, qu'ils aient été textes ou images. À partir de ces prémisses, ils montrent quelles normes ont structuré le système social, ils élargissent et enrichissent la place accordée à la violence intra-familiale, tout en s'inscrivant résolument dans les actuelles interrogations sur le genre. En abordant le domaine de la justice, qu'elle ait été vengeance ou recherche d'autres formes d'équilibre, les auteurs analysent la mise en relation entre la violence et le politique. Ils n'ont pas négligé bien sûr la guerre, où la violence est à la fois externe aux groupes affrontés et interne au monde des soldats, par l'effet de la brutalisation inhérente à leur pratique. Enfin la violence, qui n'est pas non plus absente des relations diplomatiques, renvoie à un des problèmes initialement posés, celui de sa mise en scène et de son institutionnalisation.

empty