Sonatine

  • Côté ghetto

    Jill Leovy

    • Sonatine
    • 19 Octobre 2017


    Une histoire vraie du meurtre en Amérique.

    Dans la lignée de l'oeuvre de David Simon ( The Wire), une oeuvre magistrale de journalisme littéraire, élu meilleur document de l'année par le New York Times et le Washington Post.
    South Central, Los Angeles. Le Ghetto. À la fois un lieu et un destin. Un quartier où les jeunes, noirs pour la plupart, sont souvent plus en sécurité en prison que dans les rues, où les plus violents sont les héros, et les victimes laissées pour compte.
    Sauf peut-être par quelques hommes, qui considèrent encore ces victimes comme des fils, des frères, des êtres humains à part entière. Ces hommes, ce sont les policiers du district qui, dans le marasme ambiant, s'accrochent comme ils le peuvent pour donner un sens à leur métier, luttant tout autant contre le meurtre que contre une administration déconnectée de la réalité.
    Ainsi lorsqu'un jeune du quartier, Bryant Tennelle, est abattu sur un trottoir, non loin de son domicile, l'inspecteur John Skaggs, en dépit des moyens dérisoires dont il dispose et de la résignation ambiante, va tout faire pour éviter que ce jeune garçon ne soit qu'un nom de plus inscrit sur la liste annuelle des milliers d'assassinats non résolus de jeunes Afro-Américains.
    À partir de ce simple fait divers et de milliers d'heures de témoignage, Jill Leovy nous livre un document criant d'humanité. Pourquoi un jeune Noir a-t-il quinze fois plus de chance de se faire tuer qu'un Blanc aux États-Unis ? C'est toute la " peste américaine " qu'elle dissèque avec ce portrait intime et bouleversant, fait de morts absurdes et impunies, de proches dévastés et d'enquêteurs acharnés mais démunis.
    Une analyse forte et humaine, un livre coup de poing, aussi dévastateur que le plus réaliste des romans.

  • Vous aimez les histoires dont les héros sont des criminels ?
    Sonatine et Perrin pour la première fois en coédition !
    Dans ce livre, vous allez rencontrer des tueurs. Comme s'il en pleuvait. Ce qu'ils ont commis fait froid dans le dos. Aussi peut-on s'estimer heureux que pareils individus n'aient jamais croisé nos routes. Et pourtant, ce ne sont pas que des monstres. Certains d'entre eux ne feraient pas de mal à une mouche, même s'ils n'ont rien contre l'idée de truffer de plomb les puissants de ce monde. D'autres ont des parents, un(e) conjoint(e) ou des enfants qu'ils adorent. Cela ne les empêche nullement d'être sans pitié envers leurs victimes. Tous n'en demeurent pas moins des êtres humains, capables de réactions parfois touchantes.
    Chacun de leurs méfaits s'inscrit dans une tranche d'histoire. Ainsi, Petiot et la Seconde Guerre mondiale ; Célestin Rinchard et l'Épuration en Belgique ; Bai Vien et la guerre d'Indochine ; Grigori Maïranoski et le KGB ; Luciano Liggio et l'Italie des années 1950 ; Marc Lépine et les masculinistes canadiens ; Joaquín Guzman et le Mexique du xxie siècle, etc.

empty