Entreprise, économie & droit


  • Pots- de-vin, fausses factures, caisses noires, ripoux, délits d'initié... Retour sur les plus grands scandales politico-financiers de la Ve République.

    Au point de contact entre les milieux politiques et les milieux d'affaires, il existe un territoire dangereux, rempli de pièges et de tentations, qui attire les canailles et engloutit les faibles. Les scandales y fleurissent, comme autant de thrillers, avec leurs intrigues complexes, leurs rebondissements, leurs chutes spectaculaires. Les victimes silencieuses sont le plus souvent de petites gens, contribuables ou épargnants ; c'est pourquoi il est important de ne pas laisser l'oubli effacer les traces de l'argent sale.
    Depuis la "Garantie foncière" en 1961 jusqu'aux affaires Dassault en 2012, les journalistes de L'Express ont toujours été à la pointe de l'investigation politico-financière. Voici leurs meilleures enquêtes, réunies et présentées par deux d'entre eux, Julie de La Brosse et Benjamin Masse-Stamberger.
    1961 Le Comptoir national du logement - 1971. La pyramide de la Garantie foncière - 1972. L'affaire du parc du Béarn - 1975. Le scandale des avions renifleurs - 1976. Affaire de Vathaire - 1982. L'affaire Sormae - 1988. Le scandale Pechiney-Triangle - 1989. Les dérives du " 1 % logement " - 1992. L'affaire Tapie - 1992. L'affaire des frégates de Taïwan - 1993. Le scandale du Crédit Lyonnais BMS - 1993. Les fausses factures de Maillard et Duclos - 1994. L'affaire ELF- 1998. L'affaire Rhodia - 1996. Le scandale GIFCO - 1997. L'affaire des marchés publics d'Ile de France - 2002. L'affaire Messier - 2004. Le scandale Pétrole contre nourriture - 2005. L'affaire EADS - 2007. Les caisses noires de l'UIMM - 2008. Affaire Kerviel - 2010. L'affaire Bettencourt - 2011. Faux espionnage chez Renault - 2012. Les affaires Dassault


  • Une descente aux enfers. Sans faire l'économie, sincère, de ce qu'était la BAC Nord, avec ses " gros coups " et ses faiblesses, Bruno Carrasco livre un témoignage en forme de coup de poing sur cette vie consacrée, jour et nuit, à la traque des délinquants. Il sera l'un des sacrifiés de " l'affaire de la BAC Nord ", révoqué après trente ans de police.

    Matricule 428270. Grade : brigadier-chef. A 54 ans, l'ancien policier Bruno Carrasco a derrière lui trente ans de police, dont neuf à la très décriée BAC Nord de Marseille. Quand la brigade anti-criminalité des quartiers Nord de Marseille vole en éclats en octobre 2012, il fait partie des mis en examen, et se retrouve en détention provisoire trois mois au quartier d'isolement, à quelques mètres des petits délinquants qu'il a interpellés lui-même. A sa libération, Bruno Carrasco accepte de se faire interner dans une clinique psychiatrique, " pour ne pas devenir fou ni sombrer définitivement ". Des mois après l'emballement médiatique autour des " ripoux " présumés de Marseille, l'affaire se dégonfle comme un soufflé. Les charges avancées à l'époque sont devenues bien fragiles contre ces policiers qui sont restés sur le carreau. Mais il faut en sacrifier certains et Bruno Carrasco sera l'un d'eux.

empty