Presses de la cité

  • Enquête sur les viols perpétrés dans une université américaine Célèbre pour son campus universitaire et surtout pour son équipe de football - les Grizzlis -, l'université de Missoula est secouée par plusieurs affaires de viols commis entre 2010 et 2012 par des étudiants. À partir de ce scandale retentissant, Jon Krakauer brosse le tableau d'une Amérique où le viol est le crime le plus fréquent - même si près de 80% des victimes ne portent jamais plainte. Comment expliquer ce phénomène ? Peut-on dresser un portrait type du violeur ? Quelles sont les répercussions d'un tel traumatisme pour la victime ? Comment la société et la justice réagissent-elles ? C'est à toutes ces questions que Jon Krakauer entend répondre.

  • Piper Kerman est une jeune femme comme tant d'autres : elle a un emploi, un compagnon, une famille aimante. Elle est très loin de la jeune casse-cou qui avait livré une valise d'argent pour un trafiquant de drogues dix ans plus tôt. Mais le passé l'a rattrapée. Condamnée à quinze mois d'incarcération dans une prison pour femmes du Connecticut, la jeune cadre dynamique de bonne famille devient le matricule 11187-424. Le choc est brutal.
    De sa première fouille corporelle à sa libération, Piper Kerman apprend à naviguer dans cet étrange univers aux codes absurdes et aux lois arbitraires. Elle rencontre des femmes issues de tous les milieux, qui la surprennent par leur générosité, leur humour et leur ouverture d'esprit.
    Déchirant, drôle et parfois rageant, le récit de Piper Kerman nous offre un témoignage rare et précieux sur le quotidien des détenues américaines. Car c'est en grande partie pour elles que Piper a écrit ce livre : pour témoigner au nom de toutes celles qui n'ont pas la possibilité de s'exprimer.

  • "Dans le comté d'Utah, presque tout le monde a entendu parler des fils Lafferty en raison des meurtres atroces."
    Utah. Une petite ville plantée dans le sillage de Salt Lake City, le fief de l'Église mormone. Le 24 juillet 1984, Allen Lafferty, mormon pratiquant, rentre chez lui après sa journée de travail, dans la maison qu'il habite avec sa jeune épouse et leur bébé de quinze mois. Quand il pousse la porte, l'horreur l'attend : Brenda et sa petite fille ont été sauvagement égorgées. En un instant, Allen est convaincu qu'il connaît les coupables. Et pour cause, ce sont ses frères.
    À la barre des mois plus tard, Ron et Dan Lafferty ne nieront pas les faits. Pas plus qu'ils n'exprimeront le moindre remords. Les deux Lafferty sont des prophètes, Dieu parle à travers eux, il leur chuchote ses ordres. Pour eux, l'État n'existe pas. L'école ? Une machination. La médecine ? Un charlatanisme. Ron et Dan Lafferty ont quitté le giron des mormons pour embrasser une foi chrétienne radicale, dont l'un des piliers n'est autre que la polygamie. Et Brenda Lafferty avait commis l'erreur d'y être opposée...
    Revenant sur les grandes heures de la fondation de la religion mormone et l'épineux dossier des sectes transfuges qu'elle a fait naître dans ses rangs, le maître de la narrative non fiction interroge les ressorts du fanatisme religieux et exhume l'une des affaires criminelles les plus retentissantes de l'histoire américaine des dernières décennies.

  • Picasso, Chagall, Dali, Léger, Modigliani, Renoir... Pendant près de quarante ans, Guy Ribes, faussaire véritable, a imité les plus grands peintres, avec une maîtrise technique et un talent hors du commun. Personnage truculent, fumeur de pipe aux mains d'ours mal léché, " le peintre des voyous ", comme un juge l'a surnommé, naît dans un bordel à la fin des années 1940. Il grandit dans une famille où, dit-il, " on pratiquait plutôt le revolver que le pinceau ". Après un passage dans la marine puis dans la Légion, il commence à fabriquer des faux, par orgueil et par jeu. Il fait ses gammes, perfectionne ses techniques de vieillissement des toiles, oublie son propre style et apprend sur le bout des doigts à peindre comme les autres. Ribes ne fait pas de copies, il peint " à la manière de ". Autrement dit, il crée de nouvelles oeuvres de Chagall, Picasso, Dali... Au point de tromper les experts. Et d'attirer une bande de trafiquants d'art, qui exploite son talent et arnaque plusieurs collectionneurs. Jusqu'au jour où la police vient frapper à sa porte...

  • L'histoire vraie d'Audrey, 31 ans, une jeune fille de Basse-Normandie, devenue dealeuse, passée par la case prison, qui enseigne désormais aux enfants en primaire à devenir des hommes et des femmes, des êtres dignes. Une rédemption.
    Originaire de Caen, Audrey est une jeune fille qui réussit à l'école. Mais le cadre familial n'est pas brillant, entre un père maniaco-dépressif et une mère qui ne s'en sort pas. Pour ne pas sombrer avec le navire, Audrey décide de prendre sa vie en main et de quitter la maison. Mais à 16 ans, comment gagner sa vie ? Elle a deux choix : vendre son corps, pas son genre, ou dealer ; c'est la seconde option qu'elle choisit, sans états d'âme... Et sa clientèle, elle la recrute naturellement dans le lycée où elle étudie, qu'elle continue de fréquenter. Qui soupçonnerait cette bonne élève qui réussit à passer son bac de science éco ? La drogue, c'est juste un moyen de gagner sa vie. C'est l'escalade. Et ce qui devait arriver, arrive, et son réseau tombe : direction la prison. Versailles puis Fresnes, où elle découvre l'univers carcéral féminin. Sa brutalité, mais aussi, pour la première fois, la solidarité entre femmes. La prison la révolte, elle se heurte de front à l'administration pénitentiaire, mais la rencontre d'un vieux prof qui anime des débats lui permettra de se reconstruire - et de découvrir sa vocation d'enseignante.
    Aujourd'hui, après avoir réussi à faire purger son casier judiciaire - un véritable parcours du combattant - Audrey est institutrice dans une école primaire à Bondy où en plus de l'enseignement classique, elle initie les enfants à la boxe, sa passion. Toute une philosophie de la vie : la maîtrise de soi, apprendre à esquiver les coups, se sentir forte ; des principes fondateurs, qu'elle veut transmettre aux enfants pour survivre dans ce monde de brute.
    C'est la belle histoire d'une fleur poussée au milieu du béton, celle d'une rédemption...


  • Pots- de-vin, fausses factures, caisses noires, ripoux, délits d'initié... Retour sur les plus grands scandales politico-financiers de la Ve République.

    Au point de contact entre les milieux politiques et les milieux d'affaires, il existe un territoire dangereux, rempli de pièges et de tentations, qui attire les canailles et engloutit les faibles. Les scandales y fleurissent, comme autant de thrillers, avec leurs intrigues complexes, leurs rebondissements, leurs chutes spectaculaires. Les victimes silencieuses sont le plus souvent de petites gens, contribuables ou épargnants ; c'est pourquoi il est important de ne pas laisser l'oubli effacer les traces de l'argent sale.
    Depuis la "Garantie foncière" en 1961 jusqu'aux affaires Dassault en 2012, les journalistes de L'Express ont toujours été à la pointe de l'investigation politico-financière. Voici leurs meilleures enquêtes, réunies et présentées par deux d'entre eux, Julie de La Brosse et Benjamin Masse-Stamberger.
    1961 Le Comptoir national du logement - 1971. La pyramide de la Garantie foncière - 1972. L'affaire du parc du Béarn - 1975. Le scandale des avions renifleurs - 1976. Affaire de Vathaire - 1982. L'affaire Sormae - 1988. Le scandale Pechiney-Triangle - 1989. Les dérives du " 1 % logement " - 1992. L'affaire Tapie - 1992. L'affaire des frégates de Taïwan - 1993. Le scandale du Crédit Lyonnais BMS - 1993. Les fausses factures de Maillard et Duclos - 1994. L'affaire ELF- 1998. L'affaire Rhodia - 1996. Le scandale GIFCO - 1997. L'affaire des marchés publics d'Ile de France - 2002. L'affaire Messier - 2004. Le scandale Pétrole contre nourriture - 2005. L'affaire EADS - 2007. Les caisses noires de l'UIMM - 2008. Affaire Kerviel - 2010. L'affaire Bettencourt - 2011. Faux espionnage chez Renault - 2012. Les affaires Dassault


  • Le témoignage bouleversant d'une jeune femme qui fut abusée par son beau-père durant des années.

    En 2011, forte de sa licence en droit, Tina Renton parvient à faire mettre derrière les barreaux l'homme qui a abusé d'elle pendant des années : David Moore, son beau-père. De ses six ans jusqu'à son quinzième anniversaire, Tina a subi les pires sévices sexuels. Mais personne, ni sa mère ni l'enseignante qu'elle avait alertée, n'a pris des mesures pour la protéger.
    Seule, en colère, sans endroit où se réfugier, Tina a traversé cette épreuve, convaincue qu'un jour elle obtiendrait justice.

  • Début 2011, Florent Gonçalves, directeur modèle de la prison de Versailles, était arrêté pour avoir entretenu une liaison avec l'une de ses détenues, et pas n'importe laquelle, puisqu'il s'agissait de la jeune femme qui avait servi d'« appât » dans l'affaire du gang des barbares.
    Les médias se déchaînèrent, les colonnes des journaux s'emplirent d'accusations et d'insinuations : l'homme bénéficiait d'un « système », la fille l'avait « manipulé ». Or tout était faux : chassé de l'administration pénitentiaire, lâché par sa famille, poursuivi en justice, Florent Gonçalves, avait tout perdu, y compris son honneur, pour la plus inexcusable et la plus belle des fautes : l'amour d'une femme.
    Aujourd'hui, Florent Gonçalvès a décidé de rétablir la réalité des faits en livrant dans ce témoignage, qui paraîtra au moment où s'ouvrira son procès, sa part de vérité.

  • Londres, milieu des années 1960. Depuis son plus jeune âge, Constance Briscoe est persécutée par sa mère. Son enfance n´est qu´une interminable succession de coups et d´humiliations. Les instruments de torture se multiplient : boucle de ceinture, planche en bois, couteau... Quant au harcèlement moral, il ne connaît aucune limite, les brimades s´enchaînent, que ce soit en privé ou en public.Lorsque Constance a treize ans, sa mère abandonne le foyer, la laissant sans ressource et exigeant d´elle un loyer. L´adolescente, qui travaille déjà le samedi, doit alors effectuer des ménages le matin avant d´aller au collège. Epuisée, elle n´en continue pas moins àétudier avec acharnement. Car elle a un rêve : devenir avocate, un idéal difficile à atteindre à cette époque pour une jeune Noire issue d´un milieu défavorisé. Mais grâce à son incroyable résilience, et avec l´aide de quelques personnes bienveillantes, Constance parviendra à réaliser son rêve.


  • Une descente aux enfers. Sans faire l'économie, sincère, de ce qu'était la BAC Nord, avec ses " gros coups " et ses faiblesses, Bruno Carrasco livre un témoignage en forme de coup de poing sur cette vie consacrée, jour et nuit, à la traque des délinquants. Il sera l'un des sacrifiés de " l'affaire de la BAC Nord ", révoqué après trente ans de police.

    Matricule 428270. Grade : brigadier-chef. A 54 ans, l'ancien policier Bruno Carrasco a derrière lui trente ans de police, dont neuf à la très décriée BAC Nord de Marseille. Quand la brigade anti-criminalité des quartiers Nord de Marseille vole en éclats en octobre 2012, il fait partie des mis en examen, et se retrouve en détention provisoire trois mois au quartier d'isolement, à quelques mètres des petits délinquants qu'il a interpellés lui-même. A sa libération, Bruno Carrasco accepte de se faire interner dans une clinique psychiatrique, " pour ne pas devenir fou ni sombrer définitivement ". Des mois après l'emballement médiatique autour des " ripoux " présumés de Marseille, l'affaire se dégonfle comme un soufflé. Les charges avancées à l'époque sont devenues bien fragiles contre ces policiers qui sont restés sur le carreau. Mais il faut en sacrifier certains et Bruno Carrasco sera l'un d'eux.

  • Victime d'un viol collectif, une adolescente calabraise se bat contre l'omerta.



    A 13 ans, Anna Maria, qui vit dans un village reculé du sud de l'Italie, n'est encore qu'une enfant. Pour la première fois, elle est amoureuse. Malheureusement, son petit ami n'a rien d'un prince charmant. Lorsqu'il lui propose une promenade en rase campagne, l'adolescente ne se doute pas qu'il s'apprête à la livrer à trois hommes du village.
    Traumatisée, Anna Maria se confie à un prêtre. Celui-ci, préférant éviter le scandale mettant en cause des bons pères de famille du village, choisit de se taire. Et c'est ainsi que, pendant trois ans, la jeune fille subit des violences sexuelles. Jusqu'à ce que l'un de ses tortionnaires menace de s'en prendre à sa soeur cadette et qu'Anna Maria trouve le courage de briser la loi du silence.

empty