Le passeur


  • Des révélations sur " l'affaire Aristophil ", démontrent qu'il s'agit du plus gros scandale judiciaire dans le monde de la culture.

    Le 9 novembre 2017, le procureur de Paris donne son accord pour que la juge d'instruction Charlotte Bilger propose une procédure dite de " plaider coupable " (pas de trait d'union) à Gérard Lhéritier, notamment mis en examen pour " escroqueries en bande organisée ", et aux huit autres suspects poursuivis dans " l'affaire Aristophil ", afin de clore un dossier qui n'a pas abouti à l'issue escomptée. À ce jour, la justice n'a pas rapporté la preuve que Gérard Lhéritier a échafaudé, via sa société, une " pyramide de Ponzi " visant à escroquer ses clients. Pourtant, depuis près de cinq ans, il est la cible d'articles vindicatifs qui ont ruiné sa réputation, il est affublé du surnom de " Madoff français ", ses biens sont saisis, ses comptes bancaires et ceux de sa fille, gelés.
    À ce désastre personnel s'ajoutent le licenciement de ses 61 salariés et la spoliation des 18 750 clients qui ont vu leurs actifs (lettres et manuscrits) placés sous scellés et aujourd'hui dilapidés à vil prix dans des ventes aux enchères. Le scandale que constitue l'éparpillement des 130 000 pièces de la collection est sans précédent dans l'histoire du patrimoine culturel.
    La journaliste Isabelle Horlans, qui a étudié le dossier, démontre que Gérard Lhéritier n'a jamais escroqué les acheteurs qui lui ont accordé leur confiance. Depuis 2004, il a multiplié l'acquisition de documents autographes précieux, faisant d'Aristophil un partenaire culturel puissant qui a éveillé la jalousie des uns, l'intérêt des autres. Pendant vingt ans, l'Etat l'a laissé exercer son activité, saluant ses expositions, partenariats et conférences. Présidents de la République, ministres, académiciens, écrivains, personnalités du monde des arts, comédiens, journalistes ont tant cru en lui qu'ils l'ont accompagné durant deux décennies. Plus de 700 articles ont fait l'éloge de ses initiatives.
    La liquidation d'Aristophil donne désormais lieu à un vaste pillage de sa collection, notamment par les Archives de France.

  • Des tréfonds de la honte, celle qui consume l'âme et réduit au silence, Laurence Noëlle a toujours cru que demain était encore à écrire et que rien n'était perdu. Elle a connu le pire : maltraitance, inceste, prostitution, drogue et alcool pour tenir, le gouffre de la dépression et la mort toute proche, toujours cernée par le dégoût de soi.
    Pourtant, Laurence a puisé dans ces expériences douloureuses une force qui l'a poussée à continuer de vivre et à trouver les clefs pour avancer, coûte que coûte. Sur ce chemin de résilience, l'amour gratuit et l'accompagnement de psychothérapeutes ont été de puissants leviers pour se relever.
    Cependant, il lui fallait briser le silence qui la muselait depuis tant d'années. Laurence Noëlle a crié sa honte, bousculant les préjugés, pour transmettre ce message à ceux qui souffrent aussi de la honte, de toute honte : « Ne désespérez jamais. Les blessures cicatrisent un jour. Il est possible d'en sortir, de trouver un sens à sa vie pour vivre pleinement. » Au-delà du témoignage, elle livre ici les clés de sa renaissance.

empty