• La nouvelle aventure de Jack Howard. Le voici sur les traces du Graal, mais il n'est pas le seul intéressé...
    258. Rome. Menacé de mort par l'empereur Valérien, le pape Sixte II confie une mission de la plus haute importance à l'un de ses fidèles : protéger la coupe utilisée par le Christ pendant la Cène. Poursuivi par les hommes de main de Valérien, le fidèle s'enfonce dans les catacombes avec le Saint Calice...
    1684. Tanger. Samuel Pepys, chargé d'organiser le départ des Anglais de la colonie, rencontre dans le plus grand secret un émissaire du sultan. Serait-il sur le point de retrouver la plus vénérée de toutes les reliques, disparue depuis plus d'un millénaire ? Mais il n'est pas le seul intéressé : l'Inquisition est prête à tout pour s'en emparer.
    De nos jours. Lors de la fouille d'une épave sur la côte de Cornouailles, l'archéologue Jack Howard fait une découverte qui pourrait le mener à un objet d'une valeur inestimable. Mais le spectre de l'Inquisition rôde toujours, et c'est une véritable plongée aux enfers qui attend Jack. Le bien le plus précieux du monde chrétien ne se laisse pas approcher aussi facilement...
    " Fascinant. Un Da Vinci Code sous les mers. "
    The Daily Express

    " Les scènes de plongée sont superbes. Jack Howard est un héros unique. "
    For Winter Nights

  • L'âme, le corps, la mort, le jugement, le purgatoire, l'enfer, la béatitude : que nous disent les textes sur le déroulement, la géographie et les tourments ou les joies de la vie après la vie ? Un guide pratique de l'au-delà.
    Où est-il désormais, ce proche qui vient de mourir ? Qu'y a-t-il au-delà de cette limite qui nous paraît infranchissable mais par laquelle nous finirons bien, nous aussi, par passer ? Quels liens nous unissent à nos défunts ?
    Loin de tout sensationnalisme et de tout échafaudage doctrinal abstrait, ce livre constitue une invitation à redécouvrir les Évangiles. Car c'est bien à la lumière de la révélation que s'éclaire le mystère de la vie, donc de la mort et de la vie après la mort. À travers neuf méditations de textes du Nouveau Testament, Bertrand Lesoing livre ici un magnifique guide d'espérance.

  • Toute l'Histoire du Peuple de Dieu, en 548 vignettes illustrées pour les enfants.Collection historique fondée en 1947, « Belles histoires belles vies » présente aux enfants les plus beaux exemples de sainteté du christianisme !À partir de 7 ans.

  • Le constat semble entendu: chez Pascal, Jésus-Christ est au centre de tout. Il convenait pourtant d'affiner cette affirmation qui restait encore pour une large part à étayer. S'appuyant sur les récents travaux de Philippe Sellier et Jean Mesnard, le frère dominicain Jean-Christophe de Nadaï offre ici en neuf études une exploration inédite de nombre d'écrits de Pascal. Leur commentaire dégage les quatre grandes époques d'une réflexion pascalienne puisant constamment à la contemplation de la mission du Sauveur. Si le cheminement de Pascal, redevable à Bérulle, suit un long temps les voies attendues de l'augustino-jansénisme en considérant prioritairement le Rédempteur selon sa nature divine, l'auteur montre que la pensée pascalienne ménage finalement une place éminente à l'humanité du Christ envisagée pour elle-même, et donc à la figure de Jésus.

    Tout lecteur intéressé par l'oeuvre de Pascal, dont la philosophie et l'intelligence de l'Univers sont commandées par son modèle de l'Incarnation, est invité à emprunter le parcours qui mène à cette découverte. Pour ce faire, il sera muni de précieux instruments de lecture: présentation de chacun des chapitres, table chronologique des écrits de Pascal, bibliographie, index des matières et des auteurs, table des matières détaillée.

  • Jésus apocryphe, comment ces deux termes pourraient-ils tenir ensemble ? Dans cette collection où sont publiés une centaine de titres, il fallait qu'il y en ait un quatre-vingt-dix-neuvième, celui des quatre-vingt-dix-neuf brebis délaissées pour permettre de retrouver la brebis perdue. Les figures antiques de Jésus dans la littérature apocryphe sont parfois perdues, oubliées, contestées, honnies, en tout cas peu connues. Par ce titre, Jésus apocryphe, l'auteur entend traiter des représentations de Jésus dans les premiers textes apocryphes de l'Antiquité chrétienne. C'est ainsi que sont présentées les différentes formes principales du gnosticisme, qu'un écho est donné aux apocryphes non gnostiques et que place est même faite au manichéisme.
    Dans le souci de permettre la lecture de textes anciens et de textes originaux, maintenant accessibles en traduction, J.-D. Dubois restitue ici l'importance des débats et de la variété des positions sur l'arrière-fond desquels s'est peu à peu précisée la doctrine reçue dans la Grande Église concernant aussi bien la figure de Jésus le Christ, que les manières chrétiennes anciennes de présenter sa divinité ou son humanité.

  • Profondément enracinée dans l'Écriture et la Tradition de l'Église, la vision du Christ de Teilhard de Chardin s'est articulée dès l'origine avec une appréhension scientifique du monde pour nourrir une conviction spirituelle et théologique profonde: le Christ est au centre de la Révélation, de l'univers en devenir, et de la vie de l'Église. Mais si Teilhard de Chardin n'a jamais prétendu s'autoriser une christologie systématique, une incontestable dimension christologique de sa pensée et de son oeuvre restait à repérer, à organiser, à expliciter et à évaluer.
    C'est là tout l'objet et l'intérêt de cet ouvrage organisé en trois grandes parties: la première examine les structures spirituelles et intellectuelles qui ont permis le déploiement de la pensée de Teilhard de Chardin, la deuxième présente le contenu thématisé de sa vision christologique, et la troisième envisage les conséquences éthiques et pastorales de cette vision pour une existence croyante dont la mission est de "transmettre le Christ aujourd'hui de manière audible et compréhensible".

  • Cet imposant volume écrit par deux théologiens, l'un catholique, l'autre protestante, propose de dégager un panorama dynamique de la christologie du XXe siècle à travers la présentation de vingt théologiens majeurs associés en dix "tandems" protestant-catholique regroupés selon une logique qui est globalement chronologique: A. Schweitzer / R. Guardini ; K. Barth / H. Urs von Balthasar ; R. Bultmann / K. Rahner ; G. Ebeling / L. Boyer ; W. Pannenberg / W. Kasper ; D. Sölle / E. Schillebeeckx ; E. Jüngel / A. Gesché ; J. Moltmann / J. Ratzinger ; J.H. Cone / L. Boff ; G. Theissen / J. Moingt. Sans tendre vers une théologie oecuménique, ces dix mises en regard dégagent quelques convergences fortes:
    - La valorisation de l'humanité de Jésus est indissociable d'une réflexion sur l'histoire. La christologie a bien trait à Jésus de Nazareth.
    - La reconnaissance de ce Jésus comme Christ s'origine dans une expérience de foi personnelle qui engage à penser non seulement la tradition de sens dans laquelle elle est vécue, mais encore le contexte du XXe siècle avec ses bouleversements.

    Pour chaque auteur, la proposition d'une biographie, d'une présentation de sa christologie, d'un texte original et de quelques orientations bibliographiques renforce cet ouvrage dans son caractère d'introduction particulièrement pertinente à la christologie de théologiens chrétiens parmi les plus significatifs.

  • Le catéchisme de référence de l'Église catholique Le catéchisme catholique de référence fait le point sur "toute la doctrine chrétienne, tant sur la foi que sur la morale".
    Il comprend :
    - la profession de foi : exposé du contenu du Credo - la célébration du mystère chrétien : les sacrements - la vie dans le Christ : la morale chrétienne - la prière chrétienne, avec un commentaire du Notre Père.

  • S'il appartient certes à la vocation de la collection Jésus et Jésus-Christ de présenter les aspects particuliers que la figure du Christ adopte chez tel auteur dans tel contexte culturel, il est tout aussi important qu'elle offre périodiquement au lecteur un ouvrage plus synthétique faisant le point sur l'état de la christologie dans sa figure d'ensemble. L'étude de Jean-Louis Souletie que voici est de cette seconde veine. Se proposant, selon une optique théologique qui lui est chère, de "désigner" théologiquement le présent, l'auteur nous conduit à mesurer l'immense chemin parcouru, depuis le classique traité De Verbo Incarnato tel qu'il était présenté dans la théologie académique préconciliaire, jusqu'au paysage étonnamment diversifié qui est aujourd'hui celui du discours théologique sur le Christ.
    À lire les pages où Jean-Louis Souletie présente avec talent l'extraordinaire diversité de la christologie contemporaine, on est enclin à conclure qu'une telle variété d'approches ne saurait résulter de la seule pluralité des auteurs et de leurs perspectives, comme on est trop vite porté à le croire! À la vérité, elle exprime et traduit bien plutôt quelque chose qui se situe à la fois en deçà et au-delà de cette pluralité, à savoir la richesse même du Christ. Si la christologie est riche, ce ne peut être qu'en conséquence de la "richesse insondable" du mystère du Christ comme tel: une richesse qui permet et même appelle de soi une grande variété d'approches, de points de départ, de perspectives.

  • Le témoignage

    Pape François

    Méditations inédites de la Bible par le pape François.
    Des homélies inédites et exclusives du cardinal Bergoglio - pape François, et des commentaires de l'Ecriture écrits entre 1999 et 2012.

  • La réflexion christologique paraît aujourd'hui marquer le pas, après les grands travaux de l'exégèse historico-critique et les synthèses spéculatives du XXe siècle.
    Une « première quête » tentait de retrouver le Jésus historique, en amont de l'élaboration doctrinale de l'Église. Une « deuxième quête » a dénoncé l'illusion « historiciste » de la première. La christologie au XXe siècle semble avoir trouvé un équilibre entre ces deux mouvements, car le Jésus de l'Histoire, fondement de la christologie ecclésiale, ne peut être rejoint qu'au sein d'une conscience ecclésiale qui représente déjà un effort de réflexion proprement dogmatique. Mais la question historique et ses implications dogmatiques demeurent. Une « troisième quête », surgie du souci de redonner à Jésus son appartenance juive, interroge et stimule désormais la christologie dogmatique. Deux autres facteurs interviennent : l'importance sans cesse accrue de l'exégèse dite « canonique », et la fascination continue exercée par la figure du Christ.
    À la suite d'un premier colloque sur le Jésus de l'Histoire à l'Université de Strasbourg, ce colloque de christologie systématique, au Theologicum de l'Institut Catholique de Paris, entend contribuer à mettre en lumière ces questions fondamentales et leur possible résolution. À cette fin, il centrera sa réflexion et ses débats prospectifs sur le coeur de la christologie systématique : Jésus Messie de Dieu, Homme universel, principe du salut et de la création.

  • Comment Jésus-Christ est-il à la fois Jésus, homme inscrit dans son temps, et Christ : Messie et Fils de Dieu ? Cette question s'est posée dès l'origine aux disciples et se pose bien au-delà aujourd'hui à toute personne, croyante ou non, qui s'interroge sur son existence. C'est à cette question précisément que s'est consacrée la collection "Jésus et Jésus-Christ", créée et suivie depuis plus de trente ans par le père Joseph Doré entre-temps devenu évêque de Strasbourg.

    Un à un il a choisi et convaincu les artisans des cent livres du projet. Jésus-Christ y est ainsi étudié à travers les différentes étapes de sa vie, de son enfance à sa résurrection, et dans sa postérité : celle des Pères de l'Église, des mystiques ou des théologiens, et à travers les différentes confessions chrétiennes. La Tradition et le magistère donc, mais pas seulement, car Mgr Doré a tenu à se faire attentif au regard des "autres" sur le Christ : celui des différents continents et des grandes traditions religieuses : le judaïsme, l'islam, l'hindouisme et le bouddhisme, mais aussi celui des philosophes et en particulier ceux du soupçon, Marx, Nietzsche, et Freud, ou celui des artistes, de la littérature au cinéma.

    C'est donc un travail christologique hors du commun qui est présenté dans ce dernier numéro de la collection en forme de conclusion : chaque ouvrage y est résumé et replacé dans une perspective plus globale, celle de son intérêt pour la christologie.

  • On connaît l'abondance et l'importance des études consacrées à la question du « Jésus de l'histoire » à la fin du XIXe et tout au long du XXe siècles, tout particulièrement dans les dernières décennies de celui-ci. Il est clair que le paysage et le chantier se sont assez considérablement modifiés en ce domaine par rapport à ce qu'ils étaient lors du lancement de la collection « Jésus et Jésus-Christ ». D'où l'intérêt d'une mise au point/bilan, au point où nous en sommes maintenant arrivés.
    Cet ouvrage édite les interventions du colloque de Strasbourg qui portent un regard pluriel sur Le Jésus de l'histoire.
    Posé sur le mystère de Jésus confessé comme Christ et Seigneur, ce regard pluriel marque le terme de la collection « Jésus et Jésus-Christ » comme il en avait marqué son commencement.

  • Ce titre tient une place marquante dans la collection "Jésus et Jésus-Christ" et méritait de ce fait cette nouvelle édition soigneusement revue. Articulant l'approche historique et systématique à la lumière des différences confessionnelles, entre catholiques Romains et la Réforme, mais aussi entre Calvin et Luther, ou entre la Réforme et l'anabaptisme, cette présentation de la christologie de Calvin met en évidence un sens accusé de la transcendance de Dieu, et aussi, du poids des réalités humaines, histoires, charnelles et séculières. Elle propose là une représentation stimulante du Christ médiateur éternel comme de son oeuvre de salut.
    Paru à l'occasion du cinq-centième anniversaire de la naissance de Calvin, cet ouvrage montre donc à quel point la christologie calvinienne aide à repenser le thème de la médiation: aussi bien la médiation entre Dieu et l'homme, manifestée par le Christ, que les médiations interhumaines, ecclésiales, culturelles ou sociales. Point central et toujours en débat au coeur de la foi chrétienne. Et point crucial au coeur des débats de la modernité avec elle-même.

  • Alors que les chrétiens fêtent le 2000e anniversaire de la naissance du Christ, le monde occidental connaît une dépression qui affecte la société et l'Eglise. Où trouver l'espérance et la joie? Le cardinal Martini propose de la trouver dans la lecture de l'épisode de la Transfiguration.

  • Lire l'Évangile "à partir des plus pauvres": telle est la voie à laquelle s'est attaché le Père Joseph Wresinski (1917-1988), le fondateur du mouvement "ATD Quart Monde", et c'est sur cette voie d'accès au mystère du Christ qu'il nous entraîne. Le Père Wresinski a compris et mis en oeuvre une "christologie des pauvres" dont on voudrait montrer dans cet ouvrage combien elle peut être d'une décapante "richesse".
    La Bonne Nouvelle de l'Évangile doit être annoncée aux pauvres et, dans un même temps, les pauvres sont les premiers à l'annoncer! Or, cette identification entre l'annonceur et le bénéficitaire du message évangélique s'accomplit dans la personne même du Christ: c'est bien parce que Jésus s'est fait "misérable", parce qu'il s'est identifié aux pauvres et "abaissé" jusqu'à eux, qu'il a pu bénéficier du salut qu'il leur annonçait.
    La présence d'un tel volume dans la collection "Jésus et Jésus-Christ" pourra surprendre, Joseph Wresinski n'ayant jamais eu la prétention de faire oeuvre de théologie. Ce choix éditorial entend précisément démontrer que l'expérience humaine aux côtés des plus pauvres peut devenir la source authentique d'une pensée proprement christologique.

  • Quelle espérance anime le peuple de la Première Alliance? Jacques Briend propose un parcours d'Ancien Testament ramassé et accessible qui porte à la fois sur le sujet de l'espérance, individuel aussi bien que collectif, et sur son objet.
    Le premier volet de cette étude s'ouvre sur l'espérance des psalmistes qui, de même que celle de Job, a pour objet Dieu lui-même. Espérer, c'est espérer Dieu. Cette espérance théologale se heurte au mystère inéluctable de la mort, mais débouche au IIe siècle av. J.-C. sur l'espérance de la résurrection.
    Le second volet de ce travail est consacré aux aspirations du peuple d'Israël: désir d'un avenir pour le peuple; aspiration à la paix et à l'unité; attente d'une alliance nouvelle, voire perpétuelle ou éternelle.
    Dieu est au coeur de l'espérance aussi bien collective qu'individuelle. Pour le chrétien, la réalisation de l'espérance passe par Jésus reconnu comme Christ.

  • Jésus n'appartient à personne ! Une longue méditation de Stan Rougier sur le Christ, accompagnée de 40 réponses de contributeurs - sollicités avec l'aide précieuse de Corinne Prévost - à la question de Jésus "Pour vous, qui suis-je ?" Parmi ces contributeurs : Tim Guénard, André Comte-Sponville, Michel Kubler, Xavier Emmanuelli, Jean Delumeau, Guy Gilbert etc.

  • Le thème de la Miséricorde irrigue de manière transversale tout l'enseignement des Pères de l'Église. Cet ouvrage propose une anthologie présentée de passages des grands auteurs chrétiens des premiers siècles de notre histoire, pour montrer combien le thème de la Miséricorde leur est cher. Ce guide utile pour animer la catéchèse ou la lectio divina, pourra guider la réflexion et la prière des fidèles durant l'Année jubilaire.

  • Croire ou savoir ?

    Gerard Santarini

    Un monde meilleur ? Tout le monde en rêve, plus ou moins... Mais il semble que le chemin soit encore long et pénible ! Ne serait-ce pas, entre autres, parce que les difficultés de la route sont souvent mal identifiées et les parades pour surmonter les obstacles méconnues ? Le monde souffre encore de tant d'obscurcissements, de tant d'emprisonnements intérieurs et extérieurs. La connaissance n'a pourtant jamais été aussi répandue et sa puissance aussi grande et disponible. Mais son pouvoir de libération reste encore largement ignoré, voire dénigré. La science est aujourd'hui très forte mais la conscience est encore très faible !
    Cet essai se veut une contribution à la réflexion sur les multiples résistances à l'avancement vers plus de liberté, de fraternité et de bonheur et sur les moyens de les vaincre. Il n'apporte, bien sûr, aucune réponse définitive, mais il livre quelques pistes.
    Réquisitoire contre les effets pervers des religions, nationalismes, patriotismes et autres communautarismes plus ou moins latents ou plus ou moins avoués, il est aussi un plaidoyer pour la connaissance universelle ainsi que pour le doute et la recherche qui permettent d'y accéder. Hymne à la vérité, il exhorte à l'ascèse de la compréhension, à la pratique de l'émerveillement, à l'éveil des consciences.
    L'auteur y livre son propre témoignage et propose un chemin vers une spiritualité ouverte, adaptée à notre époque et compatible avec les merveilleuses découvertes de la science.

  • En octobre 2018, après 2 ans de préparation à tous les niveaux de l'Église, s'est tenu à Rome le Synode sur "les jeunes, la foi et le discernement vocationnel".À la fin de ce mois de travail et de partage qui a réuni autour du pape François une assemblée d'évêques, d'experts et de jeunes, les Pères du Synode ont remis au Saint-Père ce document final.Riche et dense, ce texte est une invitation à vivre, à notre tour, un travail communautaire autour de la question de la pastorale des jeunes. La présente édition est accompagnée par des propositions de mise en oeuvre travaillées par le Service National pour l'Évangélisation des Jeunes et pour les Vocations : un itinéraire en 12 étapes pour une conversion pastorale avec des indications précises pour le travail ensemble et le discernement pastoral.Cet ouvrage s'adresse donc tout particulièrement à ceux qui souhaitent, à la lumière du Synode, renouveler leur approche pour annoncer aux jeunes générations l'Évangile de la joie.Présentation par Monseigneur Laurent Percerou. Président du Conseil pour la pastorale des enfants et des jeunes au sein de la Conférence des évêques de France.

  • Le Directoire pour la catéchèse est un document donné par le Vatican à l'Église universelle. Il a été élaboré par le Conseil pontifical pour la Promotion de la Nouvelle évangélisation créé par le pape Benoît XVI en 2010.Destiné aux évêques ainsi qu'à tous les acteurs de la catéchèse, du catéchuménat et de l'évangélisation, ce texte est une référence qui donne les principes fondamentaux théologiques et pastoraux de l'action catéchétique.Ce nouveau Directoire se situe dans la continuité des textes de l'Église en matière de catéchèse et est enrichi du Magistère du pape Benoît XVI et du pape François dont la dynamique missionnaire de La Joie de l'Évangile traverse les chapitres.

  • S'il semble malvenu de demander "Luc a-t-il un projet théologique? Est-il un théologien?", il est malgré tout utile de s'interroger sur ses intérêts : est-il plus historien que théologien? Sa théologie est-elle subordonnée à une intention historienne? Pourquoi et comment raconte-t-il Jésus de Nazareth? Le présent ouvrage répond en suivant la christologie narrative de Luc, en ses techniques et ses lignes de force, car elle est inséprable de la construction du personnage Jésus dans le IIIe Évangile et dans le livre des Actes. L'identité de Jésus se donne à lire dans l'itinéraire qui la révèle en sa vérité : le récit est précisément et idéalement le lieu où elle se présente et doit être vérifiée. Plutôt que de voir comment, d'épisode en épisode, le double récit lucanien élabore sa christologie - les dimensions du présent essai en seraient devenues démesurées - et tout en respectant la progression de la narration, Jean-Noël Aleti a préféré prélever quelques épisodes représentatifs de la christologie lucanienne, pour introduire les lecteurs au récit, les faire entrer dans sa dynamique indéfiniment riche, sans se substituer à lui.

  • Est-ce impunément que Dieu a résolu de prendre véritablement chair parmi nous et de se faire vrai homme en ce monde, ou bien en a-t-il résulté quelque changement - et si oui, de quel ordre - dans sa propre nature divine, c'est-à-dire dans sa manière d'être et de rester Dieu ?
    C'est à cette question, capitale non seulement pour la christologie, mais encore plus largement pour la théologie, que cette fine étude de la christologie kénotique anglicane s'attelle.
    L'intérêt de cet ouvrage réside autant dans son exploration méthodique de ce questionnement que dans le fait qu'il fournit à son lecteur les éléments pour y trouver réponse.
    David Brown réintérroge l'idée reçue selon laquelle la problématique de la kénose ne reposerait que sur l'hymne de Philippiens 2 et que la solution des problèmes soulevés relèverait de la seule lecture littérale du concile de Chalcédoine. Il montre à la suite d'une enquête serrée du développement de la théologie kénotique, tout particulièrement en Angleterre et en Écosse, à quel point l'idée de kénose est opératoire pour appréhender de quel type de puissance (même divine) un vrai salut pour nous peut effectivement relever.

empty