Langue française

  • À travers la présentation de sept textes de Freud, Jacques André traite une oeuvre qui déborde largement l'espace limité de la psychanalyse, marquant toute la culture du XXe siècle : l'enfant, la sexualité, la destructivité, l'oeuvre d'art, la religion, la psychologie des masses, sans parler de la psychopathologie, ne sont plus les mêmes problématiques avant et après Freud. La pensée freudienne a révolutionné quelques-uns des fondamentaux sur lesquels reposent l'expérience humaine : ce que « moi » veut dire, l'infantilisme de la sexualité, notre rapport à la temporalité et à la mort, la présence d'un inconciliable, d'un inacceptable au coeur de la vie psychique de chacun, l'empire de la honte et de la culpabilité par-delà la morale ordinaire, l'inexorable violence individuelle et collective... et nos modes de pensée les plus communs ne sont pas épargnés : il n'est plus possible après un lapsus de s'en remettre à la fatigue, ou de renvoyer l'homosexualité à la « contre-nature ».

  • La théorie du genre envahit les manuels scolaires en même temps qu'elle échauffe les esprits. C'est qu'elle bascule dans l'excès inverse de la thèse qu'elle prétend contrer?: le naturalisme, qui résume l'identité sexuelle à l'anatomie. Elle lui substitue une révolte contre la normativité sociétale, qui assignerait une manière codifiée et oppressive de vivre l'identité sexuelle au détriment de l'identité de genre.
    L'expérience psychanalytique déconstruit cette lecture idéologique et restaure une compréhension de l'identité sexuelle dans laquelle la donnée corporelle compose avec les attentes des parents d'avoir un fils ou une fille et l'histoire intime de chaque individu avec son père et sa mère. L'éclairage qui en résulte peut permettre que l'enseignement de la gender theory aux jeunes des lycées ne dérive pas vers un endoctrinement.

  • La féminité vient aux femmes par le corps à corps avec la mère, par le féminin des origines. Cet attachement de base crée " de l'amour et de la haine dans le même souffle ". Comment, dans l'analyse d'une femme par une autre femme, dénouer les collusions au féminin pour que se dégage la transmission d'une féminité porteuse d'affirmation identitaire et d'épanouissement sexuel ? Pour ce faire, les femmes devront recourir à un tiers, corps de l'homme et psychisme masculin, dégagement indispensable pour que se construise pleinement la féminité.

  • Cette étude est consacrée à la répression des infractions à l'ordre moral sous le régime de Vichy (adultère, abandon de famille, homosexualité, prostitution, avortement et alcoolisme). Elle repose sur des archives jusqu'alors inexploitées et débouche sur une large remise en cause des conclusions formulées habituellement par les historiens, puisqu'elle souligne que les réalisations concrètes du régime de Vichy concernant les infractions à l'ordre moral se situent dans le droit prolongement des politiques menées par les gouvernements de la IIIe et IVe République.

empty