Littérature traduite

  • LE PORTRAIT DE DORIAN GRAY

    Oscar Wilde

    • Grasset
    • 14 Septembre 2016

    Tout le monde connaît le chef-d'oeuvre d'Oscar Wilde tel qu'il a été publié en volume en 1891. Cette version diffère considérablement du manuscrit qu'il avait soumis quelques mois plus tôt au Lippincott's Magazine où le roman devait paraître en prépublication. Le directeur, par pruderie, l'avait sérieusement raboté, ce qui ne l'a pas empêché de provoquer un premier soulèvement d'indignation. Par la suite, Wilde a augmenté et remanié son roman, estompant ses passages les plus audacieux. La critique instruisait déjà son procès en immoralité. Il a fallu attendre 2011 pour que, en Angleterre, des universitaires rendent disponible le texte initial, avant les censures successives. C'est cette version que les Cahiers rouges publient pour la première fois en France. La trame reste inchangée. Dans le Londres fin de siècle, le peintre Basil Hallward tombe en adoration devant son modèle, le beau Dorian Gray. Leur chaste idylle commence, troublée par l'intervention d'un vieux camarade de Hallward, Lord Henry. Dandy hédoniste amoureux des bons mots, affichant avec insolence son homosexualité, il convainc Dorian de l'importance capitale de sa beauté. Un jour viendra où la vieillesse l'aura défiguré et plus personne ne le regardera. Horrifié, Dorian conclut un pacte faustien avec le portrait que Hallward a peint de lui : ce n'est plus lui que le temps abîmera, mais l'image du tableau. Le Portrait de Dorian Gray non censuré est encore plus délicieusement décadent et surtout plus ouvertement homosexuel. Le pouvoir érotique de Dorian est exacerbé, nombre de phrases rendent indubitable et intense la nature des sentiments de Hallward pour lui. On retrouvera bien sûr les saillies du spirituel Lord Henry, notamment le fameux : « De nos jours on sait le prix de tout, mais on ne connaît la valeur de rien. »

  • Laz, jeune étudiante taïwanaise, passe une grande partie de son temps seule à écrire et décoder ses obsessions jusqu'au bout de la nuit. Amoureuse d'une camarade qui s'acharne à lui souffler le chaud et le froid, épuisée de danser sans relâche sur la frontière du désir et de la haine, Laz va chercher du réconfort auprès de sa bande d'amies et d'amis, tous vifs d'esprit, artistes quelque peu moroses, amants autodestructeurs, insoumis et surtout queers.
    Dans son journal, Laz écrit l'urgence de vivre, le désir, les sentiments brûlants... elle parle aussi de crocodiles qui portent des manteaux d'humains ! Les médias les traquent, craignent une épidémie : peuvent-ils se reproduire ? Quand, de leur côté, les crocodiles échangent sur leurs goûts littéraires et musicaux, adorent la glace à la crème, font des courses, prennent des bains...
    Un guide de survie pour les inadaptés de tous bords, pour tous ceux qui s'identifient parfois à un monstre caché dans un manteau humain.
    Qiu Miaojin (1969-1995) est une écrivaine taïwanaise. Diplômée de psychologie, elle exerce la profession de journaliste avant de s'installer à Paris en 1994, où elle suit l'enseignement d'Hélène Cixous dans son Centre d'études féminines de Paris VIII. Sa première nouvelle publiée, « Prisoner », a reçu le prix du Daily News. Parutions posthumes, Notes of a crocodile (roman sur les aventures d'une bande de queers découvrant l'amour, l'amitié et l'art) et Dernières lettres de Montmartre sont rapidement devenues cultes en Asie, faisant de Qiu Miaojin une icône de la contre-culture LGBTI. Elle se donne la mort à Paris, à l'âge de 26 ans.

  • Quand Greg, un adolescent féru de photographie, découvre les ruines de l´ancienne demeure de Graveney Hall, il sait tout de suite qu´il tient un beau sujet. Épaulé par Faith, la fille d´un bénévole restaurant la propriété, il va tenter de percer le secret de cette mystérieuse bâtisse et de son dernier habitant, Edmund Pearson, disparu dans d´étonnantes circonstances pendant la Première Guerre mondiale. Une enquête qui va révéler bien plus de choses sur lui-même qu´il n´aurait pu l´imaginer.

    Décidément, Linda Newbery, auteur très remarqué du roman De pierre et de cendre, n´a pas son pareil pour recréer l´atmosphère et les mentalités d´hier, cerner les interrogations et les idéaux d´aujourd´hui, rendre haletant et émouvant un récit où se mêlent l´étrange, le poids de l´Histoire, la violence et le désir, tous les désirs...

  • - 77%

    Il y a dix ans, l´alliance des hommes et des Kiriaths a repoussé les terribles Écailleux. Qui se souvient maintenant des héros de cette guerre ?Ringil vit en exil, rejeté par sa famille. Mais pour sa cousine Shérin, vendue comme esclave, il décroche son épée et retourne sur les lieux d´un passé qu´il avait tout fait pour oublier.Dame Archeth, dernière représentante d´un peuple disparu, est la conseillère d´un empereur décadent qu´elle abhorre. Elle seule soupçonne qu´une terrible menace point aux frontières de l´empire.Egar le Tueur de Dragons est un nomade des steppes, revenu de la guerre auréolé de triomphe. Une gloire aujourd´hui bien émoussée dans un monde qu´Egar ne reconnaît plus.Ces trois-là ont tout perdu. Sauf peut-être la bataille qui les attend, héroïque et désespérée...

  • Ringil fuit son passé, la famille qui l´a renié, et les magnats du commerce d´esclaves qui veulent sa peau. Il n´a plus qu´un endroit où se réfugier : Yhelteth, coeur de l´empire du Sud. Il y trouve asile auprès d´Archeth, une ancienne soeur d´arme, désormais haute conseillère de l´empereur.Mais celle-ci a ses propres problèmes, et Ringil se retrouve impliqué dans des allégeances douteuses. Personne ne le sait encore, mais la cité est sur le point d´exploser... « Couillu, brutal et sans compromis, Morgan prend les clichés de la Fantasy, les hache menu et leur fout le feu. » Joe Abercrombie

  • Danger@liaisons.com de Don Bapst Cher Victor, Je prépare un projet que tu ne pourras pas refuser. La semaine dernière, Richard Dowling a eu le culot de me demander si je pouvais trouver un petit boulot à son fils.

    Ce dernier est un poussin charmant - si le genre éphèbe à peine pubescent et encore vierge te plaît.

    Viens ici ravager son petit cul, lui empaler les fesses si fort qu´il en redemande.

    Entre-temps, je vais convaincre les annonceurs de Dowling de retirer quelques pubs du New York Information en laissant entendre que le PDG a essayé de refiler son fils à un vieux pervers en échange d´encarts publicitaires Quand tu auras vu Jamie Dowling, tu te rendras compte que ta mission n´est pas une tâche si ingrate. Et si ce n´est pas assez, tu peux toujours compter sur une nuit sensuelle en ma compagnie, tu l´auras à la conclusion de ta petite mission de relations publiques.


    Victor dear, I have a project that you won´t be able to turn down. Last week, Richard Dowling had the nerve to take me aside after a tedious financial meeting to ask if I had a "little desk job" his son could fill for a couple of months to "break him in."  Jamie is a charming young thing (if you go for the barely pubescent virginal type). Get here right away, sweep the little baby off his feet, fuck his brains out till he begs for more.  When you get a glimpse of Jamie Dowling, you´ll see this is no dreary chore I´m assigning you. And as if that weren´t enticement enough, you can always count on the night of hot sex I´ll serve you upon completion of your little PR assignment.

    Xoxo Terry Existe également en version française et en version anglaise. Toutes ces versions sont suivies de Les liaisons dangereuses de Choderlos de Laclos.

empty