Presses Universitaires de France

  • Les grands écrivains sont souvent de grands théoriciens. C´est particulièrement vrai en ce qui concerne les questions de genre et de sexualité. Analysant les oeuvres de Proust, Genet et quelques autres, Didier Eribon met en lumière la façon dont les romans sont des espaces où s´affrontent des conceptions antagonistes de la sexualité. Mais si diverses soient-elles, les théories se déploient dans des cadres normatifs. Si les romans mettent en scène des personnages « transgressifs » et des pratiques « déviantes », cela reste inscrit dans un univers où la polarité et la hiérarchie du masculin et du féminin sont rigidement respectées. Les pratiques « subversives » déjouent-elles alors réellement le système du genre ? Ce qui s´écarte de la norme se situe-t-il en dehors de celle-ci ?
    Mobilisant le concept de « verdict », Didier Eribon propose d´orienter le regard vers le niveau des structures. Les pratiques « minoritaires » pourraient bien faire partie du système et contribuer à sa perpétuation plutôt qu´à sa transformation. Dès lors, comment pouvons-nous envisager le changement social et la politique radicale ?

  • Cette étude est consacrée à la répression des infractions à l'ordre moral sous le régime de Vichy (adultère, abandon de famille, homosexualité, prostitution, avortement et alcoolisme). Elle repose sur des archives jusqu'alors inexploitées et débouche sur une large remise en cause des conclusions formulées habituellement par les historiens, puisqu'elle souligne que les réalisations concrètes du régime de Vichy concernant les infractions à l'ordre moral se situent dans le droit prolongement des politiques menées par les gouvernements de la IIIe et IVe République.

empty