• Nous embrassons un capitalisme du gigantisme digital. Souvent aveuglément, toujours avec embarras. Les mots et expressions que nous employons en disent long sur la violence de notre relation à la prospérité numérique : « destruction créatrice », « disruption », « darwinisme digital », « uberisation », « big data », « monétisation », « the winner takes all »... C'est finalement une bien étrange métallurgie que celle qui, à l'or des mots, préfère l'airain des néologismes bricolés à la hâte. Et si nous méditions sagement notre rapport au monde digitalisé ? La libre et instructive promenade que guide Éric Briys nous invite à flâner avec un historien, à faire l'école buissonnière, canif en poche, à reprendre le chemin de la bibliothèque, à apprendre à éplucher une banane, à franchir le Cap de Bonne-Espérance, à écrire de la twittérature, à converser avec les robots, à prendre le pouls de la classe moyenne... et à ne plus confondre l'or et l'airain pour, enfin, agir. Éric Briys est le cofondateur de www.cyberlibris.com, l'entreprise française pionnière des bibliothèques numériques académiques, professionnelles et grand public. Après avoir été professeur de finance et d'économie à HEC pendant dix ans, il a dirigé les groupes en charge de la couverture des compagnies d'assurance et de réassurance européennes chez Lehman Brothers, Merrill Lynch et Deutsche Bank. Il est l'auteur d'une dizaine de livres consacrés à la finance et à l'économie.

  • La Grande Guerre accouche de la banque centrale. Guerre totale, elle positionne les instituts d'émission en première ligne du front financier. Guerre mondiale, elle place les banques d'émission nationales au coeur du système des règlements internationaux. Largement ignoré par la théorie standard, ce fait est ici analysé à trois niveaux : à l'échelle des différentes places bancaires, d'abord, où la banque centrale s'impose comme la banque des banques et comme prêteur en dernier ressort ; à l'échelle des systèmes financiers nationaux, ensuite, où elle devient le banquier du Trésor ; à l'échelle internationale, enfin, à travers la gestion du contrôle des changes et la régularisation des cours des devises, en particulier sur les marchés des pays neutres.

  • L'accession au logement Les modes d'acquisition du bien par un couple Le financement de l'acquisition L'accession au logement par le bail d'habitation La détention du logement : sa jouissance paisible La famille propriétaire La famille locataire, l'exécution et la résiliation du bail d'habitation Le logement et les vicissitudes de la famille La famille propriétaire La famille locataire : la transmission et la continuation du bail d'habitation Besoin essentiel de l'individu, qu'il soit locataire ou propriétaire, le logement suscite une grande variété de questions, et les enjeux sont importants. Les interventions des pouvoirs publics dans le domaine immobilier sont régulières mais ont souvent tendance à complexifier la matière.
    Afin de répondre aux nombreuses difficultés posées par l'accession au logement et à sa détention, par la famille, qu'elle soit constituée par un couple ou qu'elle soit plus élargie, le présent ouvrage apporte aux acheteurs, vendeurs, locataires, propriétaires bailleurs et à leurs conseils des réponses pratiques et complètes.
    Aux termes de cet ouvrage, sont traités les modes d'acquisition d'un bien, le choix de la structure de détention, puis le financement de l'acquisition. Une fois le logement acquis, il doit être préservé, tant vis-à-vis des agissements de l'un de ses membres qu'à l'égard des tiers.
    Enfin, le sort du logement est étudié face aux écueils rencontrés par la famille : séparation, vulnérabilité et décès.
    Nathalie Couzigou Suhas, entourée de praticiens et pédagogues, réalise dans le présent ouvrage une synthèse unique de toutes les problématiques et leurs solutions intéressant le couple, sa famille et son toit.

  • La crise financière et économique a précipité le crédit inter-entreprises et ses supports dans une tourmente sans précédent, quand survient la réduction réglementaire des délais de paiement au travers de la loi LME.
    Au moment où le débat éclate, ce livre propose de faire le point en profondeur sur les métiers du credit management, dans le but de mener l'autocritique nécessaire et d'ouvrir des perspectives. Il fait le pari que bon nombre de réponses et de solutions se cachent en réalité au coeur de la discipline, dans l'entreprise.
    L'auteur dessine ainsi les contours d'un credit management rénové dans ses missions et dans son articulation avec les métiers du commerce.
    Les dérives du crédit inter-entreprises étaient-elles une fatalité ? N'existe-t-il pas un scénario d'autorégulation dont les entreprises ont toutes les clefs ? Ce scénario n'aurait-il pas démontré plus d'agilité dans la crise ?
    Ce livre s'adresse aux directeurs fi nanciers, aux credit managers et à tous ceux qui se préparent à leur succéder. mais les directeurs commerciaux feraient peut-être bien de le lire.

  • Ce qui devait être le « bout du tunnel » de l'après crise financière laisse un goût amer.
    Montée inexorable du chômage, croissance molle, dettes publiques qui explosent, attaques contre l'euro par les dérivés de crédit... autant de signes inquiétants. Alors même que la sphère financière se reprend, que les banques retrouvent de solides profits et que les rémunérations de leurs dirigeants affichent des niveaux insolents, c'est cette fois l'économie réelle qui souffre profondément. Comment est-on passé d'une situation où la finance était un moteur de l'économie et concourrait à la croissance à cet état où les banques semblent être bénéficiaires quelque soit l'état des autres composantes du monde économique (entreprises, fonction publique etc...).
    Tel est l'objet de ce livre écrit par un économiste réputé et un professionnel du monde des affaires.

  • Albertas most insightful political commentator is back with another essential book. Kevin Taft, together with economists Mel McMillan and Junaid Jahangir, follows the money to uncover why Albertaone of the richest places on earthstill talks poor when it comes to public services. Do we really spend more than we can afford, more than we can sustain, on health care? On education? Why doesnt Alberta have enough hospital beds? Why have our schools faced teacher layoffs? Why are our city streets potholed, and why are rising numbers of Alberta children living in poverty? Where is all our wealth going?Follow the Money uncovers the truth behind the governments austerity slogans and cutbacks. The hard-hitting evidence of Follow the Money challenges Albertans to rethink the past and remake the future.

  • Cet ouvrage couvre l'intégralité du programme du DSCG 6 Epreuve orale d'économie se déroulant partiellement en anglais. Clair et structuré, il est à jour des dernières évolutions du contexte légal.

    Chaque thématique du programme fait l'objet d'une fiche qui allie présentation théorique et mise en situation corrigée de type examen. Jalonné de définitions des termes clés et de conseils des correcteurs, Réussir le DSCG 6 guide efficacement le lecteur vers l'épreuve.

    Acquérir les connaissances 33 fiches pour une structuration conforme au programme Définitions des termes clés Conseils des correcteurs Bibliographies S'entraîner Mises en situation Corrigés complets QCM d'auto-évaluation

  • La crise des subprimes a largement contribué à la stigmatisation des sociétés financières ; elle a notamment renforcé la méfiance vis-à-vis du crédit à la consommation, accusé de conduire trop de particuliers à un excès d'endettement.

    Ainsi, les emprunteurs seraient des cigales imprévoyantes, voire intempérantes ? Et les prêteurs de "grands méchants loups" peu regardants sur les capacités de remboursement de leurs clients ?... Pourtant, sans le crédit, que deviendrait l'équipement des ménages en biens durables ? Comment les particuliers pourraient-ils acquérir une voiture, équiper leur maison, aider leurs enfants à financer leurs études ? Que serait un monde sans crédit ?

    Parce que le crédit à la consommation est une réalité qui concerne un grand nombre de Français, cet essai revient sur son rôle économique et social et propose des clés de compréhension à son lecteur. Il examine sans détour les critiques et réfute les idées reçues, par une synthèse du cadre réglementaire et de son contexte, ainsi que par des mises en perspective à travers les époques. Enfin, il envisage ce que pourraient être les axes de développement du crédit de demain, au coeur, notamment, des préoccupations environnementales.

  • De l'eau pour tous

    Collectif

    • Oecd
    • 24 Juin 2009

    L´eau est indispensable au développement humain et économique, ainsi qu´à la survie des écosystèmes. Cependant, des milliards de personnes n´ont pas accès aux services d´eau et d´assainissement, en premier lieu à cause d´une mauvaise gouvernance et d´un manque d´investissement et d´entretien. Ce rapport met l´accent sur les aspects économiques et financiers de la gestion des ressources et de la fourniture des services d´eau, sur la nécessité d´aborder ces questions complexes de manière intégrée (en prenant en compte les questions de gouvernance), et sur la nécessité de réunir des faits solides pour étayer la formulation et la mise en oeuvre des politiques. L'ouvrage résume les travaux de l'OCDE dans ce domaine.

  • Sportivement politique

    Alain Herbet

    Un calcul des subventions à réformer, une politique territoriale à réviser, un budget à réévaluer, de nouveaux acteurs à convoquer, un rôle du département à préciser, des équipements à rénover, un sport de haut niveau à défendre... Alain Herbet pointe ici du doigt les défaillances en matière de politique sportive. Valdoisien de coeur, appartenant au tissu administratif de son département, consterné et d´autant plus motivé par l´ampleur de la tâche qui attend un Conseil Général aux moyens limités et aux ressorts complexes, il signe aujourd´hui un essai qui fera date par son intransigeance et son humilité, par son honnêteté et son engagement auprès de tous ceux qui réclament enfin les ressources, matérielles et/ou financières, pour exercer ce qui ne saurait se limiter à un simple passe-temps.

  • Cet ouvrage est le premier qui aborde de manière transversale l'impact de la crise financière sur les entreprises et les réponses que le droit français offre aux acteurs économiques.
    Les sujets traités constituent un tableau contrasté, dont les thèmes se complètent. Les groupes de sociétés : la formation de groupes offre-t-elle un instrument pertinent contre la défaillance financière des sociétés qui les composent ? Les LBO : le financement de l'achat d'entreprises par le levier de la dette a-t-il un avenir devant le manque de liquidités de la société opérationnelle ? Le rôle des Etats : les aides publiques aux banques et aujourd'hui l'intervention du Médiateur du crédit pour apporter des fonds aux entreprises en difficulté sauveront-elles les sociétés commerciales de la défaillance ? Quand le défaut de paiement menace, le recours aux prepackaged plans à l'américaine s'est développé.
    Les praticiens, avant même le législateur, ont entendu utiliser la négociation d'accords pour restructurer la dette et ne faire appel à la procédure de sauvegarde que pour valider un accord de la majorité des créanciers : est-ce la solution ? Les banques encore : les outils traditionnels que sont les sûretés demeurent-ils une garantie de paiement efficace contre l'impayé, ou faut-il faire appel aux nouvelles garanties comme la fiducie ? Les Editions Lamy ont l'ambition de répondre à ces questions, grâce aux analyses proposées et aux perspectives ainsi ouvertes.

  • On l'a appelé le Saint Patron du capitalisme, le Napoléon de Wall Street, le « Vieux », etc., mais ce sont ses initiales, J. P. qui sont restées dans la mémoire américaine avec le nom de la banque JPMoran. John Pierpont Morgan est considéré comme la figure tutélaire du capitalisme américain et jouit, encore aujourd'hui, d'un immense prestige dans les milieux financiers. Au milieu du XIXe siècle, l'Amérique est un pays où tout est à prendre et tout est à construire. J. P. met donc sur pied de gigantesques entreprises, les trusts, où sont mises en oeuvre les dernières inventions technologiques, que ce soit dans les chemins de fer, l'acier, l'électricité, le téléphone ou les transports maritimes. Il est le commanditaire du Titanic, dont le naufrage sera le seul échec de sa carrière. Le gouvernement fédéral fait appel à lui pour empêcher in extremis l'Amérique de faire faillite. Grand ami de la France et grand collectionneur, J. P. Morgan passe quasiment cinq mois par an en Europe, surtout à Paris où il achète des milliers d'objets d'art, ou encore à Aix-les-Bains où il prend les eaux. Personnage hors du commun, toujours en voyage, aimant les femmes et la bonne chère, passionné d'art et d'histoire avant que de finance, il a marqué son siècle en contribuant à la montée en puissance économique et politique d'une Amérique qui allait bientôt dominer le monde. Anne Kraatz est docteur en Histoire, elle a publié aux Belles Lettres : Mode et philosophie ou le néoplatonisme en silhouette, 1470-1500 (2005) ; Histoire du commerce franco-russe, concurrence et contrefaçons, de Colbert à 1900 (2006) et Luxe et luxure à la cour des papes de la Renaissance (2010).

empty