Littérature générale

  • Peut-on encore parler du roman français au singulier aujourd´hui ? Une recherche attentive sur les esthétiques principales ou singulières du roman dit de l´extrême contemporain permet de constater qu´aucune école ou aucun groupe ne domine l´univers romanesque, et qu´aucun mouvement n´impose profondément sa marque sur la scène littéraire. Cela ne signifie pas pour autant qu´il ne reste que des oeuvres disparates et qu´il soit impossible d´organiser une cohérence en arrêtant des corpus.
    Dans de tels cas, c´est moins chercher du côté d´un projet romanesque bien circonscrit que du côté de certaines pratiques transversales. Dans cet ouvrage collectif, le point de départ ne consiste pas à se demander si le roman conserve une pertinence en tant que témoin privilégié de la littérature aujourd´hui - cela semble relever de l´évidence -, mais plutôt à identifier ce qui lui confère cette légitimité.

    Cet ouvrage vise aussi à appréhender la notion de contemporanéité à partir de la littérature, du roman. Plus globalement, sans tenter d´offrir un vaste panorama du roman français d´aujourd´hui, son objectif consiste à mieux saisir la pertinence du roman grâce à un ensemble d´études conçues à partir d´axes précis (les idées, le réel, le jeu, le soi) sur les possibles du roman, qu´il adopte une forme fragmentée ou théâtralisée, qu´il préconise un savant collage ou un métadiscours narrativisé, qu´il puise abondamment dans l´autobiographie ou l´essai. Le postulat au fondement de cet ouvrage défend l'idée qu´il existe des romans français importants ou singuliers à notre époque et que nous devons les découvrir et mieux les comprendre.

  • Le premier objectif de l´ouvrage est d´aider les intervenants du domaine de la santé et de la réadaptation, ainsi que les familles, à comprendre les circonstances qui ont altéré le développement du cerveau, cet organe à la base du fonctionnement individuel et de l´interaction avec le monde environnant. Le second objectif du livre est de présenter des stratégies et des moyens de prévention adaptés à chacune des causes identifiées lorsque cela est possible.
    Touchant à des domaines aussi variés que la génétique, l´infectiologie, la néonatologie et la biochimie, cet ouvrage en expose les bases simplifiées et décrit les mécanismes de l´altération d´un cerveau en développement aux conséquences parfois dramatiques, toujours perturbantes.
    Mieux connaître les processus à l´origine de cette atteinte cérébrale permet aussi d´envisager les moyens de l´éviter. Dans tous les cas, responsabilisations individuelle et sociale doivent se conjuguer et les interventions se faire dans le respect des valeurs éthiques ou religieuses de chacun.

  • Internet, blogues, Web.2.0, mondialisation, culture, immigration, identité. Autant de termes qui illustrent le changement tel que vécu par des milliards d'individus à travers le monde. Est-on suffisamment outillé pour y faire face? Quels sont les enjeux cruciaux qui méritent d'être soulevés et analysés? Quels sont les défis de la communication face au changement? L'individu peut-il être réduit à l'usage des technologies ou à la réception des médias? Quelle place la recherche francophone en communication occupe-t-elle dans ce maelstrom?

  • être

    Eric Simard

    «Boris ne veut plus avancer. Il a la chienne. Il ne comprend plus ce qui lui arrive. Avant, il se foutait des autres et de leur stupidité. Maintenant, il est tout à l'envers à la seule idée de mettre le gros orteil dans la cour de récréation. En même temps, c'est tellement clair dans sa tête qu'il n'a plus envie qu'on le traite comme on l'a toujours fait. Pour une fois dans sa vie, il aimerait pouvoir faire une entrée discrète et se fondre dans le décor sans qu'on se rende compte de sa présence.
    Être là, tout en ayant l'air de ne pas y être. Comme la plupart des autres enfants.» L'existence est au coeur de ce recueil de nouvelles qui s'intéresse aux actions importantes de la vie d'un être humain. Qu'ils vivent en marge de la société ou non, de Vivre à Mourir, on découvre des facettes complexes de personnages qui se battent pour exister pleinement. À la fois dérangeant, dur, tendre et émouvant, jamais désespéré ni complaisant, l'auteur reste fidèle au style qui le caractérise.

  • Quel sens donner aux notions d'espace mais aussi d'univers, de lieu ou de pays dans le cadre du roman et comment les décliner pour l'étude de la topographie fictionnelle ? Une quinzaine de chercheurs des deux côtés de l´Atlantique et un écrivain féru de géographie imaginaire tâchent d´apporter des éléments de réponse.

  • Champion et Ooneemeetoo, ce sont deux frères cris nés d'aurores boréales, élevés au rythme des rires et des sabots de caribou martelant le sol de la toundra. Un jour, ils sont envoyés très loin dans le sud dans un pensionnat autochtone, où une tout autre réalité les attend. Heureusement, la Reine blanche veille sur eux. Imprégnés à la fois de la magie et de l'humour de la culture crie, et du potentiel rédempteur de l'art, les frères se fabriqueront, l'un par la musique et le théâtre, l'autre par la danse, une liberté nouvelle.

    Véritable oeuvre d'équilibriste, le roman dépeint les rêves et les écueils que vivront ces garçons écartelés entre deux univers, et livre un hommage saisissant au pouvoir des récits.

    Dans la préface inédite à cette réédition, le romancier Louis Hamelin écrit qu'«?on ne peut qu'admirer le caractère terriblement prémonitoire de ce Champion et Ooneemeetoo?» paru plusieurs années avant les excuses of?cielles du Parlement canadien pour la création des pensionnats autochtones et l'Enquête nationale sur les femmes et les ?lles autochtones disparues et assassinées.

    Publié en anglais en 1998 sous le titre «Kiss of the Fur Queen» puis en français par Prise de parole en 2004, «Champion et Ooneemeetoo» connaît un succès qui ne se dément pas. Servi par une traduction extraordinaire signée Robert Dickson, il s'agit du seul ouvrage traduit de la collection BCF, qui pérennise les classiques de la littérature franco-canadienne.

  • Un énigmatique carnet. Un cousin ignoré d´une petite île de la mer du Nord. D´entrée de jeu, intrigué, le lecteur se laisse entraîner par la narratrice dans le monde sombre et mystérieux de Thorvald Sørensen, archéologue danois.
    Une naissance tragique, une enfance insolite auprès de parents adoptifs, Ingelise et Erland. Elle, aveugle de naissance, dans le secret de la nuit, initie l´enfant à la beauté envoûtante de la musique. Lui, embaumeur et artiste, consacre sa vie à perpétuer la mémoire des morts. Après une surprenante initiation à l´amour, survient dans la vie de Thorvald une femme sans nom. Leur lien profond le façonnera à jamais, jusqu´à sa mort. Une mort belle, longuement mûrie et librement consentie.
    Puis, il y a la mer, omniprésente, témoin et actrice, mère, maîtresse et traîtresse, berceau et tombeau.
    Aussi serein que déstabilisant, ce roman livre un véritable art poétique de la Mort, où chaque perte est renaissance, initiation à la vie. Depuis toujours, j´entendais la mer est un apprivoisement du deuil, lumineux, envoûtant et libérateur.

  • Préparé par une vingtaine d´experts sous la direction du professeur Serge Larivée, de l´École de psychoéducation de l´Université de Montréal, et s´adressant aux pédagogues, aux psychologues et au grand public cultivé, Le quotient intellectuel. Ses déterminants et son avenir présente, d´une manière exhaustive, les connaissances les plus avancées sur le quotient intellectuel, ses déterminants et son avenir.
    La première partie de l´ouvrage est consacrée à la présentation des approches psychométriques. C´est dans le cadre de ces approches qu´a été développé ce qu´on appelle le quotient intellectuel (QI). Situés dans une perspective historique, les faits présentés nous font comprendre dans quel contexte les tests de QI ont été élaborés et ce qu´ils sont devenus au fil du temps.
    La deuxième partie porte sur les déterminants de l´intelligence, l´analyse génétique en psychologie, l´application de celle-ci à l´étude de l´intelligence, le problème des effets des contaminants environnementaux (plomb, mercure, etc.) et des drogues (alcool, tabac, marijuana, etc.) sur l´intelligence. Les relations entre la nutrition et l´intelligence sont aussi abordées. On y traite des effets de la dénutrition et des carences en fer, en zinc et en iode sur le fonctionnement mental. On y analyse également l´impact de l´allaitement maternel sur l´intelligence, les aspects psychosociaux des facteurs environnementaux, les relations entre les classes sociales, la configuration familiale, la réussite scolaire, les pratiques éducatives et les conséquences cognitives, tout au long de la vie, du fait d´avoir été un bébé de faible poids.
    La troisième partie de l´ouvrage traite des comparaisons entre les sexes et entre les groupes ethniques. Enfin, la dernière partie « L´avenir de l´intelligence », aborde le problème de la relative stabilité de l´intelligence au cours de la vie d´un individu, celui de l´augmentation des scores de QI entre les générations et traite d´un des mythes les plus ancrés dans la population, voulant que nous n´utilisions que 10 % de notre cerveau.

  • À Bagdad, vivait autrefois un riche marchand, terriblement avare. Il était connu dans toute la ville à cause de ses misérables babouches. Un jour, Abou décida de s'offrir un bain au hamman. Lorsqu'il retourna au vestiaire, ses babouches avaient disparu...Le début de la fin pour Abou Kassem!

  • Une fois qu'on est dans l'indignité, on ne peut plus s'en sortir. On y sombre. Et le fond semble étrangement lointain. On regarde les livres sur nos tablettes : La première année de bébé, Comment nourrir sainement votre progéniture ou Aider votre enfant à bâtir son estime de soi. On les regarde, ces bouquins, et on ricane. La première année de bébé nous semble noyée dans le brouillard du manque de sommeil. Côté nourriture, aucune inquiétude, puisque c'est avec notre équilibre mental que notre progéniture casse la croûte. Quant à l'estime de soi, c'est plutôt celle des parents qu'il faut rebâtir brique par brique, roman policier par roman policier, gin tonic par gin tonic.
    Et tome par tome, d'où ce tome 2 qui, espérons-le, vous fera rigoler autant que le premier. On pourrait aussi bien dire que ça vous fera réfléchir, mais ce serait un mensonge éhonté.


    Longue vie à l'indignité!

    Caroline Allard a mis deux enfants au monde. Bien qu'elle les aime énormément, elle ne peut réprimer une envie irrépressible de défoulement qu'elle soulage en écrivant des chroniques rigolotes à leur sujet. Son premier roman, tiré de son blogue, a remporté le Grand Prix littéraire Archambault et lui a aussi permis de visiter moult Salons du livre, ce qui a pour avantage de l'autoriser à fuir ponctuellement la maison pour s'amuser en bonne compagnie. Son principal projet d'avenir est (cochez la bonne réponse): A) Avoir 13 autres enfants pour subséquemment écrire 13 nouveaux tomes de Mère indigne; B) Attendre que ses filles grandissent pour leur faire rédiger ses chroniques à sa place; ou C) Aller se préparer un gin tonic, parce qu'écrire une bio, ça donne soif.

  • Déjà

    Nicolas Bertrand

    • Hamac
    • 20 Août 2010

    «Roland gigota aussi longtemps qu'il le put, mais rapidement ses jambes devinrent molles et il sentit le besoin de s'asseoir. Il quitta le plancher de danse en sueur, essoufflé, satisfait. Ces dix minutes de délectation, Roland les paya chèrement car il fut torpide le reste de la noce. Elles valaient cependant leur pesant d'or, puisqu'il avait été heureux. » En 1978, sans raison apparente, Roland s'effondre dans son salon. Cette chute inopinée, qui n'est que le début de la manifestation d'une tumeur au cerveau, bouleverse le cours de son existence. Malgré ses appréhensions, il refuse de se laisser abattre car, à trente ans, alors qu'on croit avoir la vie devant soi, la seule idée de trépasser est odieuse, inadmissible.
    Nicolas Bertrand parvient à traiter ce sujet grave avec une certaine dérision grâce au côté ludique de son écriture au style très british. Mais surtout, avec Déjà, c'est à une expérience profondément humaine qu'il convie le lecteur.
    Nicolas Bertrand est né à Montréal en 1977. Diplômé de l'Université de Montréal en philosophie, il a enseigné cette discipline durant quelques années au collège Montmorency, à Laval. Déjà est son premier roman.

  • Rien ne va plus en enfer où le feu des damnés s'éteint. Lucifer risque de devenir la risée de toute la création. Il se résigne à monter à la surface de la terre pour négocier quelques tisons avec Dame Lune. Mais les problèmes du Diable laissent la jeune dame de glace.

  • Montréal, 1948. La noirceur est partout, tant dans le monde politique que dans la vie quotidienne, une noirceur oppressante, voire suffocante. Seul refuge possible pour échapper à la lourdeur de cet environnement, l'imaginaire. C'est l'époque de l'absurde en littérature et de l'abstrait en art. La Librairie qui ouvre ses portes au 67, rue Sainte-Catherine Ouest n'est pas une quelconque librairie. Non seulement peut-on y bouquiner mais aussi y entendre son propriétaire, Henri Tranquille, grand amateur des débats et des confrontations d'idées, discourir sur tous les sujets possibles. La librairie devient rapidement l'un des lieux incontournables de la bohème littéraire et artistique montréalaise et Henri Tranquille, l'un de ses acteurs principaux. S'y déroule notamment le lancement de ce qui va devenir l'un des écrits-phares de la période, le manifeste Refus global. Passionné de littérature, Monsieur livre - ainsi consacré en 1980 par le Salon du livre de Montréal - est aussi ami des artistes. Il fait une large place à l'art dans sa librairie, dont le décor est d'ailleurs réalisé par Alfred Pellan. Elle accueille régulièrement des expositions et des oeuvres parmi lesquelles celles du groupe Prisme d'Yeux et des Automatistes dont Riopelle, Mousseau, Ferron et Borduas.Résolument épris de liberté, opposé à toutes formes de censure, anticlérical, frondeur, Henri Tranquille a été un libraire engagé. Il a partagé sa passion avec ses contemporains afin de les aider à prendre conscience de leurs opinions, de leurs rêves, de leur libre-arbitre, pavant ainsi la voie à l'ouverture de la société québécoise.

  • Si l'apport de la communauté juive à la société canadienne reste encore aujourd'hui méconnu, la littérature de cette communauté l'est tout autant. Un auteur s'y est pourtant intéressé il y a un peu plus de 25 ans. Dans Hundert yor Yidishe oun Hebreyshe literatur in Kanade, Haim-Leib Fuks a rédigé, en grande partie grâce aux collections de la Bibliothèque publique juive de Montréal, la biographie de 429 auteurs ayant écrit en yiddish ou en hébreu au Canada. Ceux-ci, dont la majorité sont venus d'Europe de l'Est entre 1900 et 1950, ont publié au Canada 271 ouvrages en yiddish et 43 en hébreu, en plus de plusieurs centaines d'autres dans leur pays d'origine ou aux États-Unis. Fuks répertorie tous ces ouvrages ainsi que les périodiques et journaux publiés en yiddish et en hébreu au Canada, pas moins de 135 en tout. Aucune autre étude parue depuis n'a réuni autant de renseignements sur la vie et les ?uvres de ces auteurs. La traduction de Pierre Anctil donne enfin accès à cette manne d'informations. Elle permettra non seulement aux personnes intéressées de puiser dans la compilation de Fuks les éléments biographiques et bibliographiques nécessaires à la compréhension de la littérature yiddish, mais aussi de lever en partie le voile sur l'apport culturel et social des Juifs est-européens à la société canadienne au XXe siècle. Saviez-vous que la littérature yiddish canadienne est la plus importante en langue non-officielle au pays ?

  • 178 secondes

    Katia Canciani

    Nicola aura bientôt 18 ans. Élevé par un père aimant et protecteur, il mène une vie paisible jusqu'à ce qu'il découvre un terrible secret derrière l'apparente banalité de son existence. Profondément troublé par le mensonge tissé autour de lui depuis toujours, il quitte son nid douillet le soir de son anniversaire. Destination : à la dérive. De Montréal au Pacifique, puis de Yellowknife à l'Atlantique.

    Au gré des rencontres où il croisera différents visages de la francophonie - un aspirant pilote, une conductrice de camions, une jeune fille libertine, un hurluberlu sympathique, une globe-trotter à la généreuse hospitalité -, Nicola apprendra à se connaître, à trouver sa voie.

    Prix littéraire des enseignants AQPF-ANEL (roman 15 ans et +)
    />
    Elle-même pilote, Katia Canciani a composé ce roman entre le «road trip» et le voyage initiatique. 178 secondes, ce peut être le temps qu'il faut pour perdre le contrôle, pour se rendre compte que tout le monde a une histoire, pour reprendre son souffle...

  • Montréal au coeur de la nuit. À bord de son taxi, un chauffeur va et vient en observant la ville et ses gens. Animé par ceux-ci, le conteur s'allume et les mots se mettent en mouvement. Voici entre vos mains un carnet de bord hétéroclite, à l'image de la cité qui l'inspire.
    Jouant avec les genres, Pierre-Léon Lalonde propose à travers ses textes et ses photos de l'accompagner dans ses déambulations nocturnes. Du portrait poétique au règlement de conte urbain, Un taxi la nuit vous invite à monter à bord pour une promenade littéraire qui sort de l'ordinaire.
    Ce deuxième opus poursuit la route tracée par le premier tome, finaliste au Prix des libraires 2008. Avec, en conclusion, une nouvelle inédite où l'auteur nous fait pénétrer dans son taxi et dans son monde un soir de pleine lune. Un voyage introspectif jusqu'au bout de la nuit.


    Détenteur d'un DEC en lettres, Pierre-Léon Lalonde décroche de l'université (il a commencé des études en histoire de l'art et en histoire à l'UQAM) pour partir sur les chemins. Après des voyages en Europe et sur la côte ouest-américaine, il roule sa bosse de nombreuses années dans le milieu de la musique underground, signant des textes dans des zines aujourd'hui disparus, dont Rectangle et Carnet Noir et travaillant pour le défunt producteur Tir groupé. Pierre-Léon a également été DJ pour l'émission Y'a d'la joie dans le ghetto sur les ondes de CIBL et a contribué au site Web de l'émission Kaosmag.com, diffusée à Télé-Québec dans les années 1990. Chauffeur de taxi depuis plus de 15 ans, il poursuit sa route.

  • La trajectoire

    Stéphane Libertad

    • Hamac
    • 20 Août 2010

    «Je suis soudain nostalgique de mon pays, je me dis que je n'ai jamais été aussi loin de lui et que je ne l'ai jamais tant aimé. Le danseur et son conjoint ricanent. Je me demande si quelqu'un va dire à l'autre enfoiré de fermer sa grande gueule, que son histoire de putes françaises n'est pas conforme aux règles du savoir-vivre. Ma femme me regarde avec un sourire désolé, je vide mon verre et l'entraîne vers la sortie.»
    Il est Français, il rêve de l'Espagne, de soleil et de flamenco. Par amour, il se retrouve avec sa femme et son fils au Québec. Au-delà des différences culturelles entre les deux pays, dans cette chronique douce-amère on suit le parcours sinueux d'un individu à l'aube de la quarantaine.
    Impartial et sans concession, l'auteur porte un regard imparable sur le Québec et la France. Rien ni personne n'est épargné, à commencer par le narrateur lui-même. L'écriture de Stéphane Libertad, sincère et directe, dérange autant qu'elle séduit.
    Stéphane Libertad est né dans le sud-ouest de la France. Il a exercé divers métiers dont celui de scénariste. Il a immigré au Québec en 2006 et vit actuellement à Montréal. Son premier roman, Le chien de Saint-Jacques, a été publié en 2001 aux Éditions Séguier.

  • Marc Bérard, à dix-sept ans, doit tout quitter. Il doit laisser derrière lui les rues pavées, les arcades de jeu, le confort matériel de la vie en ville pour rejoindre son oncle, un guide de chasse, dans la grande forêt d´épinettes du Nord. Un endroit sauvage, peu habité, totalement à l´opposé de ce qu´il a toujours connu. Tout d´abord inquiet, décontenancé, Marc Bérard apprendra rapidement à se mesurer à son nouvel environnement. À en apprécier la rigueur et la beauté, et à faire face aux dangers constants qui le menacent. Surtout, à se fier à ses propres ressources, condition essentielle à la survie dans la forêt boréale.

  • Dans L´enfanCement, Maurice Henrie se remémore des scènes marquantes de sa vie de jeune garçon, au fil des déménagements successifs de sa famille. De la première maison à Val-d´Or au Québec aux cinq autres à Rockland dans l´Est ontarien, il interroge ces « mères successives et pleines de sollicitude » qui l´ont nourri et porté jusqu´à la maturité. Un objectif : que ces maisons se mettent à parler, à dire comment, petit à petit au cours des ans, elles ont incurvé la trajectoire de son destin. L´enfanCement, un recueil de récits dans lequel l´auteur trace le portrait d´une enfance comme tant d´autres, c´est-à-dire unique entre toutes.

  • Countless women have had the frustrating experience of loving a man who is oblivious to them, while he was swept up in the drama of loving a bad girl instead.
    Dr. Lieberman has interviewed over one hundred such men and shares their real-life stories in intimate detail, revealing what the attraction was, how far they went to 'catch' the bad girl, and what impact the experience had on their lives.

    Similar in format to her classic Bad Boys, 12 different types of Bad Girls are profiled: Gold-digger, Addict, Sex Siren, Sexual Withholder, Married Woman on the Prowl, Commitment-Phobe, Husband Hunter and Trapper, Husband Stealer, Damsel in Distress, Cougar, Ball-Buster, and Bad Girl Scorned. The reader will learn what makes these women tick and why otherwise smart and successful men fall head over heels for them, losing their savings, self-respect and sanity in the process.

    Famous bad girls, from history to headlines, and real life to reel life, illustrate each of the different types - including Angelina Jolie, Samantha from Sex and the City, Britney Spears, Glenn Close in Fatal Attraction, Oksana, and many more. Bad girls are heartbreakers - a paradox of insecurity and ruthlessness, deprivation and entitlement, emptiness and chaos.

    This book will appeal to women who want to learn the secrets hidden in the bad girl book of spells, without truly becoming 'bad' themselves, and to men who are licking their wounds.

  • L'aventure a commencé après cette question posée directement à Zachary Richard : « Comment sentirais-je l'âme de la Louisiane ? » Zachary lui a simplement répondu : « Si tu veux sentir l'âme de la Louisiane, tu dois y aller souvent ». L'étincelle s'est allumée à son premier voyage en décembre 2002 sous le violon de David Greely, ce musicien du meilleur band cajun de la Louisiane, Steve Riley and the Mamou Playboys. David l'a fait plonger dans l'âme de sa chère Louisiane. L'auteure s'est rendue plus de douze fois dans ce pays qu'elle a appris à profondément aimer. De là, l'idée lui est venue de partager une parcelle d'elle-même à travers son héroïne, Mercedes Leroyer, cette femme de coeur qui oscille entre le Québec et la Louisiane. Toujours à la recherche d'elle-même, la musique est son outil de prédilection pour prendre conscience de la différence qui existe entre les peuples. Être à l'écoute et ressentir les difficultés et les épreuves des autres, voilà ce qui anime Mercedes Leroyer dans ce roman à la fois touchant et truffé de belles aventures. Venez découvrir, avec une très grande sensibilité, sa vision émotionnelle et mystique de ce coin de pays du sud des États-Unis. Mercedes trouvera-t-elle ses véritables origines dans le pays des bayous?

  • Quelques jours avant leur voyage en Arizona, Peter rompt sa relation avec Mercedes sans explications. Elle décide de se rendre seule dans la réserve des Navajos, ce grand peuple qui a failli être exterminé durant la conquête du sud-ouest américain. Son amour des chevaux l´amènera à tisser des liens profonds avec eux. Ekis, un géologue attachant et sensible, l´initiera à leurs coutumes.
    Gabriel, le fils de Peter, attristé et très inquiet pour la vie de son père, Peter, décide de partir à la recherche de Mercedes. Qu´arrivera-t-il à cet adolescent louisianais? Réussira-t-il à retrouver celle que les Navajos ont surnommé : l´asdzáni kf?
    Ce livre vous entraînera avec toute son intensité dans le mystère de ces deux états du sud des États-Unis, la Louisiane et ses bayous ainsi que l´Arizona et ses canyons.

    Comment des peuples peuvent-ils conserver à travers le temps l´essence même de leurs ancêtres tout en gardant les yeux tournés vers l´avenir?

empty