Arts et spectacles

  • Depuis la parution du tome 1, consacré à l´analyse de campagnes de communication diffusées de 1988 à 2001, le monde des organisations, et donc de leurs communications, s´est complexifié. La consommation des médias - de masse, traditionnels ou émergents - a considérablement évolué. Elle s´est également intensifiée avec la montée du journalisme en direct, l´influence des résultats de sondages de plus en plus fréquents et l´omniprésence des technologies de l´information.

    Ce deuxième tome du livre Des campagnes de communication réussies arrive ainsi à point nommé. Passant au crible des théories des relations publiques des campagnes canadiennes de 2003 à 2007, il veut inspirer les praticiens dans la résolution de problèmes et aider les étudiants à concrétiser des notions théoriques. Chaque campagne est décrite, puis analysée en fonction des publics visés, du type de relation, des choix de réseaux, du modèle de communication, des contextes modifiés par les campagnes et de l´utilisation du storytelling. De la gestion des enjeux à la communication de crise, en passant par les campagnes de santé publique, l´organisation d´événements et les campagnes de lancement de produits, l´ouvrage pose un regard à la fois pragmatique et critique sur la pratique récente de la communication organisationnelle.

    Comme le souligne, dans la préface, Marcel Barthe, vice-président stratégie d´entreprise de Cossette : « Bien comprendre et intégrer le contenu de ce livre pourrait, j´en suis convaincu, amener une bonification de notre travail. »

  • Le terme « appropriation » est de plus en plus utilisé en sciences humaines, sans pour autant que l´on sache à partir de quels postulats il se trouve justifié, que ce soit pour expliquer une action ou pour en faire une méthode de recherche. Le but de ce court essai est de l´intégrer à une théorie de l´interprétation qui en révèle pleinement sa puissance, et c´est à partir du pragmatisme de Charles Sanders Peirce que cela est possible.

  • Tantôt présents ou documents figurés, tantôt considérés comme de la monnaie, les wampums sont des colliers de perles fabriquées de coquillages marins qui étaient utilisés par les Indiens du Nord-Est de l'Amérique et les Européens.Si des milliers de wampums sont cités dans les archives coloniales, peu d'entre eux sont parvenus jusqu'à nous et la tradition de leur échange a depuis longtemps cessé d´être pratiquée. Les wampums du Musée de la civilisation de Québec ont été acquis à la fin du xixe siècle dans un contexte particulier où collectionneurs et numismates s´arrachaient les objets amérindiens et où ceux-ci, pour diverses raisons, acceptaient de s'en départir. Cette collection n'avait jamais été étudiée, ni par les historiens, ni par les ethnologues ou par les muséologues. Par un raisonnement critique, en avançant toujours avec prudence et sans jamais céder à la simplification, Jonathan C. Lainey soulève les difficultés et les problèmes reliés à leur étude et à leur interprétation. Il reconstitue méticuleusement les différentes étapes de la vie des objets, leur muséification et le sens qu´on peut leur donner aujourd´hui.Plus qu´une simple étude sur les wampums, cet ouvrage a le mérite de porter un regard sur certaines réalités historiques relatives à la culture matérielle d´un groupe amérindien de la région de Québec, les Hurons de Lorette. Ce sont le rapport à l´Autre, les processus d´appropriation et les transferts culturels qui sont abordés par l´étude de la transformation de l´usage des wampums, devenus aujourd´hui objets de musée. Reposant sur une ethnographie et une iconographie riches et détaillées, ce livre constitue une contribution importante aux études ethnohistoriques et aux études amérindiennes de l´Amérique du Nord-Est.

  • Hugo Légo n´a pas de tête. Qu´à cela ne tienne, il suffit d´un oeuf pour combler le vide. Mais il lui faut aussi un nez pour sentir, des yeux pour voir, une bouche pour parler... Hugo Légo croise d´étranges personnages qui lui font don de ce qui lui manque. Mais chacun lui pose une condition...

    Hugo Légo se souviendra-t-il des mises en garde de ses bienfaiteurs ? Un album débordant d´imagi¬nation tant par son récit fantastique que ses illustrations exubérantes.

  • Que veut dire «s'informer» à une époque où l'information-spectacle domine les bulletins de nouvelles? Fait-on place à tous les points de vue? Quel est le poids réel de la télévision en cette matière?



    Cet ouvrage offre des pistes de réflexion pour répondre à ces questions, en s'intéressant aux liens qui unissent médias et gouvernement américains, aux interactions entre ces acteurs et l'opinion publique et aux explications des spécialistes en communication sur l'influence de la télévision en politique étrangère.

  • Ce livre est un véritable coup de gueule au monde du journalisme ! L´auteur s´inquiète de la forme de journalisme que doivent pratiquer, et que devront pratiquer à l´avenir les jeunes.

  • Suivez ce Québécois dans ses pérégrinations mondiales à la quête de photographies aériennes.
    Vous y découvrirez quelques-unes de ses multiples aventures dans une quarantaine de pays et plus d´une centaine de villes et régions photographiées dans le cadre de son travail.
    Il a survolé ainsi des milliers de villes mondialement connues.
    En brousse, en forêt, au-dessus de déserts, de mers, de glaciers, rien ne l´arrête.
    Une fois `à terre´, ses aventures, à saveur romanesque (mais bien réelle), se poursuivent !

  • Ce guide traite de développement et de gestion d'un parc public de planche à roulettes. Il accompagne les gestionnaires dans toutes les étapes d'aménagement, les informe des caractéristiques et des attentes des jeunes, des critères de qualité de ce service en loisir, des décisions à prendre, des designs des modules et des exigences en matière de sécurité. Enfin, il établit un cadre de référence en matière de gestion d'un site.

  • Vous regardez les danseurs évoluer sur la piste, fascinés par les motifs que tracent agilement leurs pieds sur le sol. Puis, votre regard remonte lentement leurs corps enlacés et pénètre, pour quelques moments, leur intimité. Au-delà des costumes flamboyants et des pas de danse, vous comprenez que le tango cache en lui les délicats mécanismes des rapports humains. C´est également ce qu´a compris France Joyal en initiant, il y a trois ans, un cycle de colloques et de publications universitaires sur le tango. Poursuivant le travail accompli dans Tango, corps à corps culturel (2009), elle met ici à contribution les expertises scientifiques et professionnelles de chercheurs d´origines diverses - française, argentine, roumaine et québécoise - et de domaines variés - psychologie, géomatique cognitive, musique, psychiatrie, histoire, littérature, sociologie, danse et éducation artistique. Ensemble, ils offrent un panorama du tango, de ses fondements, de son caractère improvisé, de ses incidences sur le mieux-être de l'individu et de son extraordinaire potentiel métaphorique. Les chercheurs de tous les domaines, les intervenants en santé, de même que les professeurs, danseurs et amateurs de tango, se sentiront interpellés par cet ouvrage qui marque les prémisses de la « tangologie », d´une science du tango. Assurément, le tango n´a pas de frontières.

  • À travers les épopées de l'édification et de la conservation des églises, les auteurs nous convient à un récit sur l'imaginaire québécois. Et sur ses avatars qui nous ramènent aux mésaventures universelles du patrimoine; Les églises du Québec. Un patrimoine à réinventer conduisent alors sur les chemins nouveaux de la patrimonialisation, là où les monuments ont un avenir.

  • En cinquante ans, le centre-ville de Montréal a vu s´implanter un réseau piétonnier protégé de près de 30 kilomètres, donnant accès à ce qu´on appelle maintenant la ville intérieure. Le « RÉSO », entièrement accessible au public, comprend des stations de métro et des gares, des halls d´immeubles, de bureaux et d´habitation, des galeries marchandes, des pavillons universitaires et bien d´autres structures. Toronto a connu avec le « PATH » une évolution similaire, et les deux métropoles ont acquis pour ces aménagements une renommée internationale.

    Résultat de plusieurs années de recherche, ce livre décrit deux expériences d´urbanisme tridimensionnel uniques au monde par leur ampleur. Il retrace leur historique et aborde les grandes questions qui se sont posées au fi l des années. Quelles sont les conditions favorables à l´extension d´une ville intérieure ? Quels en sont les obstacles ? Quels sont les rôles respectifs des autorités publiques et des entreprises privées ? Dans quelle mesure les usagers et les citoyens en général ont-ils leur mot à dire dans ce genre de développement urbain ? Le développement de la ville intérieure est-il terminé ou faut-il s´attendre à un nouvel essor ? Michel Boisvert s´appuie sur une très riche documentation pour nous faire découvrir Montréal et Toronto sous un angle fascinant et méconnu.

    Michel Boisvert a été jusqu´en 2010 professeur à l´Institut d´urbanisme de l´Université de Montréal, où il a enseigné l´économie urbaine et la planifi cation des infrastruc tures. Avec le soutien du Fonds de développement de la métropole, il créait en 2002 l´Observatoire de la ville intérieure, qui unit les forces de chercheurs et d´étudiants de plusieurs universités canadiennes et étrangères.

  • Qu'entend-on par «recherche création»? Quelle est la nature et la spécificité des recherches menées en pratique artistique et quels en seraient les produits? Comment notre rapport à la recherche évolue-t-il dans nos facultés d'art universitaires? Quels seraient les modes méthodologiques les plus pertinents pour la poursuite de recherches en pratique artistique? De tels modes existent-ils? Doivent-ils être importés? Adaptés? Ou encore, sont-ils à inventer?

  • De Ville Mont-Royal à Vitruve, d'Hochelaga à Palladio et de Jérusalem à Le Corbusier, c'est de cet urbain saisi sur deux échelles, celle du monde qui l'a produit et celle du monde qui nous entoure, dont cet ouvrage-ci nous parle. Les textes colligés visent ainsi à inscrire la ville, comme création, dans un horizon culturel qui en dévoile l'extraordinaire foisonnement. Ils illustrent par quels moyens, devant quels regards et sous quels aspects ce merveilleux enchevêtrement du sens se révèle. Pourquoi publier une anthologie d'André Corboz? Pour montrer que l'on peut, encore, analyser la ville par-delà la description fataliste de son immédiateté, comme une création et comme l'image que nous voulons de nous-mêmes, ancrée aux temps, ceux d'hier et ceux de demain.

  • Ce livre est le résultat d'une étude qui porte sur le contenu du coeur masculin et qui a été initiée à partir de la question « Comment et pourquoi, moi, en tant que mâle, je cache mes émotions? » L'auteur s'ouvre à vous avec complicité, d'une façon profonde, chaleureuse et humaine.
    L'émotion est au coeur de la souffrance de l'homme car elle y reste prisonnière, ce qui le laisse avec le sentiment culpabilisant d'être insensible, avec une souffrance de solitude et un manque d'identité. C'est par la connaissance et l'acceptation de ses masques et de leurs origines qu'il aura la chance de récupérer sa sensibilité et son identité. Il pourra ainsi améliorer ses relations personnelles et professionnelles et devenir un homme vrai plutôt qu'un « vrai homme ».
    Vous trouverez dans ce livre la description de douze masques classés en trois caté-gories: cinq masques d'anti-virilité, quatre masques d'anti-émotivité et trois masques de dureté. Vous pourrez faire le lien historico-social de ces trois catégories de masques tout en vous sensibilisant à l'origine familiale et éducationnelle de chacune d'elles. De plus, ce livre propose aux femmes qui le désirent un rapprochement avec la sensibilité masculine.

  • Ces études mettent en lumière l'articulation entre l'art et le politique dans la création contemporaine. Écrites tant par des littéraires que des historiens ou des politicologues, elles sont consacrées soit à la littérature, au théâtre, au cinéma ou aux arts visuels et performatifs.

  • Ayant pour objet la ville et les processus d´urbanisation, l´urbaniste mobilise, pour remplir sa mission, des savoirs et compétences disciplinaires variés (sociologie, économie, génie civil, sciences politiques, architecture urbaine, géographie, sciences de la gestion, etc.). Né en début de deuxième moitié du XIXe siècle dans le sillage des préoccupations hygiénistes et longtemps préoccupé par les questions de croissance, l´urbanisme est aujourd´hui convoqué sur le terrain d´une urbanisation généralisée et du développement durable. Ce qui a toutes les apparences d´un nouveau défi est en même temps un retour aux sources. Face à cette évolution récente des enjeux et des défis, comment et où se situe l´urbaniste québécois ?

    Gérard Beaudet est professeur titulaire et directeur de l´Institut d'urbanisme à la Faculté de l'aménagement de l´Université de Montréal.

  • Émancipée des récits de vie d´artiste et d´un statut de « fille de l´archéologie » qui, de la Renaissance au xixe siècle, en ont orienté les pratiques, l´histoire de l´art traverse depuis une trentaine d´années un moment important dans sa constante redéfinition disciplinaire. L´auteure aborde cette question en voyant comment la notion d´histoire et la notion d´art connaissent d´importantes remises en question qui, au sein de la discipline de l´histoire de l´art, ébranlent aussi bien la construction des récits que la définition de ce qui constitue désormais son objet élargi. C´est en même temps l´occasion de réfléchir sur la façon dont s´articulent, dans l´histoire et dans le temps présent, les deux grandes institutions porteuses de cette discipline : le musée et l´université.

    Johanne Lamoureux est professeure titulaire au Département d´histoire de l´art de l´Université de Montréal. Ses domaines de recherche sont : l´art contemporain et l´art actuel ; l´histoire, la critique et la théorie ; la peinture française des XVIIIe siècle et début du XIXe siècle ; l´histoire de l´art et l´interdisciplinarité. Elle est aussi directrice du département.

  • La musique, c´est bien connu, est avant tout source d´émotion et de plaisir. Elle accompagne notre vie quotidienne, dont elle constitue le paysage sonore sans même que nous nous en rendions compte. Alors, pourquoi y a-t-il des musicologues, c´est-à-dire des chercheurs qui prétendent aborder la musique d´un point de vue scientifique ? Quelles questions se posent-ils ? Quels problèmes cherchent-ils à résoudre ? Comment travaillent-ils et où ? Le discours sur la musique ne serait-il pas quelque peu parasitaire ? Que peut-il apporter aux mélomanes et aux amoureux de la musique ? Telles sont quelques-unes des questions que le grand public se pose souvent au sujet de la profession de musicologue, et auxquelles Jean-Jacques Nattiez tentera de répondre en empruntant des exemples concrets à ses propres champs de recherche : la musique de Wagner et celle... des Inuit.
    L´auteur Jean-Jacques Nattiez est professeur titulaire de musicologie à la Faculté de musique de l´Université de Montréal et pionnier de la sémiologie musicale, une des branches contemporaines de la discipline. Ses champs de recherche spécifiques ont porté sur les opéras de Wagner, les rapports entre musique et littérature, les écrits du compositeur et chef d´orchestre Pierre Boulez et, en tant qu´ethnomusicologue, sur la musique des Inuit, des Aïnou (Japon), des Tchouktches (Sibérie), des Baganda (Ouganda) et des Amérindiens Nahuas (Mexique).

  • Musiciens cadiens et créoles est le résultat de dix ans de collaboration entre lauteur et le photographe. Le livre offre une centaine de photographies en couleur de musiciens en public et chez eux. Lintroduction de Barry Jean Ancelet résume brillamment lévolution de la musique et la culture cadiennes, et sa discographie sera un guide précieux pour ceux qui voudraient approfondir leur connaissance de cette musique.

  • Les causes de la stagnation et du déclin de l'économie montréalaise étant identifiées, que faire? Voilà la question qui motive ce livre. On y présente cinq grands défis auxquels fait face la métropole: le déclin; le recyclage des zones industrielles; la mobilité des biens et des personnes; l'équilibre écologique et le développement durable; et, enfin, la diversité ethnique, culturelle et linguistique. Devra-t-on pour relever ces défis affirmer la spécificité de l'île de Montréal à travers la définition d'un statut politique, économique et linguistique particulier ou plutôt miser sur l'ensemble de la région métropolitaine ou encore élargir la question au contexte interrégional québécois?

  • Après quatre décennies de prospérité sans pareille au cours de son histoire, le Saguenay-Lac-Saint-Jean fait face depuis 25 ans déjà à une difficile mutation vers un nouveau cycle dans l'évolution de sa structure économique. Ces difficultés seront illustrées par les indicateurs classiques à propos de la démographie, de l'emploi, de la pauvreté, de l'entrepreneuriat, du revenu des ménages, de l'investissement, de la démocratie.Précis dans les diagnostics effectués, vigoureux dans les pronostics formulés et réaliste dans les thérapeutiques proposées, cet ouvrage à tous ceux et celles à qui l'avenir du Saguenay-Lac-Saint-Jean tient à cour et à raison. Il ne se veut ni exhaustif ni définitif. Loin s'en faut. Ce livre s'inscrit néanmoins comme un outil fondamental pour soutenir l'accélération du rythme de l'apprentissage collectif vers un nouveau cycle économique structurel pour cette région.

  • The Réserve muséale de la capitale nationale is now a reality. It meets accepted standards of preventive conservation and functionality. Almost twenty years of patience, discussions and planning have gone into achieving this. During this time, the orientation and future direction of the collections also came under basic scrutiny.
    This book details the studies and strategies that underpinned this vast undertaking, and describes some of the measures that helped ensure that the move proceeded smoothly and the principles that guided the organization of the collections in the new, highly functional and secure facilities. The photos and illustrations show the size and uniqueness of the new facilities as well as the care that was given to the artefacts in the national collections during the move.
    A wide range of expertise came into play. Administrators, curators, conservators, engineers, designers, architects, and museology technicians brought their respective skills and determination together in this project. It is time to take stock of all this work and the results. Now that it can at last enjoy the satisfaction of a job well done, in these pages the team responsible for the creation of the new reserve is making its experience public, and gratefully acknowledging the inspiration and advice received from various institutions and colleagues.

  • «Yoav Talmi écrit comme il dirige son orchestre: avec précision, passion et générosité.» - Jean-Paul L'Allier, extrait de la préface Maestro Yoav Talmi a dirigé les plus grandes formations orchestrales à travers le monde, il a côtoyé les artistes contemporains les plus marquants, des musiciens légendaires se sont produits sous sa baguette. Mais c'est à Québec qu'il a passé les douze dernières années à la direction musicale de l'Orchestre symphonique de Québec.
    Né en 1943 dans un modeste kibboutz du futur État d'Israël, Yoav Talmi a dès son plus jeune âge consacré sa vie à la musique. Dans ses mémoires, il raconte son parcours avec sincérité et transparence et révèle une multitude de facettes insoupçonnées de sa carrière et de sa personnalité. Au fil des pages, maestro Talmi rapporte nombre d'anecdotes aussi amusantes qu'étonnantes dans un récit plein de verve et de rebondissements.

    Natif d'Israël et diplômé de la Juilliard School of Music de New York, Yoav Talmi mène depuis plus de 40 ans une carrière internationale exceptionnelle. Tour à tour directeur musical de l'Orchestre symphonique d'Arnhem, aux Pays-Bas, de l'Orchestre de chambre d'Israël, des orchestres symphoniques de San Diego et de Québec, maestro Talmi a en outre été premier chef invité de l'Orchestre philharmonique de Munich et chef invité partout dans le monde. Les plus grands interprètes se sont produits sous sa direction. Son passage à Québec aura marqué la vie culturelle de la capitale.

    Professeur d'histoire de la musique au Conservatoire de Québec, Bertrand Guay est rédacteur des notes de programme de l'Orchestre symphonique de Québec depuis plus de 20 ans. Collaborateur à l'Opéra de Québec, aux Violons du Roy, à Radio-Canada et au journal Le Soleil, il est aussi spécialiste de la vie musicale à Québec.

  • La Société de musique contemporaine du Québec (SMCQ) a été fondée en 1966 et son histoire est intimement liée à celle du développement de la scène des musiques nouvelles au Québec.
    Réjean Beaucage examine le travail de ses trois directeurs artistiques (Serge Garant de 1966 à 1986, Gilles Tremblay de 1986 à 1988 et Walter Boudreau depuis 1988), qui ont invité les meilleurs éléments de la scène internationale à se produire lors des saisons de la SMCQ, tout en participant activement à l'éclosion du talent local en matière d'interprétation et de composition.
    Il se penche également sur le rapport trouble entre la société de concerts et les médias... De la «Grande Noirceur» à la Grande Muraille, en passant par la Symphonie du millénaire et une multitude de grands festivals internationaux, l'histoire de la SMCQ est toujours en marche et sera encore à faire.
    Après être passé par le baccalauréat en études littéraires à l'Université du Québec à Montréal, Réjean Beaucage s'est tourné simultanément vers la musique (en tant que batteur autodidacte) et vers la radio (principalement à CIBL-FM). Il collabore régulièrement, depuis 2001, à l'hebdomadaire Voir et, depuis 2000, on peut lire ses contributions dans la revue Circuit, consacrée à la musique contemporaine. À l'occasion, on trouve aussi sa signature dans Improjazz (France). Il est directeur général de la société de concerts Réseaux des arts médiatiques.

empty