Sciences & Techniques

  • Le bio, la viande, les régimes « sans »... Comment démêler le vrai du faux ? Entre les produits bio emballés dans du plastique, les régimes végétariens et véganes qui prennent de plus en plus d'ampleur, et les grandes industries agro-alimentaires qui usent d'un marketing bien ficelé pour revaloriser leurs produits, nous ne savons plus qui croire ni quoi manger. Frédéric Denhez, écologue de formation, nous propose sans manichéisme de redécouvrir les coulisses de notre système alimentaire et nous incite à ouvrir les yeux sur les choix que nous faisons, souvent de façon inconsciente ou parce que nous sommes mal informés.Comprendre d'où vient ce que nous mangeons, saisir la réalité de la précarité alimentaire, savoir où et comment faire nos courses, réapprendre à apprécier les repas quotidiens... Cet ouvrage nous donne toutes les réponses aux questions que nous devons tous nous poser, afin de prendre des décisions éclairées, cohérentes et assumées sur ce qui se trouve dans notre assiette, sans culpabiliser ! Un manifeste du bien s'informer pour bien manger !

  • Faciles à cueillir ou à trouver, économiques et naturelles, les plantes médicinales constituent une alternative efficace aux médicaments de nos pharmacies familiales. Bardane, capucine, mauve ou sauge, découvrez les vertus de 50 plantes et laissez-vous guider dans l'élaboration de préparations et remèdes qui soigneront les maux du quotidien en toute sécurité. Du mal de tête à la brûlure en passant par le rhume ou les allergies, retrouvez en fin d'ouvrage un index des maux pour une utilisation rapide et pratique au quotidien.

  • Une réflexion anthropologique, historique et sociologique sur l'alimentation, appréhendée comme le révélateur et le résultat des rythmes sociaux, ou du temps tel qu'une société le conçoit et l'utilise.

    1 autre édition :

  • « L'arboriculture fruitière est entrée dans une voie nouvelle de grande culture et de grande production. De simple délassement d'amateur, elle est devenue une branche importante de la richesse nationale en approvisionnant nos marchés de fruits frais ou transformés par l'industrie, et en ajoutant une source de revenus à l'exploitation agricole.
    Encouragée par ces résultats, l'horticulture rurale s'est empressée de mettre en état et de planter des surfaces improductives. Un grand nombre de friches, des fermes abandonnées, des terrains vagues sont devenus des plantations fertiles. Des accotements de routes et de voies ferrées, des talus de canaux et de rivières représentent désormais un capital placé à gros intérêts.
    Pour aider et pour soutenir un pareil mouvement en avant, nous avons écrit ce livre ; la reconnaissance filiale le place sous les auspices de notre vénéré maître, qui fut lui-même un vulgarisateur de la culture des arbres fruitiers.
    Depuis trente années, nous étudions cette question économique de l'alimentation par l'arboriculture. Nous en avons posé les jalons aux Congrès internationaux de Bruxelles, d'Amsterdam, de Saint-Pétersbourg, de Paris, etc. Notre modeste opuscule, Culture des arbres fruitiers au point de vue de la grande production, obtint une telle faveur dans la presse agricole et auprès de la Société centrale d'Horticulture de France que, pour répondre à l'invitation qui nous en était faite, nous résolûmes de le compléter.
    Notre but est de guider le planteur dans son oeuvre en lui indiquant les travaux à faire, les meilleures espèces à cultiver pour chaque saison de l'année, et comment il devra les exploiter de manière à en obtenir un bénéfice prompt, certain et durable. Nous avons voulu surtout appuyer nos conseils par des faits acquis, des résultats indiscutables. »
    BnF collection ebooks a pour vocation de faire découvrir en version numérique des textes classiques essentiels dans leur édition la plus remarquable, des perles méconnues de la littérature ou des auteurs souvent injustement oubliés. Tous les genres y sont représentés : morceaux choisis de la littérature, y compris romans policiers, romans noirs mais aussi livres d'histoire, récits de voyage, portraits et mémoires ou sélections pour la jeunesse.

  • « Nous n'avons pas la prétention d'apprendre aux maraichers de profession leur métier, encore que les plus habiles praticiens puissent retirer quelque fruit d'une théorie basée sur les acquisitions récentes de la science. C'est surtout aux habitants de la campagne, qui abandonnent aux enfants et aux animaux de basse-cour des terrains qu'ils pourraient exploiter plus utilement pour l'augmentation de leur bien-être, que nous nous adressons, petits fermiers, ouvriers de la terre, citadins en villégiature, qui trouveront dans ce commerce quotidien avec la nature une agréable diversion à leurs préoccupations habituelles. Dioclétien se plaisait à cultiver des laitues, évidemment romaines, et, plus pres de nous, Bernardin de Saint-Pierre voyait tout un monde dans un plant de fraisier. Après un empereur et l'auteur de Paul et Virginie, ce n'est pas déroger que de chercher à pénétrer les arcanes de la culture maraîchère.
    D'ailleurs le maraîcher parisien est le premier du monde : il se tient au courant des belles leçons de M. Georges Ville et de M. Maxime Cornu, et son marais est lui-même une école. La proximité lui rend les études faciles, lui permet d'expérimenter les nouveautés et les découvertes récentes.
    Il n'en est pas. de même du maraîcher de province, du petit cultivateur, des instituteurs, de tous ceux en un mot pour qui la culture maraîchère est, non seulement un commerce, mais encore un adjuvant à leurs modestes ressources.
    C'est pour ceux-ci que nous avons résumé en un petit nombre de pages les principes et les instructions qui les mettront à même d'obtenir des légumes de première qualité et sans interruption du commencement à la fin de l'année. »
    Fruit d'une sélection réalisée au sein des fonds de la Bibliothèque nationale de France, Collection XIX a pour ambition de faire découvrir des textes classiques et moins classiques dans les meilleures éditions du XIXe siècle.

  • « Pareillement au calme qui suit toujours la tempête, au beau temps qui succède à la pluie, à la paix venant après l'ouragan dévastateur de la guerre, la France, démâtée, paraît renaître de son naufrage désastreux dans la mer de l'invasion étrangère. Malgré la mutilation de nos plus riches provinces, la saignée considérable de nos finances, la perte de milliers d'hommes, la France revit de son épuisement, de son anémie.
    Semblables aux marins qui espèrent toujours, de même, pleins de confiance dans l'illustre, le vaillant capitaine qui dirige et maintient si fermement le gouvernail de la nation, nous devons tous chercher à imiter son exemple et seconder ses efforts en réparant nos avaries.
    Il est donc du devoir de chacun de travailler dans la mesure de son possible à refaire les agrès du noble vaisseau de la France !
    Sur cette mer agitée, je m'estimerai heureux pilote, si je puis contribuer, même faiblement, à ramener au port notre belle patrie, encore en deuil et si éprouvée.
    La régénération agricole, ai-je dit quelque part, doit précéder la régénération sociale. C'est cet axiome, que dis-je ? cette grande vérité, cette nécessité sociale que je vais essayer de démontrer, comptant beaucoup sur l'indulgence de ceux qui liront ces quelques lignes, et espérant un accueil, sinon favorable, du moins bienveillant, ainsi qu'il en a été de mes travaux antérieurs. »
    Fruit d'une sélection réalisée au sein des fonds de la Bibliothèque nationale de France, Collection XIX a pour ambition de faire découvrir des textes classiques et moins classiques dans les meilleures éditions du XIXe siècle.

empty