République des Lettres

  • Denis Diderot (1713-1784) a lui-même rédigé plusieurs milliers d'articles de son Encyclopédie, dont cet essai sur le Beau, qui constitue l'une des contributions les plus remarquables des encyclopédistes à la philosophie de l'Art. Publié en 1752 dans le deuxième tome de l'Encyclopédie, le philosophe des Lumières cherche à y résoudre l'énigme de la beauté et du sublime. Dans son souci d'universalisme, il ne se réfère pas seulement au beau artistique et à l'expérience esthétique mais traite d'un concept plus général de beauté qui a affaire avec l'histoire de l'expérience humaine. Au-delà du sensualisme, il défend une thèse selon laquelle "la perception des rapports est l'unique fondement de notre admiration et de nos plaisirs" et insiste sur le pouvoir d'évocation des figures de rhétorique et des procédés de style comme critère esthétique. "J'appelle donc beau hors de moi, tout ce qui contient en soi de quoi réveiller dans mon entendement l'idée de rapports; et beau par rapport à moi, tout ce qui réveille cette idée". La présente édition reprend le titre de Taité du Beau utilisé dans les trois éditions publiées du vivant de l'encyclopédiste, et en sous-titre celui choisi par Naigeon lors de la première édition des Oeuvres de Diderot, en 1798: Recherches philosophiques sur l'origine et la nature du beau. Le texte est suivi d'une brève biographie de Diderot.

empty