Les éditions Pulsio

  • Regrets sur ma vieille robe de chambre ou Avis à ceux qui ont plus de goût que de fortune est un essai rédigé par Denis Diderot en 1768 et inséré l´année suivante dans la Correspondance littéraire. Il fut publié en volume en 1772 sans l'accord de l'auteur par Friedrich Ring dans une brochure petit in-8°, sans indication de lieu, mais sortant certainement d´une imprimerie suisse. L´écrivain avait rendu un service signalé à Marie-Thérèse Geoffrin, fameuse par le salon littéraire qu´elle tint avec tant de distinction. Pour lui témoigner sa reconnaissance, elle fit un jour déménager tous les pauvres meubles du philosophe et les remplaça par d´autres qui, quoique plus beaux et meilleurs, ne méritaient pas cependant, parait-il, un éloge si pompeux. Le lecteur remarquera une admirable appréciation du talent du peintre Vernet. Le texte a parfois été considéré comme une introduction au Salon de 1769. À plus grande échelle, ce petit texte, écrit sur un ton ironique, est prétexte à une réflexion douce-amère sur le destin des philosophes face à la prospérité et les compromis auxquels l´intellectuel vieillissant peut, l´âge aidant, se laisser aller : « Mes amis, gardez vos vieux amis. Mes amis, craignez l´atteinte de la richesse. Que mon exemple vous instruise. La pauvreté a ses franchises ; l´opulence a sa gêne ». (source : Wikipedia)

  • La Bible version Segond, qui a été payée par la Compagnie des pasteurs de Genève, est mise à disposition des maisons d'éditions chrétiennes libre de droits. Cela s'explique par le fort élan missionnaire qui caractérise la période et qui amène les responsables d´Église à distribuer cette édition auprès des personnes récemment évangélisées. La qualité de la traduction Louis Segond est largement reconnue. Elle combine trois caractéristiques : elle reflète fidèlement la forme du texte original, ce qui en fait une traduction d'une précision exceptionnelle, particulièrement pour l'Ancien Testament. Selon le professeur Samuel Amsler, cette traduction est le chef-d´oeuvre d´un des meilleurs hébraïsants protestants de l´époque contemporaine, dont le sens très remarquable de la langue française impressionne aujourd´hui encore ; la langue utilisée possède des qualités littéraires et une grande rigueur syntaxique. (L´écrivain Paul Claudel en était un lecteur assidu) ; le vocabulaire en a été mûrement réfléchi et est très riche. Elle sera sans cesse révisée et améliorée. L´adjonction de références parallèles, en tête des paragraphes et en colonnes, contribuera par exemple au succès de l'édition de la bible Segond révisée de 1910.
    Cette édition présente des menus interactifs pour faciliter la navigation.

  • La Prisonnière est le cinquième tome d'À la recherche du temps perdu de Marcel Proust publié en 1923 à titre posthume. Le thème principal de ce volume est l'amour possessif et jaloux qu'éprouve le narrateur pour Albertine. Il la fait surveiller, la soupçonne de liaisons homosexuelles, essaie de la retenir chez lui. À la dernière page du roman, la domestique Françoise apprend au narrateur qu'Albertine est partie sans le prévenir. Cet événement inattendu marque le passage de La Prisonnière à La Fugitive (ou Albertine disparue).

empty