Éditions de la Maison des sciences de l'homme

  • Depuis une vingtaine d'années, le tatouage est devenu omniprésent dans les sociétés occidentales : il décore les peaux, défraie la chronique, préoccupe les chercheurs. Or les études de ces derniers font la part belle aux significations que les personnes tatouées attribuent à leur modification corporelle sans jamais se pencher sur le pendant professionnel de cet engouement, pourtant visible à travers l'efflorescence des studios de tatouage. Qui sont les tatoueurs ? Des artistes ? Des artisans ? Leur travail répond toujours à une double nécessité : satisfaire les désirs d'une clientèle désormais majoritairement profane tout en réalisant les « plus beaux » tatouages. Mais quels critères, notamment esthétiques, guident la réalisation et l'exécution d'une image encrée ? Comment les professionnels de l'encrage négocient-ils avec les hommes et les femmes qui viennent leur soumettre leur projet ? En examinant les processus de production des tatouages, cet ouvrage met au jour la manière dont s'apprend, se reproduit et se renouvelle cet univers visuel. Il dévoile les qualités dont doivent faire preuve les aspirants pour gagner leur place dans ce monde et y construire une réputation d'« artiste-tatoueur ».

  • Tracts, affiches, prospectus, pamphlets... Nombreux sont les éphémères qui accompagnent les événements collectifs, qu'il s'agisse de manifestations officielles, de crises politiques et religieuses, ou de simples faits divers. Mais les éphémères scandent aussi les événements de l'existence individuelle et quotidienne : bons points, images pieuses, menus, faire-part constituent autant de jalons qui façonnent notre mémoire et associent la vie privée aux rites sociaux. Comment les éphémères s'articulent-ils à l'événement politique, artistique, culturel ou familial ? En sont-ils la trace, le reflet, ou ce qui contribue à le construire comme tel ? Dans quelle mesure nous permettent-ils de mettre en rapport une histoire de l'événement et une histoire du quotidien ? Quelle valeur peuvent prendre, loin de leur contexte d'origine, ces documents qui en sont si fortement tributaires ? Telles sont les questions qui rassemblent ici des spécialistes venus d'horizons variés (conservateurs, chercheurs en lettres, histoire et histoire de l'art) pour montrer combien les éphémères ponctuent nos vies. Ce volume est publié dans le cadre du programme de recherche PatrimEph - La patrimonialisation des éphémères, soutenu par la Fondation des Sciences du Patrimoine.

  • Savoir faire ne veut pas dire pouvoir transmettre : informels, non codifiés, les savoir-faire ne se dérobent-ils pas sans cesse à toute transmission organisée, à toute politique d'apprentissage ? N'en vient-on pas parfois à douter de la possibilité même de leur transmission ? Si l'inventaire des installations, des sites et des techniques, ...

  • Quels sont les rapports entre les temps, les rythmes sociaux et les pratiques liées à l'alimentation ? Dans quelle mesure celles-ci contribuent-elles à l'organisation du temps quotidien et des calendriers ? Dans quelle mesure sont-elles, en retour, réglées par les contraintes du temps ? On ne peut répondre à ces questions sans embrasser la diversité anthropologique, historique et sociale des conceptions et des usages du temps. Les études réunies dans ce volume invitent à des approches croisées : par exemple entre le temps des consommateurs et celui des producteurs, entre le temps des cultures sans horloge et le temps des sociétés hyperponctuelles, entre les civilisations qui associent temps linéaire et temps cyclique et celles qui ne croient qu'à un seul temps. Traiter du temps sous l'angle de l'alimentation aide, en spécifiant une notion spontanément concédée à la physique et à la philosophie, à la faire entrer dans le champ des sciences humaines.

  • Les textes réunis dans ce livre tournent autour des réflexions sur la traduction touchant entre autres à la sociologie, à l'histoire, à la traductologie, la linguistique et la musique. En tant que chercheurs, enseignants et/ou traducteurs, les auteurs se trouvent régulièrement confrontés aux problèmes posés par la traduction. Ces expériences personnelles ont donné lieu à des raisonnements et des argumentations multiples.

  • Qu'est-ce qu'un bourgeois ? Admettant avec B. Groethuysen que l'intéressé est assez grand pour le dire lui-même, Béatrix Le Wita préfère poser la question : qu'est-ce qui fait aujourd'hui un bourgeois ? Sa réponse : tout ce qui, paroles, gestes, objets, définit au jour le jour moins un état qu'une culture. C'est, ici comme ailleurs, ...

empty