• Hier, la monnaie et le crédit facilitaient l'échange. Aujourd'hui, ils divisent et écrasent. Le coupable désigné est vite trouvé : ce serait la finance internationale. Ce qui nous évite de nous interroger sur le tréfonds de nos mentalités. Un essai corrosif pour, enfin, régler nos comptes avec l'argent.
    La monnaie ? Inventée, croyait-on, pour faciliter l'échange des biens et des services, elle est devenue signe de division et facteur d'inégalité.
    Le crédit ? Instauré pour faire circuler la monnaie et libérer l'initiative, il a fini par écraser États et particuliers sous le poids de la dette.
    Le coupable tout trouvé, c'est " la finance " : marchés dérégulés, actionnaires sans coeur, fonds d'investissement indifférents au sort de la planète. Mais à quoi bon dénoncer la cupidité des uns et la rapacité des autres, si on n'en dévoile pas les ressorts ? La source de notre asservissement est peut-être cachée dans le tréfonds de nos mentalités. Et si le vilain petit financier, c'était chacune et chacun d'entre nous ?
    Face à un krach boursier ou une pandémie, l'État est capable de s'endetter massivement. Ce qui repose la question de fond : qui, en définitive, doit quoi à qui ?
    Enjambant les débats ésotériques, cette Petite métaphysique du fric interroge ce qu'est la monnaie dans nos têtes, ce qu'elle devient entre nos mains, et défie notre tendance à désigner les coupables sans nous remettre en cause.

  • Pour en finir avec la hantise de la compta !
    La comptabilité représente la bête noire de bon nombre de gens par ailleurs talentueux. Il était temps de proposer un petit guide simple et complet, facile d'accès et de compréhension !
    Marie-Jeanne Bouchage a réalisé ce Petit livre dans le souci permanent d'être compris par les non-initiés, ceux qui détestent les chiffres et s'y trouvent confrontés bien malgré eux, dans le cadre de leur activité professionnelle : auto-entrepreneurs, bien sûr, mais aussi salariés de PME, acteurs du monde associatif et particuliers souhaitant se lancer dans une gestion optimisée de leurs comptes.

  • Les banques ont connu des mutations profondes au cours des trois dernières décennies. La dérégulation ayant accompagné la mondialisation des échanges a profondément modifié l'industrie bancaire en même temps que naissaient des risques nouveaux. Intimement liées aux marchés financiers dont elles se différencient pourtant quant aux fonctions qu'elles remplissent, les banques constituent un des deux pôles d'un système financier complexe, instable, mais contributif à la croissance et au développement.
    Cet ouvrage présente les éléments fondamentaux de compréhension des banques. Il met en évidence leurs spécificités et les risques qui leur sont génétiquement associés. En particulier, les risques de liquidité, de marché, et de crédit sont définis, mesurés, et les modalités de leur gestion sont précisées.
    Les vagues de fusions et acquisitions issues de la dérégulation, de même que l'extrême imbrication des systèmes bancaires ont eu pour conséquence l'émergence de banques « too big to fail » et d'un risque systémique. Les autorités internationales et nationales tentent aujourd'hui de contenir ce risque par une réglementation complexe dont la gouvernance et les objectifs sont présentés dans cet ouvrage. Cette nouvelle régulation de l'industrie bancaire doit être inspirée de considérations éthiques qui ne sont pas absentes de l'ouvrage.
    Cet ouvrage emprunte aux sciences économiques et de gestion. Les exposés, s'ils sont le fruit d'une profonde imprégnation des théories bancaires les plus actuelles, privilégient toujours l'intuition économique et sont illustrés d'exemples chiffrés.

  • L'accession au logement Les modes d'acquisition du bien par un couple Le financement de l'acquisition L'accession au logement par le bail d'habitation La détention du logement : sa jouissance paisible La famille propriétaire La famille locataire, l'exécution et la résiliation du bail d'habitation Le logement et les vicissitudes de la famille La famille propriétaire La famille locataire : la transmission et la continuation du bail d'habitation Besoin essentiel de l'individu, qu'il soit locataire ou propriétaire, le logement suscite une grande variété de questions, et les enjeux sont importants. Les interventions des pouvoirs publics dans le domaine immobilier sont régulières mais ont souvent tendance à complexifier la matière.
    Afin de répondre aux nombreuses difficultés posées par l'accession au logement et à sa détention, par la famille, qu'elle soit constituée par un couple ou qu'elle soit plus élargie, le présent ouvrage apporte aux acheteurs, vendeurs, locataires, propriétaires bailleurs et à leurs conseils des réponses pratiques et complètes.
    Aux termes de cet ouvrage, sont traités les modes d'acquisition d'un bien, le choix de la structure de détention, puis le financement de l'acquisition. Une fois le logement acquis, il doit être préservé, tant vis-à-vis des agissements de l'un de ses membres qu'à l'égard des tiers.
    Enfin, le sort du logement est étudié face aux écueils rencontrés par la famille : séparation, vulnérabilité et décès.
    Nathalie Couzigou Suhas, entourée de praticiens et pédagogues, réalise dans le présent ouvrage une synthèse unique de toutes les problématiques et leurs solutions intéressant le couple, sa famille et son toit.

  • La crise financière et économique a précipité le crédit inter-entreprises et ses supports dans une tourmente sans précédent, quand survient la réduction réglementaire des délais de paiement au travers de la loi LME.
    Au moment où le débat éclate, ce livre propose de faire le point en profondeur sur les métiers du credit management, dans le but de mener l'autocritique nécessaire et d'ouvrir des perspectives. Il fait le pari que bon nombre de réponses et de solutions se cachent en réalité au coeur de la discipline, dans l'entreprise.
    L'auteur dessine ainsi les contours d'un credit management rénové dans ses missions et dans son articulation avec les métiers du commerce.
    Les dérives du crédit inter-entreprises étaient-elles une fatalité ? N'existe-t-il pas un scénario d'autorégulation dont les entreprises ont toutes les clefs ? Ce scénario n'aurait-il pas démontré plus d'agilité dans la crise ?
    Ce livre s'adresse aux directeurs fi nanciers, aux credit managers et à tous ceux qui se préparent à leur succéder. mais les directeurs commerciaux feraient peut-être bien de le lire.

  • Au milieu des années 1850, l´économiste français Clément Juglar présenta l´une des premières expressions de l´idée de cycle économique. Il publia en 1862, Des crises et de leur retour périodique en France, en Angleterre et aux États-Unis. Il travailla le reste de sa vie à mieux fonder théoriquement et empiriquement ses premières intuitions sur le cycle d´une dizaine d´années (prospérité-crise-dépression) qui lui paraissait rythmer l´évolution économique moderne. En 1889 il publiait la deuxième édition, largement augmentée et remaniée, de son grand ouvrage sur les crises. C´est l´édition de 1889 qui est proposée dans ce volume. L´ouvrage est accompagné de deux textes courts, synthèses des analyses que présenta Juglar d´abord au tournant 1860, puis une trentaine d´années plus tard : Les articles « crises commerciales » qu´il publia en 1863 dans le Dictionnaire général de la politique de M. Block (1863) et en 1891 dans le Nouveau dictionnaire de l´économie politique (L. Say et J. Chailley).

  • La crise des subprimes a largement contribué à la stigmatisation des sociétés financières ; elle a notamment renforcé la méfiance vis-à-vis du crédit à la consommation, accusé de conduire trop de particuliers à un excès d'endettement.

    Ainsi, les emprunteurs seraient des cigales imprévoyantes, voire intempérantes ? Et les prêteurs de "grands méchants loups" peu regardants sur les capacités de remboursement de leurs clients ?... Pourtant, sans le crédit, que deviendrait l'équipement des ménages en biens durables ? Comment les particuliers pourraient-ils acquérir une voiture, équiper leur maison, aider leurs enfants à financer leurs études ? Que serait un monde sans crédit ?

    Parce que le crédit à la consommation est une réalité qui concerne un grand nombre de Français, cet essai revient sur son rôle économique et social et propose des clés de compréhension à son lecteur. Il examine sans détour les critiques et réfute les idées reçues, par une synthèse du cadre réglementaire et de son contexte, ainsi que par des mises en perspective à travers les époques. Enfin, il envisage ce que pourraient être les axes de développement du crédit de demain, au coeur, notamment, des préoccupations environnementales.

  • Cet ouvrage est le premier qui aborde de manière transversale l'impact de la crise financière sur les entreprises et les réponses que le droit français offre aux acteurs économiques.
    Les sujets traités constituent un tableau contrasté, dont les thèmes se complètent. Les groupes de sociétés : la formation de groupes offre-t-elle un instrument pertinent contre la défaillance financière des sociétés qui les composent ? Les LBO : le financement de l'achat d'entreprises par le levier de la dette a-t-il un avenir devant le manque de liquidités de la société opérationnelle ? Le rôle des Etats : les aides publiques aux banques et aujourd'hui l'intervention du Médiateur du crédit pour apporter des fonds aux entreprises en difficulté sauveront-elles les sociétés commerciales de la défaillance ? Quand le défaut de paiement menace, le recours aux prepackaged plans à l'américaine s'est développé.
    Les praticiens, avant même le législateur, ont entendu utiliser la négociation d'accords pour restructurer la dette et ne faire appel à la procédure de sauvegarde que pour valider un accord de la majorité des créanciers : est-ce la solution ? Les banques encore : les outils traditionnels que sont les sûretés demeurent-ils une garantie de paiement efficace contre l'impayé, ou faut-il faire appel aux nouvelles garanties comme la fiducie ? Les Editions Lamy ont l'ambition de répondre à ces questions, grâce aux analyses proposées et aux perspectives ainsi ouvertes.

empty