Thriller

  • Une affaire italienne

    Carlo Lucarelli

    Pendant le fascisme, le commissaire De Luca était le meilleur flic d'Italie. Avec la guerre froide et l'arrivée de la frivolité médiatique, les homicides deviennent de plus en plus étranges et on lui demande de devenir un nouveau type de policier. Dans une Bologne sous la neige, quelques jours avant Noël 1953, la très belle épouse d'un professeur universitaire est retrouvée noyée dans une baignoire. Pour découvrir ce qui s'est passé, la police a besoin d'un vrai limier et fait appel au commissaire De Luca, policier de renom pendant la période fasciste et qui avait été mis sur la touche depuis cinq ans. Mais malgré les pistes, les traces et les indices qui s'offrent à De Luca, rien n'est ce qu'il paraît. Épaulé par un jeune policier censé l'aider (ou l'espionner), séduit par une très jeune chanteuse de jazz avec un passé de partisane, le commissaire se retrouve au milieu d'une affaire ambiguë et dangereuse qui l'obligera à s'immiscer dans les coulisses des guerres politiques et du milieu musical et mondain de la ville.
    Avec son talent pour construire des intrigues convaincantes et ses solides connaissances historiques, Carlo Lucarelli écrit un récit au charme puissant dans l'Italie de l'après-guerre, entre frivolités du festival de San Remo et violences sourdes de la guerre froide. Le retour d'un personnage littéraire qui a fait le succès de Lucarelli, best-seller en Italie.

  • 13 jours, c'est le délai que sa dernière petite amie, banquière recherchée par la police, a donné à Einar pour la rejoindre à l'étranger.
    13 jours, c'est le temps qu'il va lui falloir pour décider s'il veut accepter la direction du grand journal dans lequel il a toujours travaillé.
    13 jours, c'est le temps qui sera nécessaire pour trouver qui a tué la lycéenne dont le corps profané a été retrouvé dans le parc. Quelque chose dans son visage rappelle à Einar sa propre fille, Gunnsa, quand elle était un peu plus jeune et encore innocente.
    Mais aujourd'hui Gunnsa est devenue photographe et travaille dans le même journal que son père elle s'intéresse de près à ces adolescents paumés et ultra connectés qui fuguent ou disparaissent, elle a plus de ressources et d'audace pour faire avancer l'enquête - et moins de désillusions.
    Arni Thorarinsson a écrit un thriller haletant situé dans l'Islande actuelle qui décrit avec sensibilité le monde troublant et troublé des adolescents, et la corruption qui affleure à la surface de cette société.

  • Carlo Bonini et Giancarlo De Cataldo poursuivent le bouillonnant feuilleton sur les dessous de Rome : Samouraï, le chef des mafias de la capitale, est en prison, peut-être pour toujours.
    Sebastiano, son représentant, tente de maintenir son emprise sur les différentes bandes, Siciliens, Calabrais, Napolitains et Gitans, qui mettent la ville en coupe réglée.
    L'annonce par le pape François d'un nouveau Jubilé qui va attirer des millions de pèlerins et relancer des travaux publics aiguise les appétits et Fabio, l'étoile montante du trafic de drogue, commence à remettre en cause la suprématie des chefs du moment.
    Martin Giardino, le nouveau maire de Rome, veut quant à lui nettoyer les écuries d'Augias.
    Les coups bas et les violences des truands sont peu de choses à côté des manigances à l'oeuvre dans les coulisses du Capitole, où sévissent les vieux ripoux représentant les intérêts des constructeurs.
    Coincé entre des politiciens honnêtes et des mafieux turbulents, Sebastiano déclenche une opération d'obstruction apocalyptique, et bientôt Rome brûle !
    Un récit qui opère aujourd'hui quasiment en temps réel (quiconque suit l'actualité de la capitale italienne reconnaîtra sans mal la plupart des protagonistes), et que les auteurs réussissent par leur talent à transformer en oeuvre d'art.

    « Une fable noire sans pitié dont on voudrait se réveiller comme d'un cauchemar. Mais, souvent, la réalité dépasse la fiction. » M. Serri, La Stampa


  • Par l'auteur de Un coupable idéal - PRIX POLAR INTERNATIONAL DU FESTIVAL DE COGNAC

    Eddie Flynn doit défendre un célèbre acteur accusé du meurtre de sa femme.
    Mais ce qui ressemble à un crime passionnel pourrait bien être l'énième meurtre d'un des tueurs en série les plus intelligents qui aient jamais existé.
    Le tueur se cache parmi les jurés !
    Ariella Bloom et Bobby Solomon formaient le couple le plus glamour d'Hollywood, ils avaient le monde à leurs pieds.
    Mais Ariella est morte, poignardée dans son lit, et Robert se tient aujourd'hui dans le box des accusés.
    À quelques heures du procès, la défense a appelé Eddie Flynn à la rescousse. En acceptant le dossier, l'ancien escroc s'est lancé dans la partie la plus difficile qu'il ait jamais eue à jouer.
    Car un homme l'observe, invisible, assis parmi les jurés. Tuer Ariella Bloom n'était qu'un début, son oeuvre peut véritablement commencer...
    « Les livres de cette qualité ne se croisent pas si souvent. » - Michael Connelly
    « Sacrée promesse et pari tenu ! » - Ian Rankin
    « Impressionnant. » - Lee Child
    « Un roman exceptionnel. » - Clare Mackintosh

    Mot de l'éditeur

    Steve Cavanagh est le John Grisham d'aujourd'hui. Salué dès son premier roman, La Défense, pour l'efficacité et la finesse de ses intrigues, Steve Cavanagh est avocat, comme son héros.
    Il a la justice dans la peau. Scénario bien trempé, action, intelligence des plaidoiries : il revient avec un mélange toujours aussi bien dosé.
    Laissez-vous embarquer dans ce nouveau thriller du plus américain des avocats irlandais !


  • Prix « POLAR » du meilleur roman international au festival de Cognac 2017

    Corruption, chantage, meurtre : c'est le menu d'Eddie Flynn au petit déjeuner.
    « Un coupable idéal est un des meilleurs romans que j'aie lus cette année. » - John Connolly
    « Un coup de maître. » - Ian Rankin
    « Dès la première ligne, le compte à rebours est lancé. Attachez vos ceintures ! » - New York Times
    Le FBI suspecte un célèbre cabinet d'affaires new-yorkais de fraude et de malversations. Mais il lui manque un témoin clé pour dévoiler l'affaire. Alors, quand David Child, un des plus gros clients du cabinet, est arrêté pour meurtre, l'occasion est trop belle. La CIA décide de le faire plonger pour l'obliger à révéler
    Un coupable idéal est la nouvelle aventure juridique d'Eddie Flynn, cet ancien escroc reconverti au barreau dont l'intelligence, la débrouillardise et le sens de la justice font mouche au sein du prétoire. On retrouve sa verve, ses répliques et ses contre-interrogatoires brillants au beau milieu d'une affaire de corruption qui n'est pas sans rappeler les Panama Papers. La CIA exerce une énorme pression sur Eddie pour qu'il fasse condamner un homme innocent. Mais Eddie a plus d'un tour dans son sac pour faire éclater la vérité. Haletant !
    Steve Cavanagh connaît la justice américaine comme sa poche et est animé, comme Eddie, d'une soif inextinguible pour la justice et la vérité. Avocat lui-même, il a remporté le plus gros procès pour discrimination raciale d'Irlande du Nord. Avant ça, il fait un tas de petits boulots. La débrouille, ça le connaît.
    « Quand John Grisham rencontre Bruce Willis, c'est speed et intelligent. » - Irish Independant

  • Dernier rêve avant la mort Nouv.

    Deux jeunes surfeurs abattus chacun d'une balle dans la tête, un flic disparu, d'autres corrompus, un agent de la DGSE sous couverture au Maroc mêlé à l'histoire...

    Le mauvais oeil est au-dessus de la tête de l'inspecteur Dumontel qui va devoir enquêter sur la côte basque.
    Un nouveau territoire sans concession pour ce flic rebelle mais cette fois encore, Dumontel a fait sienne la morale du service de renseignement extérieur, il sera « partout où nécessité fait loi »...

  • L'inspecteur Dolores Morales, ancien guérillero, n'a pas fait fortune comme beaucoup de ses camarades au moment où la révolution s'est convertie au capitalisme triomphant. Il est devenu détective privé, spécialisé bien malgré lui dans les affaires conjugales.
    Avec l'aide de Sofia, ex-femme de ménage dotée d'une morale révolutionnaire intraitable, renforcée par l'Église évangélique, et du fantôme de Lord Dixon, un ami tombé sous les balles, il est chargé de retrouver une très jeune fille à la demande de son beau-père, un homme d'affaires tout-puissant.
    Mais celui-ci n'a aucune envie de le voir réussir et ne cesse de lui mettre des bâtons dans les roues. Et la jeune fille terrifiée se cache.
    Insensible à la corruption morale et financière, l'inspecteur devra plonger dans les bas-fonds de Managua, il y rencontrera des personnages hauts en couleur, d'anciens camarades de lutte devenus clochards, une religieuse laïque et combattive, et même un charognard de compagnie.

    Cette aventure nous révèle ce qu'Ortega a fait du Nicaragua. Sergio Ramírez utilise avec brio un humour sans pitié et un désespoir compréhensible.

    "Une dénonciation explicite de la corruption comme soutien du régime." - El País
    "Un style agile et puissant, où brillent l'ironie et une extraordinaire maîtrise du dialogue, et où Sergio Ramírez démontre tout ce que peut le roman noir." - El Imparcial

  • Policier à la carrière peu exemplaire, Marcel Banville, un célibataire endurci qui ne s'est guère fait d'amis au fil des ans, a repoussé à l'extrême limite le moment de prendre sa retraite tant il appréhende l'ennui qui s'ensuivra. Or, c'est à quelques semaines de la date fatidique qu'il hérite de l'enquête sur les meurtres sordides de prêtres associés à des actes pédophiles, enquête qu'il sait ne pouvoir résoudre avant de remettre son insigne.
    C'est donc en toute illégalité que Marcel décide de reprendre son rôle quand, en feuilletant par désoeuvrement les albums photos de sa mère - dont le suicide en pleine force de l'âge constitue le douloureux mystère de sa jeunesse -, il réalise que de nombreux religieux gravitaient à cette époque autour de sa mère.
    Avec un sentiment d'urgence qu'il n'avait pas ressenti depuis ses années folles de petit délinquant dans ce quartier Limoilou qu'il habite toujours, Banville s'associe avec des gens possédant un sens tout aussi personnel que lui de la justice, comme Charles McNicoll, un tueur à gages mélomane de son état.
    Et les voilà sur la piste d'un véritable panier de crabes de religieux sans scrupules... et d'un lugubre prédateur qui, étrangement, semble poursuivre les mêmes objectifs qu'eux !

  • Derniers Pas vers l'enfer

    Maxime Houde

    • Alire
    • 20 Février 2014

    Daniel Martineau joue gros. Trop gros. En échange d'une réduction substantielle de sa dette de jeu, il accepte, pour le compte de Big Ed Sachetti, d'enquêter sur la disparition de Sam Costa, un des hommes de confiance de Sachetti que celui-ci avait chargé d'une ambassade auprès de Vicenzo Blanco, son éternel rival. Quand Blanco, à son tour, demande à Martineau de fouiner dans les affaires de Sachetti, Daniel accepte encore. Les conditions sont identiques à celles de son entente avec Big Ed : réduction de sa dette de jeu.Côté femmes, Daniel en a aussi plein les mains. Il y a d'abord son épouse, Carmen, de qui il s'éloigne un peu plus chaque jour depuis la mort de leur fille unique. Puis Angie, une junkie qui se prostitue pour payer ses fix et que Dan a pris en affection. Afin de lui épargner un client ou deux, Martineau n'hésite pas à lui payer sa dope et à remplir son frigo. Et il y a finalement Catie, pour qui il serait prêt à tout lâcher. Son ex-maîtresse est désormais la femme de Joe Campana, étoile montante du clan Blanco et directeur de casino. À lui aussi, Daniel doit plusieurs milliers de dollars.Quand Martineau comprend enfin pourquoi Costa a été tué - et quelles informations il possédait -, il réalise qu'il a tous les atouts en main pour tenter un grand coup : empocher le jackpot et se pousser avec Catie. Et s'il est persuadé qu'il va bluffer tous les joueurs dans cette ultime ronde, c'est que Daniel n'est pas un petit truand comme les autres, il est enquêteur au SPVM !

  • Dans une métropole nord-américaine, le corps atrocement mutilé d'un homme est découvert dans la cour arrière d'une épicerie de quartier. Trois autres assassinats, tous plus violents les uns que les autres, s'enchaîneront dans un temps record. Toutes les victimes, uniquement des hommes, sont assassinées selon des modes opératoires reposant sur des mises en scène d'une horreur absolue. Il n'en faut pas plus pour que le mot serial killer soit lâché.
    Sepp Ganser, enquêteur chevronné à la criminelle, est temporairement séparé de son coéquipier Gabriel Sykes et contraint de faire équipe avec la profileuse Hélène Laffont. L'hypothèse qu'avance cette dernière repose sur la théorie que les victimes sont elles-mêmes des tueurs en série. Tués comme ils tuaient leurs victimes.
    Les primaires battant leur plein, Ganser est conscient qu'il ne peut se dérober aux exigences politiques. Les deux protagonistes, que tout sépare, acceptent de faire un compromis : trois semaines ensemble. Passé ce délai, si rien n'est résolu, Ganser retourne à ses vieilles habitudes.
    Mais la réalité est à mille lieues de tout ce qu'ils pourraient imaginer. Leur ville est l'hôte d'une Konvention (avec un K comme Killer), devant se tenir sur cinq jours. Cinq jours durant lesquels tout est permis, même l'inimaginable. Même la possibilité qu'un des participants soit un tueur de tueurs.
    Et même la possibilité que Ganser et Laffont soient eux-mêmes conviés à cette Konvention...

    Danny-Philippe Desgagné nous livre avec Killer kills killers un roman au style captivant, un périple au coeur de l'horreur et de la folie « cohérente, acceptable et même nécessaire ».

  • L'intrigue se déroule en Allemagne de l'Est, peu avant la réunification de l'Allemagne.
    Contre son gré, un marin français se trouve impliqué dans un réseau de corruption lié à un trafic de métaux précieux au bénéfice d'oligarques russes. Surveillé par les services secrets est-allemands, il doit faire sortir clandestinement un cargo des eaux territoriales de la République Démocratique Allemande...

    Une histoire courte, enlevée, prenante...

    L'auteur met ses pas dans les traces de Simenon, John Le Carré et Graham Greene, pour nous emmener dans le climat tendu de la chute du mur de Berlin.
    Thibaut Delort Laval vit, travaille, écrit à Vienne, la capitale autrichienne qui a inspiré tant de grands romans d'espionnage...

  • Un tueur sur mesure Nouv.

    Un tueur sur mesure

    Sam Millar

    Braquer une banque à Belfast le jour d'Halloween déguisés en loups semblait être une bonne idée. Se rendre compte que le coffre avait été vidé avant leur arrivée, un peu moins. Mais voler une mallette à un client de la banque qui leur avait gentiment suggéré d'aller se faire voir, c'était signer leur arrêt de mort.
    À Belfast, on sait qu'il faut être fou pour ne pas perdre la tête, et qu'il ne faut pas s'attaquer à ceux qui ont « l'Alzheimer irlandais » : ceux qui oublient tout sauf la vengeance. Une course-poursuite en enfer entre braqueurs, ex-taulards, flics pourris, petites frappes, tueurs à gages et... la redoutable Fraternité pour la liberté irlandaise !

    Des règlements de comptes, du suspense, de la violence et un humour très noir.

empty