Sciences humaines & sociales

  • Qu'est-ce qu'un rituel ? Comment le met-on en images ? Ce livre raconte comment l'on raconte. Rédigé après les tournages des quinze documentaires de la série télévisée Rituels du monde, diffusée sur Arte, il reprend ces histoires et en raconte une autre. Celle d'une jeune anthropologue qui a eu la chance de suivre des individus de tous horizons dans leurs métamorphoses et qui relate aujourd'hui, avec un point de vue partiel et partial, l'accueil que l'ailleurs lui a fait, les bouleversements qu'il a entraînés, les joies et les peines qu'il a déclenchées. Au-delà des rituels, ces textes parlent de rencontres et proposent une réflexion sur notre rapport aux autres cultures - et donc à la nôtre.

  • Vers 1930, le quotidien de la Guyane française est dominé par la présence du bagne. Trente ans plus tard, c'est la construction du Centre spatial guyanais qui marque le développement local et conditionne l'installation de nouvelles infrastructures. Jusque-là, faute de voies terrestres, le littoral et les fleuves sont les seules composantes du réseau intérieur, tandis que les rares liaisons extérieures sont le fait des armements métropolitains.
    De l'exploitation forestière à la recherche minière, en passant par l'aquaculture et la pêche, son évolution est faite de perspectives de développement, riches de promesses souvent non tenues.
    Piliers de la vie locale à qui ce livre rend un hommage appuyé, les seules constantes de l'histoire de la Guyane sont les nombreux petits armateurs et propriétaires de navires locaux qui, par leur courage et leur obstination, ont su faire face aux exigences de cette région si riche et si particulière.
    À partir de ses souvenirs, d'archives spécialisées et d'entretiens avec de nombreux professionnels du secteur maritime, l'auteur, homme de terrain, ni homme de lettres, ni historien, nous offre là une histoire maritime concrète des territoires français d'Amérique.

  • En 2015, 12 tremblements de terre assez forts pour être ressentis par la population ont été enregistrés en Martinique, et 17 en Guadeloupe.
    L'activité sismique fait partie intégrante de l'histoire des Antilles. De plus, elles sont classées zone de risque sismique maximal. Un événement majeur à l'échelle de l'ensemble de l'arc avec une forte probabilité de tsunami n'est pas à exclure. Et dans ce cas, c'est la majorité des infrastructures qui seront détruites sur plusieurs îles en même temps, réduisant à néant les possibilités de secours locaux.
    Nombreux sont les scientifiques qui pensent qu'un séisme majeur (Big One) pourrait survenir au cours des vingt prochaines années.
    Même si nous avons tous plus ou moins conscience de ce risque, faisons-nous au quotidien le nécessaire pour nous en préserver ? Nos visiteurs sont-ils suffisamment formés et informés ? Savons-nous quoi faire en cas de tsunami ?
    Il ne s'agit pas d'être catastrophiste mais de fournir les outils pour mieux comprendre les phénomènes en cause et mieux les appréhender. C'est pour répondre à ces questions que Scitep, éditeur ultramarin de sciences et techniques, publie le premier ouvrage grand public entièrement dédié à ces questions.
    Écrit par François Beauducel, qui a dirigé sept ans l'Observatoire volcanologique et sismologique de la Guadeloupe, Séismes des Antilles associe explications scientifiques et informations pratiques tirées de l'expérience des services chargés localement de la prévention et de l'organisation des secours.
    Il revient sur la formation des phénomènes sismiques dans le bassin caribéen et sur les comportements individuels et collectifs à adopter. En l'absence de méthode de prédiction, il incombe aux populations de se montrer particulièrement responsables et impliquées dans la prévention du risque.

  • Durant un voyage de six mois, l'auteur découvre ce département français si loin de la métropole. Son récit se tisse au rythme de la vie locale et s'écrit au fil d'anecdotes de voyage et de rencontres imprévues. Ce qu'il nous raconte, c'est la Guadeloupe d'aujourd'hui. Pour mener son enquête, il a interrogé des insulaires parmi les plus influents : Élie Domota, Henry Joseph, Jacky Dahomay... Mais son camp de base, il l'a installé sur la terrasse de Jojo, fréquentée par les pêcheurs, les ouvriers... Les gens ordinaires.

  • The History of Fiji

    Alfred G. Mayer

    Of all the island groups in the outer Pacific none surpass the Fijis in their rare combination of beautiful scenery and interesting natives. The islands are upon the opposite side of the world from England, for the meridian of 180° passes through the centre of the group crossing the island of Taviuni... That dauntless old rover, Abel Jansen Tasman, discovered them in 1643 on his way from Tonga in the Heemskirk and Zeehaan and named them "Prince William's Islands" and "Heemskirk's Shoals." After this, they were all but forgotten until July 2, 1774, when Captain James Cook sighted the small island of Vatoa in the extreme southeastern end of the group. The natives fled into the forest upon the approach of his boat, and he contented himself by leaving a knife, some medals and nails in a conspicuous place. Finding many sea-turtles in the region, he named his land-fall "Turtle Island," and then departed from the Fijis never to return.

  • This book deals with the Physical Geography of the West Indies. (With illustrations).
    The study of the geographical distribution of plants and animals has revealed facts almost as enigmatical as the origin of life itself.... The first Spanish explorers of the Antilles were, in fact, so amazed at the apparently complete absence of quadrupeds that their only explanation was a conjecture that the beasts of the forest must have been exterminated by order of some native potentate, perhaps the great Kubla Khan, whose possessions they supposed to extend eastward from Lake Aral to the Atlantic. The chronicle of Diego Columbus says positively that San Domingo and San Juan Bautista (Porto Rico) were void of mammals, but afterward modifies that statement by mentioning a species of rodent, the hutia, or bush rat, that annoyed the colonists of Fort Isabel, and caused them to make an appropriation for importing a cargo of cats.Bush rats and moles were, up to the end of the sixteenth century, the only known indigenous quadrupeds of the entire West Indian archipelago, for the "Carib dogs," which Valverde saw in Jamaica, were believed to have been brought from the mainland by a horde of man-hunting savages.But natural history has kept step with the advance of other sciences, and the list of undoubtedly aboriginal mammals on the four main islands of the Antilles is now known to comprise more than twenty species. That at least fifteen of them escaped the attention of the Spanish Creoles is as strange as the fact that the Castilian cattle barons of Upper California did not suspect the existence of precious metals, though nearly the whole bonanza region of the San Joaquin Valley had been settled before the beginning of the seventeenth century. But the conquerors of the Philippines even overlooked a variety of elephants that roams the coast jungles of Mindanao.Eight species of those West Indian incognito mammals, it is true, are creatures of a kind which the Spanish zologists of Valverde's time would probably have classed with birdsbats, namely, including the curious Vespertilio molossus, or mastiff bat, and several varieties of the owl-faced Chilonycteris, that takes wing in the gloom preceding a thunderstorm, as well as in the morning and evening light, and flits up and down the coast rivers with screams that can be heard as plainly as the screech of a paroquet...

  • Edgar La Selve - Edgard Lasselves pour l'état civil - séjourna en Haïti de 1872 à 1875 et en ramena ce récit de voyage.

  • Fièvre ardente en Martinique
    Né en 1882, Alfred est un enfant chti, pauvre et délaissé. Vif et curieux, il est remarqué par son instituteur, un « hussard noir de la République », qui lui révèle son potentiel, l'incite à la lecture et aux valeurs laïques et républicaines.
    L'oeuvre de Victor Hugo sera une découverte qui l'amènera à prendre en main son destin, en s'échappant du domicile parental à douze ans. En passant par les champs de blés de Seclin jusqu'aux cabarets parisiens, dont celui d'Aristide Bruand, il se retrouve en Martinique. Là, il vit un amour passionnel avec une jeune noire marquée par le passé esclavagiste de son pays. Mais l'aventure n'est pas sans risque : l'homme en noir, bras armé d'une vieille rancune parisienne, va le poursuivre jusque sur son île d'adoption.

  • El presente libro versa sobre el papel de la Iglesia católica y sus misiones en los Imperios ibéricos del siglo xix y el primer tercio del siglo xx. En concreto, aborda las relaciones entre el poder civil y el eclesiástico en contextos coloniales en un período de intensa modernización de las estructuras imperiales. Con una perspectiva comparada entre los distintos espacios que componían los diferentes imperios, la obra refleja el papel que desempeñan los misioneros como un cuerpo intermedio entre colonizadores y colonizados, siempre en contacto e interacción con las poblaciones locales, así como la compleja relación entre el poder colonial y las misiones religiosas. El indudable apoyo mutuo partía de intereses que eran en parte divergentes, lo cual provocó conflictos en no pocas ocasiones. Todo ello en el marco de una relación Iglesia-Estado que, en las mismas metrópolis, no careció de importantes roces y dificultades.

empty