Littérature générale

  • La catastrophe

    Michel Tauriac

    • Scitep
    • 1 Décembre 2020

    En cette fin de XIXe siècle, Saint-Pierre est une ville lettrée au commerce florissant et à la vie mondaine trépidante. La fine fleur intellectuelle de la Martinique s'épanouit dans des joutes sans fin relayées par une presse à la plume acérée et féroce. La haine raciale divise, les amours aussi.
    Dans ce « petit Paris des Antilles », les différentes strates de la société se côtoient, s'opposent et s'affrontent.
    Dans ce contexte, les lueurs qui ensanglantent le ciel et les sursauts qui agitent la terre intriguent et inquiètent, sans pour autant prendre le pas sur des querelles politiques exacerbées par l'imminence du scrutin le plus bipolarisé de la Troisième république.
    Une famille de planteurs blancs, un député mulâtre ambitieux ainsi qu'une foule de personnages, réels pour la plupart, s'acheminent vers un destin qu'ils n'imaginent pas : le 8 mai 1902, la montagne Pelée explose, effaçant le temps d'un souffle la ville et 30 000 de ses habitants. Cette tragédie, qui consternera le monde entier, marquera l'histoire au même titre que la destruction de Pompéi en l'an 79.

  • Une sombre chronique des Antilles, une plongée dans la deuxième France, la France noire et cynique, la triste et la fangeuse, qui refuse d'épouser les temps nouveaux et de venir à résipiscence
    Ce roman qui suscite déjà bien des polémiques aux Antilles, est d'abord un livre d'atmosphère, où le beau temps, les sages cocoteraies et les fleurs ne savent ni effacer la macule de l'esclavage et de la prévarication, ni prévenir les orages. Dix ans, presque jour pour jour, après les émeutes de LKP, de 2009 contre la « profitation » coloniale, ce roman vient nous rappeler, avec la crise des gilets jaunes, que la France peine à faire sa contrition.

empty