• « Docteur I. : Vous avez envie de mourir ?  En une fraction de seconde, mon cerveau entrevoit mille possibilités de réponses, mais aucune ne me paraît être la vraie. Est-ce que j´ai envie de mourir ? Oui, je crois. Est-ce que, vraiment, j´ai envie de mourir ? Je ne sais pas, je ne ressens rien. Je suis néant. J´ai envie de lui dire : "Regardez, je disparais ! Vous ne voyez pas là, mon corps qui s´efface ?" Mais je ne la connais pas encore assez, on ne dit pas ça à une personne qu´on voit pour la première fois de sa vie, même si c´est une psy. » États mixtes sur papier, c´est l´histoire de F., jeune femme borderline, qui risque sa vie à chaque minute pour exister. Entre séjours en hôpital psychiatrique et séances de dessin aux Beaux-Arts, elle crée sous haute tension. Avide d´absolu, droguée de peinture, de cinéma et de nicotine, c´est en mêlant croquis et mots-pulsions qu´elle tente de saisir les contours d´un monde trouble. Elle est l´état limite, là où les couleurs se mélangent.    Avec ce premier roman, Florie Adda floute la frontière qui sépare la fiction de la réalité pour façonner le récit brut et viscéral d´une jeune femme qui, entre euphorie et désespoir, cherche à tracer sa vie.
    Florie Adda a 25 ans et vit à Montpellier. Après des études aux Beaux-Arts d´Avignon, elle se lance dans l´écriture et la mise en scène. États mixtes sur papier est son premier roman.
      Préface de Stéphanie Hochet Conception graphique et photographie de couverture : Christian Kirk-Jensen / Danish Pastry Design, Paris.

    Http://www.bleupetrole-editions.com         Bleu pétrole éditions

  • « Je me demande s´il existe un dieu. Pas forcément un vieux mecton qui s´insurge au moindre pet de travers, mais quelqu´un, quelque chose au-dessus de nous, une force obscure qui nous observe et s´amuse à triturer les fils de nos existences. J´espère que oui. J´espère au moins que quelqu´un prend son pied à voir nos genoux s´écorcher, à regarder s´effacer les mirages, à écouter crever les espoirs, à mater les déchéances et les dégringolades, j´espère que nos maux servent au moins à divertir un vieux type qui s´emmerde tout seul sur son nuage. Parce que si la douleur existe pour la douleur, la souffrance pour la souffrance, la mort pour le simple plaisir de gonfler le bide des vers un beau jour, s´il n´y a personne pour donner un tout petit moignon de sens au truc qui chaque jour pompe un morceau de notre moelle épinière, se faire sauter le crâne dans les hortensias reste encore le comportement le plus sensé de tous. » Léonard Baudry a vingt-quatre ans. Enfant, il perdait sa mère. Plus tard, il a coupé les ponts avec son père. Il perd son job. Puis son appartement. Il trouve un banc. Il perd sa dignité. Il tombe amoureux. Il perd la tête. Il rencontre Robert, une vieille cocaïnomane cinglée au coeur tendre. Ils volent une voiture. Et ainsi de suite.
      On s´attache à ce dur à cuire très fleur bleue qui perd tout ce qu'il aime, et même ce qu'il n'aime pas, qui traîne son cafard gouailleur de piètres élans en échecs célestes.




      Sonia Guillemet a 23 ans et vit à Bordeaux. Après avoir aiguisé sa plume en écrivant des nouvelles littéraires, que l'on peut découvrir publiées dans les recueils de « Brouillon d'écriture », elle s'essaye à un premier roman. Celui-ci est sur votre écran.





        Conception graphique : Christian Kirk-Jensen / Danish Pastry Design, Paris.

        Photographie de couverture : Vanessa Gustaw.

        http://www.bleupetrole-editions.com          

empty