Retz

  • Les réseaux de radio et les chaînes de télévision ne constituent que la partie visible d'un ensemble d'institutions, d'organismes, de centres, de syndicats, d'entreprises et d'hommes, qui, de la production à la distribution, de l'émission à la transmission, de la diffusion hertzienne au satellite et au câble, forment le Paysage Audiovisuel Français.
    Ce petit livre recense tous les acteurs qui donnent vie au décor, le rôle qu'ils y jouent chacun, les rapports qui les lient entre eux, ceux qui sont sur le devant de la scène (les radios, les télévisions) comme ceux qui agissent en coulisses (les industriels, les financiers, les groupes de pression, les organismes de tutelle).
    Déjà les techniques (câble, satellite) et les groupes intermédiaires (Bertelsman, Maxwell, Murdoch, Berlusconi, Hachette, Hersant, etc.) ignorent les frontières. La compréhension du PAF doit prendre en compte l'europe, demain le monde. Le développement des médias audiovisuels préfigure l'évolution de l'idée européenne.
    D'une nébuleuse de sigles, ce nouveau Petit Retz fait un jardin à la française. En près de 200 articles, structurés par des renvois, il offre des clés pour comprendre ce qui se passe dans le secteur de la communication par le son et l'image.

  • C'est la raison de ce dictionnaire, que d'expliquer, dans un langage volontairement simple, quelque trois cents termes du domaine de la science du noyau et de ses constituants :
    Les types de particules (nucléons, mésons, quarks, gluons) ;
    Les processus fondamentaux (fusion et fission, matérialisation et dématérialisation) ;
    Les différentes interactions entre particules ;
    Les outils de recherche (cyclotron, synchroton, tokamak) ;
    La technique nucléaire (réacteurs à neutrons rapides ou lents, surgénérateurs) ;
    Et naturellement, les grands noms de cette science...

  • Les instruments modernes de la communication passent d'une façon générale par trois phases :
    Une phase pionnière de laboratoire et d'expérimentation, une deuxième phase pendant laquelle ils sont détenus et utilisés par des spécialistes qui parfois tendent à les accaparer, une troisième phase au cours de laquelle ils sont mis à la portée des individus.
    La photographie d'abord a connu cette évolution : dans une première période, affaire de professionnels dotés d'un matériel lourds et coûteurs, elle est aujourd"hui pratiquée par des millions d'amateurs.
    Le cinéma, avec la commercialisation du super-8, a cessé depuis peu d'être un domaine réservé.
    L'univers du son, longtemps monopolisé par la radio de masse, a éclaté à son tour avec l'apparition du microsillon, de la stéréophonie, du magnétophone à cassette, etc.
    Aujourd'hui, c'est la télévision qui évolue des mass media aux minimedia avec le développement de la télévision en circuit fermé et de la télédistribution, l'apparition du magnétoscope, des vidéocassettes et des vidéodisques. Le passage de l'ère des mass media à l'ère des self-media réintroduit l'homme de la rue dans le circuit de la communication audio-visuelle et lui donne le double pouvoir d'être tour à tour émetteur et récepteur de messages, qu'ils soient informatifs ou artistiques.
    C'est à cette transformation profonde de la galaxie Marconi qu'est consacré ce volume. De Ampex et Auditorium à Vidéophone et Zoom, il donne à chacun la possibilité d'approcher tous les moyens audio-visuels, de les comprendre et de maîtriser leur emploi.

  • Jean Cazeneuve, qui a assumé la direction de cet ouvrage, est membre de l'Institut, professeur de sociologie à Paris V, chargé d'importantes fonctions à la télévision. Auteur de travaux, dont une grande partie est consacrée aux mass media, Jean Cazeneuve est donc un sociologue en action.
    Cet ouvrage ambitionne d'être à la fois un ouvrage d'introduction, un instrument encyclopédique et le bilan le plus actuel qui soit des recherches en cours. Pour un tel objectif, Jean Cazeneuve a fait appel à des collaboratuers du plus haut niveau : François Perroux (professeur au Collège de France, économiste), Francis Balle (maître de conférences à Paris II), Roger Daval (professeur de méthodologie des sciences humaines à Paris V), Pierre George (professeur à Paris IV - Sorbonne, géographe), Alain Girard (professeur à Paris V et conseiller technique à l'Intitut national d'études démographiques), Louis-Vincent Thomas (professeur à Paris V, spécialiste d'ethnologie et de sociologie africaines).
    Les sciences de la société sont des sciences jeunes ; très jeunes mêmes, si l'on considère le moment où, renonçant aux vastes synthèses et aux prophétismes, elles optent pour des résultats plus modestes mais plus assurés. Nées d'hier, elles sont aujourd'hui des sciences reines. La société moderne, avec son devenir au rythme saccadé et aux accélérations multiples, avec l'extrême complexité de ses réseaux de relations et le besoin où elle est de faire sans cesse le point quant à ses moyens, quant à ses résultats et quant à ses buts, ne peut plus se passer de l'outil qu'elle s'est forgé dès ses premiers pas.
    La démographie, l'économie politique la psychologie sociale, les différentes branches de la sociologie, on imagine mal que nos sociétés, qui visent la rationalité technique, administrative et sociale et la gestion efficace, puissent les ignorer.
    De l'avis des spécialistes, l'édition française manquait d'un ouvrage panoramique sérieux sur les sciences sociales. En finir avec cette carence a été le but d'une telle entreprise.

  • "Cette encyclopédie rassemble et analyse d'une manière claire et détaillée l'ensemble des concepts qui sous-tendent toute action spécifique." C'est ainsi que Sciences et Avenir parle de cet ouvrage.
    Le lecteur trouvera notamment un chapitre sur le langage d'action, démontrant à partir d'exemples réels le pourquoi de la réussite ou de l'échec de nos grands leaders ; mais aussi un chapitre sur la philosophie de l'action, montrant que le fameux dilemme de la fin et des moyens n'est qu'un faux problème ; un chapitre sur la psychologie de l'action, éclairant les rapports entre les types psychologiques et les motivations d'action, expliquant les racines des conflits ; mais aussi un chapitre sur les apports des théories de l'information et de la cybernétique à la stratégie et à la tactique des actions. A noter aussi l'indispensable chapitre sur les mathématiques d'action expliquant, en termes accessibles à tous, les rudiments, désormais indispensables, des statistiques, de la recherche opérationnelle, de la programmation linéaire, des théories des graphes, des files d'attente, etc. Et un important chapitre sur la sociologie de l'action analysant lucidement des tendances modernes du management et de la technocratie, les tentations bureaucratiques, le dilemme si fréquent d'intégration ou d'aliénation.
    Les 10 chapitres principaux sont complétés par 300 articles aussi divers et aussi fascinants, tels que Agressivité... Bureaucratie... Calcul opérationnel... Caractérologie... Charisme... Conditionnement... Coût psychologique... Décision... Entropie... Ergonomie... Hasard... Heuristique... Imagination... Inconscient... Innovation... Investissement... Logistique... Machiavélisme... Négociation... Organigramme... Planification... Praxis... Probabilité... Secret... Corrélation... Théorie des jeux... Violence, etc.

empty